Rio compose assurément un des plus beaux sites naturels et urbains de la planète... Son relief de morros, (colline, comme le Pain de Sucre, image indissociable de la ville) joint l'océan à la plus grande forêt urbaine du monde. Les montagnes, le ciel, la mer et ses habitants se fondent naturellement en un paysage unique au monde, dans une ambiance définitivement sybarite.
La ville de Rio de Janeiro est riche d'une grande diversité sociale qui s'inscrit dans un espace initialement cloisonné par ces barrières naturelles que constituent les morros. Au fil du temps ont été construits des tunnels traversant ces obstacles. Ils relient aujourd'hui les différentes parties de la ville et favorisent son extension vers les nouveaux espaces urbanisés du sud. C'est le Rio à la mode. Ainsi, au Rio populaire des quartiers nord, se juxtapose le Rio " business " du centre des affaires, le Rio bohème de Santa Teresa, le Rio portugais du centre historique, le Rio balnéaire de Copacabana, le Rio chic d'Ipanema, le Rio américain de Barra da Tijuca, le Rio nature de la forêt de Tijuca ou encore le Rio misère des favelas.
Ainsi la diversité de Rio dépasse de loin sa seule dimension sociale. L'histoire s'écrit en palimpseste en de nombreux quartiers où différentes strates historiques se superposent avec plus ou moins de bonheur. La cathédrale São Sebastião et ses formes postmodernes jouxte les arches de Lapa où passe le Bondinho, relique d'un temps révolu, en un tableau maintes fois croqué !

Les lieux incontournables du Minas Gerais

Préparer son voyage au Minas Gerais

Photos du Minas Gerais

Découvrir le Minas Gerais

Les plus de Rio

Rio, un site urbain extraordinaire !

Symbole international du Brésil, Rio de Janeiro est à la fois un concentré de Brésil et une ville à part. Disons pour simplifier que Rio est au Brésil ce que Paris est à la France : capitale culturelle et touristique, vitrine du pays à l'international, une des plus belles villes du monde, des habitants à la personnalité bien marquée. La réalité est bien entendu plus complexe : Rio a cessé d'être capitale politique du pays en 1960, quand Brasilia a été inaugurée. São Paulo est la capitale économique depuis presque cinquante ans et une grande rivalité existe entre ces deux villes, un peu comme entre Rome et Milan. Mais, malgré la disparition de ses prérogatives administratives et la naissance d'un sentiment d'une certaine décadence chez ses habitants, Rio reste une ville à part dans l'imaginaire des Brésiliens, le symbole d'une douceur et d'une joie de vivre inégalées, une mégalopole de plus de 6 millions d'habitants qui entremêle dans une parfaite harmonie beautés naturelles et histoire coloniale. Les sites magnifiques du Pain de Sucre et du Cristo Redentor sont les emblèmes non seulement de la ville, mais également du pays. Les rénovations urbaines accomplies pour la Coupe du monde de football et pour les Jeux olympiques ont donné une nouvelle impulsion à la ville, notamment dans les quartiers du Centro (notamment le Porto Maravilha et ses musées, le nouveau tramway) et de Barra de Tijuca.

Le plus grand carnaval du monde !

Il y a une bonne chance que ce soit l'un de vos objectifs, car près d'un tiers des touristes qui visitent le Brésil au cours de l'année le font pendant cette période, au coeur de l'été austral. Le carnaval de Rio est la plus grande manifestation populaire au monde, une fête unique au monde. Les principaux temps forts en sont les défilés des écoles de samba, les blocos de rua (défilés de rues) et les bals populaires. Durant quatre jours, la samba est reine, les corps ondulent au rythme des mélodies des principaux blocos, la cerveja gelada (bière glacée) et la caïpirinha coulent à flots, la folie collective qui s'empare de la ville ne cessant qu'au soir de mardi gras.

La nature dans la ville

" Il n'y a pas de ville plus belle au monde, et aucune n'est aussi inépuisable et aussi inextricable. On ne finit jamais de la découvrir. La mer a formé des zigzags étranges de ses côtes et la montagne a dressé des écrans prodigieux. " La découverte de Rio par Stefan Zweig en 1940 exprime mieux que quiconque la magie du lieu, cet incroyable enchevêtrement de plages de sable fin, de morros verdoyants (les montagnes entourant la ville), de parcs enchanteurs (celui de la forêt de Tijuca est le plus grand parc urbain du monde, avec ses 3 300 hectares de forêt atlantique) et de zones urbaines surpeuplées. Le coucher de soleil en plein été sur la plage d'Ipanema avec les Dois Irmãos (les " Deux Frères ", les célèbres pics qui surplombent le quartier chic de Leblon) en toile de fond est l'une des vues les plus merveilleuses qui soit !

L'omniprésence de la musique

La musique joue un rôle fondamental dans la culture brésilienne. À Rio, comme dans le reste du pays, tout le monde est un peu musicien ou mélomane. La samba et la bossa-nova sont nées et ont grandi à Rio. Elles sont concurrencées par les nouveaux rythmes du reste du pays, comme l'axé-music de Salvador, le forró de Recife ou le sertanejo de l'intérieur de São Paulo. Le traditionnel chorinho revient en force, porté par le retour d'une certaine samba " traditionnelle ", par opposition avec les sambas de carnaval, plus rapides et considérées par beaucoup comme ayant perdu en authenticité pour des raisons commerciales. La bossa-nova, ce mélange parfait entre des accords d'influence jazzy et un rythme ralenti issu de la samba brésilienne, symbolise la nonchalance et la douceur de vivre caractéristique de Rio. Elle a fait découvrir la musique brésilienne au monde entier. La bossa-nova est une musique née à Rio et indissociable de cette ville. Apparue dans cette période d'ébullition culturelle qu'ont constituée les années 1960, portée par des artistes fondamentaux comme Vinicius de Moraes ou Tom Jobim (qui ont composé ensemble l'hymne indépassable de la bossa-nova, Garota de Ipanema), elle a également symbolisé le développement du quartier d'Ipanema, comme la croissance de Copacabana avait accompagné l'explosion de la samba dans les années 1920. Musique intellectuelle, décontractée, qui s'écoute sans se danser, elle se veut complexe, élitiste et blanche, par opposition aux aspects populaires du forró ou de la samba aux rythmes africains. La MPB, Musique Populaire Brésilienne, enfin, apparue au début des années 1970 et dont les porte-étendards en sont Caetano Veloso, Jorge Ben Jor ou Seu Jorge de nos jours, a su mixer les sons traditionnels de la samba ou de la bossa-nova pour les marier avec les musiques anglo-saxonnes, pop, rock ou folk.

La passion du football

Le sport favori des Brésiliens : tous veulent devenir Pelé, Ronaldo ou Neymar. Vous ne pouvez pas venir au Brésil sans assister à un match dans les stades (le Maracanã ou l'Engenhão à Rio, le Mineirão à Belo Horizonte), dans les parcs, sur la plage, dans la rue, à la pause déjeuner. Le dimanche, c'est foot obligatoire, il y a toujours une équipe de Rio qui joue. C'est un sujet national, qui occupe toutes les conversations, rassemble et oppose, lie et délie les amitiés. Le football brésilien serait né à Rio, mais c'est un étudiant anglais qui y aurait introduit deux ballons de football et un exemplaire des règles du jeu, lors d'un séjour au début du XXe siècle. Ce fut le coup de foudre !

Rio de Janeiro est un lieu fort important dans l'histoire et l'actualité footballistique, et héberge notamment le fameux Maracanã : le Maior do Mundo, l'ex plus grand stade au monde, qui a accueilli près de 200 000 spectateurs lors de la finale de la Coupe du monde 1950 (victoire historique de l'Uruguay sur le Brésil). Plus récemment la défaite de la Seleção à domicile en demi-finale de la Coupe du monde en 2014, au stade Mineirão de Belo Horizonte, face à l'Allemagne sur le score terrible de 7 à 1, a été vécu comme un traumatisme. Mais il ne faut pas oublier que la Seleção est la seule équipe à compter 5 étoiles sur son maillot, soit autant que de coupes du monde remportées !

La ville de Rio, quant à elle, compte quatre clubs principaux : Flamengo, Fluminense, Botafogo et Vasco de Gama. Le plus traditionnel et le plus huppé est le Fluminense, soutenu à l'origine par la bonne société carioca. Le Flamengo est le grand club populaire de Rio et du Brésil, le plus titré du pays avec ses 6 trophées nationaux. Il déchaîne les passions bien au-delà de Rio : sa torcida (club de supporters) est estimée à 35 millions de fanatiques rubro-negros (rouges et noirs, les couleurs du maillot de Flamengo). C'est le club du grand Zico. Le duel avec Vasco de Gama, à l'origine le club des immigrants portugais, est le plus bouillant de la ville.

Une population accueillante

Vous apprécierez très vite la gentillesse et l'ouverture d'esprit des Cariocas, leur tendance à parler durant des heures devant une bière ou tout simplement devant le pas de leur porte. L'amitié vous sera donnée facilement et dès les premières rencontres. Vous pourrez être amené à rencontrer un Brésilien qui vous accompagnera plusieurs jours comme si vous étiez des amis de longue date, pour le simple plaisir de vous montrer sa ville et son pays. Vous rencontrerez des taxis qui exalteront les talents de leur équipe de foot préférée ou de leurs chanteurs de MPB favoris. Cependant les promesses de rendez-vous futurs ne sont pas forcément tenues : les Cariocas vivent aussi d'amitiés passagères. Vous pourrez vous faire des amis très rapidement, mais les perdre tout aussi vite. A gente se fala, qui équivaut à notre " on s'appelle ", signifie " à plus... peut-être ".

Les plus belles cités coloniales du Brésil

Au-delà des clichés, les États de Rio, et surtout du Minas Gerais, regorgent de pépites culturelles et architecturales héritées de la grande épopée de l'Or du XVIIIe siècle : Paraty, Ouro Preto, Diamantina ou Tiradentes sont autant de trésors coloniaux incroyablement bien préservés qui plongent le visiteur au coeur de l'Histoire. Chacune de ces cités-étapes composent l'Estrada Real, cette route qui reliaient les lieux d'extraction du minerai roi avec la côte, d'où partaient les bateaux richement chargés vers la mère patrie portugaise. Pouvoir marier les plaisirs de l'une des plus belles mers du monde (à Búzios, Arraial do Cabo ou encore Ilha Grande...) avec la richesse culturelle des villes coloniales, c'est ça aussi la magie du Brésil !

Ailleurs sur le web
Avis