Le guide : WHISKY : Les catégories de whisky

Les catégories de whisky

Une des autres spécificités du whisky réside comme vous l'aurez peut-être entraperçu à la lecture des premières pages de ce guide, dans ses différentes catégories. Là encore, nous allons tenter de faire un petit survol de ces catégories avec quelques explications quant à leurs spécificités.

Les blendsHaut de page

Une des catégories les plus connues, car sans doute la plus fréquente dans les rayons est celle dite " Blend " ou " Blended ". Il s'agit en fait d'un assemblage de plusieurs whiskies, des whiskies de malt et des whiskies de grain (autres céréales). Leurs provenances sont souvent différentes et cette " association " peut marier jusqu'à cinquante autres références, le tout régi et supervisé par le " Master Blender " (le nez), personnage ô combien respecté et vénéré puisqu'il est en quelque sorte le " faiseur " de whisky.
Certains blenders ou mélangeurs comparent leur travail à la direction d'un orchestre. Les malts d'Islay sont aussi sombres et lourds que des violoncelles, les malts des Highlands sont des altos, ceux des Lowlands, des violons discursifs et les grains sont comme des pianos, parfois fortissimo, parfois pianissimo.
Le blend est sans doute le plus consommé au monde. De par la multitude des arômes qu'on peut y trouver mais aussi par son côté " léger ", le blend est accessible au plus grand nombre et se marie fort bien dans la préparation de mélanges ou de cocktails.

Quelques exemplesHaut de page

Four Roses, Ballantine's, Chivas Regal, Clan Campbell, Cutty Sark, Dawson, Famous Grouse (sans doute le plus populaire en Ecosse), Grant's, Haig, J & B (deuxième whisky le plus vendu au monde), Johnnie Walker (dont le Red Label demeure le blend le plus vendu au monde), Pinwinnie, Usher's, William Lawson's mais aussi Bushmills 1608, blend irlandais conçu pour fêter les 400 ans de la distillerie en 2008, Crown Royal, blend canadien ou bien encore le Suntori Hibiki devenu célèbre dans le monde entier grâce à son apparition dans " Lost in translation ".

Coup de cœur futé : Nikka Tsuru 17 ans

C'est dans une bouteille originale que vous découvrirez la grande maîtrise des Japonais quant aux techniques du " blending " (assemblage). Ici, un assemblage dont seul le géant Nikka a le secret issu de single malts âgés de plus de 17 ans en provenance de Miyagikyo et Yoichi. Au départ fruité, on sera étonné par son onctuosité et des notes de cèdre sur lesquels il se prolonge. Un blend plaisant pour le plus grand nombre avec en plus l'assurance de qualité et une pointe d'originalité.

Coup de cœur futé : Chivas Regal, un savoir-faire ancestral

L'histoire de la Maison Chivas Brothers commence à Aberdeen, au coeur de l'Ecosse, au début du XIXe siècle. James et John Chivas, entrepreneurs visionnaires, ont l'idée d'assembler des whiskies de grain et de malt donnant ainsi naissance à un whisky au goût équilibré. En 1843, les frères Chivas se voient décerner le titre de Fournisseur officiel de Sa Majesté, la Reine Victoria. En 1909, Chivas Regal lance le premier whisky de luxe au monde, le Chivas Regal 25 ans d'âge. Après-guerre, succès international de la marque, Chivas Regal est reconnu pour sa qualité dans le monde entier. Au fil des décennies, la maison Chivas Brothers n'a cessé de perpétuer la tradition, dans le respect du style de la maison Chivas : des whiskies riches, équilibrés et ronds. Colin Scott, maître-assembleur, a rejoint la maison Chivas il y a plus de 30 ans et parvient à son titre actuel en 1989. Tel un parfumeur, Colin Scott sélectionne les whiskies en fonction de leur profil aromatique, de leur caractère et de leur complémentarité. Il marie les arômes, les saveurs, les notes fruitées, florales ou épicées pour parvenir à l'équilibre parfait et à cette harmonie caractéristique de Chivas Regal. En 2015, Chivas signe une nouvelle expression. Véritable hommage à l'art de l'assemblage des Frères Chivas, l'arrivée de Chivas Regal Extra marque un tournant dans l'histoire de Chivas Regal. C'est à Colin Scott, maître-assembleur, que l'on doit la signature de cette nouvelle expression. Il a su marier les malts les plus rares à une sélection de whiskies d'exception vieillis en fûts de sherry. En résulte un whisky tout en profondeur, riche et généreux. Le nez est gourmand et fruité avec des notes de poire, de mûre et de melon, de caramel crémeux, de chocolat, cannelle et une pointe de gingembre. La bouche est généreuse avec des poires mûres et du caramel vanillé, de la cannelle et des notes d'amande. La finale est délicatement veloutée.

Visiter le site Internet : www.chivas.com

Coup de cœur futé : Four Roses Small Batched Limited Edition 2015

Ce whisky est le fruit de l'assemblage de 4 bourbons uniques, arrivés à parfaite maturité, afin de créer un bourbon à l'équilibre parfait. Ces 4 bourbons ont été sélectionnés par le maître-distillateur parmi les 10 recettes de bourbon élaborés par la distillerie. Degrés d'alcool : 54,3°.

Vendu principalement chez les cavistes, ce whisky premium se place dans une catégorie de prix intermédiaire. PVC constatés : 70 €.

Notes de dégustation : La robe ambre caramélisée laisse découvrir un nez riche et épicé sur des notes de fruits mûrs, de chêne vanillé, et de caramel. La bouche est riche et moelleuse, délivrant un équilibre entre saveurs épicées et arômes fruités. La finale est également moelleuse, longue, mais particulièrement douce.

Coup de cœur futé : Nikka pure malt black

Grâce à son assemblage de différents single malts dans lequel le Yochi est dominant, ce blend pure malt japonais dévoile une palette aromatique riche et complexe. Comme tous les Yochi, très marqués par la tourbe lors de leur élaboration, ce pure malt se caractérise par une robe ambrée, un nez intense et savoureux qui laissent persister un palais complexe vif, fruité et épicé dont la tourbe ne se révèle qu'au fur et à mesure. C'est un bel exemple de l'originalité des whiskies japonais dont la distillation se fait toujours de la façon traditionnelle importée d'Ecosse avec des alambics à chauffe directe.

Coup de cœur futé : Slyrs, le monde à l'envers !

Ce whisky, blend de cinq ans et titrant quarante-trois degrés, est produit non seulement en Allemagne mais plus particulièrement en Bavière, un land où la bière triomphe. Ici, le bois de hêtre a remplacé la tourbe pour fumer l'orge. Quant à la distillation, dans des alambics spéciaux à col de cygne conique, elle ne s'effectue que très lentement. Le résultat en est un blend très doux en bouche (arômes de biscuit, de miel et d'herbes) en parfait accord avec une belle robe dorée. Il s'exprimera parfaitement en dégustant une tartine de Grashaoff (pâte de chocolat bavaroise).

Coup de cœur futé : Hibiki, un blend au féminin

Encore un blend japonais de dix-sept ans titrant quarante trois degrés. Cet Hibiki résulte d'un assemblage de single malts de deux distilleries - Yamazaki et Hakushu - du même groupe. Ce blend est un archétype des whiskies produits au pays du Soleil-Levant. Il est subtil, floral et fruité. Les Japonais le consomme allongé d'eau, mais vous pouvez aussi lui adjoindre un gros glaçon sphérique. Il est très prisé par la gente féminine. Sa dégustation accompagnée de celle d'un sushi de crabe devrait permettre de sublimer au mieux la subtilité de toutes ses saveurs.

Le coup de cœur futé : Rock Oyster 18 ans, une perle !

Un blended malt whisky écossais des Highlands de dix huit ans et titrant 46,8 % conditionné en flacon de 70 cl. Comme son nom l'indique, allusion à l'huître, Rock Oyster est une cuvée océanique, empreinte de notes salines et fumées. Il a atteint sa majorité et se laisse déguster sans réserve. Il est le fruit d'un assemblage des plus fins single malts en provenance à la fois de distilleries des îles d'Arran, d'Orkney et de Jura, d'où ses notes salines et d'orge maltée nous transportant vers les îles sauvages écossaises.

Les pure maltsHaut de page

Autre catégorie maintenant : les pure malts ou " vatted malts " (on les appelle aussi couramment par leurs fabricants blended malt), une catégorie purement écossaise sauf quelques rares exceptions. Il s'agit en fait d'un assemblage de plusieurs whiskies élaborés entièrement à partir d'orge maltée.
Ces whiskies peuvent provenir de différentes distilleries et offrent en bouche des arômes plus prononcés. Il arrive pour certains pure malts de trouver une date sur la bouteille : cela correspond au whisky le plus jeune présent dans l'assemblage.

Quelques exemplesHaut de page

Eleuthera : assemblage de Clynelish (Ecosse - Highlands du Nord) et de Caol Ila (Ecosse - Islay).

Johnny Walker Green Label : assemblage de single malts de plus de 15 ans dont certains venant du Speyside, de Cragganmore et de Linkwood, un autre de Caol Ila (Ecosse - Islay), mais aussi un single malt de l'île de Skye (Talisker).

Nikka Pure Malt White : élaboré à partir de single malts japonais Yoichi et Sendai et d'un écossais de l'île d'Islay (preuve qu'un pure malt peut associer aussi des single malts issus de pays différents), le très recherché Yamazaki, autre pure malt japonais de Suntory.

Coup de cœur futé : Nikka Taketsuru pure malt 43 %

Ce blended pure malt en 70 centilitres dont le nom veut honorer Masataka Taketsuru - l'un des deux pères du whisky japonais - a été élu meilleur blended malt japonais aux World Whisky Awards de 2016. Il a été élaboré en 2014 par assemblages de malts vieillis en fûts de chêne une dizaine d'années. Une grande partie de ceux-ci proviennent de Miyagikyo. Elégant avec sa couleur or à reflets roses, il se dévoile en bouche frais et gourmand lors de sa dégustation. Ensuite, son final révèle des arômes médicinaux plus fondus de camphre et d'eucalyptus. Il constitue un excellent prélude pour découvrir le monde du whisky de Nikka, fait à la fois d'une grande douceur et de goûts fruités bien équilibrés.

Coup de cœur futé : Johnnie Walker Island Green of 43 %

Ce pure malt écossais se mérite : édition spéciale réservée au Travel Retail. Il est proposé en flacon d'un litre. Le Johnnie Walker Island Green a été élaboré grâce à un assemblage rare de single malt provenant des quatre coins de l'Ecosse. Il se situe par ses caractéristiques dans la lignée du célèbre blended malt Green Label. Cependant il s'en distingue par plus d'intensité due à l'accentuation de l'influence de whisky de malt maritime fumé. Tout à la fois complexe et équilibré, il exprime des arômes de bois fumé, de poivre et d'épices. On y retrouve également en bouche des notes de fruits de verger, de vanille douce et de bois de santal.

Coup de cœur futé : The lost Blend

Avec un peu de chance, vous le trouverez en pièce de collection. Pièce rare et sublime (édition limitée à 12018 bouteilles) : le tout premier pure malt (ou blended malt) de John Glazer, élaboré lors de l'aventure Compass Box. Eleuthera a du en arrêter la production en 2005 par suite d'une rupture de certains de ses stocks. A la dégustation, il dégage en bouche un profil élégant et crémeux. Se distinguent ensuite des notes de fumée, de cendre, d'iode et de cire d'abeilles. Se révèlent sur la lancée des arômes de plantes aromatiques, d'agrumes et de tourbe sèche. Enfin, le connaisseur ne manquera pas de relever dans cette perle rare des notes épicées, vanillées et fruitées.

Les single maltsHaut de page

Si les pure malts, principalement écossais, sont des assemblages de single malt provenant de diverses distilleries, les single malt sont issus d'une seule distillerie. Vous trouverez donc sous chaque appellation différents single malts selon leur âge, mais aussi l'origine des fûts de vieillissement ou de finition. Ce sont actuellement les whiskies les plus recherchés par le plus grand nombre d'amateurs et donc les plus présents sur les marchés.

Quelques exemplesHaut de page

Aberlour (Highland - Speyside) ; The Balvenie (Highland - Speyside) ; Benromach (Highland - Speyside) ; Caol Ila (Islay) ; Cardhu (Highlands - Speyside) ; Dalmore (Highlands du Nord) ; Glenfiddich (Highlands - Speyside) ; Glenmorangie (Highlands du Nord) ; Knockando (Highlands - Speyside) ; Lagavulin (Islay) ou bien encore Talisker (Skye).

A noter : aux Etats-Unis, on parlera de " Straight Whiskey " ou bien encore de " Whiskey Raide " quand l'alcool (qui peut, pour rappel, être à base de blé, maïs, etc. et non exclusivement d'orge maltée : les fameux " ryes whiskeys " américains) est issu d'une seule distillation et d'une seule distillerie. On trouvera par conséquent aussi des " straight ryes " ou bien encore des " straight bourbons ". Généralement ces appellations regroupent des produits très haut de gamme à l'image du Bernheim, straight whiskey à plus de 51 % de blé produit par la distillerie Heaven Hill et provenant de l'assemblage de quelques fûts de chêne neuf. Il s'agit du seul " wheat whiskey " produit dans le monde ou l'influence du blé est omniprésente (comptez environs 66 €).

Coup de cœur futé : Monkey Shoulder

Véritable coup de foudre pour ce pure malt du Speyside issu d'un assemblage tout aussi magique que réussi entre The Balvenie, Glenfiddich et Kininvie tous trois originaires du Speyside dans les Highlands en Ecosse et appartenant au groupe Glenfiddich et propriétés de la famille Grant's. Autrefois, les personnes affectées au " remuage " de l'orge (les maltmen) n'avaient pour simple outil qu'une pelle. En permanence dans les courants d'air, ces derniers étaient fréquemment sujets à de sérieux rhumatismes et tout particulièrement au niveau de l'épaule. Propre donc aux " maltmen ", la maladie fut surnommée " Monkey shoulder " (épaule du singe) et c'est en hommage à ces ouvriers indispensables que la famille Grant's décida de dédier ce triple malt. De couleur ambrée, ce triple malt offre un nez équilibré, à la fois miellé et herbacé où évoluent les épices, la réglisse et le fruit rouge. En bouche, il demeure fruité et marqué par la noix sèche et les épices, se prolongeant sur la vanille, la réglisse et des notes de crème de lait pour finir longuement tout en fleur et fruit et développant des notes de chocolat et pain au raisin.
Véritable explosion d'arômes et de senteurs mais tout en douceur et sensualité, le Monkey Shoulder s'apprécie avec simplicité en terrasse, entre amis et clôt à merveille une belle journée d'été.

Coups de cœur futés : entre Jura et Bruichladdich, mon cœur balance…

Si la distillerie de l'île de Jura (entre l'île d'Islay et le Mainland écossais), considérée par certains comme l'une des plus isolées et des plus anciennes d'Ecosse, produit un malt à la fois corpulent et doux et assez huileux ; on apprécie dans ses single malts le côté furtif de la tourbe et la légèreté de ses notes marines (sous l'influence de l'environnement dans le vieillissement des whiskies écossais). Les versions jeunes sont légères, pleines de douceur tout en demeurant typiques et plus on ira vers des versions plus âgées (il existe une version " 40 ans " qui oscille autour des 1 750 €), plus on tendra vers des single malts plus complexes et fins mais toujours aussi rigoureux.
A l'opposé, mais tout aussi étonnant (d'où ce double coup de coeur), les single malts issus de la distillerie Bruichladdich (une des rares distilleries à utiliser une cuve de brassage à ciel ouvert) surprennent par leur côté peu tourbé mais aussi et surtout par la puissance dégagée par leurs origines marines avec un nez iodé et une bouche aux saveurs salées des plus typiques. A la fois corpulents et racés, les single malts de Bruichladdich n'en demeurent pas moins élégants et apprécient aussi très bien de vieillir en fût de sherry comme on peut le découvrir avec le Bruichladdich Sherry Cask 19 ans 1986 (environs 115 €). Aussi, de ce duo on apprécie plus particulièrement Bruichladdich en période estivale alors qu'on optera plus facilement pour un Jura devant la cheminée.

Coup de cœur futé : The Glenlivet, le pionnier des single malts

L'histoire du whisky The Glenlivet commence au début du XIXe siècle dans la région du Speyside. Cette région offre des conditions idéales pour produire un whisky délicat et équilibré : une eau pure, une terre riche, un climat froid et humide tout au long de l'année. En 1858, grâce au succès de sa distillerie, George Smith peut en construire une nouvelle, il investit alors dans des alambics à longs cols de cygne. Exceptionnellement hauts et larges, cette forme inhabituelle permet une distillation lente et maîtrisée, qui donne à The Glenlivet son élégance et sa finesse aromatique. La renommée grandissante de ce whisky conduit nombre de distillateurs à en imiter le style jusqu'à en emprunter le nom. En 1884, seul le whisky de George Smith est enfin autorisé à s'appeler " THE " Glenlivet et George Smith devient le premier distillateur à obtenir une licence officielle. The Glenlivet First Fill 12 ans permet de redécouvrir la distillerie The Glenlivet. Véritable plongeon dans l'histoire de la distillerie, cette nouvelle référence incarne les piliers de la marque The Glenlivet de par son élaboration : une distillation lente et maîtrisée en alambics coniques au long col de cygne et l'influence du bois sur le profil aromatique issu de 12 ans de vieillissement en fûts américains de premier remplissage. The Glenlivet crée également une nouvelle gamme : The Glenlivet Nàdurra. Nàdurra signifie " Naturel " en gaélique, la gamme est élaborée selon des méthodes de production traditionnelles, datant du XIXe siècle : les whiskies sont non filtrés à froids et bruts de fûts. Une élaboration à l'origine d'une intensité et d'une complexité exceptionnelles. Chaque profil de la gamme Nàdurra doit sa spécificité au type de fûts utilisés lors du processus de vieillissement. Alors que The Glenlivet Nàdurra Oloroso se caractérise par un vieillissement en fûts de sherry, The Glenlivet Fist Fill Sélection est issu d'une maturation en fûts de chêne blanc américain de premier remplissage. The Glenlivet Nàdurra Peated vient compléter la gamme en se distinguant par un affinement en fûts ayant contenus au préalable du whisky tourbé.

Site Internet : www.theglenlivet.com

Coup de cœur futé : Aberfeldy : The Golden Dram (le Whisky Doré)

Niché au coeur d'une vallée luxuriante, sur les contreforts des Highlands écossais, Aberfeldy est un haut-lieu de la fabrication traditionnelle de whisky. Bâti sur des terres connues pour leur richesse en dépôts d'or, cet éternel bastion du whisky de malt invite les visiteurs du monde entier, depuis le début du XIXe siècle à déguster ce whisky d'exception.

Située au coeur de l'Ecosse, sur les rives du fleuve Tay, la distillerie d'Aberfeldy a été achevée en 1898 par les fils de John Dewar qui est né en 1805, à seulement trois kilomètres d'Aberfeldy. John Dewar a travaillé de nombreuses années pour un marchand de spiritueux. Il fonde ensuite son propre commerce de boissons et crée par la même occasion, ce qui est désormais connu dans le monde entier sous le nom de " Blended Scotch Whisky ". Sa réussite est telle qu'il doit augmenter sa capacité de distillation pour répondre à la demande, en particulier après le tour du monde entrepris par son fils Tommy.

Le choix d'implanter la nouvelle distillerie non loin de leurs terres natales s'est donc avéré naturel pour les frères Dewar.

Voici les 4 piliers d'Aberfeldy :

La richesse d'une eau minérale : la présence de la fameuse source d'eau a également pesé dans le choix du lieu : l'eau de la Pitilie Burn regorge d'or alluvial et rappelle la couleur ambre dorée du Single Malt Aberfeldy.

Le procesus d'élaboration : plusieurs aspects du processus de fabrication du whisky Aberfeldy sont particulièrement notables : l'emploi exclusif d'orge écossais qui à l'origine provenait des fermes environnantes et qui aujourd'hui est fourni par des producteurs de tout le pays ; sa fermentation plus longue qu'à l'habitude qui permet d'obtenir des esters plus savoureux, à l'origine des notes de miel caractéristiques du Single Malt Aberfeldy ; la maturation opérée dans une combinaison de barils, de tonneaux et de cuves, afin de préserver l'arôme délicat d'Aberfeldy.

La production : la distillerie d'Aberfeldy a depuis toujours employé des habitants de la région connaissant les secrets de ce superbe Single Malt. Elle continue d'utiliser des techniques ancestrales : une fermentation longue réalisée dans des " washbacks " traditionnels grâce à laquelle, les exceptionnelles de bruyère sont révélées.

La maturation : la douceur de ce whisky est le produit d'un vieillissement en fûts de chêne artisanaux de plusieurs années. Il en résulte des Single Malts tendres et doux que les amateurs apprécieront pour les notes épicées et d'agrumes avec des pointes de vanille.

Preuve de ce procédé de fabrication unique, Aberfeldy a été élu meilleur Single Malt des Highlands aux World Whiskies Awards 2014.

Visiter le site Internet : www.aberfeldy.com

Coup de cœur futé : Aultmore, un secret de plus de 100 ans enfin dévoilé

Aultmore vient du gaélique " An t-Allt Mor ", littéralement " le grand ruisseau ", en référence au cours d'eau (également appelé Auchinderran) qui alimente la distillerie. La " Foggie Moss " est le nom d'une lointaine et mystérieuse région d'Ecosse, connue autrefois pour ses contrebandiers et ses alambics clandestins.

Le goût exceptionnellement doux, net et fruité d'Aultmore peut être attribué à la Foggie Moss, humide et ventée, traversée par un réseau de sources naturelles. Loin de tout, la source de la distillerie se fraye lentement un chemin sur le terrain accidenté où fougères, ajoncs et bruyère filtrent et purifient l'eau, contribuant à former le caractère raffiné du Single Malt Aultmore.

Produit pour la première fois en 1897, ce classique et pourtant confidentiel whisky du Speyside est distillé depuis plus d'un siècle dans des alambics en cuivre fabriqués à la main.

Ainsi, Aultmore ne fait aucune concession aux modes de commercialisation actuels : pas de filtration à froid (pour éliminer certains composés aromatiques du whisky) et aucun ajout de caramel. Le distillat gagne ainsi en profondeur en bouche et en douceur ce qui lui permet de préserver le goût pur et inaltéré pour tout amateur de whisky.

Aultmore devient rapidement l'un des 12 seuls Single Malts à recevoir la distinction Top Class de la Distillers Company Ltd décernée par les experts et les maîtres assembleurs qui l'admirent pour sa rondeur et son savant équilibre. Une reconnaissance qui a encouragé les maîtres assembleurs, précurseurs pour leur époque, à rechercher le malt haut de gamme le plus distingué pour réaliser leurs créations.

A cette époque, la majeure partie de ce Single Malt étant réservée à l'assemblage, Aultmore ne produit que peu de bouteilles de son propre cru, à tel point qu'il est souvent décrit comme le whisky le " plus rare du Speyside ". Il a été considéré durant plus de 100 ans comme la cuvée secrète des habitants et des pêcheurs de la Buckie, savouré dans les bars locaux par ceux qui, au fait de la formule, commandaient une goutte de la Buckie Road. Finalement, en 2015, c'est la première fois qu'une gamme " officielle " est en vente pour le marché français.

Visiter le site Internet : www.aultmore.com

Coup de cœur futé : Helley Road Peated 46,2 %

Ce single malt de 5 ans d'âge nous vient tout droit de Tasmanie avec trois variantes de degré de tourbage du malt. Une dite " Original ", une seconde " Slighty Peated " et une troisième dite " Peated ". C'est cette dernière que retiendront les amateurs de whiskies les plus tourbés. En effet, elle développe amplement ses arômes de cendre, de poisson fumé, d'iode et d'humus. Aussi, certains préfèreront choisir la version " Slighty Peated " au caractère plus mesuré. Toutes deux se marient parfaitement avec une dégustation de plateau de fruits de mer. Flacon de 70 centilitres.

Coup de cœur futé : Amrut two continents

Ce single malt de cinq ans titre 46 %. L'orge de ce whisky indou est cultivée sur les contreforts de l'Himalaya et a été distillée à Bengalore. Cependant sa maturation en fûts de chêne a été réalisée en Europe, d'où sa dénomination de " Two Continents ". Le résultat en est un nectar complexe et unique, embouteillé en 786 bouteilles numérotées. Les collectionneurs apprécieront ! Amrut two continents ne se dévoile pas facilement. Il peut surprendre le palais lors de sa première dégustation. Mais les connaisseurs sauront très vite " l'apprivoiser ". Le résultat est loin d'être décevant. Sa découverte est d'une rafraîchissante vivacité précédant sa note finale épicée.

Coup de cœur futé : Kavalan King Car whisky of 46 %

Ce single malt whisky est taïwanais, du nom de la célèbre distillerie Kavalan devenue en quelques années seulement une référence mondiale. Son single malt complexe est d'un équilibre parfait malgré son jeune âge. Il est vrai que le climat de Taïwan est beaucoup plus doux que le climat écossais, engendrant une part des anges plus importante. Le résultat en est une qualité irréprochable et équivalente à celle des meilleurs single malts écossais en beaucoup moins de temps. Riche en notes de fruits exotiques, il constitue une excellente découverte qui vous donnera envie de tester d'autres Kavalan, car cette version plus ronde et plus riche que l'entrée de gamme est toutefois moins forte que celle de la gamme Solist. Complexe et délicat c'est l'étendard du groupe King Car.

Coup de cœur futé : Benromach 10 ans

Ce Speyside légèrement tourbé ne manquera pas de combler le palais des amateurs. Il a été embouteillé par Gordon & MacPhail en septembre 2009. Il possède à la fois toute la finesse des single malts du Speyside, mais aussi les notes fumées d'un Islay. Rappelant les single malts légèrement tourbés produits avant la Seconde Guerre mondiale dans cette région, il déploie en bouche une riche palette aromatique et gustative inégalée en Ecosse.

Coup de cœur futé : Okayama Japanese single malt 40 %

Elaboré au sein de la distillerie Myashita non loin d'Okayama à partir de la distillation d'orge cultivée autant au Japon qu'en Allemagne. Il est ensuite vieilli dans d'anciens fûts de Brandy. Ce single malt original a été élaboré pour fêter les cent ans de la distillerie. Son nez est fruité et épicé et sa bouche est fraîche et florale. On y retrouve avec plaisir la douceur du miel associée à de la noix de coco et à des notes de poivre. Le final soyeux à plaisir dévoile des notes subtiles de chêne. Un single malt à retenir !

Les single casksHaut de page

Maintenant que les bases sont maîtrisées, attaquons-nous à quelques appellations plus pointues parmi lesquelles l'appellation " single cask ". Nous entrons ici dans l'univers des puristes puisque ces single casks sont très recherchés des amateurs. En effet, nous sommes ici avec des whiskies issus d'un fût unique et qui, de plus, n'ont pas été dilués. Ce sera donc des whiskies oscillant entre 50 et 65 %, portant la mention " single cask " ou " cask strength " et pour les whiskies américains, la mention " single barrel ". Dans tous les cas, mention du fût d'origine sera faite sur l'étiquette de la bouteille. Côté dégustation, les puristes allongent leurs dégustations de single casks avec de l'eau... en provenance de la source à laquelle la distillerie d'origine est rattachée ! On trouvera donc des single casks en provenance de bon nombre de distilleries irlandaises, écossaises, américaines comme Jack Daniel's (qui pour rappel est un Tennesse whiskey et non un bourbon), mais aussi françaises à l'image du Single Cask Uberach fabriqué en Alsace !

Coup de cœur futé : Blanton´s Original Single barrel

Découverte étonnante que ce bourbon du Kentucky produit par la distillerie Buffalo Trace ! C'est en fait le premier bourbon a avoir été mis en bouteille, fût par fût, en 1984. Avec ce single barrel, Blanton a non seulement changé les habitudes américaines mais a aussi et surtout redoré le blason du whiskey américain. De couleur ambre cuivré, le nez onctueux révèle des notes de céréales, d'épices, de fruits confits, d'agrumes et de fleurs, The Blanton's Original offre une bouche ample et grasse, tapisse le palais de notes crémeuses. La finale est longue et épicée. Un pur chef-d'oeuvre pour tous les amateurs et pour tous ceux qui resteraient sur certains a priori vis-à-vis du bourbon. (Comptez environ 41 € pour la version single barrel, 72 € pour la version " collector " Blanton's Private Stock, 58 € pour la version Gold Edition et 34 € pour la version Blanton's Special Reserve).

Coup de cœur futé : Armorik Vinho Single Cask 53 %

Voici un single Cask breton incontournable. C'est d'ailleurs une série limitée à trois cent vingt bouteilles. Que les connaisseurs se le disent ! Sa palette aromatique et gustative reflète les caractères de sa Bretagne natale : c'est une version complexe, puissante, tumultueuse et intransigeante. Son profil vanillé et chocolaté se prolonge en bouche sur des notes herbacées de menthe et minérales.

Coup de cœur futé : le Solist Vinho barrique single cask strenght 58,60 %

Ce single malt du groupe King Car a remporté en 2015 les World Whiskies Awards ! Une belle récompense pour la robustesse de ce single cask. Vieilli en fûts de chêne américains ayant contenu des vins blancs et rouges, ce Kavalan taïwanais a été primé aussi pour son nez fruité et ses notes de bourbon. Ont également été particulièrement appréciés son attaque en bouche au goût de prune, de piment et de cannelle ainsi que son dévoilement de saveurs de noix légèrement salées en fin de dégustation.

Coup de cœur futé : Caol Ila 19 ans 1996 D.Laing 51,5 %

Ce single malt écossais de l'île d'Islay a tout pour plaire. Il est l'un des whiskies de la gamme Old Particular de l'embouteilleur D. Laing. Whisky classique de l'île d'Islay, il a été vieilli dix neuf ans. Il révèle des notes fumées et salées caractéristiques de ce territoire de production. Long en bouche, il se laisse déguster avec plaisir tant au masculin qu'au féminin.

Coup de cœur futé : Octomore 7 ans 2008 French oak

Un autre single malt écossais d'Islay qui mérite qu'on s'y attarde. Un pur produit de Bruichladdich ! Cet Octomore single cask 911 vieilli en fût de chêne français a été embouteillé en 2008 à son degré naturel de 64,4 %. C'est le plus tourbé de tous les whiskies d'Islay. Au nez, ses arômes de lard fumé, d'algues et de tourbe en font un produit plébiscité. En bouche, il est intense et dynamique avec des notes de feu de cheminée, de fruits rouges et de citron.

Coup de cœur futé : Clynenish 1996 B. Bros 56 %

Sortant des sentiers battus, ce single malt écossais des Highlands de la maison Berry. Bros & Rudd est un whisky intense et délicatement parfumé. Il a été mis en bouteille à son degré naturel de 56 % sans ajout de colorants, ni filtration à froid. Il mérite bien sa place dans la gamme Berry Bros Rétro avec son nez finement fumé et épicé complété par des arômes de miel et de vanille. Quant à sa bouche, elle est d'abord saline et fruitée avec des arômes épicés pour finir longuement et délicatement avec de légères notes de poivre.

Les ryes whiskeysHaut de page

Au tour des " grain whiskies " qui, en fait, sont des whiskies fabriqués à partir d'autres céréales que l'orge maltée. Ce sont les fameux " ryes whiskeys " américains. On trouvera donc des whiskies à base de maïs, d'orge non maltée mais aussi de blé, blé noir (comme en Bretagne) ou bien encore de seigle.
Ces whiskies souvent légers et au goût assez neutre. Ils ont une autre particularité résidant dans le procédé de fabrication : ils ne subiront qu'une seule distillation et, pour la version américaine, aucune période minimale de vieillissement ne leur est imposée.
On trouvera donc des grain whiskies en Ecosse à l'image de l'Hedonism Maximus de John Glaser (assemblage de deux très vieux single grains, Invergordon 42 ans et Cameronbridge 29 ans), au Japon avec le Nikka Coffee Grain, et bien sûr aux Etats-Unis où grain whiskies ou ryes whiskies se déclinent en différentes catégories.
Nous pourrions en effet pour les alcools américains, parler tout d'abord de blend rye/grain whiskies/whiskeys : assemblage de plusieurs alcools des grains à l'image du Wild Turkey Rye élaboré à partir d'un assemblage de 65 % de seigle, 23 % de maïs et 12 % d'orge maltée.
En toute logique viendront ensuite les pure rye/grain whiskies/whiskeys dans lesquels dominerait une céréale particulière tel que le blé avec le fameux Berheim présenté précédemment, le seigle avec le Rittenhouse, un whisky du Kentucky marqué par les épices et les fruits exotiques, ou bien encore le maïs produisant le mythique Corn Whiskey. Réalisé avec 80 % de maïs, ce dernier et considéré comme le vétéran de la Prohibition. D'ailleurs il ne reste plus que trois corn whiskeys aux Etats-Unis dont le Mellow Corn, le folklorique Platte Valley reconnaissable à ses vieux cruchons et le tout jeune Hudson New York Corn dont la particularité est de subir deux distillations dans la plus pure tradition écossaise.

Coup de cœur futé : Hudson Manhattan rye 46 %

Hudson Manhattan est un des premiers ryes produit depuis la Prohibition dans l'Etat de New-York, d'où son nom. Du fait de son vieillissement particulier dans des fûts de très petites tailles et pendant un temps très court, il développe un boisé de grande noblesse avec une qualité de fruits remarquable. Le tout dans une maturité plus que satisfaisante qui permet de révéler des notes de tabac à pipe et de réglisse, après avoir vidé le verre. C'est un digne représentant de l'American whiskey qui met à mal toutes les idées reçues au sujet des ryes whiskeys. Il accompagne parfaitement une tarte aux myrtilles.

Coup de cœur futé : Rittenhouse straight rye 40 %

Bien connu des amateurs de rye whiskey, il est vieilli dans des fûts de chêne américains du comté de Bourbon. Il en résulte un vrai plaisir au nez et en bouche. Au nez, il rappelle les vastes champs du Kentucky par ses odeurs de seigle, de poivre noir et de cannelle. En bouche, vous serez surpris à chaque nouvelle génération par un ensemble de saveurs crémeuses aux notes de vanille, de gingembre et de pépites de chocolat. Le final est exceptionnellement gourmand.

Coup de cœur futé : Sonoma rye 48 %

C'est un rye whiskey inhabituel, car il provient de la côte ouest américaine. C'est dans la plus petite distillerie de Californie qu'Adam Spigel l'a entièrement élaboré du grain jusqu'à la bouteille. Pour cela, il a utilisé l'eau du lac Sonoma, situé à proximité pour la distillation et a élevé son rye en fût de chêne. Le résultat est surprenant. Ce distillateur génial est très attaché aux traditions. C'est pourquoi, il pratique le chauffage de l'alambic à flammes directes (pot still à feu nu) comme c'était l'usage au XVIe siècle. Nez aux arômes chocolatés et persistant en bouche. Un incontournable !

Coup de coeur futé : Few rye whiskey 46,5 %

C'est de l'Illinois que nous arrive ce Few rye whiskey, élaboré à partir de 70 % de seigle et seulement 20 % de maïs et 10 % d'orge maltée. Ce qui explique son affinité gustative avec une eau-de-vie de framboises. Il se partage équitablement entre le caractère cristallin de son new make et sa maturité épanouie. Il impressionne d'amplitude et de puissance. Le résultat est plein d'agréables surprises. Au nez, des notes fruitées, florales et herbacées. Une bouche crescendo toute en douceur sur des arômes chocolatés et épicés.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis