Le guide : France à cheval : Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Ce pays aux mille facettes offre des paysages de toute beauté de la pointe de Grave jusqu'aux Pyrénées, en passant par le bassin d'Arcachon ou les grottes préhistoriques de Lascaux. La douceur de son climat océanique en fait une destination parfaite pour randonner à cheval. Troisième région de France, composée de trois des plus grands départements de France, elle offre de belles randonnées entre mers et montagnes, sans oublier les forêts des Landes et de Dordogne. L'Aquitaine compte plus de 35 000 licenciés et environ 470 centres équestres affiliés.

CharenteHaut de page

Depuis 1790, le 16e département français porte le nom du fleuve Charente qui arrose Angoulême et Cognac. Vous découvrirez les saveurs et l'histoire de Cognac, la ville de François Ier, Angoulême, la ville la plus connue pour les BD. Vous arpenterez cette terre mêlant histoire et nature, où se confondent châteaux et cours d'eau. Côtés paysages, les cavaliers seront charmés par le bocage qu'on retrouve aux extrémités des massifs anciens en Charente limousine signalant le dernier contrefort du Massif central - cette zone est caractérisée par la présence d'un réseau de haies délimitant les prairies. Ces ceintures végétales sont composées de ronces, genêts, de châtaigniers, de chênes et d'ormes et sont bordées par de multiples cours d'eau. Le charme de ce type de paysages réside dans le côté intimiste que dessinent talus et haies naturelles. Sans horizon, ni vue lointaine, la nature est proche, presque complice mais recèle des secrets qui se dévoilent lentement au cavalier. Le climat charentais, tout en conservant des traits océaniques, possède des caractéristiques continentales  : les hivers sont frais et pluvieux et les étés chauds et secs. Le printemps et l'automne sont les périodes idéales pour randonner. Une activité sacrosainte dans ce département où a été mis en place le GITER (Grand Itinéraire de Tourisme Équestre Régional) et de ses 190 km qui permet entre autres de longer la Charente sur le chemin de halage ou de caresser des yeux vignobles cognaçais.

Le mulassier poitevin, une race à sauver

C'est l'un des traits les plus appréciés du public  : ses longs crins, sa queue bien fournie et ses pieds larges et poilus, lui donnent des airs de gros nounours qui charment les plus endurcis. Et pourtant cette race n'est pas dans une position confortable avec seulement 87 immatriculations enregistrées en 2007. Dans les années 1990, ce cheval a bien failli disparaître et sans l'action commune des haras nationaux et des éleveurs, l'élevage n'aurait pas pu repartir. Une tragédie, car cette race compte parmi les plus anciennes : elle a vu le jour dans la région du marais poitevin lorsqu'Henri IV, en 1599, demande à un ingénieur hollandais d'assainir les marais poitevins, ce dernier et ses hommes débarquent su place avec des Frisons et des Brabançons. Ces derniers sont croisés avec les chevaux du marais. Le stud-book du mulassier poitevin date de 1884, il précise que la race toise en générale 1,60 m et qu'elle se reconnait à son profil droit sinon un peu moutonneux, à son allure légère pour un trait, et ses poils ! Enfin si cette race porte le nom de mulassier c'est que des juments ont engendré des mules et mulets avec des étalons Baudets du Poitou, autre race très célèbre de la région. Les petits de ces unions étaient très appréciés pour le travail des champs, malheureusement aujourd'hui, malgré une demande constante, aucune mules ne nait d'un mulassier poitevin tant la race menace de disparaitre. Question de priorité : les éleveurs se concentrent sur l'élevage du trait même avant d'envisager l'élevage des mules.

Charente-MaritimeHaut de page

Parmi la nature, l'océan et ses marées, ses longues plages, les marais salants, les parcs à huîtres, ses cours d'eau dans l'arrière-pays, vous serez conquis par la douceur du pays où que vous soyez. Ile de Ré, d'Oléron, le fort Boyard, Rochefort, La Rochelle et sa tour de l'horloge : la nature et le patrimoine sauront séduire le cavalier. Des coins à découvrir parmi tant ant d'autres :

L'île d'Aix. Cette île a su se faire oublier pour préserver son calme et sa tranquillité pour protéger la beauté sauvage de ses paysages. Accessible uniquement depuis La Rochelle, Fouras ou l'île d'Oléron, entre autres, elle fait le bonheur de ceux qui ont su patienter devant les embarcadères. A visiter en calèche.

L'île d'Oléron. Avec ses 30 kilomètres de long et douze de large, Oléron est la deuxième plus grande île française après la Corse. Reliée au continent par un viaduc de 3 km gratuit, l'île jouit d'une richesse insoupçonnée.. Alors que la côte ouest est marquée par ces grandes plages, l'est de l'île est essentiellement composé de marais salants et de marécages reconvertis en parcs à huîtres. Au nord, le paysage fait place aux falaises et au fameux phare de Chassiron. A noter ses 2 900 hectares de forêt. Cette île se prête parfaitement à la randonnée équestre.

La forêt de la Double Saintongeaise. Cette forêt du Sud du département a vu le jour au XIXe siècle. Ses 40 000 ha de pins maritimes (essentiellement  !) avaient pour fonction d'assécher les marais. 350 km de sentiers balisés et entretenue rendent possible la randonnée équestre. Il faudra également visiter la région alentour appréciée pour son terroir et son vignoble et ses châteaux. Des centres équestres proposent de belles randonnées en Saintonge.

CorrèzeHaut de page

Situé à l'ouest du Massif central, en plein coeur de la région du Limousin, le département rassemble quatre ensembles géologiques : la montagne, qui culmine à 978 m avec le Mont Bessou, le plateau de Millevaches, classé Parc naturel régional, le massif des Monédières, célèbre pour ses tourbières et ses landes résiduelles et le bassin sédimentaire de la Brive, au sud-ouest, réputé pour ses collines de grès. Le pays de Tulle quant à lui offre un paysage de vallées encaissées, où les nombreux cours d'eau constituent un domaine de pêche très apprécié.

La partie la plus au sud du département est occupée par l'extrémité nord des Causses du Quercy.

L'équitation de loisir a pris une place prépondérante en Corrèze où le haras de Pompadour symbolise le prestige de l'équitation. De nombreux relais d'étape sont présents dans le département, mais vous pourrez aussi assister à l'une des plus belles courses à plat et d'obstacles de très haut niveau sur l'hippodrome de Pompadour.

De très nombreux itinéraires sont possibles en Corrèze, pour faire un tour complet du département à cheval, il faudra compter environ 12 jours. On dénombre 360 km de pistes équestres " Transcorréziennes ".

Le plateau de Millevaches et le massif des Monédières. Cette région peut faire l'objet d'une randonnée de 6 jours à cheval. C'est l'occasion de découvrir le pays de Haute-Corrèze et le pays d'Egletons. Pour les meneurs d'attelage, c'est aussi dans ce coin de Corrèze que se trouvent les seuls sentiers qui leur sont réservés  ; ils forment une boucle reliant Saint-Sétiers, Viam et Treignac. Pour les cavaliers, les alentours de Chaumeil, Meymac et Egletons sont également à explorer, des gites d'étapes se trouvent dans ces trois communes. Le soir, il faudra goûter à la spécialité du coin, l'alcool de gentiane et le matin, à l'autre délice du massif, la confiture de myrtilles. www.pnr-millevaches.fr

Le Sud corrézien. Il serait dommage de venir en Corrèze et de ne pas profiter du déplacement pour visiter le Haras de Pompadour (voir plus haut dans À voir). Une randonnée de 5 à 6 jours est donc envisageable dans le sud du département au départ de Arnac jusqu'à Beaulieu-sur-Dordogne, en passant entres autres par les magnifiques villages classés Plus beaux villages de France, comme Curemonte, village médiéval inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, qui conserve un patrimoine architectural d'une grande richesse avec trois châteaux, trois églises, des maisons nobles du XVIe siècle près de la halle, et des maisons rurales d'une grande authenticité - plusieurs châteaux se dressent au coeur du village comme celui de Saint Hilaire, le plus ancien. Autre étape immanquable, Collonges-la-Rouge. Ce village à 2 km de Meissac est caractérisé par le grès rouge des murs des maisons à tourelles et les deux seules portes fortifiées encore en état. L'église de cette ancienne étape du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle présente une forme quelque peu étrange et un très beau clocher ajouré polygonal. Cet itinéraire offre un paysage diversifié entre le pays de Brive et la vallée de la Dordogne.

L’Anglo-Arabe, le trésor de Pompadour

C'est l'une des fiertés, sinon la fierté de l'élevage français. Ce cheval d'exception, toisant généralement 1,60 m, a en effet pris autant de l'arabe que du pur sang anglais dont il est issu. Son stud-book est fort ancien puisqu'il date de 1833. L'origine de l'Anglo-Arabe remonte au début du XIXe siècle, dans le Sud-Ouest de la France et plus particulièrement dans les régions de Tarbes et Pau. Tout en proportion, il se reconnait grâce à sa petite tête vive et son corps souple et musclé. Sa robe est souvent baie ou alezane. On lui prête souvent le titre de meilleur cheval de selle : excellent sauteur, il ne démérite pas en dressage et peut se révéler très bon en endurance. C'est également un excellent cheval de rando. Le Haras de Pompadour est le fief officiel de la race. Tous les ans y sont organisées les journées internationales de l'Anglo-Arabe en septembre (championnat de France modèle et allure des 2 et 3 ans, poulinières suitées, vente aux enchères...).

Un département authentique où les chevaux sont partout les bienvenus ! D'est en ouest et du nord au sud, des pistes équestres offrent de belles expériences dans une terre rurale et verte, composée de l'ancienne province de la Marche et de petits pays du Berry et de l'Auvergne.

Deux-SèvresHaut de page
À faireHaut de page
Le Marais poitevin

Le Marais poitevin s'étend sur 100 000 hectares à travers trois départements (Vendée, Deux-Sèvres et Charente-Maritime). Recouvert par la mer au temps des Vikings venus le conquérir, le marais s'est formé lorsqu'elle s'est retirée, laissant place à un dépôt alluvionnaire marécageux dont les hommes et en premier lieu les moines des abbayes se sont occupés. Les bords du marais ont été aménagés pour les randonnées pour aller à la rencontre des magnifiques villages, comme Coulon, le centre névralgique du marais d'où partent bon nombre d'embarcations vers les fameuses maisons à volets bleus. Pourquoi ne pas vous arrêter aussi sur la presqu'île de la pointe d'Arcay recouverte par une forêt de pins maritimes dont seule la partie nord-est ouverte au public ou dans le village typique de la Garette et ses maisons de pêcheurs  ? Si le Marais se découvre avec plaisir en barque, il se savoure non moins bien à cheval. Vous longerez alors les innombrables canaux, à l'ombre d'immenses peupliers, vous admirerez de nombreuses cabanes et maisons maraîchines planquées dans la verdure.


DordogneHaut de page

Il y a 450 000 ans les chevaux foulaient déjà le sol de Dordogne, les grottes de Lascaux sont là pour en témoigner. Depuis, ces derniers ont trouvé leurs cavaliers, qui lorsqu'ils sont passionnés de tourisme équestre visent tôt ou tard le Périgord comme lieu de randonnée, tant cette contrée s'y prête. Il n'y a pas un, mais quatre Périgords : le vert, le noir, le blanc et le pourpre ! Qualifié de pays de transition pour sa situation géologique entre le bassin sédimentaire aquitain et le socle cristallin du Massif central, le Périgord offre une incroyable diversité de paysages. Le Périgord, c'est un terroir de premier choix où le cavalier pourra apprécier des produits d'exception comme le foie gras ou la truffe, ou côté vin, le bergerac ou le montbazillac.

Le Périgord compte 900 kilomètres de chemins équestres balisés et soixante-cinq gîtes d'étapes dont la liste exhaustive est disponible sur cdte24.ffe.com. Pour mettre au point une randonnée sur mesure (tracé de carte et informations sur le balisage), il faut contacter le Comité départemental de tourisme équestre ; on se chargera alors de composer l'itinéraire le plus pertinent selon vos envies. En effet, si l'on peut repérer le balisage équestre classique de couleur orange sur les chemins de randonnées, le Périgord est équipé du plan départemental des itinéraires de promenades et de randonnées, à savoir des poteaux à chapeau jaune lorsqu'il s'agit d'une boucle par commune, et des poteaux à chapeau vert lorsqu'il est question d'une liaison entre chaque commune. Il y a des poteaux indicateurs à chaque intersection et des panneaux cartes au départ de chaque commune. Les randonnées sont très nombreuses en Dordogne, se procurer la plaquette "Le Périgord à cheval" auprès du CDTE. Des grands classiques où randonner :

Le Périgord Vert et le val de Dronne. Le Périgord Vert tire son surnom de sa surface de verdure vallonnée et généreusement arrosée entre Lanouaille et La Roche-Chalais en passant par Nontron ou Brantôme : vous pourrez y prendre un grand bol d'air et de sérénité. La Dronne est l'une des plus belles rivières de France, surtout son tronçon qui coule en Périgord. Les sites et les monuments à visiter ne manquent pas entre les châteaux, dont ceux de Puyguilhem et de Bourdeilles, les quatre abbayes, dont celle de Brantôme (ville surnommée la Venise verte) ou bien encore les églises romanes fortifiées à coupole, au nombre de quarante dans le Ribéracois. La Dronne offre également des spots pour se baigner, plages-rivières et plan d'eau. Deux centres équestres installés dans le val de Dronne.

Le Périgord Blanc. Ce coin du Périgord est composé de plateaux calcaires, ce qui lui a valu son nom. Il est situé au centre de la Dordogne et s'étend autour de la capitale du département, Périgueux. Le Périgord Blanc est traversé de tout son long par l'Isle. Vous profiterez de somptueux paysages de prairies.

Le Périgord Noir. C'est sans doute la partie la plus touristique de la Dordogne pour ses grottes préhistoriques. Dans le sud-est du département, le Périgord Noir a Sarlat-la-Canéda comme capitale. Il doit son nom à sa forte densité en chênes entre Sarlat et le Buisson, dont le feuillage est persistant et sombre. Les grandes vallées de la Dordogne et de la Vézère peuvent être le but de randonnées.

Le Périgord Pourpre. Son attribut lui vient de ses vignes qui s'étendent de Saint-Michel-de-Montaigne à Bergerac. C'est en effet dans le sud de la Dordogne que l'on retrouve les domaines de Bergerac, Montbazillac ou Montravel. À parcourir à cheval sans modération.

Sur la voie verte

La Voie verte se déroule sur 16 kilomètres entre Saint-Pardoux-la-Rivière et Thiviers. Elle emprunte le tracé de l'ancienne voie ferrée construite à la fin du XIXe siècle et qui reliait les communes du nord de la Dordogne. Ce parcours se prête parfaitement à la balade à cheval.

Département le plus vaste de France, la Gironde offre aux cavaliers une multitude de paysages tous plus surprenants les uns que les autres. En arrivant par le nord, vous découvrirez l'estuaire, l'Isle, la Dordogne et la Garonne. Le département possède au passage 3 500 kilomètres de rivières et bénéficie d'un climat tempéré (grâce à l'Océan !), avis aux randonneurs à l'année car les hivers y sont cléments ! Par le sud, vous verrez la plus haute dune d'Europe, la dune du Pilat, et vous trouverez une faune et une flore visibles uniquement dans le bassin d'Arcachon. Vous découvrirez les plus grands lacs de France avec ceux de Carcans-Hourtin et de Lacanau. Enfin, dans les terres, vous profiterez de la tranquillité des vignobles du département. Quelques idées de randonnées :

Les grands crus du Bordelais. Aucun terroir français ne compte autant de noms de vins prestigieux  : médoc, côte-de-blaye, côte-de-bourg, lalande-pomerol, saint-émilion, entre-deux-mers, graves, sauternes... Ces grands crus peuvent être le prétexte d'une belle et grande randonnée de plusieurs jours.

La côte médocaine. La Gironde, ce n'est pas que le bon et grand vin, c'est aussi un accès de premier ordre à l'Océan, l'occasion de s'offrir de belles chevauchées iodées sur la côte médocaine. Galoper sur des plages désertes est une sensation tout à fait grisante que cette côte procure, et pour venir flirter avec l'Océan, vous traverserez des paysages de landes fort agréables...

Le Parc naturel régional des Landes de Gascogne. Créé en 1970, le Parc naturel régional des Landes de Gascogne occupe un espace de 315 300 hectares au coeur de la forêt landaise et regroupe 41 communes des départements de la Gironde et des Landes, en englobant l'ensemble des vallées de la Leyre. Voir la partie consacrée aux Landes.

Haute-VienneHaut de page

La Haute-Vienne, c'est avant tout Limoges, ville au passé prestigieux, regorgeant d'un riche patrimoine architectural, en grande partie issu de la période gallo-romaine, qui ne vous laissera pas indifférent. Mais c'est aussi un pays de bois, de monts et de lacs scintillants, aux portes de la ville. Les professionnels du tourisme équestre en Haute-Vienne voyagent dans les Monts de Blond, prennent la piste pour le Mont Gargan, sillonne le Parc Naturel Régional des Millevaches (à cheval sur la Haute-Vienne, la Corrèze et la Creuse), traversent la forêt de Châteauneuf au sud du département...

Les Monts de Blond. Tout à l'ouest du département, ce sont les premiers contreforts du Massif central (en venant de l'Atlantique) à dépasser les 400 mètres. C'est un tout petit territoire, à peine 6 km du nord au sud et 15 km d'est en ouest, où il fait bon randonner à cheval. Des bois de feuillus et des plaines bordent d'authentiques villages où les menhirs ne manqueront pas d'en étonner plus d'un. A Cieux, par exemple, un village riche en " pierres à légendes " (menhirs de Ceinturat et d'Arnac). Les lacs sont également en nombre ; la lande occupe une bonne partie du territoire.

Le mont Gargan. Site classé, propriété du Conseil général de la Haute-Vienne. Point culminant du canton, le mont Gargan (731 m) dominant l'ensemble des plateaux limousins est un site remarquable chargé d'Histoire et de légendes. Il surplombe toute la région et offre un vaste panorama de forêts, de monts et de vallées à l'écart des routes, depuis les Monédières jusqu'aux monts d'Ambazac, et même par temps clair sur le puy de Sancy. Une belle allée bordée de hêtres centenaires permet d'atteindre son sommet. Ces arbres, aux troncs courts, aux branches basses et très tortueuses, aux allures fantasmagoriques se prêtent aux légendes et croyances comme celles relatées par Marcelle Delpastre, écrivain et poétesse limousine. Au sommet se dressent les ruines consolidées de la chapelle Notre-Dame de Bon Secours, construite dans les années 1870 par l'abbé Joyeux. Une table d'orientation installée au milieu des landes sèches où la bruyère commune est omniprésente, permet de se repérer dans ce somptueux paysage.

Deuxième département français par sa superficie, baigné par l'Océan Atlantique et ses 106 kilomètres de côte (la Côte d'Argent), ce département de tradition rurale est aujourd'hui largement ouvert au tourisme équestre et à toutes les qualités pour vous réserver le meilleur des accueils. La grande source de richesse du département, c'est évidemment le pin des Landes, qui constitue une bonne partie des arbres de la plus grande forêt d'Europe, étendue sur 600 000 hectares. En 2011, a eu lieu pour la première fois à Tartas le salon landais du cheval, l'occasion de faire découvrir les activités équestres au public et les fameux poneys landais. Le Comité Départemental organise un rassemblement de cavaliers, au nom évocateur, Equi'Landes en juin. Quelques idées de randonnées :

Les Landes de Gascogne. Le Parc naturel régional des Landes de Gascogne est un territoire qui s'étend sur 41 communes de part et d'autre des vallées de la Leyre, de la Grande Lande au bassin d'Arcachon, dans les départements des Landes et de la Gironde. Créé en 1970, il demeure un territoire privilégié pour les amateurs de randonnées sur des chemins forestiers balisés. La lande sauvage s'apprécie entre pins et soleil. À dos d'âne ou à cheval, mais aussi et surtout en calèche, vous pourrez découvrir la fraîcheur et l'impressionnante végétation des vallées de la Leyre, au départ de Moustey. Une promenade d'une journée ou moins en famille à la découverte de la faune et de la flore. Pour mieux comprendre et préserver ce territoire, les Centres de découverte de l'environnement du Parc, la Maison de la Nature du Bassin d'Arcachon, le Centre d'animation du Graoux à Belin-Béliet et l'Atelier-gîte de Saugnac et Muret proposent toute l'année des programmes d'animation et de séjours. Le Parc, c'est aussi des gîtes écologiques pour des vacances saines et proches de la nature, retrouvez-les sur www.ecotourisme-landes-de-gascogne.fr

Le pays de Born et la côte Atlantique. Le pays de Born est un pays côtier des Landes encadré par l'Océan à l'ouest, la Haute-Lande à l'est, le pays de Buch au nord et le Marensin au sud. Les principales villes de ce petit pays entre Océan, vastes étangs et forêts des Landes, sont Mimizan, Biscarosse et Parentis-en-Born. La diversité de ces paysages sur une courte distance demeure un coin idéal pour randonner.

Le poney landais, le descendant de Lascaux

Selon les scientifiques, ce sont des poneys landais que nos lointains ancêtres ont représentés sur les parois des grottes de Lascaux. Ces poneys rustiques descendraient du tarpan des steppes. La race aurait perdu ses caractéristiques primitives grâce à l'apport de sang de chevaux arabes au XVIIIe siècle et de sang de pur-sang anglais, plus tardivement, au XXe siècle. Il existait deux foyers de poneys landais, un sur la côte, aujourd'hui disparu, et un dans les prairies landaises, le poney barthais, duquel proviennent les poneys landais actuels. C'est un excellent poney de loisirs qui malgré son bon caractère et sa polyvalence tend à disparaître. En effet, seules trente-quatre immatriculations ont été enregistrées en 2004. Les Landes demeurent le berceau de la race.

Lot-et-GaronneHaut de page

Entre le Périgord, la Gascogne et les Landes, le Lot-et-Garonne, traversé par les deux cours d'eaux, abrite des terres ensoleillées. Le département jouit d'un patrimoine architectural surprenant fait de bastides et de châteaux du Moyen Âge, qui sont autant à découvrir que les vallées du Lot et de la Garonne. La randonnée à cheval est l'une des façons les plus appropriées pour visiter le département du Lot-et-Garonne, puisque 550 kilomètres de sentiers sont ouverts aux cavaliers. De nombreuses balades donnent la possibilité de découvrir plus facilement les églises perdues dans la campagne et tout ce patrimoine caché - lavoirs, fontaines - qui raconte si bien la vie d'antan. Voici deux routes équestres à parcourir :

Le pays d'Albret et la route équestre Henri-IV. Dans la partie sud-ouest du département, le pays d'Albret couvre les coteaux de la Gascogne sur la rive gauche de la Garonne, et est renommé pour abriter des bastides du XIIIe siècle, des villages fortifiés et pour être le pays d'Henri IV. Sa principale ville est Nérac, ce qui lui vaut parfois le nom de Néracais. Ce pays est traversé par le Baïse, abrite les vignobles de Buzet et compte de beaux paysages forestiers. Trois bonnes raisons d'aller y traîner ses guêtres. D'ailleurs, la route équestre Henri-IV formant une boucle tout autour de Nérac est particulièrement agréable, avec des arrêts à Moncrabeau, où l'Académie des Menteurs élit chaque année son roi, puis à Mézin (connue pour être la capitale du bouchon de liège), à Barbaste (et son pont du XIIIe siècle), à Vianne (et ses remparts) et à Moirax (et son prieuré roman).

La route équestre du pays du Dropt. Le Dropt traverse le nord du département. Une boucle de 200 kilomètres, à parcourir entièrement ou partiellement selon les envies entre Duras et Villeréal, permet de découvrir ce merveilleux territoire du Lot-et-Garonne, pays de vallons, de lumière et de bastides. Ce sera l'occasion pour le cavalier de découvrir ces organisations rigoureuses de la ville, qui prévalait dans le Sud-Ouest, sous domination anglaise puis française entre le XIIe et le XIVe siècle, donnant naissance à près de trois cents villes nouvelles. Les bastides jouaient un rôle à la fois économique, politique et militaire, d'où les remparts qui les entourent le plus souvent. Les bastides sont construites autour d'une place à arcades et les rues organisées selon un quadrillage orthogonal. Duras, sur son promontoire, est à visiter notamment pour son château  : faisant partie des sites majeurs d'Aquitaine, c'est un dédale de pièces, à l'aura sans pareille. Au fil du Dropt, le cavalier approchera Miramont-de-Guyenne, bastide typique de la région au plan urbanistique en damier, Lauzun et son château-fort, Castillonnès qui a fêté en 2009 ses 750 ans, et enfin Villeréal, l'une des plus belles bastides du Lot-et-Garonne avec sa halle en bois et son église fortifiée.

Pyrénées-AtlantiquesHaut de page

Le département compte deux terres aux noms évocateurs, le Béarn qui occupe trois-cinquièmes du territoire, et le Pays Basque. Deux belles promesses pour le cavalier. Le Béarn blotti au pied des Pyrénées est un pays au relief appuyé où les arribères - terrasses alluviales des gaves ou cours d'eau pour les Occitans - servent de plaines. Au nord se dessinent des collines qui prennent de l'altitude vers le sud, en approchant de la chaîne des Pyrénées. Dans ce décor haut perché, quatre vallées prennent leurs aises, la vallée d'Ossau, la vallée d'Aspe, la vallée du Barétous et la vallée de l'Ouzoum, donnant au Béarn sa couleur verte aux mille nuances. Trait physique qu'il partage avec le Pays Basque, très verdoyant également. Les trois provinces basques ont chacune leurs particularités. La Basse-Navarre est la plus étendue à travers des collines ondulées mais aussi les montagnes pyrénéennes toutes proches.

De Saint-Jean-Pied-de-Port avec sa culture historique et ses fortifications à Saint-Palais, beaucoup plus moderne, cette province a su conserver une culture et une tradition pastorales. Le Labourd, limité au nord par l'Adour, s'est édifié historiquement et géographiquement en lien avec la mer. De Bayonne, capitale économique et dynamique du pays, à Ustaritz, capitale historique, ce sont autant de magnifiques paysages de nature préservée, bercés par l'Océan. Dans les paysages basques, le cavalier observera ou aura même la chance de monter un poney qui fait la fierté des lieux  : le pottok - que l'on prononce pottiok. Ce poney est l'une des dernières races françaises dite primitives, il descend en effet directement du tarpan des steppes. Vivant jadis à l'état sauvage, il a fait l'objet d'une politique de protection des haras nationaux et de l'association nationale du pottok. Deux mille sujets ont été recensés, ces derniers vivent soit en pleine montagne comme autrefois, en troupeau, soit sont prélevés à la harde et deviennent de bons chevaux de loisirs. Equidé de petite taille, le pottok a beau avoir la taille d'un double poney, il est considéré comme un cheval. Très robuste, il porte sans problème un adulte. S'il a servi jusqu'à la Seconde Guerre mondiale de cheval de contrebande pour transporter des marchandises en montagne entre la France et l'Espagne, le pottok est aujourd'hui un parfait compagnon de randonnée. Ici, on le surnomme le petit cheval libre des montagnes du Pays Basque. Les Béarnais, quant à eux, sont passionnés de chevaux. Il y a de nombreux élevages de qualité, dus en partie à la présence des Haras nationaux, d'abord à Pau dès 1807, puis maintenant à Gélos. En 1839 est créée la Société d'Encouragement des Basses-Pyrénées pour l'Elève Cheval, une société de courses qui prend sa pleine mesure lorsque la ville de Pau concède des terrains au nord de la ville pour organiser des courses, sans cesse agrandis et améliorés pour devenir l'hippodrome de Pau que l'on apprécie aujourd'hui !

Sur les traces des contrebandiers entre Hendaye et Saint-Palais, plus de 200 kilomètres de sentiers empruntés aux siècles passés sont balisés au sol dans le Pays Basque pour les cavaliers experimentés. Jusqu'à 1200 m d'altitude. Les étapes sont Hendaye, Sare, Aïnhoa, le col des Veaux, Saint-Martin-d'Arrossa, Ossès, Banca-ouest, Urepel, Banca-est, Lasse - Saint-Jean-Pied-de-Port, Iholdy, Saint-Palais. Cette randonnée peut être faite partiellement, entre un, deux ou trois étapes du tracé, ce sera l'occasion dans tous les cas de découvrir le Pays Basque. A chaque étape, un gîte d'accueil ou un hôtel attend le randonneur, et un centre équestre ou un gîte attend le cheval. Avant tout départ, vous contacterez le responsable du circuit : Acte - A cheval tous ensemble - BP 34 - 64120 Saint-Palais. Président  : Peio Guélot. (Tél.)  05 59 65 64 10 ou 05 59 65 91 08. E-mail : guelot@club-internet.fr. Informations  : http : //contrebandiers64.blogspot.com/ et www.rando64.fr

Poitiers, capitale de région, ressemble à un village démesurément étiré autour du Clain. Ses nombreuses églises romanes en font une ville au patrimoine architectural de premier choix. Mais Poitiers est aussi une ville verte où l'on peut monter à cheval, dans le bois Saint-Pierre. Le département se prête également merveilleusement au tourisme équestre : 1000 km de sentiers sont ouverts aux cavaliers. Quelques idées de balades :

Le Bois de Saint-Pierre. D'une superficie totale d'environ 248 hectares, la propriété forestière acquise par la ville de Poitiers à 7 km de son centre-ville est une base de loisirs dans le respect du site naturel. Une zone " sauvage " offre des sentiers plantés de chênes et de châtaigniers et une zone aménagée de 75 hectares avec un parc animalier de 5 hectares, un centre aéré qui accueille jusqu'à 400 enfants, un centre nautique de plein air et un poney-club  ! La piste équestre est prioritaire par contre les aires de jeux et le parc animalier sont interdits aux cavaliers.

La voie verte entre Châtellerault et Loudun. C'est un chemin de promenade le long de la ligne des anciens rails entre Châtellerault et Loudun. Cette voie ferrée date de 1886, mais elle n'est plus utilisée. La reconversion de cette voie pour cyclistes, promeneurs et cavaliers permet une belle balade en longeant la vallée de l'Envigne, depuis le quartier des Loges à Châtellerault jusqu'à Savigny-sous-Faye via Besse, Scorbé-Clairvaux et Lencloître. Une fois à Savigny, possibilité de poursuivre vers le nord jusqu'à la cité loudunaise, en passant par Mont-sur-Guesnes, la forêt de Scévolles et Geneston. De nombreux panneaux le long de la ligne vous expliqueront combien ce chemin de fer a été dur à construire et peut-être que vous croiserez lièvre ou autre pic vert. Pour plus d'infos, se renseigner auprès des offices de tourisme de Châtellerault (Tél.)  05 49 21 05 47, de Lencloitre (Tél.) 05 49 19 70 75, de Scorbé-Clairvaux (Tél.)  05 49 93 06 66, et à la Maison de Pays du Loudunais (Tél.)  05 49 98 15 96.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté
Avis