C'est la plus vaste nation du monde. Frontalière de l'Europe et de l'Asie, de l'océan Pacifique et de l'océan Arctique, la Russie se déploie sur 10 000 km de long. Ses paysages varient de la toundra aux plages subtropicales, de forêts de bouleaux en taïga, des montagnes de l'Oural aux steppes de l'Asie centrale et jusqu'aux plus hautes montagnes, à proximité de la Chine, qui dressent leur pic du communisme (7 495 m) et leur pic Lénine (7 134 m). Ce pays donne le vertige ! Et pour s'imprégner de sa variété, croiser les datchas et les clochers à bulbe, les statues du réalisme socialiste et autres vestiges du communisme, le mieux est encore de voyager d'un bout à l'autre avec le Transsibérien, samovar à portée de tasse. On fera forcément escale dans ses deux fleurons. Saint-Pétersbourg, d'une part, l'ancienne capitale, la somptueuse ville de Pierre, fondée par l'empereur russe Pierre le Grand, avec son fameux palais d'hiver baroque qui abrite désormais une partie des collections du musée de l'Ermitage. Moscou, d'autre part, la capitale, avec sa place rouge et ses ballets du Bolchoï, l'un des symboles culturels de la Russie. Parmi les incontournables, (mais vous ne verrez pas tout en un séjour) : l'Anneau d'Or et ses églises, le lac Baïkal, Vladivostok, le Kamtchatka, paradis des randonnées sauvages, la Carélie... Et lorsque vous aurez mangé plusieurs versions de bortsch, bu de la vodka et apprécié le caviar russe, il vous restera à trouver les chapkas et les poupées russes que vous ramènerez en souvenir.

Les lieux incontournables de Russie

Quand partir en Russie ?

Non, la Russie n'est pas recouverte de neige toute l'année et contrairement à une idée reçue on peut profiter de cette destination en toute saison. L'hiver russe est splendide, d'un blanc immaculé. Février et mars sont les meilleurs mois, car les nuits sont plus courtes et la neige tient encore partout. Avec un bon équipement, et à condition de ne pas s'aventurer trop loin en cette saison, les températures négatives ne sont pas une réelle épreuve. En été, les températures peuvent devenir très chaudes, notamment en ville, c'est donc la meilleure saison pour profiter des montagnes et des lacs. L'été peut être très chaud et humide y compris en Sibérie. Une petite partie de la côte de la mer Noire près de Sotchi possède un climat subtropical et l'on recense régulièrement dans les plaines nord-caucasiennes des températures de l'ordre des 40 °C en été. La Russie est donc le pays des contrastes : avec les -68 °C records enregistrés à Oïmiakon et Verkhoïansk en Iakoutie, l'amplitude des températures est extrêmement importante. Évidemment, avec un territoire aussi grand, il est difficile de donner des dates précises, les saisons arrivent avec des intensités différentes selon les régions. Pour visiter Moscou, l'Anneau d'Or et la Volga, la période la plus adéquate va de juin à septembre. Mais peut-on réellement avoir vu la Russie centrale et ses églises sans son manteau blanc ? Pour Saint-Pétersbourg et le Nord, préférez la période entre mai et septembre, avec un intérêt particulier si vous venez entre juin et mi-juillet pour les fameuses nuits blanches. Mais là encore, le coeur de l'hiver a quelque chose de magique. Pour le littoral de la mer Noire et le Sud, la période de mi-juillet à fin août connait un pic d'affluence de touristes locaux. Deux périodes sont essentiellement à éviter : la fonte des neiges (vers mi-avril, début mai), et la période de mi-octobre à début décembre.

Comment partir en Russie ? Nos conseils & astuces

  • Voyages organisés en Russie
  • Partir seul(e) en Russie
  • Se déplacer en Russie

Les voyages organisés pour la Russie sont une bonne option. Ils se déroulent généralement sur trois semaines, ce qui vous permet de découvrir tout de même plusieurs régions efficacement dans la mesure où tout est organisé et que vous ne perdrez pas votre temps à chercher votre route ou votre logement. Avantage aussi : vous n'avez pas à vous occuper de votre visa.

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Ne pas maitriser la langue russe n'est plus rédhibitoire sur place, sauf peut-être dans les campagnes, car la pratique de l'anglais se développe toujours plus. Vous trouverez facilement des vols secs pour Saint-Pétersbourg ou Moscou, vous pouvez réserver de chez vous vos hôtels en ville. Sur place selon l'itinéraire que vous avez imaginé vous pourrez toujours relier un point à un autre en bus ou en train.

Les vols intérieurs sont efficaces mais chers. Prenez à la gare routière, les autobus et marshroutkas qui quadrillent le pays à prix imbattables. Mais c'est le train qui vous fera prendre la mesure du pays, samovar à portée de tasse, avec ou sans couchette. Un train à grande vitesse relie Moscou et Saint-Pétersbourg en 5 heures. Les bateaux de croisières empruntent les fleuves. A Moscou, les bateaux sillonnent la Moskova à prix modique. À Moscou et Saint-Pétersbourg, préférez les taxis aux bus.

Préparer son voyage en Russie

Les circuits touristiques en Russie

Escapade culturelle à la découverte des deux capitales

La Russie est un très grand pays. Pour une courte mais bonne introduction aux principales facettes de son identité actuelle, nous vous suggérons de vous concentrer sur ses deux grandes villes : Moscou...

La russie balnéaire

Si l'association de "Russie" et "balnéaire" peut apparaître comme un oxymore, il faut garder à l'esprit que les Soviétiques ne pouvaient pas quitter l'URSS ; c'est pourquoi tout un réseau de stations ...

Photos de Russie

Découvrir la Russie

Les plus de Moscou

Une ville chargée d’histoire
Musée d'Histoire et cathédrale Notre-Dame-de-Kazan.
Musée d'Histoire et cathédrale Notre-Dame-de-Kazan.

De l'empire tsariste à l'Union soviétique, de " la troisième Rome " à la vitrine du stalinisme, de la ville de paysans à la capitale de l'homme soviétique, l'histoire de Moscou se confond avec celle du pays tout entier. Elle porte les stigmates des périodes les plus sombres de son histoire, et témoigne en même temps de sa grandeur. L'histoire se visite d'abord dans les rues de Moscou. Il faut voir le Kremlin où chaque pierre témoigne de la construction et de l'évolution de l'Etat russe, en un concentré de pouvoirs religieux et politique. Il faut se promener dans les quartiers de Kitaï Gorod et de Chistiye Prudy pour débusquer les anciens palais des aristocrates russes. Visiter le métro de Moscou, véritable musée de la propagande stalinienne, voir les sept staliniennes et le VDNKh, l'exposition des réalisations de l'économie russe, la vitrine de l'URSS, aujourd'hui transformé en un fourre-tout commercial. Découvrir les monastères aux environs de Moscou pour comprendre la force du pouvoir religieux dans l'ancienne Russie. S'aventurer dans la campagne moscovite pour se frotter à la Russie rurale.

« La troisième Rome »
Zamoskvorietchie, clocher d'église.
Zamoskvorietchie, clocher d'église.

La légende fait de Moscou la ville aux " quarante fois quarante églises ". Pas moins de 800 églises ornaient celle qui se voulait " la troisième Rome " après la chute de Constantinople. La moitié environ a survécu à l'immense campagne de laïcisation menée par l'URSS. Petites et grandes églises rivalisent de beauté et de magnificence, de Saint-Basile l'exubérante à la cathédrale de l'Assomption, qui couronnait les tsars, de la baroque église de La Trinité à Nikitine à la reconstruite cathédrale du Christ-Saint-Sauveur. Moscou brille de ses mille églises aux bulbes scintillants qui balisent la route du promeneur. Mais les églises sont des lieux cultes où vous pourrez constater la ferveur de la foi russe.

L’éternel printemps des poètes

On ne peut comprendre Moscou si l'on ne sait pas combien elle aime ses poètes et ses écrivains. Vivants on les adore, morts on les idolâtre. Leur mémoire est éternelle, et ils restent à jamais enracinés dans la ville : il suffit pour s'en convaincre de flâner le long du boulevard des Jardins, truffé de statues d'écrivains, ou de visiter les musées-appartements dont Moscou regorge, et qui gardent avec une religiosité solennelle la mémoire de leurs anciens habitants. Les poètes continuent à être lus et aimés. Les récitals de poésie de Maïakovski ressemblaient à des concerts de rock. Evtouchenko, lui, chantait dans les années 1960 la Russie du dégel. Si ce temps est révolu, les lectures de poésie continuent à être légion dans la ville : les poèmes sont déclamés dans les cafés, les parcs ou bien même du haut d'une statue...

Délicieuse rencontre architecturale de l’Orient et de l’Occident

Le marquis de Custine arrivé en Russie en 1839 relate ainsi ses premières impressions : le Kremlin n'est pas un palais comme un autre, c'est une cité tout entière, et cette cité est la souche de Moscou ; elle sert de frontière à deux parties du monde, l'Orient et l'Occident : le monde ancien et le monde moderne sont là en présence ; sous les successeurs de Gengis Khan, l'Asie s'était ruée une dernière fois sur l'Europe ; en se retirant elle a frappé du pied la terre, et il en est sorti le Kremlin ! On ne peut qu'être ébahi devant l'unicité de cette architecture où se mêlent bulbes dorés, coupoles colorées, et arabesques. Théophile Gautier a très bien résumé cette impression : " Cela ne se rapporte à aucun style connu. Ce n'est pas grec, ce n'est pas byzantin, ce n'est pas gothique, ce n'est pas arabe, ce n'est pas chinois ; c'est russe, c'est moscovite [... ] parfois ses plans ressemblent à des hasards de cristallisation. "

La nuit moscovite endiablée
Moscou by night, quartier de Kitaï Gorod.
Moscou by night, quartier de Kitaï Gorod.

Bars, clubs de jazz, salles de concert, boîtes de nuit font vibrer la ville de la tombée de la nuit au petit matin. Il n'y a sans doute aucun domaine de la vie urbaine qui n'ait aussi radicalement changé depuis quinze ans. Les Moscovites ont appris vite et très bien. Moscou hésite entre Las Vegas et New York, entre le clinquant des boîtes, restaurants et bars, et la confidentialité des scènes musicales innovantes. Il n'y a pas un soir de la semaine où un concert, un DJ ne vaillent une virée nocturne. Les atmosphères sont soignées, l'ambiance musicale souvent impeccable, et les Moscovites tour à tour déchaînés ou élégamment attentifs à la création artistique, frimeurs ou simplement réunis entre amis autour d'un verre. Pour les plus sages, il y aura toujours les opéras et les ballets du Bolchoï ou du Maly et les pièces de théâtre du MKhAT.

La ville des beaux-arts
Arbatskaïa, rue Arbat - statue.
Arbatskaïa, rue Arbat - statue.

De la littérature à la peinture, Moscou offre des balades sur les traces de ses grands artistes. La galerie Tretiakov est sans doute le plus beau musée de Russie, peut-être un des plus beaux au monde. Consacrée à la peinture russe, rare à l'étranger, elle expose des tableaux d'une force incroyable de Repine et Sourikov, peintres du peuple et de l'Histoire, à Kandinsky et ses sommets de l'abstraction en passant par la féerie de Chagall. Le musée Pouchkine offre, lui, une belle collection d'art de l'Antiquité à sa fabuleuse collection d'impressionnistes français. Moscou est aussi bien sûr une occasion unique pour admirer les plus belles icônes du monde.

Reportages & actualités de Russie

Ailleurs sur le web
Avis