Le guide : GUIDE DE L'EXPATRIATION : Bibliographie

Bibliographie

L'expatriation expliquée aux enfants

D'une manière générale, consultez les publications des éditions jeunesse Summertime Publishing et Third Culture Kids Press, spécialisées dans la thématique de l'expatriation.

Pixie déménage d'Emmanuelle Payot Karpathakis, Editions Summertime Publishing, 10 USD (à commander sur Amazon). Un livre illustré traduit de l'anglais, idéal pour préparer les enfants entre 3 et 5 ans à quitter leur maison.

Les Vacances de Pixie d'Emmanuelle Payot Karpathakis, Editions Summertime Publishing, 10 USD (à commander sur Amazon). Pixie rentre chez elle, mais elle ne reconnaît plus rien ! Le retour d'expatriation en images.

En anglais

The Mission of Detective Mike Moving Abroad de Simone T. Costa Erikson et d'Ana Serra, Editions Summertime Publishing, 20 €. L'expatriation vue à travers les yeux du jeune Mike.

Sammy's Next Move d'Helen Maffini, Third Culture Kids Press, 10 €. L'histoire d'un petit escargot qui découvre le monde et change régulièrement de pays.

Expatriation culturelle, en route vers les grandes civilisations

Qu'est-ce qu'une civilisation ? " C'est l'état de développement économique, social, politique, culturel auquel sont parvenues certaines sociétés et qui est considéré comme un idéal à atteindre par les autres" selon la définition du Larousse. Dans notre monde, certaines civilisations ont profondément marqué l'histoire de leur empreinte. Nous les nommons alors " Grandes Civilisations ". Leurs réalisations, leurs us et coutumes, leur mythologie sont encore, pour certaines, accessibles et motivent à elles seules un voyage. Petit tour du monde de quelques grandes civilisations.

Les Grecs

L'une des civilisations que l'on connaît le mieux en France. Dans l'Antiquité, cette civilisation a connu de grandes victoires guerrières et culturelles sur tout le Bassin méditerranéen et en Orient. Elle prend ses origines dès le IXe siècle av. J.-C., influençant les territoires alentour, s'étendant dans de nombreuses régions. Après les conquêtes d'Alexandre le Grand, cette culture s'est mêlée aux civilisations orientales, donnant naissances aux " royaumes hellénistiques ". A Rome, comme dans le monde arabo-musulman, la langue grecque est la langue du savoir et de l'organisation politique. Aujourd'hui, nous vivons encore sous des principes grecs (la démocratie ou la république par exemple). L'art grec est considéré comme l'équilibre classique le plus abouti. Et bien sûr la Grèce est la terre de la philosophie et de la logique, avec des penseurs comme les présocratiques, Socrate, Platon, Aristote.

Les Égyptiens

C'est peut-être l'une des civilisations dont on a le plus de notions. Dès 7000 av. J.-C., les premiers habitants peuplent la région, mais c'est le roi Ménès qui parviendra à unir tous ces peuples et à créer ainsi le début d'une culture commune. Si l'on connaît si bien l'Egypte, c'est parce que pendant les 27 dynasties qui s'étaleront sur 2 700 ans, l'écriture sera le premier instrument de conservation de la culture. On inventera donc ici deux formes d'écriture, les hiéroglyphes et la cursive, également appelée hiératique (et utilisée sur du papyrus). L'autre caractéristique de la civilisation égyptienne réside dans sa religion, plus puissante que partout ailleurs dans le monde antique. Les religieux s'impliquent fortement dans la vie de la société égyptienne, la soutenant financièrement, prenant en charge l'éducation. Le clergé assure aussi les fonctions bureaucratiques de l'Etat. De cette puissance organisationnelle naîtront de grands projets, inégalés dans le monde antique. On pense bien sûr aux grandes pyramides de Gizeh dont, 3 000 ans plus tard, on ne parvient toujours pas à déterminer le mode de construction. C'est, encore aujourd'hui, l'une des prouesses d'ingénierie et de logistique les plus impressionnantes au monde.

Les Mayas

La civilisation maya est l'une des plus anciennes civilisations des Amériques. Elle s'est étendue sur plusieurs siècles. On lui prête des origines vers 2600 av. J.-C. et elle atteint son apogée vers le IIIe siècle ap. J.-C., mais elle continuera à perdurer jusqu'à l'arrivée des colons espagnols au XVIe siècle. Les Mayas ne fonctionnaient pas sous la coupe d'un empire mais plutôt en territoires gouvernés localement. Leur population totale est estimée à environ 20 millions d'individus. Tikal, l'une des plus grandes villes mayas, comptait 70 000 habitants. A l'instar des Incas, la société maya était divisée en trois castes : le clergé, la noblesse et le peuple. L'économie était basée sur l'agriculture, on cultivait notamment le maïs, le coton et le cacao, qui servait aussi de monnaie.

Les Perses

La Perse est une région du sud de l'Iran, habitée par un peuple nomade indo-européen qui avait émigré dans cette région vers 1000 av. J.-C., remplaçant les Assyriens et les Chaldéens. L'empire perse sera fondé par Cyrus le Grand, chef de Mésopotamie. Vers 550 av. J.-C., il réunit les Perses et les Mèdes sous son autorité et étend sa domination du plateau iranien vers l'ouest, en Asie mineure. Quelques années plus tard, c'est Babylone, la plus grande ville du monde antique, qui est conquise par les Perses. La dynastie de Cyrus règnera sur l'Iran pendant deux siècles, pendant lesquelles elle construira des routes, pour relier les territoires conquis. C'est le descendant de Cyrus, Darios Ier, qui fonde la capitale de Perse, connue des Grecs sous le nom de Persépolis (" la ville des Perses "). Il poursuit les conquêtes de son prédécesseur, multiplie les armées, dont sa garde personnelle nommée les Immortels. Il réforme le pays, juridiquement, administrativement et économiquement. Par exemple, la monnaie, les poids et les mesures sont normalisés tandis que de nouvelles routes maritimes et terrestres sont découvertes et établies. Le fils de Darios Ier, Xerxès, continuera la volonté d'expansion de ses aïeuls, il parviendra jusqu'en Grèce, mais ne réussira pas à la soumettre. De retour à Persépolis, il dilapidera les richesses amassées les décennies précédentes et, à sa mort, le pouvoir perse est définitivement affaibli.

Les Aztèques

Les Aztèques seraient à l'origine des tribus de chasseurs-cueilleurs, venues du nord du Mexique. Leur nom serait dérivé de Aztlan, littéralement " Terre blanche ". Cette civilisation est caractérisée par son système agricole, doté d'une culture intensive de toutes les terres disponibles, de systèmes élaborés d'irrigation et d'assèchement des marécages. Grâce à ces techniques, la population aztèque s'est enrichie et a cru rapidement. La domination des Aztèques s'est étendue sur presque tout le Mexique actuel. L'empire grandit grâce au commerce et la conquête des territoires. La capitale Tenochtitlan s'est même retrouvée à la tête de 5 à 6 millions de personnes réparties sur plus de 207 000 km², au XVIe siècle. L'empire aztèque, qui s'étend alors jusqu'au Honduras et au Nicaragua, se serait construit en un siècle. Premier facteur de cette réussite : la grande habilité tactique des armées aztèques. Etre un guerrier, un " Jaguar ", est particulièrement valorisant dans la société aztèque, qui comporte plusieurs classes. Tout en haut, les bureaucrates participent au fonctionnement de l'administration ; en bas de l'échelle, les esclaves sont asservis. La religion et les infrastructures commerciales ont également joué un grand rôle dans cette suprématie. L'arrivée des colons espagnols mettra fin à cette grande civilisation.

Les Incas

La civilisation inca naît au début du XIIIe siècle dans le bassin de Cusco de l'actuel Pérou. Elle se répandra jusqu'à l'océan Pacifique et à la Cordillère des Andes, notamment en Colombie, en Argentine et au Chili. L'empire inca était constitué de trois classes : la classe dirigeante de souche inca, la classe dite de " gouvernance locale " et la classe laborieuse. Ces castes étaient en général figées et l'on ne changeait pas de statut social, sauf en cas d'exploit militaire ou autre. Les Incas étaient connus pour intégrer à leur société les peuples conquis ou vaincus et privilégier ainsi une société multiculturelle. A l'instar des Aztèques, la dominance inca prendra fin avec l'arrivée des conquistadors espagnols, sous les ordres de Francisco Pizarro en 1532.

Les Mongols

Au début du XIIIe siècle, un homme, Temüdjin, entreprend d'unifier les tribus nomades mongoles, y parvient et devient le " chef suprême " ou encore Genghis Khan. Fort de sa réussite, il marche sur la Chine dès 1211, alors divisée en trois royaumes. Pendant deux décennies, il développe, avec ses troupes, des techniques de combat avancées et parvient à soumettre les trois royaumes. Les Mongols vont aussi conquérir l'actuelle Russie et les autres villes situées sur la route de la Soie, avançant inexorablement vers l'ouest. Pologne, Silésie et Hongrie passent sous leur coupe. Ils auraient pénétré l'Europe si le chef suprême n'était pas mort. Le monde musulman n'aura pas cette chance et l'actuel Irak sera dévasté par l'armée mongole. Après la mort de Temüdjin, en 1227, cinq autres khans sont élus, et notamment Kubilay Khan, qui parviendra à unifier toute la Chine. Sa mort, en 1294, sonne la fin de l'ère des conquêtes mongoles. En moins d'un siècle, les Mongols ont réussi à conquérir l'empire le plus vaste jamais connu et ont semé la peur partout en Europe et en Asie. Pourquoi tant de suprématie sur les autres peuples ? Les enfants mongols apprennent à monter à cheval dès l'âge de 3 ans, à chasser avec arcs et flèches dès 5 ans. Autre avantage, un cavalier mongol sait dormir sur son cheval, en selle. Les armées mongoles étaient capables d'avancer plusieurs jours durant sans se ravitailler, ce qui engendrait une progression très rapide. Nouveaux spartiates, les Mongols vivaient de manière austère, dans des conditions que personne d'autre en Occident n'aurait acceptées. Les soldats mongols étaient même capables de boire le sang de leurs chevaux pour éviter de perdre du temps à cuisiner... Autre point fort de l'armée mongole, ses archers à cheval, appelés Keshiks, tiraient à grande vitesse avec une précision remarquable.

Avant-goût de ces civilisations disparues

Le Machu Picchu à Cuzco au Pérou : La cité perdue des Incas.

Tikal au Guatemala : l'Etat maya.

Les pyramides de Gizeh en Egypte : la fierté des Pharaons.

Le Parthénon à Athènes en Grèce : symbole de puissance de la civilisation grecque.

Le paysage culturel de la vallée d'Orkhon en Mongolie : ou l'ancienne capitale du puissant empire mongol.

ExpatriationHaut de page

Les 10 commandements de l'expatriation et de la mobilité internationale d'Aymeric Bouthéon, 14,80 €. Editions Maxima. Comment bien se préparer au départ et au retour.

Guide pratique et juridique de l'expatrié de Yannick Aubry, 17 €, Editions d'Organisation. Un ouvrage régulièrement mis à jour, utile pour vos démarches administratives.

Réussir sa vie d'expat' : S'épanouir à l'étranger en développant son intelligence de Magdalena Zilveti Chaland, 25 €, Eyrolles. Impacts de l'expatriation sur sa vie personnelle.

Chéri(e), on s'expatrie ! : Guide de survie à l'usage des couples aventuriers d'Alix Carnot 17 €, Eyrolles. Les secrets de l'expatriation en couple.

S'expatrier en famille de Claudie Bert, 19 €. Village Mondial. Une mine de conseils pratiques et psy pour réussir son expatriation en famille.

Conjoint expatrié : Réussissez votre séjour à l'étranger de Gaëlle Goutain et Adélaïde Russell, 22,50 €. L'Harmattan. Comment transformer une expatriation subie en expérience enrichissante.

Third Culture Kids. The Experience of Growing Up Among Worlds de David C. Pollock et Ruth E. Van Reken, 12 €. Nicholas Brealey Publishing (en anglais). Une analyse consacrée aux "enfants de la troisième culture", et comment l'expatriation influe sur leur développement.

Raising Global nomads. Parenting Abroad in an On-Demand World de Robin Pascoe, 15 €. Expatriate Press (en anglais). Devenue une référence en la matière, Robin Pascoe accompagne les parents expatriés et leurs enfants.

L'enfant expatrié : Accompagner son enfant à travers les changements liés à l'expatriation de Gaëlle Goutain et Adélaïde Russel, 20 €. Editions L'Harmattan. Un livre centré sur l'enfant expatrié et son fonctionnement psychique et émotionnel.

De retour chez soi - Florence Gindre, 5,89 €. FG-Florence Gindre. Le récit d'un retour d'expatriation, après plusieurs années à Prague.

L'Expatriée d'Elsa Marpeau, 17,90 €. Gallimard. Un polar sur fond de vie d'expat' à Singapour.

Mes valises diplomatiques, les tribulations d'une épouse d'ambassadeur de Brigid Keenan, 9 €. Petite Bibliothèque Payot. Récit drolatique inspiré de trente ans passés aux quatre coins du monde.

Travailler à l'étranger. Les destinations clés pour une expatriation réussie de Prune Pont-Benoit et Jean-Pierre Pont, Bréal, 13,90 €. Un ouvrage spécialisé sur la question de l'emploi international.

InterculturalitéHaut de page

Consultez notamment la rubrique "Bibliographie" du site Terres Neuves (spécialiste des formations interculturelles) pour retrouver un grand nombre d'ouvrages conseillés par différents experts : www.terresneuves.com/fr/bibliographie 

La Dimension cachée d'Edward T. Hall, 8,30 €, Editions Points. Un des grands classiques de la théorie de l'interculturel.

Le Management des équipes interculturelles de Sylvie Chevrier, 20 €. PUF.

L'Homme dépaysé de Tzvetan Todorov, 13,99 €. Seuil. Une ode à la curiosité et à la tolérance.

Une idée fausse est un fait vrai. Les stéréotypes nationaux de Jean-Noël Jeanneney, 23,90 €, Editions Odile Jacob. Une analyse truculente des perceptions des uns et des autres.

J'irai dormir chez vous - Carnets d'un voyageur taquin d'Antoine de Maximy, Ariane Allard, 25 €. Editions La Martinière. Le livre tiré de la série culte, idéal pour se mettre en jambes !

Les Clés du savoir être interculturel, de Laurent Goulvestre, 24 €. Editions Afnor. Un expert en relations interculturelles dévoile ses secrets pour mieux s'intégrer.

Beaux livresHaut de page

Et parce que l'expatriation naît du voyage ou y mène régulièrement, voici quelques beaux livres pour vous aider à choisir votre pays !

Rendez-vous en terre inconnue de Frédéric Lopez et Jean-Michel Turpin, 32 €. Editions La Martinière. Le beau livre tiré de la célèbre émission, où une personnalité va à la rencontre d'une population autochtone.

Atlas des îles abandonnées de Judith Schalansky et Olivier de Kersauson, 25 €. Editions Arthaud. Le vieux loup de mer, aidé d'un écrivain, recense cinquante îles oubliées des touristes, au travers d'anecdotes et d'éléments scientifiques.

Eternelle Route 66 de Jean-Paul Naddeo, 24,95 €. Editions Grund. De superbes photos d'une des routes les plus célèbres au monde.

La Terre vue du ciel 10 ans de Yann Arthus-Bertand, 45 €. Editions La Martinière. Une réédition des superbes clichés du photographe volant.

Les Merveilles du monde en 1001 photos, Collectif, 9,90 €. Editions Solar. Pour voir en un coup d'oeil le patrimoine mondial.

500 voyages de rêve. Saveurs du monde, Collectif, 25,90 €. Editions National Geographic. Le grand magazine publie son beau livre. A ne pas rater.

La Passion du Grand Nord de Nicolas Vanier, 39,90 €. Editions du Chêne. Un des spécialistes les plus médiatiques du Grand Nord raconte sa passion.

Road Book : Voyageurs du monde, 80 pays, 1 000 photographies et carnets, de Véronique Durruty. Editions La Martinière. Un voyage commencé en 1990 et centré autour d'un objectif : prendre le moins de transports possible. Et au final, les 5 continents passés au crible de dessins, notes et carnets. Passionnant.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis