Le guide : France à cheval : Bretagne

Bretagne

L’équibreizh (le 2 et 3 juillet 2016 à Romillé)

Un itinéraire plus que complet qui permet de découvrir la Bretagne de long en large, car ce sont en effet deux diagonales, une est-ouest entre Paimpont et les Montagnes Noires, et une autre nord-sud de Saint-Brieuc à Josselin, qui ont été mises au point. Ces chemins, aussi bien privés que publics, entre campagne et littoral, déroulent des paysages de vallées, de landes, de bruyères, de monuments majeurs, des cités de caractère, des mégalithes... Chaque département a inscrit ces chemins au Plan Départemental des Itinéraires de Promenades et de Randonnées (P.D.I.P.R.). Au total, ce sont 2 600 kilomètres de chemins balisés parmi lesquels les randonneurs peuvent composer à la carte leur itinéraire. Le balisage orange classique - des carrés orange désignés par un fer à cheval - ponctuent l'Equibreizh, et tous les 30 kilomètres s'égrènent des points haltes pouvant convenir à toutes les bourses (hôtels, gîtes d'étapes, chambres d'hôtes), alors que les chevaux passeront la nuit dans des prés ou des box attenants. Chaque département propose de nombreuses options, le tracé de l'Equibreizh sur le site du Comité Régional de Tourisme Equestre en Bretagne traverse en effet les quatre territoires. Parmi ses nombreuses possibilités, les randonneurs devront définir leurs envies pour trouver la rando qui leur faut  : d'une journée, de plusieurs jours, en étoile, itinérante... en bord de mer, à la campagne ou dans les montagnes. Il est possible, par exemple, de découvrir la côte nord par le sentier des Douaniers, ou de chevaucher le long de l'Aulne, sans oublier le parcours des légendes du roi Morvan, premier roi de Bretagne, dans le Morbihan.

Péninsule de l'ouest de la France, entre la Manche et l'océan Atlantique, la Bretagne regroupe quatre départements - les Côtes-d'Armor, le Finistère, l'Ille-et-Vilaine, le Morbihan. Première région de France par la longueur de ses côtes - 1 100 kilomètres - et pour le tourisme en bord de mer, elle est située sur le rail d'Ouessant, l'une des voies maritimes les plus fréquentées au monde. Cette terre de contrastes est parcourue de paysages très différents : à l'est et au sud, des zones rocheuses ou limoneuses, des étendues de sable fin en bord de mer ou aux abords du mont Saint-Michel, en passant par les rochers roses de Ploumanach et les alignements de hauteurs comme les monts d'Arée, les landes de Mené, tissées de bruyères callune ou d'ajoncs, ou les Montagnes Noires. Randonner en Bretagne est une activité qui peut se pratiquer à l'année, contrairement à certaines régions de France qui affichent des températures très élevées en été. Entre les frontières bretonnes, aucun risque que les chevaux souffrent des grandes chaleurs, le thermomètre ne dépasse jamais les températures douces. De plus s'il pleut souvent, il n'y a quasiment jamais de grosses averses rendant impossibles les déplacements.

Les pardons. Chaque zone naturelle est propice aux randonnées équestres, d'autant que le tourisme équestre est une tradition séculaire en Bretagne, n'est-ce pas ici que le célèbre postier breton est né ? Sans oublier les bénédictions et les pardons ancrés dans les traditions locales, auxquels les paysans bretons assistaient avec leurs chevaux et pour lesquels ils n'hésitaient pas à faire des kilomètres. Aux siècles passés, les chevaux étaient le bien le plus précieux des paysans bretons, qui lorsqu'ils perdaient leur animal, voyaient diminuer leur gagne-pain. D'ailleurs, on évoquait la taille et la prospérité d'une ferme au nombre de chevaux qu'elle entretenait, ainsi on parlait d'une ferme de deux, trois ou quatre chevaux, et non en termes d'hectares comme dans d'autres régions françaises. Les pardons étaient donc une occasion unique d'amener la bienveillance des saints vétérinaires sur les équidés, et les paysans bretons plaçaient beaucoup d'espoir en ces cérémonies. Ils se rendaient au lieu de pèlerinage avec une offrande qui le plus souvent était un fer à cheval, priaient les saints guérisseurs, écoutaient la bénédiction du curé et se rendaient à la fontaine pour asperger à l'aide d'une écuelle leurs chevaux, en insistant sur les parties génitales pour que l'année suivante voit l'arrivée d'un poulain, synonyme d'un revenu supplémentaire. Aujourd'hui encore, de nombreux villages célèbrent les pardons des chevaux  : à Quistinic dans le Morbihan, se réunissent des éleveurs et des propriétaires comme autrefois à la chapelle Saint-Roch en juillet, ce pèlerinage était excessivement fréquenté au XIXe siècle au point que l'on décida de construire une autre fontaine attenante à la chapelle pour accueillir les chevaux venus se faire bénir. À Saint-Eloy dans le Finistère, tous les jeudis de l'Ascension, a lieu également le pardon des chevaux venant de toute la France. À Saint-Péver dans les Côtes-d'Armor, depuis 1888, la chapelle de Restudo est le théâtre du pardon des chevaux fin juin, ces derniers se baignent dans l'étang attenant. Et parmi tous ces chevaux bénis, une race parmi toutes les autres représente la paysannerie bretonne : le cheval breton.

Le cheval breton. Cette race ancienne est née du croisement des descendants de petits chevaux aryens évoluant en Bertagne il y a deux mille ans et de chevaux arabes importés de Terre sainte au temps des Croisades. Par cheval breton, on entend deux types de chevaux  : le trait et le postier. Le premier était surnommé ainsi car il servait à tirer les voitures de poste alors que le second travaillait au champs. Le postier a vu le jour grâce à l'apport de sang de chevaux Norfolk Roadster au XIXe siècle. Robuste et vif, il pouvait maintenir une cadence de 10 km/h tout en tirant deux fois son poids. Le postier, plus rapide que le trait, présente malgré ses allures plus enlevées les mêmes caractéristiques physiques que le trait, à savoir une morphologie carrée et une robe principalement alezane. Cette race est élevée dans les quatre départements bretons ainsi qu'en Loire-Atlantique, on a dénombré quatre mille quarante-trois immatriculations en 2007, soit 28 % de l'élevage français de trait, c'est dire l'importance de ce cheval en Bretagne, mais aussi en France où l'on trouve des élevages ponctuels. Toutes races confondues, la Bretagne abrite cinquante mille chevaux.

FinistèreHaut de page

Fin de la terre pour les Français et Penn Ar Bed pour les Bretons. Le Finistère est un concentré de Bretagne, une pointe avancée dans l'Océan, où la nature n'est pas une mais multiple, se changeant au gré de la lumière. Harmonie, tradition maritime et amour de la terre sont ici conciliés dans cet espace de magie et de légendes. Le Léon au nord, la Cornouaille au sud, un bout du Trégor à l'est sont autant de territoires qui recèlent une culture riche, tant linguistique que patrimoniale ou historique. Tous les ans, le CDTE 29 organise Finistours, une randonnée itinérante dans le département. 500 kilomètres de circuits équestres vous attendent ! Quelques idées de circuits :

Le canal de Nantes à Brest. Ancré au plus profond de la mémoire collective bretonne, comme une mer intérieure, ce canal est l'axe qui lie physiquement la Bretagne à travers plus de deux cent trente-sept écluses. Il relie des sites naturels de grande qualité comme les monts d'Arrée, les Montagnes Noires et la presqu'île de Crozon. Il s'étend sur 360 kilomètres et est ouvert aux cavaliers. Site Internet : canal.nantes.brest.free.fr

Les monts d'Arrée et le Parc naturel d'Armorique. À quelques lieues de l'Armor, au coeur même du Parc régional d'Armorique, de la bande côtière qui entoure le Breizh, cette chaîne de "montagnes" (Roc'h Trédulon, Tuchenn Gador...) étendue sur 150 kilomètres de long en étonne plus d'un. La suite de crêtes et de massifs élevés qui se succèdent du sud-ouest vers le nord-est surplombe le plateau du Léon et le bassin de Châteaulin, offrant des vues splendides sur la région. Créé en 1969, le Parc naturel d'Armorique, Park an Arvorig en breton, relie les espaces les plus exceptionnels : monts d'Arrée, falaises de Crozon, archipel de Molène, île d'Ouessant. Le Parc naturel d'Armorique s'étend sur 112 000 hectares et présente de la mer d'Iroise aux monts d'Arrée, une grande diversité de paysages liés aux activités humaines passées ou actuelles, expression de la richesse du patrimoine. À cheval, la randonnée est sans aucun doute la meilleure façon de découvrir les multiples facettes du Parc. Les itinéraires de promenade ou de randonnée, 500 kilomètres, sont répartis sur l'ensemble de son territoire (sentiers côtiers, chemins creux, sentes forestières...) constituant un réseau dont les multiples attraits tiennent à la variété des paysages, à la diversité des milieux naturels ainsi qu'à la richesse du patrimoine architectural et religieux. Des topoguides sont disponibles (Tél.) 02 98 81 90 08.

La pointe du Raz. Chef-d'oeuvre de la nature, ce point le plus à l'ouest de l'Europe offre au visiteur un panorama grandiose de par sa côte déchiquetée et souvent battue par une mer furieuse. Classée en 1989 aux Grands Sites nationaux, elle est particulièrement protégée par tous les habitants et touristes.

Ille-et-VilaineHaut de page

Terre de marais avec le marais de Dol, au Nord et le marais de Redon, au Sud. Terre de bois avec la mythique forêt de Brocéliande ou la forêt domaniale de Fougère, l'Ille-et-Vilaine est quadrillée par l'Equibreizh qui emmène tour à tour le cavalier sur le littoral ouvert sur la Manche et l'Océan, ou dans les terres au fil du canal d'Ille-et-Rance, entre autres.

Chaque année a lieu en mai la Trans-Ille-et-Villaine, une randonnée d'une semaine. C'est l'association des Amis du Cheval d'Ille-et-Vilaine qui est à l'origine de ce projet depuis plus de vingt ans. Cette même association propose aux cavaliers qui montent sans guide-accompagnateur quatre versions de l'Equibreizh en Ille-et-Vilaine, un itinéraire placé sous le thème de l'eau : l'Equibreizh Ouest, partant de Saint-Aubin-du-Cormier et arrivant à Brocéliande en passant par la vallée du Couesnon, l'étang de Feins, le canal d'Ille-et-Rance ; l'Equibreizh nord, au départ de Dinan et en route jusqu'à la baie du Mont-Saint-Michel ; l'Equibreizh sud, au rythme de la vallée de la Vilaine ; et enfin l'Equibreizh est et centre, à la découverte des marches de Bretagne, Fougère et Vitré. Pour les cavaliers souhaitant découvrir le département avec un professionnel, voici une sélection d'idées de randonnées accompagnées :

Vallée de la Vilaine. Grande rivière de l'ouest de la France, la Vilaine, si mal nommée, est le décor d'une nature très variée qui oscille entre ambiances bucoliques et paysages iodés. Traversant le département de l'Ille-et-Vilaine depuis Vitré jusqu'à Redon en passant par Rennes, le fleuve se déroule dans une vallée qui peut être l'objet d'une rando de plusieurs jours. L'Equibreizh couvre le tronçon sud du fleuve.

Brocéliande, ou la forêt de Paimpont. Nom évocateur pour cette immense forêt qui recouvrait autrefois la Bretagne, également nommée forêt de Paimpont, Brocéliande est surtout célèbre pour les hauts lieux de la légende arthurienne qu'elle renferme. Dès le Moyen Âge, la forêt de Brocéliande est mentionnée dans la littérature comme étant le théâtre des aventures du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table ronde, en quête du Graal. Brocéliande, c'est l'univers de Merlin l'Enchanteur, la fée Viviane, des chevaliers de la Table ronde, du roi Arthur. Quant au Val sans Retour, là encore, laissez aux experts le soin de débattre de la vraie destination de la Maison de Morgane - ou Hotié-Morgane. Selon la légende, la fée qui voulait se venger d'un amant volage décida d'emprisonner les chevaliers infidèles. Seul Lancelot, fidèle à Guenièvre, put rompre les enchantements. Mais ce coffre mégalithique, qui date d'environ 2 500 ans avant J.-C., est surtout un prétexte pour vous enfoncer dans la mythique forêt des druides. Le Val sans Retour, c'est aussi l'étang, le Miroir aux Fées et le très connu Arbre d'Or, oeuvre de François Davin. La forêt de Merlin l'Enchanteur ouvre ses portes par de hautes futaies de hêtres, des roches de schiste rouge transperçant les landes d'ajoncs, les chênes pluricentenaires ou des lacs à quelques kilomètres des villes de Ploërmel ou Josselin. Le pays de Brocéliande présente 340 kilomètres de sentiers ouverts aux cavaliers. Pays touristique du Pays de Brocéliande (Tél.)  02 99 06 86 07. Site Internet  : www.broceliande-pays.com

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis