Le département très typé et très touristique de l'Ardèche longe la vallée du Rhône et regarde, de l'autre côté du fleuve, le département de la Drôme. L'Ardèche voisine tout à la fois la Loire, la Lozère, la Haute-Loire et le Gard. Ce territoire très minéral tient son nom de la rivière qui marque son paysage et dont les gorges, fief du canoë-kayak, sont mondialement connues, ou presque. Les raisons de s'y émerveiller sont multiples et variées. Ce qui saute aux yeux tout d'abord, c'est la beauté des paysages, les sucs, les gorges, les massifs, les vallées, les cultures en terrasses, les murs de pierres sèches le long des champs et des sentiers de randonnée, les villages préservés sur leur promontoire... Ce territoire abrite le parc naturel régional des Monts d'Ardèche et des trésors dont le Pont d'Arc, voûte naturelle qui enjambe la rivière, la caverne ornée du Pont d'Arc, reconstitution de la grotte Chauvet, la grotte de l'Aven d'Orgnac et son musée de la Préhistoire, Alba-la-Romaine et son site archéologique, sans oublier le safari de Peaugres ou encore le féérique bois de Païolive.

L'Ardèche est aussi un pays gourmand où l'on prend le temps de manger et de trinquer, l'un des plaisirs de la destination. Sous le label Goûter l'Ardèche, cherchez les restaurants des Toqués de l'Ardèche, les bistrots de pays et autres tables où l'on met en valeur les produits locaux, la châtaigne, l'agneau, le boeuf fin gras du Mézenc, la pomme de terre violine de Borée, la charcuterie de montagne, les champignons sauvages, les vins et jus de fruit de pays, entre autres saveurs authentiques.

Les lieux incontournables de l'Ardèche

Quand partir en Ardèche ?

Quand partir ? La haute saison touristique en Ardèche, c'est l'été, qui voit défiler sur les eaux vives de la rivière les amateurs de canoë-kayak. Plusieurs rendez-vous sportifs autour de la randonnée, du VTT, du trail, du canoë rythment l'été ardéchois. S'ajoutent des festivals et des fêtes villageoises. En juillet, c'est le festival du Cirque à Alba-la-Romaine, en  août, les vignerons nous font découvrir leurs cuvées, en septembre, place à l'humour à Tournon-sur-Rhône, en octobre, on fête la châtaigne, lors des Castagnades... Et toute l'année, on remplit son panier dans les marchés de producteurs de tommes de chèvre, miels et autres délices. Les routes pittoresques attirent les motards et le automobilistes qui ont le temps d'apprécier le paysage. On évite toutefois l'hiver où neige et verglas rendent la conduite en montagne un peu périlleuse. On privilégie les vacances scolaires pour venir avec les enfants, car l'Ardèche est une destination famille idéale, baignade en été, visite de musées sur la préhistoire, découverte de grottes, randonnées thématiques aménagées. Attention, beaucoup d'équipement ferment en hiver. De même, de nombreux restaurants et hôtels ne sont ouverts qu'à la belle saison. L'Ardèche se vide, restent les irréductibles, ce qui n'est pas sans charme !

Comment partir en Ardèche ? Nos conseils & astuces

Photos de l'Ardèche

Découvrir l'Ardèche

Les immanquables

Fortes de richesses naturelles déployées au sein de biotopes divers et très particuliers, de leur patrimoine architectural et de leurs traditions, la Drôme et l'Ardèche invitent à des découvertes et des émotions variées. Alors de musées originaux en espaces ludiques, de sites remarquables au coeur d'une nature préservée en villages perchés, c'est une riche mosaïque à effeuiller et des immanquables à apprécier au fil des routes et du séjour.

Ardèche
L'Aven d'Orgnac

Un site unique et magique au sud du plateau calcaire des gorges de l'Ardèche et de son immense forêt de chênes verts. Impossible d'imaginer en cheminant à travers cette belle garrigue ardéchoise que se déploie sous vos pieds un joyau de la nature exceptionnel. Il vous faudra vous enfoncer dans la grotte en descendant une longue volée de marches pour découvrir des sculptures cristallines et de gigantesques concrétions. C'est tout un paysage souterrain majestueux mis en lumière le long de trois grandes salles au décor ciselé par les millénaires. Les plus sportifs peuvent participer à une sortie spéléologique hors des parcours aménagés (une demi-journée ou une journée sous terre), accompagnés par un guide doté d'une connaissance pointue du site. De retour à l'air libre, une visite de la Cité de la Préhistoire vient en complément et lève le voile sur le quotidien de nos ancêtres ardéchois de la Préhistoire. La beauté de ce site et des paysages aux alentours, ainsi que l'engagement de l'équipe et de ses partenaires à préserver de façon durable ce patrimoine souterrain ont valu en 2004 au site une reconnaissance nationale : le label Grand Site de France.

Les gorges de l'Ardèche

Les gorges de l'Ardèche, perle naturelle exceptionnelle, attirent des touristes venus de loin pour "faire les gorges" en voiture, à moto, à pied, à VTT, en canoë, en barque... Sur un parcours d'une trentaine de kilomètres, vous découvrez un fabuleux canyon. La route touristique des gorges, parmi les plus pittoresques de France, a été réaménagée avec des belvédères qui permettent de jouir de magnifiques paysages. A chaque belvédère, vous trouvez gravée dans la pierre, à même le sol, une représentation du linéaire de la rivière et de la route, ainsi qu'un totem avec le nom du belvédère et des plots gravés représentant des espèces végétales et animales emblématiques des gorges. Avec près de 1,2 million de visiteurs, cette route figure parmi les sites naturels les plus fréquentés de la région Rhône-Alpes. C'est que le site présente des particularités géologiques remarquables, d'ailleurs la grotte Chauvet-Pont d'Arc se trouve à deux pas. Le canyon au niveau du pont d'Arc est certainement parmi les sites les plus photographiés de France !

C'est à pied que l'on s'imprègne le mieux du site. De toutes les randonnées qui permettent de découvrir les beautés des gorges, notre préférée démarre à Saint-Remèze, au coeur de la réserve naturelle des gorges de l'Ardèche. A travers les sous-bois de chênes et le maquis, elle domine les gorges. Et l'on observe la flore, genévriers de Phénécie, cistes à feuille de sauge et herbes aromatiques, mais aussi les traces des sangliers, des chèvres sauvages et de la timide genette, et les rapaces qui nichent dans les falaises des gorges. Ce circuit, ponctué de panneaux thématiques, permet également de découvrir les traces au sol des anciennes charbonnières et les vestiges des cabanes en pierre sèche des charbonniers. Le charbon de bois était descendu à dos de mulet jusqu'à la rivière et aux barques à fond plat des bateliers de Saint-Martin d'Ardèche. Escale baignade sur la plage de Gournier, très fréquentée en été. Ici est implantée la Maison des gardes de la réserve. Il est possible de bivouaquer, de début avril à début octobre, et de s'approvisionner en... charbon de bois pour les grillades. Attention, pour bivouaquer il faut réserver (✆ 04 75 88 00 41) et s'acquitter d'une somme modique.

Faune et flore protégées des gorges

Réserve naturelle nationale depuis 1980, les gorges de l'Ardèche font, en outre, l'objet d'un classement Grand Site de France. Celui-ci a pour objet de limiter les longs séjours dans la réserve, d'encadrer la fréquentation des gorges, d'en valoriser mieux les ressources, d'en réhabiliter et gérer mieux les périphéries, à commencer par celles des abords du pont d'Arc.

Biotope précieux, le site des gorges de l'Ardèche offre une grande variété de flore et de faune spécifiques. La meilleure façon de découvrir cette richesse est bien entendu de se faire accompagner par un guide naturaliste. Vous ne les verrez pas tous, mais sachez que le site abrite plus de 150 espèces de vertébrés, et particulièrement  10 espèces de chauve-souris , le castor et la rare genette, des oiseaux protégés dont l'aigle de Bonelli et le vautour percnoptère, près de 400 espèces d'invertébrés - dont 30 araignées et 5 scorpions  - terrestres et aquatiques. Vous ferez bien attention de ne pas troubler le repos d'un animal, ni de le déranger dans ses activités. Interdiction également de cueillir l'une des 400 espèces de plantes à fleurs. Des sentiers de randonnée balisés sillonnent les gorges et permettent d'en découvrir les richesses naturelles et de profiter de panoramas grandioses.

La Grotte Chauvet Pont-d'Arc

Cette grotte ornée de peintures préhistoriques remarquablement bien conservées est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2014. Située à proximité du Pont d'Arc, joyau naturel des gorges de l'Ardèche, elle est interdite au public, mais offre avec sa reconstitution, un espace de découverte exceptionnel. Sa réplique, dite la Caverne, est complétée par un musée - la Galerie de l'Aurignacien. Implanté au sein d'un plateau sauvage, ce site pluriel invite à une immersion dans le monde souterrain de nos ancêtres préhistoriques, leurs techniques artistiques, leurs techniques de chasse, leurs rapports à la faune sauvage, leur mystique...

Il y a 36 000 ans, au sud de l'Ardèche, nos ancêtres inscrivirent sur les parois de calcaire de cette immense grotte des oeuvres uniques et bouleversantes figées depuis dans leur écrin de calcite et d'argile. Cette cathédrale naturelle inviolée depuis plusieurs dizaines de millénaires, a été découverte le 18 décembre 1994, sur la commune de Vallon-Pont-d'Arc, par trois spéléologues amateurs : Jean-Marie Chauvet (d'où le nom de la grotte Chauvet), Eliette Brunel et Christian Hilaire. Le monde entier en fut bouleversé. La richesse et l'abondance des représentations artistiques étaient exceptionnelles. Pour sauvegarder ce joyau, il fut décidé de réserver sa fréquentation à la sphère scientifique. Une reconstitution à l'identique, sur les hauteurs de Vallon-Pont-d'Arc, fut programmée. Ouverte au public dès 2015, c'est la plus grande réplique de grotte ornée au monde. En plus de la Caverne, clou du spectacle, le site abrite la Galerie de l'Aurignacien, exposition permanente, un pôle pédagogique, un espace d'exposition temporaire, une boutique et un restaurant. Le choix a été fait d'une structure éclatée en plusieurs bâtiments intégrés à la topographie du site, implantés au ras du sol et le plus discrètement possible comme " une empreinte dans le paysage ".

Mille dessins et une Caverne reconstituée

Édifiée à partir du relevé numérique en 3D de la cavité originale, c'est la caverne de la démesure ! 3 000 m2 au sol, 30 mois de travaux, 55 millions d'euros investis, 35 entreprises impliquées, 8 200 m2 de décors créés du sol au plafond. Il fallait bien cela pour permettre au public de visualiser le premier chef d'oeuvre de l'humanité mis à nu : 1 000 dessins dont 425 figures animales constituant un bestiaire de 14 espèces différentes en majorité menaçantes. La représentation conjointe d'ours des cavernes, de rhinocéros laineux, de mammouths ou de grands félins est inédite. A noter, en outre, certaines représentations uniques dans l'art pariétal paléolithique : panthère, hibou ou encore partie inférieure du corps féminin. La visite de la Caverne recrée la magie et les conditions de visite de la grotte originelle. À travers un parcours s'effectuant sur une passerelle ponctuée de 10 stations d'arrêt et d'observation, et au milieu des stalagmites et stalactites, les animaux sublimement tracés par nos ancêtres aurignaciens émergent de l'obscurité. Dans la fraîcheur et l'humidité, les univers sonore et olfactif sont fidèlement restitués. L'impression est saisissante.

Rencontre avec les Auriganciens

À travers une scénographie interactive et ludique, la Galerie de l'Aurignacien permet de mieux comprendre la culture de nos ancêtres, les techniques d'art pariétal, et les animaux qui leur servaient autrefois de modèles peuplant leur territoire de chasse et de vie. En chiffres cette Galerie c'est 350 m2 de décors minéraux et végétaux reconstitués, 600 m2 de fresque murale panoramique, 38 grands écrans interactifs, 650 m2 d'exposition permanente, 100 objets archéologiques expérimentaux, 6 grands animaux reconstitués, 5 humains (dont un enfant), une salle de cinéma de 65 places.

Lion et ours des cavernes, mammouth et rhinocéros laineux, mégacéros et bison sont notamment présents dans l'exposition et mis en scène de façon spectaculaire. Le voile est également levé sur les Aurignaciens qui ont peint les parois de cette caverne : qui étaient-ils ? D'où venaient-ils ? Comment vivaient-ils ? Parmi les derniers espaces inaugurés la tente internationale dans le campement paléolithique où sont traitées les thématiques "s'éclairer, se nourrir et sculpter au temps des cavernes" et un nouvel espace chasse où l'on explicite les techniques des chasseurs aurignaciens, notamment le lancer de la sagaie par propulsion.

Le mont Gerbier-de-Jonc
Le Mont Gerbier de Jonc
Le Mont Gerbier de Jonc
Une maison pour le Mont Gerbier de Jonc

L'ancienne maison du Touring Club de Sainte-Eulalie, premier chalet de promotion touristique de l'Ardèche au début du XXe siècle, a été réhabilitée pour accueillir une maison dédiée au site classé du Mont Gerbier de Jonc et aux sources de la Loire. Celle-ci abrite des maquettes, des diaporamas et des films qui explicitent la géologie, le volcanisme, la naissance des sources, le phénomène du partage des eaux... Vous avez le choix entre trois itinéraires didactiques et ludiques autour de trois thèmes : Aux sources mystérieuses, Sur la montagne atypique, Au coeur de paysages surprenants. Ouverture de début avril à début novembre. Entrée libre.

Le safari de Peaugres

L'un des parcs animaliers français les plus célèbres de France se situe en Ardèche. Depuis sa création en 1974 par Paul Comte de La Panouse, le safari de Peaugres offre un rapport unique à l'espace sauvage, plébiscité par des générations de curieux de nature. Depuis plus de 40 ans, la passion est restée intacte et le site a accueilli plus de 10 millions de visiteurs. Le safari de Peaugres fait aujourd'hui partie du Groupe Thoiry, qui comprend le parc de Thoiry (Yvelines), le parc du Château du Colombier (Aveyron), la réserve biologique des Monts d'Azur (Alpes-Maritimes) et le zoo Santo Inacio (Portugal). Éléphants, girafes, lions, kangourous, rhinocéros, dendrobates, ânes de Somalie, cerfs du Vietnam, manchots du Cap, etc. Ce sont plus de 1 000 animaux de tous les continents qui vivent à Peaugres, évoluant dans de vastes enclos à travers un environnement se rapprochant le plus possible de leur habitat d'origine.

Safari en voiture, découverte à pied, espaces ludiques et découvertes pédagogiques sont les clés du succès de Peaugres qui présentent la faune de 4 continents sur 80 ha pour un voyage au plus profond de la vie animale. De Madagascar aux pôles, des espèces les plus insolites aux animaux de la ferme, une belle opportunité de côtoyer la faune des quatre coins du monde.

Parmi les incontournables de cet immense parc que l'on prend plaisir à visiter plusieurs fois afin d'approfondir tel ou tel espaces, le safari en voiture, l'espace aquatique et ludique avec les manchots et les otaries, la Serre aux 1 000 cachettes avec ses reptiles, amphibiens, crocodiles et insectes,, le souterrain pour découvrir les animaux qui vivent dans la pénombre, l'espace lion et autres félins, l'espace girafes et sa passerelle qui permet de regarder les girafes dans les yeux, l'enclos d'immersion où vous êtes au milieu des animaux sauvages (protégés tout de même !), etc...

Naissance d'Unesco, le rhinocéros blanc

C'est le second rhinocéros blanc né en Rhône-Alpes depuis... la préhistoire ! Ce nouveau pensionnaire de poids au safari de Peaugres, né le 11 mars 2015, a été prénommé Unesco en clin d'oeil au classement de la grotte Chauvet. Il s'agit d'une naissance rarissime en captivité : moins de 10 spécimens naissent par an dans les parcs zoologiques européens et moins de 20 dans le monde entier. Unesco est le petit frère de Goliath, né2 ans et demi plus tôt et il est lui aussi le fruit d'une coopération européenne puisque sa mère, Duma, est née en Pologne et son père, Samson, est anglais !

Dans les coulisses

Le safari vous invite aussi dans les coulisses d'un parc animalier lors d'une excursion au cours de laquelle vous pourrez découvrir les salles d'élevage, observer le vétérinaire en action, voir les cuisines... Sachez qu'en un an, les cuisiniers du safari de Peaugres traitent 80 tonnes de pommes, 33 tonnes de viande, 21 tonnes de poissons, 2,5 tonnes de bananes, 100 kg d'emmental, 7 650 oeufs, 5 000 yaourts...

Peaugres : l'espace Griffes et Crocs

Un espace dédié aux animaux que nous redoutons et tout à la fois nous fascinent : Guépards, Lions, Tigres, Loup d'Europe, Panthères des neiges, Lynx... Avec cet espace, le safari de Peaugres vous invite à vivre des émotions fortes au milieu des fauves. Prêts à bondir, tapis dans la végétation, ils scrutent, se lèvent et déploient leur féline foulée. Le tigre de l'amour vous observe alors que vous êtes à l'affût des servals et des lynx. Bien sûr, c'est en toute sécurité que vous évoluez parmi ces fauves en bénéficiant de points d'observation inédits. Le must reste le tunnel de verre qui permet d'approcher les hyènes au plus près. Au sein de l'espace Griffes et Crocs, leur enclos a été conçu pour que les visiteurs puissent les observer d'une manière tout à fait inédite. Le tunnel de verre qui traverse une partie de l'enclos vous offre des premières loges passionnantes. Quant aux hyènes, elles disposent désormais d'une mare naturelle, d'une piscine et d'une tanière dans une vraie butte de terre. Le paradis !

Enfin ne ratez pas le Tribunal du Loup où vous assistez au procès de cet animal autrefois redouté, méprisé et chassé qui souffre d'une mauvaise réputation de longue date et aujourd'hui encore... Vous risquez de ressortir de là avec une opinion positive.

Gitabeilles, l'espace abeille du Safari de Peaugres

Il n'y a pas que des tigres et des singes à Peaugres. Le Parc vous invite à entrer dans l'intimité des abeilles. L'espace Gitabeille est entièrement consacré aux abeilles, leur vie, leur oeuvre... On sait que ces insectes précieux pour la survie de nombreuses plantes et... de l'Homme, sont grandement menacées par les pesticides. En parcourant cette zone ludique et didactique, les enfants peuvent se mettre à la place d'une abeille en grimpant dans une alvéole de ruche géante. Deux vraies ruches, dont une avec une paroi vitrée, permettent à tous d'observer les abeilles à l'oeuvre, et un grand panneau d'explication explicite le fonctionnement des " usines à miel ".

Le Bois de Païolive

Royaume de la mousse et de la roche, des arbres et des buissons. C'est l'une des curiosités naturelles de l'Ardèche. Surplombant le Chassezac et déployé sur 16 km2, le bois de Païolive déroule un incroyable labyrinthe naturel de chênes verts, de chênes blancs et d'arbousiers piqué de roches pétrifiées. Taillées par le vent, la pluie et le soleil elles sont comme autant de sculptures naturelles originales et surprenantes. Vous découvrez cet univers enchanteur en suivant les sentiers balisés de la Vierge, de la Corniche ou encore la Boucle du Randonneur. Amusez-vous avec les enfants - ou sans enfant - à trouver l'oiseau et son nid, l'ours et le lion, l'éléphant ou encore la tortue. Imaginez vos propres personnages, vous êtes dans le monde merveilleux du bois des fados, le bois des fées. Géologique et féérique, cette forêt ancienne, classée pour son exceptionnelle valeur patrimoniale de naturalité et de biodiversité, est située sur les communes des Vans, de Banne et de Berrias-Casteljau. On raconte que depuis la nuit des temps le bois de Païolive est habité d'étranges et inimitables sculptures de blocs de calcaires déchiquetés ont été façonnés par une nature apprentie sorcière qui depuis le hantant. Envoûtant et énigmatique environnement dont le chaos minéral dessine un monde de mystère qui invite à la méditation et l'interprétation poétique. Une découverte s'impose.

Office de tourisme des Vans : ✆ 04 75 37 24 48 et www.bois-de-paiolive.org

Drôme
La ferme aux crocodiles
La forêt de Saoû
Forêt de Saou.
Forêt de Saou.
L'Auberge des Dauphins, la réhabilitation en musée

Cette grande bâtisse de béton inspirée par le Petit Trianon avait été commanditée à la fin des années 1930 par Maurice Burrus, industriel alsacien propriétaire de la forêt où il chassait avant d'y aménager les premiers sentiers ouverts aux touristes. Il y a bien longtemps qu'elle n'était plus accessible. Les pièces intérieures, très dégradées, avaient perdu toute leur superbe et ne n'évoquaient plus du tout la splendeur des grandes réceptions données jadis. La bâtisse qui abrita un restaurant gastronomique estampillé de deux macarons et trois fourchettes au guide Michelin va renaître de ses cendres. Le conseil départemental a décidé de réhabiliter ce patrimoine pour que les Drômois puissent en profiter. Un chantier monumental de 7,2 millions d'euros est prévu qui devrait démarrer en 2018 pour s'achever en 2020. Le projet est de créer un espace d'exposition permanente de la future maison de site, avec mise en valeur de la forêt de Saoû, de la géologie, de sa biodiversité. Également au programme : un salon de thé au rez-de-chaussée et un espace de convivialité dans le fameux "Salon doré", mais aussi une "voie de mobilité douce" entre le village et le site et bien sûr divers aménagements paysagers.

Le Palais Idéal du Facteur Cheval

Un jour d'avril 1879, lors de sa tournée, Ferdinand Cheval, un facteur rural alors âgé de 43 ans et aujourd'hui mondialement connu sous le nom de Facteur Cheval, bute sur une pierre étrange. Ses formes sont si particulières qu'elle réveille en lui un rêve. Dès lors cet autodidacte original, consacre son temps libre, jusqu'à la fin de sa vie, à la construction dans son potager d'une oeuvre d'art tout à fait insolite et délirante si l'on se réfère au résultat édifié par un seul homme. Un palais de rêve inspiré par la nature, les cartes postales et les premiers magazines illustrés qu'il distribue.

Parcourant chaque jour une trentaine de kilomètres pour ses tournées en pleine campagne, le facteur fait provision de pierres qu'ils entasse dans sa fidèle brouette. C'est un solitaire, incompris, voire moqué. Mais il poursuit sa tâche avec une énergie qui force aujourd'hui le respect.

Ce palais inhabitable, orné de coquillage, est peuplé d'un incroyable bestiaire - pieuvre, biche, caïman, éléphant, pélican, ours, oiseaux... Se sont aussi invités des géants, des fées, des personnages mythologiques ou encore des cascades, des représentations d'architecture de tous les continents.

Libre de tout courant artistique, sans aucune règle d'architecture, le Palais idéal a fait l'admiration des surréalistes, a été reconnu comme une oeuvre d'art brut. En 1969, il a été classé monument historique, au titre de l'Art naïf.

1879-1912 : 10 000 jours, 93 000 heures, 33 ans d'épreuves... Pour l'oeuvre d'un poète très inspiré et courageux.

Le Vercors
Le vallon de Combau, dans le Parc naturel du Vercors
Le vallon de Combau, dans le Parc naturel du Vercors

Le Vercors est le site naturel le plus remarquable et le plus spectaculaire de la Drôme. Ceinturée de falaises calcaires, cette forteresse naturelle - qui abrita les Maquisards durant la Seconde Guerre mondiale - est un écrin pour une faune et une flore de montagne sauvages. La dentelle de ses sommets attire de nombreux randonneurs. Quelques centaines de privilégiés vivent à l'année dans ses villages charmants... mais des milliers d'usagers vouent à ce massif une vraie passion se régalant de ses sentiers, ses saveurs et ses paysages. Parmi les pionniers des parcs naturels régionaux, le parc naturel régional du Vercors, fondé en 1970, fut de la première fournée de ces espaces délimités pour protéger un patrimoine naturel tout en freinant l'exode et la déprise agricole. Des routes à encorbellement mènent sur le plateau, mais il faut laisser la voiture au parking pour découvrir toute la beauté sauvage du Vercors et de ses Hauts-Plateaux sauvages, s'élever par les sentiers de randonnées, longer les crêtes, croiser alpages et forêts, hameaux perchés, chapelles et lavoirs.

Ce Vercors mondialement connu est pourtant une " invention " relativement récente. A l'arrivée de la première route, en 1850, le Vercors désigne un petit pays perché et méconnu de quelques hameaux et alpages autour de La-Bâtie-de-Vercors, aujourd'hui la Chapelle-en-Vercors. Alpinistes, géologues, spéléologues, touristes se mettent à explorer cette terre vierge, dévoilant un massif du Vercors encore confidentiel. Depuis, le massif devenu célèbre étend ses frontières du Diois drômois jusqu'aux Quatre montagnes iséroises. Royaume du ski de fond et de la randonnée, de la biodiversité en ses grands espaces sauvages des hauts plateaux, c'est un massif préservé et très vivant.

Depuis la création du parc, chasseurs, agriculteurs, écologistes collaborent de concert à un développement économique et touristique qui ne dénature pas le massif. Les agriculteurs furent les pionniers et les plus audacieux acteurs du parc. Ils fondèrent l'APAP, Association pour la promotion des agriculteurs du parc du Vercors, pour développer la solidarité, une agriculture respectueuse de l'environnement et un agrotourisme doux. Les atouts sont nombreux : paysages, biodiversité, villages charmants, espaces naturels remarquables. Ici, depuis les JO de 1968, on joue la carte du ski de fond adapté à ce massif au look nordique. Des sentiers balisés partent de chaque village. Chemins du patrimoine, circuits thématiques et jusqu'à l'emblématique Grande Traversée du Vercors qui arpente ces hauts plateaux protégés, depuis 1985 par la plus grande réserve naturelle de France déployée sur 17 000 ha !

Les villages perchés

Le sud de la France est réputé pour ses villages sont perchés. Dans la Drôme, le Tricastin en détient le record, même si d'autres régions sont également bien loties comme les Baronnies, la Valdaine ou encore la plaine de Valence. Ces villages fortifiés, joyaux du patrimoine architectural ont été édifiées aux XIe et XIIe siècles, sur les crêtes, afin de pouvoir résister aux envahisseurs Sarrasins. Grignan, Garde-Adhémar, Chamaret, Suze-la-Rousse ou encore Saint-Benoît-en-Diois, Autichamp, Gigors et Loseron, Chabrillan, Grâne ou Mirmande, c'est un chapelet de perles perchées de toute beauté, avec leurs châteaux et leurs tours de guet, leurs clochers et leurs maisons médiévales, leurs ruelles de charme et leurs collines boisées. Ces villages perchés ne se contentent pas d'embellir le paysage, ils offrent en prime de magnifiques panoramas sur la vallée sur fond de montagnes : montagne de la Lance, mont Ventoux, dentelles de Montmirail... Un coup de coeur pour l'un des plus remarquables de ces joyaux : Grignan et son célèbre château, mêlant aux senteurs de lavande l'écho des mots d'esprit qui résonnent en été lors de son festival, clin d'oeil à la marquise de Sévigné et la correspondance qu'elle entretenait avec sa fille la châtelaine.

Nos bons plans séjours

  • Louxor : Croisière Sur le Nil Sans Excursions 4*

    Amateurs de farniente, égyptologues en herbe, la grâcieuse voie du Nil est ouverte à travers l'Egypte Africaine et ses hauts lieux culturels : Louxor,...
    • Durée : 8 jours, 7 nuits
    • Pension : Pension Complète
    Dès 399 TTC/pers.
    J'en profite
  • Hurghada : Hôtel Seagull Beach Hurghada 4*

    Hurghada est la station balnéaire par excellence en bord de Mer Rouge. Autrefois un petit village de pêcheurs, la ville attire aujourd'hui les tourist...
    • Durée : 8 jours, 7 nuits
    • Pension : All Inclusive
    Dès 519 TTC/pers.
    J'en profite
  • Punta Cana : Hôtel Riu Bambu 5*

    Destination idéale tout au long de l'année au c½ur des Caraïbes, la République Dominicaine est célèbre pour ses kilomètres de plages. Au sud de l'île,...
    • Durée : 9 jours, 7 nuits
    • Pension : All Inclusive
    Dès 1229 TTC/pers.
    J'en profite

Reportages & actualités de l'Ardèche

Ailleurs sur le web
Avis