Région capitale par excellence (elle compte huit départements), l'Ile-de-France regorge de surprises et même le meilleur des guides touristiques sur l'Ile-de-France ne saurait tout recenser ! De Lutèce à la construction progressive du Grand-Paris, en passant par la sortie de terre des villes nouvelles, l'Ile-de-France a été, et est toujours, le décor des heures les plus décisives de l'histoire du pays. Vous trouverez donc un foisonnement de monuments (châteaux de Versailles ou de Vaux-le-Vicomte...), de lieux classés aux patrimoines national et mondial (basilique Saint-Denis, Arc de Triomphe...), de musées (musée du Louvre, Centre Pompidou...). Métropole culturelle et intellectuelle, l'Ile-de-France est aussi le poumon économique du pays, réalisant à elle seule près du tiers du produit intérieur brut national : le quartier d'affaires de la Défense par exemple, en est un parfait exemple. Et contrairement aux idées reçues, la région est essentiellement verte et compte de nombreuses forêts (on pense à la forêt de Fontainebleau). L'Ile-de-France compte aujourd'hui plus de 12 millions d'habitants, soit un cinquième de la population française métropolitaine. L'offre en ce qui concerne la culture, les loisirs (Disneyland Paris) et les pratiques sportives (Stade de France, Roland Garros...) est donc, elle aussi, très importante pour satisfaire toute la population francilienne. Bref, de Montreuil à Versailles, en passant par Neuilly-sur-Seine, Cergy-le-Haut et, bien sûr, Paris, l'Ile-de-France est la région de tous les possibles et de tous les excès !

Les lieux incontournables d'Ile-de-France

Quand partir en Ile-de-France ?

Quand partir en Ile-de-France ? Absolument toute l'année, tant il y a de choses à y voir et à y faire ! Pour être plus tranquille, vous devriez néanmoins privilégier les saisons intermédiaires : automne et printemps. Très visitée toute l'année, l'Ile-de-France connaît néanmoins de petites accalmies en ces périodes, ce qui permet aux touristes qui fuient la foule et malgré tout attirés par la région, de s'y rendre, plus tranquillement et à moindre coût.  

L'hiver, les illuminations de Noël viennent éclairer les villes et confèrent aux villes de la région une atmosphère très agréable. 

L'été, par contre, la région se vide de ses habitants et se remplit de visiteurs. Les prix des hébergements augmentent et les réservations doivent s'y faire plusieurs mois à l'avance. 

Enfin, de nombreuses manifestations (festivals, événements sportifs, expositions, salons professionnels...) se tiennent toute l'année : ceux-ci peuvent bien entendu conditionner votre séjour en Ile-de-France).

Organiser son voyage en Ile-de-France

Photos d'Ile-de-France

Découvrir l'Ile-de-France

Les immanquables

Paris
<p>Panthéon</p>

Panthéon

Arc de Triomphe
Basilique du Sacré-Coeur
Cathédrale Notre-Dame
Cité des Sciences et de l'Industrie
Musée du Louvre
Musée national d'Art moderne - Centre Georges Pompidou
Tour Eiffel
Essonne

L'Essonne renferme quatre zones naturelles, au nord-ouest l'Hurepoix, au sud-est les plaines de la Beauce, au nord-est le plateau de la Brie et au sud-est le Gâtinais français. Ce dernier fait l'objet d'une protection particulière puisqu'il est classé depuis 1999 parc régional naturel. Sur les 63 700 hectares que recouvre le Gâtinais français, il y a 57 communes, dont 29 en Seine-et-Marne et 28 en Essonne. Surnommé le pays aux mille clairières et gués, ce parc naturel régional, relie la forêt de Fontainebleau à la forêt de Rambouillet. L'originalité de ce parc repose sur la diversité de ses paysages : clairières, forêts, sols sablonneux, réunissant une faune et flore remarquables. L'Essone est traversée par de nombreux cours d'eau  : la Juine, l'Ecole, l'Essonne, la Chalouette, la Velvette, la Renarde... et magnifiée par de nombreuses forêts : Dourdan, Verrières, Sénart, Fontainebleau... En tout, 1000 km de chemins permettent de parcourir ce département vert à cheval.

Il existe 6 circuits découverte réservés aux cavaliers en Essonne. Pour se procurer la carte de tourisme équestre en Essonne, contacter le Comité départemental de tourisme de l'Essonne.

Voilà 6 boucles qui traversent le département :

Boucle 1  : traversée de la forêt de Sénart. Distance : 30 km. Durée : 1 jour. Départ et arrivée  : parking de la faisanderie de Sénart. Cette première boucle dans le nord-est du département, aux alentours de Draveil et Etiolles, permet de parcourir la forêt de Sénart et de croiser en chemin la Maison forestière de la faisanderie et le chêne d'Antin. Eugène Delacroix et Alphonse Daudet ont habité dans le coin  ; ils ont été fortement inspirés par les paysages de cette forêt qui renferme plus de 800 mares, ce qui fait sa spécificité.

Boucle 2 : randonnée entre la Rémarde et la Renarde, du Château-du-Marais à Saint-Sulpice-de-Favières. Distance  : 40 km. Durée : 2 jours. Cette randonnée peut débuter et se terminer depuis deux points, soit le centre équestre Les Césardières à Saint-Yon soit le centre équestre La Courbette à Boissy-sous-Saint-Yon, deux clubs voisins. Cette boucle se dessine à travers la vallée de la Rémarde, la vallée de l'Orge, la vallée de la Renarde en passant par Val-Saint-Germain et Saint-Sulpice-de-Favières, dans le centre du département. En route, les cavaliers peuvent visiter le château et le parc du Marais, ou bien encore le château de Bandeville.

Boucle 3 : au coeur de la forêt de Dourdan, découverte de l'Abbaye de l'Ouye. Distance : 23 km. Durée : 1 jour. Cette promenade culturelle démarre sur le parking de l'abbaye de l'Ouye à Dourdan et invite à la découverte d'une forêt exceptionnelle. Le domaine de Dourdan prolonge au sud le croissant vert de la forêt de Rambouillet et marque la limite sud-ouest de l'Île-de-France avant le plateau de Beauce. Cet ensemble forestier occupe une superficie de 1 600 hectares. Elle se divise en deux massifs séparés par la vallée de l'Orge. Dès les Mérovingiens, la forêt appartient au domaine royal. Propriété des rois, elle fut partagée avec l'abbaye de l'Ouye. On y trouve de nombreuses essences d'arbres : châtaigniers, frênes, hêtres, bouleaux et surtout des chênes. Sur le plan faunistique, la forêt de Dourdan est fréquentée par des chevreuils, des lapins, des faisans, des lièvres, des écureuils, des renards, et de nombreuses espèces d'oiseaux qui y trouvent un milieu favorable.

Boucle 4  : entre les vallées de la Juine, de l'Essonne et de l'Ecole. Distance : 66 km. Durée : 3 jours. Cette randonnée peut également se commencer depuis deux centres équestres voisins, le centre équestre du Bois-Moret à Auvers-Saint-Georges ou les Ecuries de la Boissière à Orveau. Cet itinéraire, en plein coeur de l'Essonne, a été pensé autour de la Ferté-Alais connue pour son église romano-gothique et ses vieux quartiers. Cette boucle sera également l'occasion de découvrir le village de Boissy-le-Cutté et ses anciennes carrières de grès.

Boucle 5 : le long de la vallée de la Chalouette. Distance  : 30 km. Durée : 1 jour. Le départ et l'arrivée se feront depuis le centre équestre Bucéphale à Châlo-Saint-Mars, village dont le manoir de Tronchet, demeure du XIe siècle, mérite un coup d'oeil. Au sud-ouest de l'Essonne, cette randonnée suit scrupuleusement cet affluent de la Juine, jusqu'à sa source à Chalou-Moulineux.

Boucle 6 : entre l'Essonne et l'Ecole, bois et plaine autour de Milly-la-Forêt. Distance : 30 km. Durée : 1 jour. Depuis le centre équestre Evadec à Boutigny-sur-Essonne, c'est dans le Gâtinais français, au sud-est du département, que cette randonnée emmène le cavalier à la découverte de la forêt de Milly-la-Forêt et de la bourgade de Moigny-sur-Ecole pour ses cressonnières et son église Saint-Denis.

Cathédrale d'Évry
Milly-la-Forêt

Jean Cocteau, résidant de Milly, écrira  : " C'est à Milly que j'ai découvert la chose la plus rare du monde  : un cadre. " Milly est située au coeur du Gâtinais, au fond d'une petite dépression entourée de forêts. On y cultive des céréales sur le plateau, au sud-ouest ; le fond de la dépression est le territoire de la culture maraîchère et légumière. Milly est aussi le terroir des plantes médicinales aromatiques, qui ont acquis une renommée mondiale.

Historiquement, la province du Gâtinais revint à Philippe Ier en 1068 ; à cette époque, la bourgade s'appelait Milly-en-Gâtinois. Ayant quitté le domaine de la couronne, elle est devenue le berceau de la maison seigneuriale de Milly : jusqu'au XIXe siècle, cinq familles vont s'y succéder. À l'origine, le mur d'enceinte était percé de sept portes dont seulement deux restent en partie visibles. C'est au XVIIIe et au XIXe siècle que furent comblés les fossés.

Aujourd'hui, il ne faut pas rater le Conservatoire national des plantes médicinales, aromatiques et industrielles qui, sur quatre hectares, cultive 1 300 espèces et variétés différentes. Ce parcours audioguidé est constitué de vidéos, bornes et jeux interactifs. Pour poursuivre sur le même thème, on ira visiter la chapelle Saint-Blaise-des-Simples (XIIe siècle), une ancienne maladrerie décorée par Jean Cocteau qui en fit sa dernière demeure, et son jardin où poussent des simples utilisées au Moyen Âge pour lutter contre la lèpre. Dans la ville, il ne faut pas manquer la halle (XVe siècle), vaste bâtiment en bois qui rappelle le temps des grandes foires d'antan, et la maison de Jean Cocteau. Dans la forêt, courez découvrir Le Cyclop, oeuvre monumentale créée à partir de 1969 par les artistes Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle en compagnie de leurs amis, auxquels se sont ensuite joints Arman, César et tant d'autres.

Hauts-de-Seine
<p>L'Araignée rouge de Calder</p>

L'Araignée rouge de Calder

La Défense
<p>Boulogne-Billancourt, vue sur le quartier de la Défense depuis les quais du Bois de Boulogne</p>

Boulogne-Billancourt, vue sur le quartier de la Défense depuis les quais du Bois de Boulogne

Le parc de Sceaux
Seine-et-Marne
Château de Fontainebleau
Disneyland Paris
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux
Provins
<p>Collégiale Saint-Quiriace de Provins</p>

Collégiale Saint-Quiriace de Provins

La cité médiévale de Provins est marquée par son passé de ville de foire développée par les comtes de Champagne. Pour s'assurer de son succès, ils mirent en place des gardes de foire qui protégeaient le commerce, y compris pendant le transport des marchandises. Dans le même temps, ils vont profiter de la présence de l'eau pour développer le commerce de la laine et des draperies qui gagnera une renommée internationale. Au XIIIe siècle, les comtes de Champagne étaient plus riches que le royaume de France voisin... Après un astucieux mariage, le comté de Champagne tombera dans le domaine royal. Provins garde le souvenir de cette époque faste. La cité médiévale est toujours entourée par ses murailles. En contrebas, la vue de la ville haute fortifiée est saisissante. La visite de celle-ci vous ramène des centaines de siècles dans le passé. Provins compte cinquante-huit monuments classés ou inventoriés au titre de monuments historiques. Consécration ultime, la ville est classée au Patrimoine mondial de l'Unesco. En plus d'une documentation remarquable, l'office de tourisme propose un espace d'exposition avec une maquette de la cité. On y trouve aussi des billets permettant d'assister aux spectacles d'inspiration médiévale organisés ici chaque année. Les principaux sites à visiter à Provins sont les deux kilomètres de remparts bien restaurés, la tour César - symbole de la ville, la grange aux dîmes, ou encore les vastes réseaux de souterrains, et le musée d'Art médiéval.

Seine-Saint-Denis
Basilique cathédrale de Saint-Denis
Stade de France
Val-de-Marne
Val-d'Oise
Abbaye de Royaumont
Auvers-sur-Oise

À 20 km du périphérique, attendez-vous à un merveilleux dépaysement. Le village apparaît au bout d'une route bordée d'arbres taillés. Le clocher est en point de mire. Une fois l'Oise franchie au niveau de la gare, vous entrez dans le monde " impressionniste ". C'est en 1861 que le peintre Daubigny s'installa à Auvers, suivit onze ans plus tard par le docteur Gachet. Ces deux hommes firent découvrir à leurs amis artistes ce site exceptionnel. Un cortège de peintres défila alors, chevalet en main, parmi lesquels Daumier, Corot, Pissarro, Sisley, Guillaumin et Renoir. L'histoire de Van Gogh est un peu particulière. Il ne résida à Auvers que 70 jours. 70 jours de frénésie créatrice durant lesquels il peignit au moins une toile par jour jusqu'à sa mort, dramatique, dans les bras de son frère. L'auberge Ravoux où s'est déroulé le drame a été transformé en Maison de Van Gogh et se visite, tout comme la maison du docteur Gachet qui accueille aujourd'hui des expositions temporaires d'artistes contemporains. Ne manquez pas l'église du village qui a fait l'objet d'un des plus fameux tableaux du peintre. Celui-ci repose dans le cimetière du village au côté de son frère Théo. L'histoire de cette époque et de ce foyer du mouvement impressionniste est remarquablement expliquée dans plusieurs musées qui jalonnent les rues de ce village pittoresque. Une ballade sur le plateau vous plongera dans l'ambiance qui inspira les peintres. Le ciel est omniprésent et les champs se déroulent sous vos yeux au gré des longs mouvements du plateau. Auvers reste aujourd'hui un foyer artistique dynamique comme le démontre chaque année un important festival de musique. De nombreuses expositions d'artistes contemporains, inspirés par leurs prédécesseurs, se déroulent dans les commerces et dans les musées.

Yvelines
Château de Versailles
Château de Rambouillet

Reportages & actualités d'Ile-de-France

Découvrez les circuits à vélo en Ile-de-France

Avis