Le guide : EUROPE À MOTO : De Naples à la pointe de la Botte

Guide

De Naples à la pointe de la Botte

Parcours : 761 km

Changement radical de décor : après Naples, en direction de la Calabre, les villes se font de moins en moins monumentales, de plus en plus dépouillées, témoignage du contraste saisissant qui sévit toujours entre l'Italie du Nord et du Sud. Les villes étapes n'en sont pas moins, souvent, charmantes, et l'accès aux plages devient plus facile. Les décors, en revanche, sont toujours aussi splendides, et au cours de ce circuit, la route parcourue vaudra largement l'étape du soir.

ETAPESROUTESKM PARTIELKM CUMUL
Naples0
PompeiSS183434
SorrentoSS1452660
AmalfiSP7, SS145, SS16349109
SalerneSS16325134
PotenzaSS18, SS19, SR19ter, SP442, SP12, SS95var puis SP94118252
CastelmezzanoE847 puis SP3234286
CosenzaSP60, SP103, SS19, SS585 SS18, SS107 puis PSP241236522
CatanzaroSP241, SP244, SP75, SS108bis, SS179, SP26 puis SP10992614
Catanzaro LidoSS1913627
SoveratoSS10619646
Serra san BrunoSP148, SP150, SS713, SS18234680
Vibo ValentiaSS18241721
PizzoSS1810731
TropeaSS52230761
De Naples à la pointe de la Botte
De Naples à la pointe de la Botte

Capitale régionale de la Campanie avec plus d'un million d'habitants, Naples occupe un site privilégié qui fait d'elle l'une des plus anciennes cités d'Occident. Le centre-ville, avec ses presque 30 siècles d'architecture et d'histoire, est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Quant au décor, nul besoin de le planter : la baie de Naples, avec le Vésuve en toile de fond, est certainement, autant que la tour de Pise, l'image la plus connue de toute l'Italie.

Mythique Capri

Des trois îles ancrées dans le golfe de Naples, Capri demeure la plus célèbre et la plus touristique. Pics vertigineux, eaux turquoise, superbes criques, élégantes villas aux jardins en terrasses, grottes et panorama unique narguent presque le visiteur. Durant l'Antiquité, les empereurs Auguste et Tibère y construisent de nombreuses villas. Entre le XIXe et le XXe siècle, Capri accueille peintres, écrivains et musiciens, qui tous lui rendront hommage. Curzio Malaparte y a laissé une villa (lieu de tournage du film Le Mépris de Godard), Gorki s'y est entretenu avec Lénine, et Neruda a encore une rue portant son nom.

À voir / À faireHaut de page
Gravir le Vésuve

Avec un peu de temps, il vous sera possible de vous rendre à Herculano (Herculanum), à 12 km au sud-est de Naples, puis de rejoindre le parking Piazzale di Quota 1000, au bout de la route étroite mais goudronnée, d'où part le chemin pédestre vers le cratère (Il Gran Cono), à 1 132 mètres d'altitude.

SORRENTOHaut de page

La ville est située sur une terrasse naturelle dominant la mer, ponctuée de charmantes petites anses qui en ont fait un des grands centres de villégiature de la région. La ville est propice à la promenade avec ses minuscules ruelles en retrait du port et des marinas.

La légende prétend que la ville fut fondée par Hercule, en hommage à la nymphe Amalfi, dont il tomba éperdument amoureux. Amalfi fut la première république maritime italienne. Sa richesse lui a permis de se doter de prestigieux monuments qui servent aujourd'hui à attirer un nombre sans cesse croissant de touristes.

Amalfi.
Amalfi.

Outre son noyau médiéval construit en contrebas du château d'Arechi, Salerne abrite de nombreux couvents. Développée à l'époque romaine, la ville connaît son heure de gloire entre les périodes lombarde (VIIIe siècle) et normande (XIe siècle). Son école de médecine fera beaucoup pour le prestige acquis par la cité au Moyen Age. Joachim Murat, roi de Naples à l'époque napoléonienne, fermera cependant l'école en 1812. Historiquement, Salerne est également liée au débarquement des Alliés en septembre 1943, dont les bombardements détruisirent un grand nombre de témoignages de ce très riche passé. Largement supplantée par Naples, elle demeure néanmoins l'un des centres économiques importants de la région (chef-lieu de province). Le centre historique se révèle très attachant. Les offres de logements sont plus économiques que sur la côte amalfitaine et on y trouve de bonnes tables.

Perchée sur les hauteurs de la plaine du Basento, à plus de 819 m d'altitude, Potenza est la plus haute capitale de région d'Italie. Ella a été fondée au IVe siècle av. J.-C., sur le site de l'important centre lucanien de Serra di Vaglio. En 1980, elle a été dévastée par un terrible tremblement de terre et ensuite en partie reconstruite. Son noyau " antique " se trouve sur la rive gauche du fleuve Basento. La ville est pleine de descentes et de montées, au point qu'il faut un certain temps pour arriver jusqu'au centre. Ce chef-lieu de la Basilicate n'offre pas de monuments intéressants, mais il y règne une atmosphère particulière aux villes de montagne. C'est un noeud important des voies de communication.

CASTELMEZZANOHaut de page

Cet ancien fortin lombard a été construit à même la roche des Dolomites. Le panorama y est splendide. Il règne dans ce petit village de 800 âmes une atmosphère paisible toute particulière. Toutefois, les plus intrépides pourront s'essayer au vol de l'ange (Volo dell'Angelo), une attraction qui permet de rejoindre à partir de Castelmezzano le village de Pietrapertosa et d'en revenir suspendu dans les airs à un câble d'acier à près de 120 km/h.

<p>Le village de Castelmezzano, perché dans les montagnes.</p>

Le village de Castelmezzano, perché dans les montagnes.

Première étape importante en Calabre quand on vient du nord, Cosenza est un centre culturel et économique que l'on traverse parfois sans même s'y arrêter. Pas de jardin d'Eden caché, il est vrai, ni même de monument exceptionnel, mais une ville qui semble cependant injustement oubliée des touristes. Cosenza, entourée de ses sept collines, n'est pas sans charme. Au pied de l'une d'elles, le mont Pancrazio, s'étend l'ancien centre urbain, dominé par le château normand-souabe. Ce centre historique a sa singularité, bien éloignée de celle des petites ruelles blanches des Pouilles. Ici, c'est le délabrement qui prédomine, mais un délabrement qui n'empêche pas l'oeil de percevoir l'ancienneté et la beauté de certaines façades.

CATANZAROHaut de page

La position centrale de Catanzaro lui a valu son titre de capitale régionale de la Calabre. Son aspect actuel date de la reconstruction de la ville au XIXe siècle. Rien, exceptée la petite église normande d'Omobono, n'est véritablement ancien à Catanzaro. Les tremblements de terre de 1783 et 1832 ont en effet détruit tous ses monuments antiques. Dominant le confluent de la Fiumarella et du Musofalo, construite sur un plateau, Catanzaro n'offre de beau que le décor qui l'environne : pics, arêtes, chaînes de montagne à perte de vue. La ville elle-même est un enchevêtrement de ruelles qui montent et descendent.

SOVERATOHaut de page

Soverato, coincée entre les collines et la mer, est une ville joliment soignée, avec un bord de mer moderne (Soverato Marina). Excepté une tour du XVIe siècle bien conservée, il ne reste plus rien de l'ancienne ville médiévale. Soverato est cependant très prisée pour ses plages d'eau cristalline, son lungomare où il fait bon flâner, ainsi que pour son jardin botanique.

SERRA SAN BRUNOHaut de page

Cette petite ville d'allure montagnarde s'est développée autour de la majestueuse présence de l'une des plus belles chartreuses d'Italie.

VIBO VALENTIAHaut de page

Une des plus séduisantes étapes de Calabre, voici une ville à taille humaine ayant conservé une bonne dose d'authenticité à travers ses églises et palais du XIXe siècle. Avec cela, un site d'une exceptionnelle beauté, au fond du golfe de Sant'Eufemia, et, pour ne rien gâcher, une vocation balnéaire dopée par les belles plages voisines.

À voir / À faireHaut de page

Surplombant la mer, Pizzo est l'une des localités les plus pittoresques et touristiques de la province. Ancien bourg médiéval très animé, Pizzo fut agrandie quand Ferdinand d'Aragon décida d'y construire un château, en 1486. C'est ici qu'en 1815 fut fusillé Joachim Murat, Maréchal d'Empire, roi de Naples (1808-1815) et beau-frère de Napoléon, après un bref emprisonnement de quinze jours. Sa dépouille, transférée dans la basilique San Giorgio, ne fut jamais retrouvée. Un cénotaphe lui est dédié, ainsi qu'à son épouse Caroline Bonaparte, au cimetière parisien du Père-Lachaise. A voir : la Chiesa di Piedigrotta, une chapelle creusée dans la roche en bord de mer par des naufragés.

Destination touristique par excellence, mais encore peu fréquentée, la ville jouit d'un site extraordinaire, perchée sur un promontoire embrassant un large panorama sur la Calabre. Le centre-ville a ici moins souffert des tremblements de terre et a conservé pour une bonne part son aspect d'autrefois.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis