Le guide thématique Petit Futé PECHE : LORRAINE – Le lac de Pierre-Percée (54)

LORRAINE – Le lac de Pierre-Percée (54)

Le site est sauvage et perdu : pas d'autoroute pour y conduire ! Pernez votre GPS. Au confins de la Meurthe et Moselle, à la fontière du département des Vosges Dans le triangle Celles-sur-Plaine, Raon-l'Etape et Badonviller, le lac est accessible par la D 992 et D 182. Une ceinture verte, incluant le lac et une zone dite de silence, d'une vingtaine de kilomètres permet d'en faire le tour. Nous sommes ici à 120 km de Metz, 70 km de Nancy, 40 km de Lunèville, 16 km de Saint-Dié.

LES DIFFÉRENTS SPOTSHaut de page

Le lac de la Pierre-Percée se situe au sud-est du département de Meurthe-et-Moselle, à l'ouest de la commune de Pierre-Percée, à à proximité de Badonviller et de Fenneviller, et à 10 km de Baccarat, 40 de Lunéville et 70 km de Nancy. Ce lac également dénommé lac du Vieux-Pré, car implanté au lieu dit le Vieux Pré, est le plus grand lac artificiel de Lorraine avec ses 304 hectares de superficie et ses 32 kilomètres de pourtour. C'est aussi la plus grosse retenue d'eau de Lorraine avec près de 62 millions de mètres cubes d'eau et une profondeur maximale avoisinant par endroit les 80 mètres. Cet important barrage construit par EDF entre 1981 et 1985 arbore une hauteur de 69 m, une longueur en crête de 330 m, une largeur à la base 355 m. Lors du remplissage, le hameau de Xapénamoulin, comprenant une dizaine de maisons, fut englouti. Son bassin versant propre étant insuffisant, il est alimenté par pompage. L'eau du lac est déversée dans la Plaine puis dans la Meurthe lorsque le débit de la Moselle est trop faible, pour compenser le prélèvement d'eau effectué pour les besoins de la centrale nucléaire de Cattenom et garantir ainsi un débit minimum à Moselle au Luxembourg en période d'étiage. Pour compléter le dispositif et servir de réserve au lac, un grand bassin a été aménagé plus bas : le lac de la Plaine (Celles-sur-Plaine), alimenté par la rivière du même nom. Ce lac artificiel répond à deux objectifs en période de basses eaux : pour EDF, compenser l'eau évaporée aux réfrigérants atmosphériques de la Centrale Nucléaire de Cattenom située en Moselle, pour l'Agence de l'Eau Rhin-Meuse soutenir les débits de la Meurthe. Lac de basse montagne qui se situe sur les premiers contreforts du massif des Vosges à une altitude de 387 mètres, ce plan d'eau est tout à fait atypique par sa forme. La zone inondée composée de plusieurs vallons, donne au lac la forme d'une feuille d'érable qui lui apporte le charme des grands lac canadiens. La végétation dense sur tout son pourtour ne fait que renforcer cette impression de "petit Canada". La nature gardant ses droits sur les constructions humaines, seul l'imposant barrage rappelle que ce lac est artificiel et non naturel. Au sud, du côté du barrage toute une partie du lac est classé en réserve naturelle. Ce lac est vraiment magnifique au petit jour et au coucher du soleil. Et les berges découpées sont si nombreuses que même en pleine saison touristique il est toujours possible de trouver un coin tranquille où pêcher et admirer les évolutions gracieuses des de colverts, foulques, grèbes huppées, hérons... L'air est vif et pur, le silence total, à peine perturbé lorsque le vent se lève dans les arbres ou qu'un oiseau prend son envol. Imaginez donc si vous aviez une cabane comme au Canada en bordure de ce lac ! Mais une journée sur ses berges est déjà un vrai bonheur.

La petite histoire du corégone

Le corégone est un poisson de la famille des salmonidé. Son corps argenté et sa petite bouche lui donnent un aspect de poisson blanc. Filiforme et recouvert de grandes écailles argentées, il vit environ 10 ans. L'essentiel des repas de ce zooplanctonophage est constitué de petits crustacés, larves d'insectes aquatiques et quelques fois, d'oeufs de poissons. C'est une espèce grégaire, se déplaçant donc en bancs, qui affectionne les zones profondes. Sa reproduction a lieu pendant l'hiver. Les oeufs sont déposés sur des fonds rocailleux et éclosent au printemps. Il devient adulte dans sa 3e année. A l'âge adulte, il mesure en moyenne 30/40 cm pour un poids de 200 à 500 g, mais certains spécimens peuvent atteindre 3 kilos... Tentant ! Cette espèce d'une haute valeur patrimoniale fait l'objet d'une pêche spéciale en barque : la canne est un court lancer de 1,5 mètre, sur la ligne principale tendue par un plomb sont fixés 10 hameçons. Comme pour les autres salmonidés, sa pêche est ouverte du deuxième samedi de mars au troisième dimanche de septembre.

Adaptés à la biologie des grands lacs subalpins, le corégone, appelé aussi féra (Haute-Savoie) ou bondelle selon les régions, a été introduit dans le lac de Pierre-Percée à la fin des années 1980 et s'y reproduit désormais. Le Corégone qui affectionne les eaux froides et bien oxygénées était présent depuis l'ère glacière dans quelques lacs français. Pour de nombreux autres, il fut introduit à la fin du 19e siècle. Ce poisson que l'on retrouve d'Asie jusqu'en Amérique du Nord, destiné à la consommation humaine, est à l'origine d'importantes activités de pêche professionnelle. Le Corégone se plaît dans nos lacs de montagne subalpins dont les lacs Léman, d'Annecy, du Bourget, du Jura, et donc de Pierre-Percée. Avec une profondeur pouvant aller jusqu'à 80 mètres, le lac de Pierre-Percée, possèdait toutes les caractéristiques d'un lac de montagne permettant d'accueillir le Corégone. En 1989, près d'un million d'alevins y furent déversés. Par la suite, bien que la pêche du Corégone soit délicate et spécifique en raison de la végétation du fond du lac et de sa profondeur, de plus en plus d'individus de tailles différentes furent capturés, certifiant ainsi son adaptation, son développement et sa reproduction. En provenance de la pisciculture domaniale de Thonon-les-Bains, plusieurs milliers d'alevins sont déversés chaque année. L'opération a lieu en avril-mai, lors de l'explosion planctonique printanière, période durant laquelle le soleil commence à chauffer permettant la prolifération de nourriture.

Lac de la Pierre-PercéeHaut de page

Le lac de Pierre-Percée est classé lac montagne de domaine public de deuxième catégorie. La pêche y est, en conséquence, ouverte à tout pêcheur titulaire d'une carte de pêche d'une AAPPMA revêtue d'une cotisation CPMA. Pour pratiquer à plus d'une ligne, l'adhésion à une APPPMA de Meurthe-et-Moselle ou des Vosges est obligatoire. Depuis janvier 2011, seuls les pêcheurs de Meurthe-et-Moselle ou les titulaires d'une carte interfédérale URNE ou d'un timbre URNE peuvent pêcher à plus d'une ligne. La réglementation de la pêche sur le site fait l'objet d'un arrêté préfectoral spécifique.

La pêche à la ligne est autorisée du 1er Janvier au 31 décembre sur le lac. La pêche des salmonidés est autorisée du 2e samedi de mars au 3e dimanche de septembre inclus (pêche du corégone compris).

La pêche du Brochet et du Sandre est autorisée du 1er Janvier au dernier dimanche de janvier inclus et du 1er Mai au 31 Décembre inclus.

Taille minimale de capture des espèces : truite, 23 centimètres ; corégone, 30 centimètres ; brochet, 50 centimètres ; sandre, 40 centimètres. Le nombre de captures de salmonidés autorisées tTruites, corégone, omble chevalier) est limité à six par jour et par pêcheur.

Sont interdites : la pêche aux filets et autres engins, la pêche sur les zones mentionnées y compris tous les tronçons de berges et rives de ces zones, la pêche à proximité des ouvrages exploités par EDF dans les zones comprises entre ces ouvrages et les limites matérialisées et signalées par EDF.

La pêche en barque, à propulsion humaine ou électrique est autorisée. Mise à l'eau des embarcations depuis Basse-Nangoutte, Pré-Barbier, les Bordes et anse de Pierre-Percée (accès au parking inférieur autorisé uniquement pour mise à l'eau, stationnement obligatoire sur le parking supérieur). Une écope et un gilet de sauvetage sont obligatoire dans l'embarcation sont obligatoires pour pêcher d'une barques à rames. Si la propulsion est effectuée par moteur électrique, une trousse de secours et un extincteur sont également obligatoires.

Le brochet (Esox lucius) au corps fusiforme vert-brun avec des vermicules jaunâtres, une tête large et aplatie ainsi qu'une puissante nageoire caudale est un prédateur redoutable. Sa maîtrise du camouflage lui permet de se confondre avec les herbiers dans l'attente de sa proie. Un Brochet adulte mesure généralement entre 50 centimètres et 1 mètre pour 2 à 10 kilogrammes. Seuls, les individus capturés de plus de 50 centimètres peuvent être conservés et sa pêche est ouverte sur le site du 1er Janvier au dernier dimanche de janvier et du 1er Mai au 31 décembre. Sur le site, étant donné la nature des fonds, la pêche à roder en barque semble être la technique la plus appropriée.

La perche (Perca fluviatilis) avec son corps ovale est entièrement zébré et surmonté d'une imposante nageoire dorsale épineuse. Grégaire au début de son développement, elle s'isole en vieillissant. La perche affectionne les eaux calmes et riches en végétation. Sa taille moyenne est de 25 à 35 centimètres pour un poids variant de 250 grammes à 500 grammes. On peut notamment pêcher la Perche du bord à l'aide de multiples leurres.

La tanche (Tinca tinca) dotée d'un corps massif possède une robe verte parfois cuivrée ou teintée de jaune. Sa gueule aux lèvres charnues est ornée de deux courts barbillons. Généralement, sa taille adulte varie de 15 à 30 cm pour une masse de 500 grammes à plus d'un kilogramme. Sa nourriture se compose notamment de vers, de larves, d'insectes aquatiques qu'elle recherche dans la vase. La tanche peut se pêcher au coup de la rive soit à la grande canne à l'anglaise soit au feeder..

Le gardon (Rutilus rutilus) est omniprésent dans les eaux de l'hexagone. C'est le roi des cyprinidés ! Son corps fusiforme est entièrement recouvert d'écailles brillantes. Ses nageoires, à l'exception des pectorales, sont teintées de rouge. Sa taille adulte varie de 5 à 30 centimètres. Le gardon, sur Pierre-Percée comme partout en France, se pêche au coup tout au long de l'année. La pratique de la pêche à l'anglaise est également bien appropriée sur le site.

La carpe (Cyprinus carpio) : les trois variétés de carpe (à savoir, la carpe commune, la carpe-miroir et la carpe-cuir) sont présentes dans le lac. Toutes trois ont en commun un corps massif et une gueule dont les lèvres épaisses leur permet de fouiller la vase. Les carpes affectionnent les secteurs calmes riches en végétation. Leur tailles varient entre 20 et 80 centimètres pour 3 à plus de 10 kilogrammes. La pêche à la carpe est ouverte toute l'année à Pierre-Percée, mais il n'existe aucun secteur de pêche de nuit.

Le lac et la rivière de la PlaineHaut de page

Située au pied du lac de Pierre-Percée dans la vallée de La Plaine, cette petite réserve d'eau d'un demi-million de mètres cubes d'eau (tout de même !) sert de bassin d'alimentation à la retenue supérieure. C'est ici que sont implantés la base de loisirs et sa plage, les activités nautiques, le pôle sports nature et le camping qui est agréablement installé le long de la rivière. La Plaine prend sa source au pied du Donon pour se jeter dans la Meurthe. Frontière historique entre la principauté de Salm et la France jusqu'en 1793, elle fait office aujourd'hui de limite départementale entre les départements des Vosges et la Meurthe-et-Moselle. Durant la seconde guerre mondiale, la résistance fut très active dans la vallée de la Plaine, en témoignent les nombreuses stèles commémorant les partisans et civils fusillés. Quant au pêcheur d'aujourd'hui, il pêche une fois dans les Vosges, une fois en Meurthe-et-Moselle, au gré de ses pérégrinations et de la berge de laquelle il lance sa canne. Après avoir tenté votre chance sur les rives du petit lac, vous pouvez remonter la rivière vers le col du Donon où la rivière prend des allures de torrents et les truites sont bagarreuses. Vous pouvez aussi rester sur les berges de la Plaine en longeant la ceinture verte et en vous rapprochant du lac de la Pierre-Percée que vous rejoindrez à pied pour continuer votre partie de pêche dans des eaux plus profondes et plus poissoneuses.

SE RESTAURERHaut de page
Truite au vin gris de Moselle

Il y a autant de recettes de truite que de pays, de région, de terroirs, de familles, ou presque ! Celle-ci, en vigueur en Meurthe-et-Moselle, associe la truite à un produit du terroir. Comme il se doit. Et la recette est plutôt beurre et crème fraîche qu'huile d'olive ! Le vin gris mit en oeuvre dans cette recette est confidentiel. Si le vignoble lorrain est l'un des plus petits français, il présente la particularité de produire un vin gris à partir de gamay : le côtes-de-toul gris. Un vin plutôt connu pour accompagner au mieux les plats lorrains typiques que constituent la quiche lorraine, la potée lorraine, la tourte, le pâté lorrain ou une salade de pissenlits aux lardons... Détourné avec une truite il se révèle également parfait !

Ingrédients : 2 truites de 200 g environ, un oignon, 80 g de poitrine fumée en lardons, 40 g de beurre, 2 verres de vin gris de Moselle, 15 cl de crème fraîche, farine, sel, poivre, une cuillère à soupe de persil ciselé.

Préparation : vider, laver et fariner les truites. Les faire revenir à la poêle dans du beurre pendant six minutes. Réserver au chaud. Dégraisser la poêle et y faire revenir l'oignon émincé et les lardons. Ajouter ensuite le vin gris et laisser réduire de moitié à feu doux. Saler et poivrer. Ajouter la crème fraîche, porter au bouillon et cuire trois minutes. Napper les truites de cet appareil. Décorer de persil ciselé. Déguster les truites, en servant à vos convives le reste du vin gris, bien frais, évidemment ! On peut faire une recette similaire en remplaçant la truite par de l'ombre.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté