Capitale de la République Tchèque, Prague est l'une des destinations les plus touristiques de l'Europe de l'Est. Le Pont Charles et l'horloge astronomique avec ses personnages qui montrent leur nez en haut du clocher toutes les heures et de vrais sonneurs de trompes, la ruelle d'Or et ses maisons miniatures ou encore le quartier romantique de Mala Strana, sont au nombre des fleurons emblématiques de Prague. Le centre historique de la ville figure au patrimoine mondial de l'Unesco. Les influences architecturales mêlées, gothique, baroque, art nouveau, composent un ensemble exceptionnel et l'on chemine d'église en église, du château à la somptueuse cathédrale Saint Guy, de pont en berge le long de la Voltava. Il faut aussi visiter le quartier juif et les musées dont celui fantastique du communisme, les parcs et les jardins, dont ceux pour les enfants, et découvrir les sculptures modernes dans les lieux publics. S'ajoute une riche vie culturelle tout au long de l'année avec des spectacles sur l'estrade montée dans la vieille ville, des salles prestigieuses et une programmation d'opéra de qualité. Les noctambules pourront aussi aller en boîte de nuit. Notons enfin qu'aux conviviales tavernes de cuisine traditionnelle tchèque s'ajoutent désormais de grandes tables gastronomiques, aux influences italiennes, dotées de belles caves mettant en avant les vins locaux, qui valent vraiment le détour.

Les lieux incontournables de PRAGUE

Quand partir à PRAGUE ?

Attention en plein été, traverser le pont Charles relève de l'exploit. C'est une queue sans discontinuer, dans un sens puis dans l'autre, et tout au long c'est une série d'attrape-touristes qu'il faut contourner. Inutile de dire que cela gâche le plaisir ! Sachez que la ville de Prague est bien vivante toute l'année avec des festivals et animations qui peuvent être un bon prétexte pour un séjour. Le festival de jazz de Prague est programmé un mois au printemps, le festival du Printemps de Prague commence à la date anniversaire de la mort du compositeur Bedrich Smetana et propose une riche et prestigieuse programmation de concerts de musique classique entre le 12 mai et le 3 juin (www.festival.cz). En juin, le festival de musique de la Vltava (United Island of Prague) est plus éclectique et propose, sur chaque île dans le centre de Prague, des concerts sur des thèmes musicaux différents : jazz ou rock tous les ans début juin (www.unitedislands.cz). Pour la Toussaint, les cimetières sont abondamment décorés de bougies, livrant une ambiance féerique aux visiteurs. Noël offre d'autres festivités. Prague sous la neige prend des allures magiques et célébrer le nouvel an dans la capitale tchèque ne manque pas de charme. La haute saison touristique s'étend de mi-mai à fin septembre. Les prix sont alors élevés, surtout pendant les longs week-ends de mai. Il est ainsi préférable de partir en avril ou en octobre pour éviter la foule, la chaleur estivale en été et le climat froid et sec de l'hiver. Toutefois, de fin juillet au 15 août, la ville connaît une relative accalmie touristique pendant laquelle les tarifs d'hôtels sont minorés de 10 à 20 %. Les tarifs d'hôtels connaissent entre Noël et le jour de l'An un nouveau pic et il est préférable de réserver suffisamment en avance.

Comment partir à PRAGUE ? Nos conseils & astuces

Comme pour toutes les destinations très touristiques, vous trouverez une multitude de propositions de séjours clé en main dans la capitale de la république tchèque. Deux, trois, quatre, sept, dix jours... c'est au choix. La formule la plus courante et la plus avantageuse combine vol, hébergement et guide pour les visites.

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Facilement accessible, reliée par des vols low cost, Prague est une destination facile qui permet de s'offrir un week-end dans une capitale au très riche patrimoine pour un budget raisonnable. On aura aucun mal à trouver à se loger à Prague, ville dotée d'une large gamme d'hébergements : hôtel pas cher, hôtel de charme dans le centre, location d'appartement... La ville étant très touristique tout est fait pour faciliter votre séjour. Prévoir en avance vos hébergements en été et à Noël.

Se déplacer à l'intérieur des villes est très aisé en République tchèque, où les années de pouvoir communiste suivies d'une bonne santé de l'économie ont engendré la création de réseaux denses, performants, très bon marché et facilement utilisables pour les touristes. C'est particulièrement vrai à Prague, qui possède un métro moderne, propre et rapide, ainsi qu'un dense réseau de tramway, fonctionnant 24h/24. Les taxis sont une alternative plus onéreuse, mais abordable, parfois plus pratique.

Photos de PRAGUE

Découvrir PRAGUE

Population et langues

Un peu plus de 10 % de la population tchèque vit à Prague qui compte près de 1,2 million d'habitants. La République tchèque est un pays relativement homogène (particulièrement pour les standards d'Europe centrale et orientale) avec près de 96 % de la population parlant tchèque.

A Prague, les nuances sont plus marquées, comme dans toutes les capitales, avec la présence plus importante de certaines minorités, pour certaines implantées de longue date, pour d'autres apparues après la libéralisation.

La République tchèque compte près de 500 000 étrangers sur son sol, dont plus du tiers vit à Prague. En tête les Ukrainiens, puis les Slovaques et les Vietnamiens. Arrivent ensuite Russes, Polonais, Allemands, Roumains et citoyens des pays d'ex-Yougoslavie.

Un nombre d'expats en constante augmentation. Prague, ville très anglophile et ouverte aux investissements internationaux, s'est attirée une très vaste communauté d'expats. La ville compte par exemple environ 5 000 Américains, 3 000 Britanniques, 3 000 Allemands et un peu plus de 1 500 Français.

Les Roms, une communauté à part. Vivant sur le sol tchèque (ou tchécoslovaque) depuis plusieurs siècles, les Roms sont la plus importante minorité ethnique du pays, avec une population estimée à environ 200 000 individus. Victimes de fortes discriminations, les Roms (Tsiganes) représentent l'un des challenges les plus importants pour les différents gouvernements en place. La Révolution de velours a permis aux Roms d'avoir enfin un véritable statut reconnu (du moins sur le papier) : ils ont acquis le statut de minorité nationale, ce qui leur permet, entre autres, de recevoir une éducation dans leur langue maternelle, d'utiliser cette langue dans les rapports officiels, mais également de se rassembler selon le principe national. Cependant, l'assimilation sous la période communiste a porté ses fruits et une infime minorité de Roms parle encore le romanès à l'heure actuelle. Pour l'heure, ils sont représentés au gouvernement par le biais du conseil chargé des minorités, au même titre que d'autres minorités tchèque.

Comme dans le reste du pays, une des caractéristiques de la population pragoise est d'être vieillissante. Près de 20 % de la population a plus de 60 ans, alors que l'on ne compte que 14 % de moins de 14 ans. Globalement la moyenne d'âge pragoise est de 42 ans (contre 39 ans pour Paris), et l'arrivée à la retraite des baby-boomers de l'après-guerre risque d'accentuer cette tendance dans les années à venir. Un fait de société qui n'est pas pris à la légère dans une ville où les équipements pour les personnes âgées ou à mobilité réduite sont clairement à la traîne...

Dialectes. Un Pragois se reconnaît à son accent chantant : pas de distinction des adjectifs neutre (en " e ") et masculins (en " y ") tous deux prononcé " eille ", dobrý ou dobré (signifiant bon et prononcé en tchèque littéral " dobri " et " dobré ") seront donc prononcé " dobreille " à Prague. Cet accent perçu comme laid et arrogant dans le reste du pays est souvent moqué comme symbole du mépris de la capitale. Chaque région compte son petit accent ou dialecte. On reconnaîtra immédiatement un habitant d'Ostrava (la capitale de la Silésie) à sa diction courte et à l'emploi de mots venus du polonais ; un habitant de Haná (la Moravie centrale) transforme les suffixes finissant normalement par un " e " en un " a " ; un habitant de Pilsen (l'ouest de la Bohême) utilise le préfixe " tu " avant les pronoms ; les habitants de Brno parle un dialecte particulier lié à l'allemand, même si l'on affirme souvent que le morave est ce qui se rapproche le plus du tchèque littéral. Que cela ne vous décourage pas si vous voulez apprendre le tchèque, on fera toujours un effort pour vous en faciliter la compréhension.

L'étonnante minorité vietnamienne

Arrivée dans les années 1960 à la faveur d'échanges entre les régimes communistes tchécoslovaques et vietnamiens, la communauté vietnamienne compte aujourd'hui presque 60 000 ressortissants dans le pays, principalement à Prague. Ces échanges bilatéraux s'accentuent dans les années 1980, avec des Vietnamiens qui se retrouvent principalement employés comme main-d'oeuvre dans les industries légères du pays. La chute du communisme rend les accords passés entre les deux régimes communistes caducs et un grand nombre de Vietnamiens décident de rester dans le pays. Profitant de la libéralisation du système, beaucoup ouvrent leurs épiceries ou reprennent des commerces en faillite. Vous les trouverez aujourd'hui gérant une grande partie des petites épiceries pragoises, ou dans les nombreux restaurants chinois qui parsèment les rues de la capitale. Preuve de leur importance au sein de la société tchèque, le nom de famille Nguyen est le 9e plus courant dans le pays !

9.90 €
2019-01-30
312 pages

Reportages & actualités de PRAGUE

Ailleurs sur le web
xiti
Avis