Le guide thématique Petit Futé PECHE : PICARDIE – Les étangs de la Haute-Somme (80)

PICARDIE – Les étangs de la Haute-Somme (80)

Sur l'eau ou sur les berges : pénichette ou petit train

A partir de la base de Cappy vous pouvez partir en croisière sur les canaux. Une flotte de pénichettes confortables et bien équipées pouvant embarquer de 5 à 10 personnes vous attend d'avril à novembre. Votre navigation sera ponctuée par le passage des écluses. Sachez que ces pénichettes se conduisent sans permis et que la maîtrise des manoeuvres s'acquiert rapidement à la base de départ. Les canaux de la Somme s'ouvrent sur le grand réseau fluvial du Nord de la France et peuvent conduire les aventuriers vers le sud, l'est, ou vers le Nord, vers la Belgique ou la Hollande. Les pêcheurs trouveront sans mal des spots le long du périple.


Une autre approche de l'eau est proposée depuis les berges avec le P'tit train à vapeur. Le p'tit train de la Haute Somme musarde le long des bords de Sommepour une découverte originale du site. Les amateurs de tortillard d'antan seront comblés : un tunnel, un haut pont, un rebroussement en Z, une rampe en forêt sans oublier les vieilles banquettes de bois, les secousses et peut-être quelques escarbilles... Renseignement à l'office de tourisme d'Amiens.

Serpentant de sa source à la baie, le fleuve Somme donne vie à une mosaïque d'étangs qui sont autant de paradis pour les pêcheurs. Longer le canal de la Somme est un vrai plaisir. La présence des anguillères, ces pièges servant à capturer les anguilles, évoque le caractère très poissonneux du secteur. Ici, carpes et brochets attirent les pêcheurs. Les étangs de la vallée de la Haute Somme se découvrent du haut de quelques points de vue aménagés en surplomb.

Durant des millions d'années, le paysage picard a été façonné par le vent et l'eau. Des roches sédimentaires mariant craie, argile, calcaire et sable se sont déposées dans les plaines alluviales et les fonds marins. Le fleuve Somme, pour sa part, a creusé son lit voilà 12 000 ans. Depuis l'époque romaine, la vie s'organise autour de la construction de gué et de la pêche. C'est au moyen âge que la vallée fut découpée en étangs aménagés pour la production d'énergie hydraulique. Jusqu'au milieu du XXe siècle, ces petits îlots servaient à la production maraîchère. Puis on creusa et découpa les étangs pour y prélever la tourbe avant d ela faire sécher pour être utilisée dans la construction des maisons et des usines ou servir de combustible à la population, mais aussi de fertilisant après combustion.

La biodiviersité est aussi une particularité de ce biotope très particulier. Dans les méandres du fleuve Somme et sa chevelure d'affluents, nichent une faune et une flore riches et diversifiées : 114 espèces nicheuses sur 264 recensées en France sont présentes dans la vallée. La flore n'est pas en reste : au coeur des roselières ponctuées de saules et d'aulnes et sur les larris, poussent plantes carnivores, orchidées, fougères, digitale jaune, renoncules et stellaires des marais...
Quant aux étangs très poissonneux de la Haute-Somme, ils ne peuvent que satisfaire les férus de pêche. Pêche au blanc ou aux carnassiers, à l'anglaise ou au coup, à la graine ou à la mouche, il y en a pour tous les goûts ! Tanches, sandres, truites, brochets, goujons, anguilles, gardons, brèmes, carpes et perches nagent en ces endroits paisibles, sauvages et généreux. Les étangs et marais de la Haute Somme appartiennent à des propriétaires, communes ou particuliers, qui en gèrent l'exploitation.

En voiture : à 28 km d'Amiens, 85 km de Lille, 150 km de Paris.

En train : sur la ligne Paris-Lille via gares d'Albert ou d'Amiens Gare TGV-Haute-Picardie à 18 km d'Albert.

En avion : aéroport-Albert-Picardie, aéroport Lille-Lesquin à 80 km, Aéroport Beauvais-Tillé à 100 km, aéroport Roissy-Charles de Gaulle à 130 km.

LES DIFFÉRENTS SPOTSHaut de page
L'anguille, reine des étangs

La courageuse anguille parcourt des kilomètres pour aller se reproduire en mer des Sargasses, au large des Antilles. Mais avant cela, elle s'engraisse dans les étangs de haute Somme, surtout au printemps et en été. En hiver, elle se réfugie dans la vase pour une vie au ralenti où elle économise ses réserves de graisse en réduisant au maximum son activité. Après 12 à 20 ans de vie sédentaire au fond de la Somme, l'anguille amorce sa métamorphose : elle arrête brusquement de se nourrir, sa peau vire au vert argenté et elle entreprend un long périple de 6 000 kms pour rejoindre le sud-est de la Floride.

En patois picard, l'anguille est nommée cacheux. En vallée de la Somme, on la pêche entre Béthencourt et Bray-sur-Somme. Les anguilles sont attrapées par l'intermédiaire des neuf anguillères qui subsistent en vallée de la Haute-Somme mais elles peuvent également être pêchées à la ligne, de mai à août. Les anguilles sont ensuite accommodées de multiples façons : fumée ou fraîche, en terrine ou en matelote, grillée ou mitonnée au cidre. Mais dans la région, la tradition c'est plutôt l'anguille fumée. On allume un feu, on suspend les anguilles dans le fumoir et l'on dépose de la sciure de hêtre sur les braises. La fumée apporte sa saveur. La chair est légèrement grasse, moelleuse, fondante et subtilement salée.

En juillet, ne manquez pas la fête de l'anguille à Eclusier-Vaux ! Attention toutefois, depuis quelques années une nouvelle réglementation est en cours pour protéger cette espèce désormais menacée (carnet de capture). En outre les anguilles sauvages, polluées au PCB, sont contre-indiquées pour la consommation. Conséquence : une profession et une région lourdement pénalisées.

Le fleuve Somme, en serpentant de sa source à la baie, donne vie à une mosaïque d'étangs au niveau de la haute Somme, qui sont autant de spots pour les pêcheurs. La présence des anguillères (pièges servant à capturer les anguilles) rappelle le caractère très poissonneux du secteur connu pour ses carpes et ses brochets. Les étangs de la vallée de la haute Somme se découvrent du haut de quelques points de vue aménagés surplombant la vallée. Ces étangs sont non seulement le paradis des pêcheurs, mais aussi celui des randonneurs. Les étangs très poissonneux de ce beau pays du coquelicot, entre Péronne et Corbie, autour d'Albert et de Bray-sur-Somme, ne peuvent que satisfaire les férus de pêche. Pêche au blanc ou aux carnassiers, à l'anglaise ou au coup, à la graine ou à la mouche, il y en a pour tous les goûts ! Tanches, sandres, truites, brochets, goujons, anguilles, gardons, brèmes, carpes et perches évoluent tranquillement dans ces sites sauvages. Le long des berges, vous guetterez dans les reflets de la rivière les carpes scintillantes en goûtant la sérénité d'une pêche dans une nature préservée. Quant aux étangs et aux marais, ils présentent la particularité d'appartenir généralement à des propriétaires privés, communes, particuliers, associations de pêche... Vous devrez donc vous renseigner sur place ou en consultant le site de la Fédération afin de connaitre l'AAPPMA ou le propriétaire concerné par l'étang qui vous tente. Vous devez vous acquittez de vos droits de pêche fédéraux et/ou locaux.

Les étangs de la Haute-SommeHaut de page

Le parcours Fédéral de Neuville-les-Loeuilly est composé d'un site de pêche de deux étangs et dispose d'une longueur de rives offrant de nombreux postes de pêches. Ces étangs sont d'anciennes gravières, vous y trouverez donc des fonds intéressant allant de 2.5 à 5 mètres. L'été les algues offrent de nombreux refuges aux poissons présents aussi n'hésitez pas à pêcher entre deux eaux. Les poissons qui peuplent ces étangs sont en majorité des gardons, des perches et des tanches, mais vous trouverez aussi, des brochets. Le premier étang est destiné à la pêche aux gros poissons, carpeaux, tanches, carassins (remise à l'eau obligatoire des prises). La pêche aux leurres est interdite dans les étangs. Un parcours de première catégorie piscicole sur la rivière Selle jouxte ces étangs, vous pourrez donc vous adonner aussi à la pêche à la truite. Toute la réglementation de ce parcours est affichée à l'entrée de ce site. Pêche et amorçage en barque sont interdits. Ce site de pêche n'est pas ouvert à la pêche de nuit. Pêche aux carnassiers : deux cannes maximum.

Avec votre carte de l'AAPPMA de l'Ablette d'Or de Rosières, vous pourrez exercer votre loisir sur les lots de pêche de la Fédération de la vieille Somme (bras de fuite au Moulin Violette à la Neuville-les-Bray, bras de l'Abby entre l'abreuvoir d'Ethinehem, canal au niveau du grand large de Méricourt, bras à Chipilly et Sailly-Laurette), mais aussi sur les deux beaux étangs de Méricourt-sur-Somme, appartenant à l'association, au lieu-dit le Coucou, et à l'étang de Rosières.

L'AAPPMA des pêcheurs de Bray-sur-Somme vous ouvre les étangs fédéraux et parcours sur la Somme, mais aussi ses propres étangs : les cinq étangs du Couchant dont trois ouvert à la pêche à la carpe de nuit et un no-kill (gros poissons).

SE RESTAURERHaut de page
Matelotte d'anguille

Ce poisson d'eau douce aux allures de serpent de mer peut mesurer de 50 cm à 1 m pour les plus grosses pièces. Attention, les anguilles sont venimeuses, il faut donc qu'elles soient correctement nettoyées par votre poissonnier. L'anguille se cuisine en friture, mais se vend également fumée en filets. L'anguille à la matelote est la manière la plus populaire de la préparer, mais l'anguille peut aussi se cuisiner à l'escabèche. Enfin l'anguille peut se consommer crue, souvent dans des plats japonais tels que les sushis. Voici une recette automnale et hivernale, calorique et savoureuse.

Ingrédients pour 6 personnes : 150 g de poitrine fumée, 250 g de champignons de Paris, 50 g de beurre, 1 sucre en morceau, 1 bouquet garni, 1 cuillère à soupe de farine de blé, sel, poivre, 200 g de petits oignons, 1,5 kg d'anguille, 1 Bouteille de Vin Rouge

Préparation : faites revenir à la cocotte, dans du beurre (environ 30 g), les petits oignons blancs et la poitrine fumée détaillée en petits dés. Lorsque le contenu de la cocotte a pris couleur, ajoutez la farine en pluie tout en remuant avec une cuillère en bois, puis laissez cuire 3 à 4 minutes, sans cesser de remuer, jusqu'à ce que la farine roussisse légèrement. Mouillez petit à petit avec le vin rouge, en remuant toujours soigneusement. Ajoutez le sucre, le bouquet garni, salez, poivrez, et laissez cuire doucement 30 minutes à découvert. Pendant ce temps-là, lavez les champignons, séchez-les, détaillez-les en lamelles, et faites-les blondir à la poêle sur feu vif, dans le beurre restant. Après les 30 minutes de cuisson requises pour la sauce au vin, ajoutez l'anguille dépouillée et coupée en tronçons et les champignons. Laissez cuire à feu doux et à découvert durant encore 20 à 25 mn. Présentez la matelote dans un plat de service creux. Vous pouvez servir en accompagnement des petits croûtons frits au beurre.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté