Le guide : GUIDE DE L'EXPATRIATION : Monter son entreprise

Monter son entreprise

D'après une étude du Conseil Economique et Social, entre 100 000 et 250 000 Françaises et Français ont créé une TPE ou PME à l'étranger, soit 10 % de la population française établie hors de France. Plus de la moitié de ces entreprises se situent dans le secteur tertiaire et notamment le conseil. Se lancer dans la création d'une entreprise à l'étranger exige de bien connaître le territoire sur lequel on souhaite s'installer. La grande majorité des entrepreneurs se lancent dans un pays qu'ils connaissent déjà, dans lequel ils vivent ou ils ont un réseau. Si vous n'avez pas encore testé votre entreprise en France, ou que vous n'avez pas de notions d'entrepreneuriat, sachez que l'exercice demande une certaine préparation. Plusieurs organismes et institutions offrent des services aux entrepreneurs français qui souhaitent s'installer à l'étranger.

Entrepreneur expatrié : un profil assez marqué

La grande majorité des entrepreneurs expatriés sont des hommes, bien que les femmes commencent à se lancer, à hauteur de 19 %. Ils sont en moyenne âgés d'une cinquantaine d'années et souvent multi-créateurs. L'Amérique accueille les plus jeunes entrepreneurs français, l'Afrique les plus âgés. D'une manière générale, ces entrepreneurs sont très diplômés (38 % issus de grandes écoles, 19 % titulaires d'un troisième cycle).

Choisir sa destinationHaut de page
Les gratte-ciels de Jakarta vue du haut de Monas.
Les gratte-ciels de Jakarta vue du haut de Monas.

Le choix de votre destination d'implantation joue de manière capitale dans votre projet. L'Europe de l'ouest réunit une grande majorité des entreprises françaises, pourtant les zones les plus favorables à la création d'entreprise se trouvent plutôt en Asie du Sud-Est. Les pays en développement comme l'Indonésie, le Brésil, la Chine, l'Inde et la Russie sont également de plus en plus convoités. Toutefois, les formalités pour ces pays-là peuvent être compliquées, voire rédhibitoires.

Etudier le marché dans lequel on souhaite s'implanter est bien sûr la règle numéro 1 de l'entrepreneur. Pour cela, un organisme peut vous aider à dresser un panorama fiable et actualisé de la destination que vous visez.

Arrivée en bateau à la Porte de l'Inde.
Arrivée en bateau à la Porte de l'Inde.
Les démarches administrativesHaut de page

Les règles de création d'entreprise ne sont pas les mêmes d'une nation à l'autre. Dans certains pays, on exige qu'un partenariat soit noué entre l'entrepreneur étranger et un expert local. Dans d'autres, il faut impérativement travailler avec un comptable et un juriste. D'où l'intérêt de contacter les organismes type CCI pour se renseigner en amont et préparer le terrain. Un bon réseau local, de compatriotes et nationaux, vous aidera également à éviter certains écueils. Enfin, méfiez-vous des intermédiaires qui voudraient intervenir dans votre création d'entreprise. N'investissez pas votre argent dans des "services" ou des promesses de facilitateur de réseau, vous risquez d'être déçu.

Formation interculturelle : un sésame pour bien s'implanter

Quelle attitude adopter en cas de négociation avec un interlocuteur tokyoïte ? Quelles sont les impolitesses à ne pas commettre dans une réunion à Shanghai ? Quels sont les risques opérationnels au Liban ? Les codes et contextes culturels varient grandement d'un pays à l'autre et il n'est pas toujours facile de bien les déchiffrer. Une formation peut vous aider à lancer votre entreprise ou vous faire embaucher dans un nouvel emploi dans de bonnes conditions.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis