Le guide : TOUR DU MONDE : AVANT DE PARTIR

AVANT DE PARTIR

Vous êtes en passe de réaliser un de vos rêves les plus fous ; et pour certains d'entre vous le rêve d'une vie. La construction de ce projet va vous prendre du temps, mais ce n'est pas une phase désagréable. Vous allez passer par des étapes de questionnement, de mise en ordre de votre vie actuelle, puis de réflexion sur le voyage, votre voyage, et enfin l'élaboration de votre parcours, à partir de vos passions et de vos intérêts culturels.

D'accord, vous allez vivre un rêve éveillé. Seulement, pour en arriver là, il vous faudra d'abord aménager votre vie quotidienne. Entre questions existentielles et démarches administratives, la préparation d'un tour du monde va vous prendre du temps. Mais profitez-en, cela fait aussi partie du voyage et plus vous aurez réglé de problèmes avant de partir, plus vous aurez l'esprit libre une fois rendu au fin fond du désert ou au milieu de la plus profonde des jungles.

Relief néo-zélandais.
Relief néo-zélandais.
Oslo Vinterpark.
Oslo Vinterpark.
Pourquoi partir ?Haut de page

Une seule réponse possible : l'envie, qui se décline en mille et une raisons en fonction de vous et de votre parcours. Cette envie vous portera tout au long du processus que sont la préparation et la réalisation d'un tour du monde, et c'est avant tout d'elle dont vous devez être sûr.

Qu'est-ce qui vous pousse à quitter votre nid douillet, à sortir de votre zone de confort, à vous mettre en danger (relatif) ? L'envie de voir le monde, de partir à l'aventure, de découvrir de nouvelles cultures, de nouvelles personnes, d'accomplir un projet, de vous enrichir personnellement, d'ajouter d'autres cordes à votre arc, d'acquérir des compétences linguistiques et humaines, de pratiquer des activités différentes, de tester vos limites, de changer de vie, de devenir plus autonome, d'inculquer le goût de l'autre à vos enfants, de mieux vous connaître... La préparation d'un grand voyage et sa réalisation sont parcourues de doutes, d'excitation, de peurs, de surprises, d'obstacles et de réalisations. Et c'est finalement cela qu'il vous faudra surmonter. Tous ces sentiments font partie du jeu, à vous de les gérer en gardant en ligne de mire votre but ultime : partir.

Petites filles de Mumbai.
Petites filles de Mumbai.
Le principe du TDMHaut de page

Qu'est-ce qu'un tour du monde (TDM) ? La définition varie bien sûr et il existe autant de TDM que de tourdumondistes, qui poursuivent chacun un rêve particulier. L'expression en elle-même évoque tant de noms célèbres qui laissent rêveur : Jules Verne (1828-1905), Ferdinand de Magellan (1480-1521) ou encore Nicolas Bouvier (1929-1998) et tant d'autres... Pour sa définition, cela varie. Les puristes vous diront que cela implique de faire une boucle autour de la planète, dans un sens donné qui vous ramènera à votre point de départ. Pour d'autres, cela consiste à partir loin et longtemps. Pour d'autres encore, il sera question de " butiner " sur tous les continents, de manière aléatoire et non exhaustive. On sera parfois guidé par un intérêt spécifique - sportif, culturel, historique - parfois par un attrait particulier pour une ou plusieurs régions du monde.

De notre côté, nous n'avons pas la prétention d'inscrire noir sur blanc la définition d'un Tour du Monde et c'est pour cela que nous évoquerons tout au long de ce guide les multiples aspects que peut revêtir un tel projet.

Le tour du monde en chiffres

Voici quelques statistiques réunies par les auteurs d'un chouette blog sur le TDM : www.tourdumondiste.com

Qui sont les tourdumondistes ? 55 % sont des femmes (dont 18 % seules). Le (la) tourdumondiste moyen (ne) est âgé(e) de 27 ans, voyage à 42 % en couple, à 9 % en famille et 12 % entre amis.

Combien dure un TDM ? En moyenne, 11 mois.

Où va-t-on ? En général, dans 13 pays, 100 % du temps en Asie, 93 % en Amérique du sud, 80 % en Océanie, 53 % en Amérique du nord, 13 % en Afrique, 12 % en Europe.

Combien ça coûte ? 15 000 €, dont 3500 € de billets d'avion, 200 € de visas, 400 € d'assurance, 200 € de vaccins et 700 € d'équipement. Soit, 10 000 € dépensés sur place.

Infographie complète à retrouver sur www.tourdumondiste.com (rubrique " Organisez votre tour du monde ")

Les premiers TDM : De Magellan à Jules VerneHaut de page

Le premier à s'être illustré dans un tour du monde est le Portugais Fernand de Magellan (1480-1521), au début du XVIe siècle. Il sera suivi par le Britannique Francis Drake (1540-1596) et le Français Louis Antoine de Bougainville (1729-1811). D'autres se lanceront sur leurs traces sans pour autant y parvenir, comme le comte de La Pérouse (1741-1788), dont l'expédition autour du monde, mandatée par Louis XVI pour compléter les découvertes du Capitaine Cook, se perdra en mer après trois ans de voyage.

D'autres explorateurs ont accompli de grandes expéditions, sans pour autant former des tours du monde, qui ont toutefois fortement marqué l'histoire du voyage. On retiendra notamment Marco Polo (1254-1324) qui atteindra la Chine en empruntant la Route de la Soie ; Christophe Colomb (1451-1506) qui partira pour découvrir une nouvelle route des Indes et sera le premier navigateur à traverser l'Atlantique et à découvrir les Amériques, sans le savoir ; son contemporain Amerigo Vespucci (1454-1512), qui saura reconnaître un nouveau continent en Amérique du Sud, alors que tout le monde pensait avoir touché aux confins de l'Asie ; Vasco de Gama (1469-1524), premier Européen à atteindre les Indes en passant par le Cap de Bonne Espérance ; Hernan Cortès (1485-1547), dont le voyage vers le Yucatan marque le début de la conquête espagnole des Amériques ; Jacques Cartier (1491-1557), premier à cartographier ce qu'il nommera le Canada ; suivi de Samuel de Champlain (1567-1635), qui fondera la ville de Québec ; James Cook (1728-1779), premier Européen à poser le pied en Australie et à ouvrir ainsi la voie vers l'Océanie.

Tous ces grands explorateurs se sont mutuellement inspirés, repoussant toujours les limites du monde. De ces volontés farouches, de nombreux écrits sont nés, l'un d'entre eux marquera tout particulièrement l'histoire du Tour du monde. Peut-être le plus grand roman d'aventure de la littérature française, Le Tour du monde en 80 jours, est écrit par Jules Verne et publié en 1872. Aujourd'hui encore, les aventures de Philéas Fogg passionnent les enfants et leurs parents. Et c'est à lui que l'on pense immédiatement quand il s'agit de courir contre la montre autour du monde. Le Trophée Jules-Verne, course à la voile autour du monde et sans escale, en est l'exemple phare.

Partir aujourd’huiHaut de page

Mais revenons à notre échelle, un TDM personnel et privé, sans prétention politique !

Il est bien évident que partir aujourd'hui autour du monde est grandement facilité par la multiplicité des moyens de transport et de communication. Les distances sont réduites, le monde semble avoir rapetissé et les cultures les plus lointaines paraissent presque accessibles. Cela dit, cette globalisation nous renvoie une image déformée du monde et du voyage dans son ensemble. Si effectivement nous avons accès à bien plus de facilités pour voyager que nos ancêtres, d'autres difficultés sont nées avec l'instauration de cette globalisation des échanges. Une conséquence notable de cette globalisation du monde et de l'immédiateté des échanges est que l'on peut être tenté par une boulimie de " découverte " qui reviendra à survoler rapidement le monde, sans vraiment y entrer. Il est en effet possible de " faire un tour du monde " en 30 jours par exemple, si on le souhaite.
Cette remarque pour finalement vous permettre de recentrer vos envies et votre parcours. Tout voir est impossible, en revanche passer à côté de son voyage l'est. Faites le bon choix, soyez conscient du temps et du budget dont vous disposez et utilisez-les à bon escient et de manière constructive.

Les bonnes raisons de partirHaut de page

Comme nous l'avons dit précédemment, il y a des dizaines de raisons de partir. Voici celles que nous avons rencontrées le plus souvent pendant nos entretiens avec des tourdumondistes :

Partir à l'aventure et réaliser son rêve de longue date en concrétisant le projet. Rencontrer l'inconnu, créer des situations nouvelles, éloignées de son quotidien.

Prendre une année sabbatique est une autre des grandes raisons qui vous poussent à partir. Entre deux années d'études, après son diplôme et avant de rentrer dans le monde du travail, entre deux jobs, après la fin d'un contrat, autant de contextes qui motivent les voyageurs en puissance.

S'ouvrir sur le monde et découvrir de nouvelles cultures, apprendre une langue étrangère, rencontrer de nouvelles personnes.

Repousser ses limites, sortir de sa zone de confort, devenir plus autonome, apprendre à se débrouiller.

Oser prendre le temps, de se retrouver seul, entre amoureux, en famille et d'apprécier. La vie est courte et les voyageurs au long cours ont décidé de ne plus subir le stress quotidien pour partir s'épanouir ailleurs, à leur rythme.

Les mauvaises raisons de partirHaut de page

Partir pour fuir. Au premier abord, on aurait tendance à dire que fuir et penser que cela résoudra ses problèmes est une mauvaise raison de partir en TDM. Et pourtant les exemples de voyageurs ayant décidé de tout quitter, leur couple, leur boulot, leur vie quotidienne, pour tout changer, sont également plutôt convaincants. Certes, ce n'est pas l'état d'esprit idéal pour partir et vous risquez de mal vous préparer. Mais ce n'est pas une raison pour ne pas partir du tout, prenez simplement votre temps pour vous décider.

Suivre quelqu'un. Ce n'est pas tant qu'il y ait des mauvaises raisons de partir, à moins d'y être forcé bien sûr - en suivant quelqu'un d'autre dans son projet sans être soi-même partant par exemple. Dans ce cas-là, le retour peut être prématuré, voire violent. Ce que vous devez bien peser, ce sont les conséquences qui découlent d'un tel voyage. Le fait de quitter son appartement, son travail, ses proches, pour un certain temps aura forcément des effets sur votre vie actuelle et future. Ils ne seront pas toujours négatifs, mais, si vous envisagez un retour, il vous faudra assumer vos choix. En expliquant par exemple à un futur employeur pourquoi vous avez décidé de partir deux ans au Pakistan, plutôt que de travailler en tant qu'ingénieur en France. Tout le monde ne sera pas convaincu par votre démarche, l'essentiel est d'en avoir conscience.

Avec qui partir ?Haut de page

Ce choix vous appartient. Avoir un ou des compagnons de voyage, ou non, influera sur le type d'aventure que vous vivrez. A vous de voir ce que vous recherchez, si votre projet se partage et, surtout, si vous parvenez à une certaine harmonie.

Danses de dérviches tourneurs.
Danses de dérviches tourneurs.
En familleHaut de page

Partir en famille est bien plus courant qu'on ne le pense. Ainsi, de nos jours, parents et enfants se déplacent souvent en voilier ou en van, car les transports en commun peuvent coûter cher si on est plus de deux à les prendre. Emmener ses enfants en TDM sera pour eux une expérience formidable, qui les marquera à vie et forgera leur personnalité. Ouverture sur le monde, goût de la rencontre, des langues étrangères et de la découverte, apprentissage de l'autonomie, éloignement des considérations matérielles, prise de conscience d'autres modes de vie sont autant de qualités que l'on retrouve chez les enfants qui ont vécu une telle aventure.

Bien sûr, partir en famille demande une certaine logistique, tant sur le plan des papiers (voir " Du rêve à la réalité/Partir en famille ") que de la santé. Il faudra aussi penser au suivi de la scolarité. Nombre d'écoliers voyageurs sont inscrits au CNED par exemple. Oui, c'est possible sachez-le. Préparez donc votre rêve et vivez-le en famille comme beaucoup d'autres avant vous ! (voir " Pendant le voyage/Communiquer/Blog " et " Partir en famille/S'informer ").

Entre ami(e)sHaut de page

Partir entre amis est une option souvent retenue par nombre de voyageurs. Si vous êtes en symbiose totale, cela peut marcher. L'avantage d'être à deux réside dans le fait de se sentir plus fort, de ne pas craindre l'ennui (ce qui arrivera quand même croyez-nous sur parole !) et, plus trivialement, de faire des économies, sur l'hébergement par exemple.

Pour autant sachez que si, pour vous, partir à deux n'est qu'une solution pour ne pas partir seul, alors vous faites erreur. D'abord parce que la solitude vous poussera à rencontrer bien plus de personnes que vous ne l'auriez fait à deux. Ensuite, parce que se retrouver seul est le meilleur moyen de savoir ce que l'on vaut et de toucher ses limites. Et puis votre compagnon de route peut s'avérer être un poids pour vous et réciproquement. Ainsi, nombreux sont les voyageurs partis à deux qui se séparent en cours de route. Dans ce cas, très souvent il n'est pas question de mésentente mais plutôt d'envies différentes. Il est donc important, quand vous préparerez votre voyage, de bien vous accorder sur ce que vous souhaitez faire, afin de ne pas (trop) vous disputer sur place et, surtout, de réaliser chacun votre rêve. Le pire serait de passer à côté de votre tour du monde par manque d'harmonie.

En amoureuxHaut de page

C'est bien entendu l'autre option la plus courante. Le rêve romantique dans toute sa splendeur. Le voyage en amoureux. Bien sûr, la réalité est tout autre et le glamour aura bien vite disparu lorsque vous aurez attrapé la turista. Mais, bien plus encore qu'entre amis, le tour du monde en amoureux est un projet construit à deux et qui vous tient à coeur autant qu'à votre compagnon. Bien sûr, à l'instar du voyage entre amis, il faudra s'adapter aux envies de l'autre, faire des concessions, mais finalement c'est le prix à payer pour pouvoir partager cette formidable expérience avec l'être cher.

Avec un inconnuHaut de page
Les agences de voyages spécialisées

Parce que partir seul impressionne nombre de voyageurs en puissance, certaines agences de voyage proposent des circuits adaptés. Et comme il n'est plus question de se retrouver avec quatre inconnus à l'opposé de notre centres d'intérêts, ces agences vous mettent en relation à l'avance, afin de se rencontrer et de partir finalement presque entre copains !

Voyager avec un inconnu est une variante du voyage en solo. Cela peut se faire au gré d'une rencontre dans une auberge de jeunesse, par le biais du couchsurfing, ou par des sites spécialisés. Votre voyage s'en trouvera enrichi, surtout si vous progressez avec une personne qui partage vos passions, pour la randonnée, la voile ou autre. Votre routine - qui s'installe toujours, même au bout du monde - en sera agréablement bouleversée. Cela n'a souvent qu'un temps et vous serez, après cet interlude, content de retrouver vos petites habitudes.

En solitaireHaut de page

Le rêve total, sans concession, sans entraves, en toute liberté. Le voyage en solo reste, selon nous, le meilleur moyen d'accomplir entièrement et purement toutes ses envies. " L'enfer c'est les autres " disait Sartre, et il est vrai qu'en voyage la phrase se vérifie parfois. Bien sûr, les moments de solitude seront plus intenses, plus fréquents aussi ; et on risque de ressentir assez souvent l'envie de partager avec quelqu'un, mais c'est le prix à payer pour rester entièrement maître de son destin. C'est aussi de cette manière que vous pourrez tester votre autonomie et votre capacité à gérer les crises seul(e). Enfin, c'est en voyageur seul(e) que vous aurez le plus d'opportunités pour échanger et partager avec les autres.

Combien de temps ?Haut de page

Le temps déterminera le type de voyage, les modes de transports empruntés, la ou les zones visitées. En fonction du temps dont vous disposez, vous pourrez construire un projet adapté à vos envies. Tout peut se faire, à condition d'être réaliste. Ainsi, si vous n'avez que trois mois, nous vous recommandons de vous concentrer sur une zone du monde afin de ne pas passer votre temps dans les transports par exemple.

Moins de trois moisHaut de page

Ceux qui partent en TDM entre deux années d'étude, ou en congé sans solde par exemple, disposeront d'un laps de temps réduit. Avec une bonne préparation, il est toutefois possible de réaliser de belles choses. Nous vous conseillons de vous concentrer sur un ou deux continents, afin de bien les découvrir. Une autre option peut être de partir trois mois en repérage, dans plusieurs zones, afin de préparer un TDM plus long, dans les années suivantes.

De six mois à un anHaut de page

C'est la durée la plus courante pour un TDM et elle vous donne l'occasion de découvrir de nombreux pays. Elle offre plusieurs avantages. Celui de ne pas partir trop longtemps, et donc de ne pas vous couper entièrement de votre vie actuelle. Durant ce laps de temps, il vous sera aussi facile de garder contact avec vos proches. C'est aussi généralement la durée qui est accordée par votre employeur pour une année sabbatique, vous aurez donc ainsi l'assurance de retrouver votre travail au retour. Et, vis-à-vis d'un futur employeur, ce temps " d'absence " reste justifiable, car de plus en plus courant.

De un à trois ansHaut de page

Si vous comptez partir plus d'un an, il vous faudra auparavant régler un certain nombre de formalités en France. Ainsi, garder son appartement, son emploi, son assurance en France sera inutile et coûteux. Il vaut mieux s'en séparer et contracter une assurance adaptée à votre cas par exemple. Les visas plus ou moins longs selon les pays seront aussi de nombreuses formalités à appréhender sérieusement. Et il y a LA question du budget. A moins d'avoir gagné au loto, vous n'aurez pas d'autre choix que de travailler, souvent au noir dans la majorité des cas ou légalement dans les pays qui accordent des visas vacances-travail ou en Europe. Vous serez aussi bien plus déconnecté de votre vie actuelle, qui deviendra bien vite votre " vie d'avant ". Vous entreprenez ici un voyage qui modifiera le cours de votre vie. L'immense avantage sera que vous pourrez passer bien plus de temps dans les endroits qui vous plaisent, apprendre à parler les langues des pays traversés et pratiquer des activités en profondeur comme celle d'étudier l'art du sushi à Tokyo par exemple.

Au-delà de trois ansHaut de page

Le voyage, au-delà de trois ans, devient votre vie quotidienne. En plus des éléments cités dans la rubrique " de un à trois ans ", il est ici question du retour. Cette notion risque de vous paraître bien floue. Au-delà de trois ans de voyage, une grande partie de ce que l'on a construit avant de partir va s'effacer peu à peu, relations amicales, professionnelles, à moins de les entretenir régulièrement. Si vous envisagez tout de même un retour, il faudra bien penser que tout ou presque sera à reconstruire. Un autre projet finalement.

DémarchesHaut de page

Pour que votre voyage se déroule au mieux et que vous ne soyez pas rattrapé par d'éventuels problèmes du quotidien, vous allez devoir effectuer plusieurs démarches afin de laisser les choses en ordre en partant - et pour les retrouver en ordre en rentrant. Ne négligez pas cette phase, oublier de payer vos impôts parce que vous plongez en Thaïlande peut vous coûter très cher !

Conseil : afin de centraliser toutes vos démarches, nous vous conseillons, si vous quittez votre logement, de donner l'adresse d'un proche, qui pourra garder votre courrier et vous prévenir en cas de démarche à accomplir lors de votre voyage. Il faudra pour cela envoyer un courrier à tous vos contacts (impôts, opérateur téléphonique, électricité, gaz, eau, propriétaire, assureur, etc.) pour les prévenir. Si vous ne rendez pas votre logement, arrangez-vous pour que quelqu'un récupère votre courrier ou adressez-vous à la Poste.

Attention ! Cependant, pour préserver vos relations avec vos proches, n'en demandez pas trop ! Si l'on vous conseille ci-dessous de confier certaines démarches à un proche, il serait illusoire de donner plusieurs tâches à une seule personne au risque, d'une part, qu'elle fatigue et finisse par ne plus le faire du tout et d'autre part, que vos rapports deviennent conflictuels. Si certaines procédures nécessitent, il est vrai, la participation d'un tiers, tenez-vous en au strict minimum et sollicitez plutôt la famille que les amis.

AdministrativesHaut de page

Impôts et taxes. Pour le paiement des tiers, optez pour le prélèvement automatique ou la procuration. Pour remplir la déclaration d'impôts, il vous suffit d'avoir accès à Internet.

Factures. L'eau, l'électricité, le gaz, le téléphone, l'assurance, la mutuelle... Les factures vont continuer à tomber tous les mois si vous n'avez pas résilié ou suspendu vos contrats. Afin de ne rencontrer aucun problème, prévoyez un prélèvement automatique, qui vous évitera d'y penser. Autre possibilité, donnez procuration sur votre compte à un proche pour qu'il s'en occupe.

Téléphone. Certains opérateurs acceptent de suspendre votre ligne fixe ou de la transférer sur celle d'un proche. Si vous sous-louez, le sous-locataire peut récupérer la ligne. Concernant votre portable, si vous ne l'emportez pas avec vous - certains opérateurs acceptent de suspendre la ligne, d'autres non.

Eau, gaz et électricité. Si vous laissez votre logement inhabité, vous pourrez résilier ou suspendre votre abonnement. Des frais de remise en route vous seront facturés à votre retour.

Courrier postal. On peut opter pour la réexpédition temporaire avec la Poste et faire suivre son courrier à l'adresse de son choix en France, pour un an au maximum. Compter 60 € pour un an. Pour faire suivre son courrier à l'étranger, compter 76 € pour moins de six mois, 130 € pour un an. Autre option, la poste restante. Des compagnies privées peuvent faire la même chose et en plus trier vos papiers pour vous et les scanner pour vous les envoyer par email.

Nous vous conseillons de retirer votre voiture de la rue, si possible de la garer dans un garage ou une propriété privée. Cela ne vous dispense toutefois pas de l'assurer. Si vous laissez votre voiture en France, des assurances type " assurance parking " ou " assurance repos ou hors circulation " vous permettent de conserver des garanties telles que les dommages causés au véhicule, le vol ou encore l'incendie. De 115 € à 280 € environ pour un an, en fonction des chevaux fiscaux et des risques assurés. Renseignez-vous auprès de votre assureur pour savoir s'il pratique ce type d'assurance.

Animal de compagnieHaut de page

Nous vous conseillons de laisser votre cochon d'Inde ou votre tortue de Floride bien au chaud chez un proche ou à une société de garde d'animaux, plutôt que de les trimballer partout avec vous pendant votre périple. Plusieurs options pour ceux dont la grand-mère n'aime pas les chats : la visite à domicile, un assistant passe 30 minutes avec votre animal, le nourrit et le sort (de 18 à 24 € par visite), mais à long terme cela vous coûtera cher ; une famille d'accueil pour 17 à 21 € par jour s'occupe de votre animal ; enfin, la classique mais parfois peu fiable pension (de 10 à 12 € par jour) : renseignez-vous sur le nombre de promenades par jour et visitez les locaux. Des solutions pas toujours très enthousiasmantes, mais pensez bien que voyager sur le long terme avec un animal peut être problématique et coûteux pour se loger ou prendre les transports. Dans certains pays, vous ne pourrez même pas passer la frontière avec votre animal de compagnie.

Si toutefois vous y tenez vraiment, renseignez-vous sur les conditions d'entrée de vos animaux de compagnie, avant votre départ pour savoir comment ils pourront vous accompagner.

Rendez-vous sur www.service-public.fr, l'onglet " Loisirs " détaille les formalités à accomplir pour voyager avec son animal. Même type d'infos sur le site de la société centrale canine (www.scc.asso.fr) qui détaille pour les chiens seulement les conditions d'entrée dans de nombreux pays.

Pour certains, c'est le grand saut. Quitter votre emploi, temporairement ou définitivement, sera pour vous l'occasion de tester votre motivation pour ce voyage ! Les chanceux profiteront d'une fin de contrat, pour ne pas avoir de décision difficile à prendre. Les autres devront peser le pour et le contre avant de se lancer.

Les différents types de congésHaut de page

Le congé sabbatique s'applique aux salariés des entreprises privées. Pour ceux du public, on parlera de disponibilité. Nous détaillons ici les quatre congés principaux, mais il en existe d'autres, à découvrir sur www.service-public.fr

Le congé sabbatiqueHaut de page

C'est un congé non rémunéré, d'une durée de six mois minimum à onze mois maximum. Pendant cette période, votre contrat est suspendu mais pas rompu et vous pouvez donc récupérer votre emploi à votre retour. En revanche, vous n'accumulez pas d'ancienneté, aucun point de retraite et n'avez pas droit aux congés payés. Vous pouvez toutefois pratiquer une autre activité, professionnelle ou non, pendant ce congé, sous réserve de non-concurrence vis-à-vis de votre employeur, et vous bénéficiez toujours de la sécurité sociale. Si vous souhaitez modifier la durée de votre congé après coup, il vous faudra l'accord de l'employeur. Quand vous revenez, votre employeur n'est pas tenu de vous rendre votre poste, en revanche il doit vous assurer un poste similaire, avec une rémunération équivalente.

Pour prétendre à ce congé, vous devez bénéficier de 36 mois d'ancienneté dans l'entreprise (consécutifs ou non), justifier de six ans d'expérience professionnelle et ne pas avoir bénéficié d'un autre congé sabbatique, d'un congé de création d'entreprise ou d'un congé individuel de formation au cours des six dernières années.

Comment faire pour obtenir ce congé ? Adressez la demande à votre employeur au minimum trois mois avant votre départ, par lettre recommandée avec accusé réception, ou par lettre remise en main propre contre décharge. Vous devez impérativement y préciser la date de départ et la durée souhaitée. Indiquer les raisons de ce congé n'est pas obligatoire, mais il vaut mieux le faire, afin de motiver votre départ. Votre employeur devra ensuite vous donner sa réponse dans les trente jours, s'il ne le fait pas, considérez votre demande acceptée. Si votre employeur refuse le congé, il doit motiver sa décision : absences simultanées similaires dans l'entreprise, bonne marche de l'entreprise mise en balance. Il peut également reporter votre demande à six mois, voire neuf mois pour les entreprises de moins de deux cents salariés. Vous avez ensuite quinze jours pour contester ce refus ou effectuer un report aux prud'hommes.

La mise en disponibilité pour convenances personnellesHaut de page

Quand on est fonctionnaire titulaire, on peut accéder à une mise en disponibilité qui s'apparente au congé sabbatique. On peut suspendre son contrat jusqu'à trois ans, renouvelables jusqu'à dix ans sur l'ensemble d'une carrière. On garde toujours son grade, ses droits acquis antérieurement, la sécurité sociale (pour un an au maximum), en revanche on n'est plus rémunéré, on n'acquiert plus d'ancienneté et on ne cotise plus pour la retraite. Pour prétendre à la disponibilité, il faut avoir travaillé trois ans dans la Fonction publique. Attention, ne confondez pas mise en disponibilité pour convenances personnelles et disponibilité de droit (pour élever un enfant par exemple). Adressez une demande par écrit par lettre recommandée avec accusé réception auprès du directeur de service au minimum deux mois avant la date de départ. Précisez toujours la durée et la date de départ. A l'inverse du privé, vous devez motiver votre départ, afin de vérifier qu'il n'entre pas dans d'autres catégories de congés. Le Directeur de service peut refuser votre demande, ce n'est pas un droit. Les motivations seront les besoins du service ou le report ultérieur. Pensez impérativement à envoyer, trois mois avant la fin de votre disponibilité, votre demande de réintégration. Si votre poste a disparu, on vous replacera à un emploi équivalent, sinon on vous maintiendra en disponibilité avec droits au chômage.

Le congé sans soldeHaut de page

Le congé sans solde est à envisager si on vous refuse les autres congés. La différence principale avec le congé sabbatique est qu'il ne vous garantit pas votre poste à votre retour. Sa durée est à négocier avec l'employeur.

Le congé parental d'éducationHaut de page

Le congé parental d'éducation intervient à la suite d'une naissance ou d'une adoption. Il faut au moins un an d'ancienneté dans l'entreprise pour prétendre à ce droit. Il peut être partagé entre les deux parents. Il n'est pas rémunéré et vous ne pouvez pas pratiquer une autre activité professionnelle pendant sa durée. En revanche, l'employeur ne peut pas vous le refuser. A votre retour, vous retrouvez votre emploi ou un équivalent, avec une rémunération similaire. Dans le privé, on vous accordera un an, renouvelable deux fois (5 fois si vous avez plus de 3 enfants en même temps). Dans le public, il est accordé par tranches de six mois renouvelables, et vous conservez vos droits à l'avancement réduits de moitié.

Quitter son emploiHaut de page

Outre la possibilité d'une année sabbatique, on pourra quitter son emploi de plusieurs manières. Soit vous êtes en CDD et vous profitez de la fin de votre contrat pour ne pas le reconduire, ce qui vous donne droit à des allocations chômage, mais dont vous ne pourrez pas profiter si vous n'êtes pas en France. Soit vous demandez une rupture conventionnelle de contrat à votre employeur, si vous êtes en CDI, qui vous donnera droit à l'allocation chômage mais dont vous ne pourrez pas profiter si vous n'êtes pas en France. Soit vous démissionnez de votre CDD ou CDI. Autre situation, vous êtes à votre compte ou travailleur indépendant, il vous revient donc entièrement le droit de décider ou non de poursuivre votre activité.

LogementHaut de page

En fonction de la durée de votre voyage, vous devez envisager une solution pour votre logement. Si vous êtes propriétaire, il vous faudra toujours l'assurer, même si vous n'êtes pas là ; vous pourrez également le louer. Si vous êtes locataire, gardez-vous votre appartement pendant votre absence, préférez-vous le sous-louer ou résilier votre bail ? Auquel cas que ferez-vous de vos meubles ? Autant de questions à se poser bien avant de partir.

Quitter son logementHaut de page

Deux cas de figure :

Vous êtes propriétaire. Vérifiez bien que, pendant votre absence, votre compagnie d'assurance maintient les mêmes garanties et que votre logement restera couvert. Vous pouvez bien sûr également le louer ou le confier à un proche.

Vous êtes locataire. Le congé doit être donné par lettre recommandée avec accusé-réception. Il doit être donné par les deux conjoints si vous êtes marié, par les deux concubins si vous êtes pacsé. Vous ne pouvez ensuite revenir sur votre décision qu'avec l'accord du propriétaire. Pour organiser les visites de l'appartement, le propriétaire doit avoir l'autorisation du locataire pour accéder au logement. Les visites sont possibles dans la limite de deux heures par jour, sauf le dimanche. Le locataire doit payer son loyer jusqu'à la fin de son préavis (3 mois pour les logements non meublés et 1 mois pour les logements meublés), même s'il quitte le logement avant. Les cotitulaires du bail sont solidaires du paiement. Le locataire devra effectuer un état des lieux de sortie et récupérer le dépôt de garantie dans un délai maximum de deux mois. Au-delà, le propriétaire doit s'acquitter d'intérêts. N'oubliez pas d'effectuer votre changement d'adresse.

Sous-locationHaut de page

Si vous ne voulez pas résilier votre bail, la sous-location est une option à envisager. Si vous souhaitez sous-louer votre appartement, il vous faut impérativement l'accord écrit de votre propriétaire.

Conformément à l'article 8 de la loi du 6 juillet 1989, le locataire ne peut ni céder le contrat de location, ni sous-louer le logement, à moins d'obtenir l'accord écrit du bailleur. Cet accord n'est pas un simple accord sur le principe de la sous-location. Il doit indiquer le prix du loyer. Sachez que la loi précise que le prix du loyer au mètre carré de surface habitable des locaux sous-loués ne peut excéder celui payé par le locataire principal. Vous ne pouvez donc percevoir du sous-locataire un loyer supérieur au loyer dont vous êtes redevable vis-à-vis du bailleur.

Un contrat de sous-location doit indiquer la durée de celle-ci, le montant du loyer, la date de paiement du loyer, la répartition des charges et comporter l'engagement des sous-locataires de partir au retour des locataires. En cas de cessation de bail entre le locataire et le bailleur, le sous-locataire ne peut prétendre à aucun droit envers le bailleur, ni à aucun titre d'occupation. La sous-location s'arrête à la cessation de bail. Enfin, le locataire est responsable de tous les manquements de son sous-locataire vis-à-vis du bailleur. Si jamais le locataire ne paie plus son loyer, le bailleur peut se retourner contre le sous-locataire, dans la mesure du montant du sous-loyer.

Attention, si vous sous-louez illégalement votre appartement et que votre bailleur en obtient la preuve, il peut demander la résiliation de votre bail et vous devenez ainsi occupant sans droit ni titre du logement. Des indemnités sont alors calculées par le juge.

PréavisHaut de page

Le locataire peut résilier son bail à tout moment sans avoir à motiver sa décision, avec un préavis de 3 mois dans le cas d'une location non meublée ou un préavis d'1 mois dans le cas d'une location meublée. Si vous êtes marié ou pacsé, votre conjoint est co-titulaire du bail, que son nom apparaisse sur le bail ou pas. Si vous êtes en concubinage ou en colocation, seul les noms présents sur le bail sont titulaires. Si le concubin ou colocataire titulaire quitte le logement, l'autre concubin ou colocataire peut rester à condition de prouver qu'il a vécu un an avec la personne avant la date de préavis. Dans le cas où le bail est signé par les deux parties, un des deux titulaires peut choisir de rester en s'acquittant du loyer et des charges.

Dans certains cas, le préavis peut être réduit à un mois : si le locataire perd son emploi (licenciement ou rupture conventionnelle de contrat de travail) - ceux qui démissionnent ou les non-salariés qui cessent leur activité ne sont pas inclus ; en cas de mutation professionnelle (les non-salariés sont également exclus) ; si le locataire retrouve un emploi à la suite d'une perte d'emploi ; quand le locataire trouve un premier emploi ; s'il est titulaire du RSA ; si le locataire est âgé de plus de 60 ans et que son état exige un déménagement rapide.

Que faire de ses affaires ?Haut de page

Soit vous avez des amis dévoués, ou des parents aimants, qui prendront en charge vos affaires pendant votre vadrouille, soit il va falloir trouver un garde-meuble. Comptez entre 10 € et 100 € par mois, pour un box de 1 m2 à 15 m2. Certaines entreprises de stockage proposent en plus d'autres services : tout le matériel pour déménager (ficelles, cartons, scotch), la possibilité de changer de box si le vôtre est trop petit ou trop grand sans frais supplémentaires, etc.

Deux points à vérifier pour ne pas avoir de mauvaises surprises : le calcul du prix de votre garde-meuble (la taille, la situation géographique, l'emplacement - rez-de-chaussée plus cher qu'étage, durée), les frais annexes (entrée et sortie, assurance, cartons, etc.).

Pense futé : le printemps et l'été sont les périodes les plus demandées en matière de stockage (nombreux déménagements), les prix grimpent à cette période. Si vous en avez la possibilité, visez l'hiver et l'automne pour votre voyage !

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis