Le guide thématique Petit Futé Guide de la plongée : Pense futé

Pense futé

AssurancesHaut de page

Touristes, étudiants, expatriés ou professionnels, chacun peut s'assurer selon ses besoins et pour une durée correspondant à son séjour. De la simple couverture temporaire s'adressant aux baroudeurs occasionnels à la garantie annuelle, très avantageuse pour les grands voyageurs, chacun pourra trouver le bon compromis. À condition toutefois de savoir lire entre les lignes.

Choisir son assureurHaut de page

Voyagistes, assureurs, secteur bancaire et même employeurs : les prestataires sont aujourd'hui très nombreux et la qualité des produits proposés varie considérablement d'une enseigne à une autre. Pour bénéficier de la meilleure protection au prix le plus attractif, demandez des devis et faites jouer la concurrence. Quelques sites Internet peuvent être utiles dans ces démarches comme celui de la Fédération française des sociétés d'assurances (www.ffsa.fr), qui saura vous aiguiller selon vos besoins, ou le portail de l'Administration française (www.service-public.fr) pour toute question relative aux démarches à entreprendre.

Etes-vous couvert avec votre carte bancaire ? Avant d'entamer toute démarche de souscription à une assurance complémentaire pour votre voyage, vérifiez que vous n'êtes pas déjà couvert par les assurances-assistance incluses avec votre carte bancaire. Visa®, MasterCard®, American Express®, toutes incluent une couverture spécifique qui varie selon le modèle de carte possédé. Responsabilité civile à l'étranger, aide juridique, avance des fonds, remboursement des frais médicaux : les prestations couvrent aussi bien les volets assurance (garanties contractuelles) qu'assistance (médicale, aide technique, juridique, etc.). Les cartes bancaires haut de gamme de type Gold® ou Visa Premier® permettent aisément de se passer d'assurance complémentaire (Voir encadré plus haut détaillant les prestations incluses avec la carte Visa Premier). Ces services attachés à la carte peuvent donc se révéler d'un grand secours, l'étendue des prestations ne dépendant que de l'abonnement choisi. Il est néanmoins impératif de vérifier la liste des pays couverts, tous ne donnant pas droit aux mêmes prestations. De plus, certaines cartes bancaires assurent non seulement leurs titulaires mais aussi leurs proches parents lorsqu'ils voyagent ensemble, voire séparément. Pensez cependant à vérifier la date de validité de votre carte car l'expiration de celle-ci vous laisserait sans recours.

Voyagistes. Ils ont développé leurs propres gammes d'assurances et ne manqueront pas de vous les proposer. Le premier avantage est celui de la simplicité. Pas besoin de courir après une police d'assurance. L'offre est faite pour s'adapter à la destination choisie et prend normalement en compte toutes les spécificités de celle-ci. Mais ces formules sont habituellement plus onéreuses que les prestations équivalentes proposées par des assureurs privés. C'est pourquoi il est plus judicieux de faire appel à son apériteur habituel si l'on dispose de temps et que l'on recherche le meilleur prix.

Assureurs. Les contrats souscrits à l'année comme l'assurance responsabilité civile couvrent parfois les risques liés au voyage. Il est important de connaître la portée de cette protection qui vous évitera peut-être d'avoir à souscrire un nouvel engagement. Dans le cas contraire, des produits spécifiques pourront vous être proposés à un coût généralement moindre. Les mutuelles couvrent également quelques risques liés au voyage. Il en est ainsi de certaines couvertures maladie qui incluent une protection concernant par exemple tout ce qui touche à des prestations médicales.

Employeurs. C'est une piste largement méconnue mais qui peut s'avérer payante. Les plus généreux accordent en effet à leurs employés quelques garanties applicables à l'étranger. Pensez à vérifier votre contrat de travail ou la convention collective en vigueur dans votre entreprise. Certains avantages non négligeables peuvent s'y cacher.

Précision utile : beaucoup pensent qu'il est nécessaire de régler son billet d'avion à l'aide de sa carte bancaire pour bénéficier de l'ensemble de ces avantages. Cette règle s'applique à toutes les assurances voyage (garantie annulation du billet de transport, retard du transport, retard des bagages) - si elles sont prévues au contrat - et ne concerne en aucun cas l'assistance sur place. Cette règle s'applique également à la location de voiture, vous ne pourrez bénéficier de l'assurance que si vous payez la prestation avec votre carte bancaire.

Choisir ses prestationsHaut de page

Garantie annulation. Elle reste l'une des prestations les plus utiles et offre la possibilité à un voyageur défaillant d'annuler tout ou partie de son voyage pour l'une des raisons mentionnées au contrat. Ce type de garantie peut couvrir toute sorte d'annulation : billet d'avion, séjour, location... Cela évite ainsi d'avoir à pâtir d'un événement imprévu en devant régler des pénalités bien souvent exorbitantes. Le remboursement est la plupart du temps conditionné à la survenance d'une maladie ou d'un accident grave, au décès du voyageur ayant contracté l'assurance ou à celui d'un membre de sa famille. L'attestation d'un médecin assermenté doit alors être fournie. Elle s'étend également à d'autres cas comme un licenciement économique, des dommages graves à son habitation ou son véhicule, ou encore à un refus de visa des autorités locales. Moyennant une surtaxe, il est également possible d'élargir sa couverture à d'autres motifs comme la modification de ses congés ou des examens de rattrapage. Les prix pouvant atteindre 5 % du montant global du séjour, il est donc important de bien vérifier les conditions de mise en oeuvre qui peuvent réserver quelques surprises. Dernier conseil : s'assurer que l'indemnité prévue en cas d'annulation couvre bien l'intégralité du coût du voyage.

Autres services. Les prestataires proposent la plupart du temps des formules dites " complètes " et y intègrent des services tels que des assurances contre le vol ou une assistance juridique et technique. Mais il est parfois recommandé de souscrire à des offres plus spécifiques afin d'être paré contre toute éventualité. L'assurance contre le vol en est un bon exemple. Les plafonds pour ce type d'incident se révèlent généralement trop faibles pour couvrir les biens perdus et les franchises peuvent finir par vous décourager. Pour tout ce qui est matériel photo ou vidéo, il peut donc être intéressant de choisir une couverture spécifique garantissant un remboursement à hauteur des frais engagés.

Que mettre dans ses bagages ?Haut de page

Ça y est, vous êtes décidé sur la destination, vous êtes prêt à partir et vous n'avez plus qu'à boucler vos valises. Justement, que mettre dedans ? Comment ne rien oublier ? Qui seront les compagnons de voyage de votre brosse à dents et de votre gel douche ? Cette check-list devrait vous aider :

Papiers. Difficile de se déplacer sans ses papiers, même quand on se rend sous l'eau ! Chaque destination impose ses propres formalités, mais voici une liste général qui pourra vous être utile. Nous vous conseillons également de partir avec une photocopie de vos papiers les plus importants que vous ne rangerez pas au même endroit que les originaux ! La plongée est un loisir qui peut comporter certains risques, nous insistons donc sur les papiers à caractère médical. Emportez ainsi les papiers suivants : billets d'avion ou vouchers ; carte d'identité ; passeport valide six mois après la date de retour (y compris pour les enfants qui vous accompagnent) ; visa ; cartes bancaires et numéro d'appel en cas de problème ; Traveler's cheques ; carte d'assurance et numéro d'appel d'urgence ; formulaire de Sécurité sociale internationale ; permis de conduire international ; carte internationale d'étudiant ; carnet de santé ; carnet de vaccination ; certificat de concubinage ou de mariage (pour ceux qui voyagent en couple mais ne portent pas le même nom) ; cartes de niveau de plongée ; carnet de plongée ; carte Nitrox pour les certifiés ; certificat de non-contre-indication à la plongée sous-marine signé d'un médecin de la pratique sportive ; carte ou fiche avec les numéros des personnes à appeler en cas de problème ; carte avec votre groupe sanguin ; carte mentionnant les allergies dont vous pouvez souffrir et le traitement quotidien que vous suivez si vous en avez un.

Matériel de plongée. PMT, combi ou shorty, stab, ceinture, gants, chaussons, cagoule, détendeur, 2e détendeur d'assistance (obligatoire en Egypte et très utile ailleurs), ordinateur, manomètre, tables immergeables (pratiques en cas de panne d'ordinateur), microtube de dentifrice ou antibuée, lampe étanche, couteau de plongée, kit d'outils, parachute de palier (désormais obligatoire), sifflet.

Petit matériel. Briquet, couteau suisse, scotch armé, couverture de survie, lampe de poche, piles et ampoules de rechange, sacs congélation ou sacs étanches, prise et plaquettes antimoustiques, prise adaptateur, oreiller d'avion.

Vêtements. Mers chaudes ou plus fraîches, océan Indien ou Atlantique : difficile de préparer une valise type pour la plongée. Cependant, on peut noter certaines constantes. Voici donc les quelques vêtements à avoir avec soi quel que soit le lieu où vous plongez. Et comme vous allez le voir, ce ne sont pas vos vêtements qui vont vous encombrer... Pour la vie " à terre ", il faudra se reporter aux conseils propres à chaque climat et saison. Emportez des maillots de bain, des paréos, des shorts, des draps de bain, des pantalons amples et légers, des polaires ou sweat-shirt, des tee-shirts (de préférence à manches longues si vous ne voulez pas griller), des chemises, un coupe-vent, une casquette, un chapeau ou un bonnet, des lunettes de soleil, un chèche et des tongs ou des chaussures légères supportant l'eau (on se déchausse toujours en montant à bord d'un bateau).

RéglementationHaut de page

Bagages en soute. Généralement, 23 kg de bagages sont autorisés en soute pour la classe économique (exception sur l'Afrique pour la majorité des compagnies : 2 x 23 kg) et 30 à 40 kg pour la première classe et la classe affaires. Certaines compagnies autorisent deux bagages en soute pour un poids total de 40 kg. Renseignez-vous avant votre départ pour connaître les dispositions de votre billet.

Bagages à main. En classe éco, un bagage à main et un accessoire (sac à main, ordinateur portable) sont autorisés, le tout ne devant pas dépasser les 12 kg ni les 115 cm de dimension. En première et en classe affaires, deux bagages sont autorisés en cabine.
Les liquides et gels sont interdits : seuls les tubes et flacons de 100 ml maximum sont tolérés, et ce dans un sac en plastique transparent fermé (20 cm x 20 cm). Seules exceptions à la règle : les aliments pour bébé et médicaments accompagnés de leur ordonnance.

ExcédentHaut de page

Lorsqu'on en vient à parler d'excédent de bagages, les compagnies aériennes sont désormais plutôt strictes. Si elles vous laisseront parfois tranquille pour 1 ou 2 kg de trop sur certaines destinations, vous n'aurez aucune marge sur les destinations africaines, tant la demande des passagers est importante ! Si vous voyagez léger, ne soyez pas étonné d'être plusieurs fois accosté en salle d'enregistrement par d'autres voyageurs afin de prendre, à votre compte, ces kilos que vous n'utilisez pas. Libre à vous de choisir, mais cette pratique est interdite, surtout si vous ne savez pas ce que l'on vous demande de transporter. Car il est vrai que passé le poids autorisé, le couperet tombe, et il tombe sévèrement : 30 € par kilo supplémentaire sur un vol long-courrier chez Air France, 120 € par bagage supplémentaire chez British Airways. A noter que les compagnies pratiquent parfois des remises de 20 à 30 % si vous réglez votre excédent de bagages sur leur site Web avant de vous rendre à l'aéroport. Si le coût demeure trop important, il vous reste la possibilité d'acheminer une partie de vos biens par voie postale, si la destination le permet.

Perte – VolHaut de page

En moyenne, 16 passagers sur 1 000 ne trouvent pas leurs bagages sur le tapis à l'arrivée. Si vous faites partie de ces malchanceux, rendez-vous au comptoir de votre compagnie pour déclarer l'absence de vos bagages. Pour que votre demande soit recevable, vous devez réagir dans les 21 jours suivant la perte. La compagnie vous remettra un formulaire qu'il faudra renvoyer en lettre recommandée avec accusé de réception à son service clientèle ou litiges bagages. Vous récupérerez le plus souvent vos valises au bout de quelques jours. Dans tous les cas, la compagnie est seule responsable et devra vous indemniser si vous ne revoyez pas la couleur de vos biens (ou si certains biens manquent à l'intérieur de votre bagage). Le plafond de remboursement est fixé à 20 € par kilo ou à une indemnisation forfaitaire de 1 200 €. Si vous considérez que la valeur de vos affaires dépasse ces plafonds, il est fortement conseillé de le préciser à votre compagnie au moment de l'enregistrement (le plafond sera augmenté moyennant finance) ou de souscrire à une assurance bagages. À noter que les bagages à main sont sous votre responsabilité et non sous celle de la compagnie.

Matériel de voyageHaut de page

Bien plonger, c'est aussi et souvent bien s'équiper. La plupart du temps, les équipes des clubs vous aideront dans le choix du matériel qui vous convient si vous le louez. Mais certaines conditions vous imposeront de devoir décider vous-même de l'équipement à acheter ou louer avant de partir : croisières, destinations isolées.
De plus, si vous plongez souvent, il devient rapidement plus rentable de posséder son propre matériel !

L'équipement de base de tout plongeur qui se respecte est toujours le même : une combinaison en néoprène, des palmes, un masque, un tuba, une ceinture, des plombs, un gilet de stabilisation, une bouteille d'air, un détendeur, un détendeur de secours, un manomètre et un profondimètre. Mais une fois que vous avez dit ça, c'est là que tout commence : les possibilités pour la combinaison sont multiples, tout comme le choix des palmes ! Sur le plan technique, est-il nécessaire d'investir tout de suite dans un ordinateur ou les tables sont-elles suffisantes ? Quelle forme de détendeur pourrait me convenir ? Tuba ou pas tuba ? On m'a dit qu'il fallait un couteau, mais quel couteau ? Normalement, on ne doit rien toucher, alors pourquoi des gants ? Heureusement, pour la ceinture et les plombs, ce n'est pas trop compliqué.

En fait, pour savoir de quel type de matériel vous avez besoin, il faut déjà savoir quel plongeur vous êtes ! Débutant ou confirmé, en départ à la journée ou en croisière, en eau chaude ou en eau froide, accro à la macro ou pro de la profonde ? Ensuite, il n'y a plus qu'à prendre chaque équipement et s'imaginer en situation.

Combinaison. Il existe plusieurs types de formes et plusieurs épaisseurs de combinaisons. Les plus fines font environ 3 mm d'épaisseur et sont conçues pour les eaux supérieures à 25 °C. Les plus épaisses vont jusqu'à 1 cm d'épaisseur pour les plongées en eaux fraîches ou froides. Pour les eaux très froides, il existe des combinaisons dites étanches qui vous permettent même des plongées sous la glace. Vous choisirez l'épaisseur de votre combi en fonction du type de plongée que vous pratiquez le plus souvent et de ce que vous recherchez en termes de confort. Les plus frileux seront tentés de choisir un néoprène assez épais. Sachez toutefois que plus la combi est épaisse, plus il est difficile de se mouvoir avec et qu'il faudra vous lester davantage. Eh oui, plus c'est épais et plus ça flotte, puisque le néoprène est plein d'air.

Pour ce qui est de la forme, c'est surtout une question de confort et de goût personnel. Bien entendu, les combinaisons les moins couvrantes seront à réserver aux mers chaudes. Mais ensuite, shorty ou intégrale, manches longues, courtes ou sans manches du tout, fermeture par-devant ou par-derrière, c'est d'abord vous qui voyez. Sachez quand même que l'univers sous-marin peut être assez hostile quand on n'y prend pas garde et qu'une combinaison intégrale vous protégera mieux des brûlures de corail ou des éraflures en tous genres.
Les débutants, forcément accompagnés d'un guide de palanquée, n'auront pas besoin de descendre des outils technologiques avec eux. En revanche, si vous êtes autonome, il faudra sérieusement penser à investir dans un ordinateur.

Palmes. Comme pour les combis, il existe de nombreuses sortes de palmes. Elles sont toutefois organisées en deux grandes catégories : les chaussantes et les réglables. Les palmes chaussantes, comme leur nom l'indique, s'enfilent tout simplement, pieds nus ou avec un mini-chausson. Elles sont en général moins volumineuses, plus légères, plus souples et nécessitent peu d'effort. En revanche, elles vous procurent moins de puissance de palmage et moins de confort à la marche quand vous les retirez ou avant de les enfiler, puisque vous n'avez aucune semelle sous les pieds ! Elles seront à préférer pour un usage occasionnel ou des petites plongées loisirs. Les palmes réglables sont dotées d'une sangle à l'arrière du talon. Elles sont faites pour être portées avec de petits bottillons. Elles sont en général plus volumineuses, plus rigides et plus lourdes. Cela exige donc un effort de palmage un peu plus important mais vous donne vraiment plus de puissance. Selon la nature du bottillon, cette option vous permet de vous mettre à la mer depuis des plages au sol irrégulier, ce qui présente un avantage important pour certaines destinations. Les palmes réglables sont utilisées pour des plongées plus régulières et plus expérimentées.

A savoir : le sel ronge tout. La moindre petite blessure, coupure ou irritation peut devenir très douloureuse et cicatrise très lentement. Les mini-bottillons peuvent considérablement limiter les " dégâts " provoqués par le sel.

Éclairage. Le matériel que l'on vous propose le moins aisément à la location reste l'éclairage, et pourtant c'est grâce à lui que l'on découvre la magie des fonds sous-marins. En conséquence, pour profiter au mieux de vos plongées, investissez le plus rapidement possible dans un éclairage sous-marin.

Masque. La priorité d'un masque est de vous permettre de voir. Pour cela, il doit être étanche et bien adapté à la forme de votre visage. Pour vérifier qu'un masque vous convient, il existe un test très simple : appliquez le masque sur votre visage sans l'enfiler et en vérifiant que cheveux ou poils n'empêchent pas le contact total avec votre peau. Inspirez par le nez et bloquez votre respiration. Si votre masque ne bouge pas, c'est bon. Sinon, il faudra en trouver un autre. Vous allez porter ce masque pendant 45 minutes, il vaut mieux qu'il soit confortable. Il devra laisser assez de place à votre nez et ne pas comprimer votre front. La vitre de votre masque devra vous offrir la meilleure visibilité possible. Pour les plongeurs portant des lunettes, il est possible de faire adapter certains masques à votre vue.

Tuba. Le tuba devra être ni trop long ni trop court, ni trop large ni trop étroit ! Si le tuba est trop court, vous prendrez l'eau à la moindre vaguelette ; s'il est trop long, le gaz carbonique restera dans le tube et vous respirerez mal. La largeur de tube idéale sera celle d'un pouce d'homme.

Détendeur. C'est en général l'achat qu'on fait une fois le premier niveau en poche et qu'on se " risque " à descendre un peu plus bas. Il existe deux types de détendeurs ? : à membrane ou à piston. Les détendeurs à membrane compensée sont en général conseillés pour les plongées en eaux froides car ils sont réputés plus souples. Ils sont en principe moins chers, mais la membrane devra être remplacée régulièrement. Les détendeurs à piston compensé s'usent moins et sont plus chers à l'achat. Les prix de ces deux types de détendeurs sont toutefois surtout tributaires des modèles et des marques, et les différences de prix entre membrane et piston sont désormais plus faibles qu'auparavant. Aujourd'hui, pour des raisons d'hygiène et de sécurité, il est désormais obligatoire de posséder un détendeur de secours qui sera branché sur la bouteille comme le détendeur principal. Il est en général un peu plus petit que le principal.

Gilet stabilisateur. Le gilet sert à maintenir votre bouteille mais également à vous aider à vous stabiliser sous l'eau, et éventuellement à remonter ou assurer votre flottabilité en surface. Il devra donc être parfaitement adapté à votre morphologie (il existe des modèles spécialement conçus pour les femmes), mais également totalement fiable et pratique. N'hésitez pas à en essayer plusieurs pour vous décider sur celui qui vous convient le mieux, le gilet réglable permettant un ajustement plus personnel. Côté sécurité, vérifiez bien la qualité de l'inflateur et observez bien l'emplacement des purges : elles doivent être très facilement accessibles. Une purge basse est donc appréciable. Enfin, n'oubliez pas que le volume de votre gilet une fois gonflé peut vous aider à remonter quelqu'un en difficulté, à attendre en surface ou même à parcourir une petite distance sur le dos. Ce volume doit donc être suffisant. Aujourd'hui, la plupart des gilets de moyenne gamme assurent une position de sécurité acceptable en surface pour un plongeur inconscient (voies respiratoires hors de l'eau).

Vous allez monter et démonter fréquemment votre matériel. Choisissez donc un système de fixation bouteille avec lequel vous êtes à l'aise. La sangle boucle classique est très efficace.

Gants. En principe, on ne touche à rien sous l'eau. Les gants sont même interdits dans certaines régions afin de préserver les coraux. Cependant, protéger les extrémités du froid peut réellement allonger votre temps de plongée. De plus, en plongée courant ou dans des passages étroits, ils permettent de s'aider du bout des doigts sans se blesser. A vous de décider si vous en avez besoin ou non.

Instruments de mesure. Si vous plongez encadré, votre guide de palanquée gérera tout pour vous. Il est donc inutile de s'encombrer de matériel de mesure. D'autant que la plupart des manomètres sont aujourd'hui également équipés d'un profondimètre et parfois même d'un timer (temps de plongée). Mais dès que vous avez votre niveau 2 et que vous souhaitez plonger en autonome, il sera nécessaire de gérer vous-même vos plongées. Montre étanche, profondimètre et tables sont alors indispensables. Vous pouvez également décider d'investir dans un ordinateur qui calculera tout à votre place.

Ordinateur de plongée. Il existe des dizaines de modèles avec des dizaines de fonctions et de paramètres, et autant de prix qui vont avec. Comment choisir ? Au-delà de la taille de l'ordinateur qui sera fixé à votre poignet, de vos goûts personnels et des conseils du vendeur, il y a quand même quelques critères incontournables : affichage du temps de plongée, affichage des profondeurs immédiates et maximales atteintes, affichage du temps écoulé depuis la dernière sortie de l'eau (intervalle), affichage du temps disponible avant de sortir de la courbe de sécurité, le ou les paliers doivent être notifiés en durée et en profondeur, un ordinateur se révise régulièrement. Pensez donc à la facilité et au coût du service après-vente.

Formalités, visa et douanesHaut de page
Obtention du passeportHaut de page

Les passeports délivrés en France sont désormais biométriques. Ils comportent votre photo, vos empreintes digitales et une puce sécurisée. Pour l'obtenir, rendez-vous en mairie muni d'un timbre fiscal, d'un justificatif de domicile, d'une pièce d'identité et de deux photos d'identité. Le passeport est délivré sous trois semaines environ. Il est valable dix ans. Les enfants doivent disposer d'un passeport personnel (valable cinq ans).

Conseil futé. Avant de partir, pensez à photocopier tous les documents que vous emportez avec vous. Vous emporterez un exemplaire de chaque document et laisserez l'autre à quelqu'un en France. En cas de perte ou de vol, les démarches de renouvellement seront ainsi beaucoup plus simples auprès des autorités consulaires. Vous pouvez également conserver des copies sur le site Internet officiel mon.service-public.fr - Il vous suffit de créer un compte et de scanner toutes vos pièces d'identité et autres documents importants dans l'espace confidentiel.

En cas de maladieHaut de page

Un réflexe : contacter le Consulat de France. Il se chargera de vous aider, de vous accompagner et vous fournira la liste des médecins francophones. En cas de problème grave, c'est aussi lui qui prévient la famille et qui décide du rapatriement. Pour connaître les urgences et établissements aux standards internationaux : consulter les sites www.cimed.org - www.diplomatie.gouv.fr et www.pasteur.fr

Assistance rapatriement – Assistance médicaleHaut de page

Si vous possédez une carte bancaire Visa® et MasterCard®, vous bénéficiez automatiquement d'une assurance médicale et d'une assistance rapatriement sanitaire valables pour tout déplacement à l'étranger de moins de 90 jours (le paiement de votre voyage avec la carte n'est pas nécessaire pour être couvert, la simple détention d'une carte valide vous assure une couverture). Renseignez-vous auprès de votre banque et vérifiez attentivement le montant global de la couverture et des franchises ainsi que les conditions de prise en charge et les clauses d'exclusion. Si vous n'êtes pas couvert par l'une de ces cartes, n'oubliez surtout pas de souscrire une assistance médicale avant de partir.

Trousse à pharmacieHaut de page

Là encore, chaque destination possède ses propres exigences en termes de santé. Nous vous proposons une liste générale que vous devrez ajuster en fonction de vos habitudes personnelles et des recommandations du pays dans lequel vous souhaitez plonger :

Antiseptique local en unidoses ou en compresses imprégnées.

Solution antiseptique moussante.

Hémostatiques.

Bandelettes adhésives de suture.

Pansements de différentes tailles.

Bandes de contention.

Pansements " seconde peau " pour les ampoules.

Collyre antiseptique et ou collyre antihistaminique en unidoses.

Gouttes pour les oreilles, type Otipax®.

Protection solaire à fort indice et si possible waterproof.

Crème après-soleil.

Pommade Biafine® ou compresses de tulle gras si surface importante.

Pommade contre les coups.

Décontractant musculaire.

Crèmes calmantes ou comprimés pour les démangeaisons (antihistaminique).

Médicaments contre la fièvre.

Antispasmodique contre les douleurs digestives ou gynécologiques.

Antiémétique pour le mal des transports.

Pastilles ou bain de bouche contre le mal de gorge ou de dents.

Médicaments contre le rhume de type décongestionnant.

Pastilles pour la gorge.

Pastilles ou gel pour les aphtes.

Antidiarrhéique.

Laxatif.

Traitement en cas de digestion difficile (Alka Seltzer®, bicarbonate de soude).

Antibiotique urinaire contre la cystite.

Antibiotique ou antifongique gynécologique.

Poudre ou crème antifongique.

Lubrifiant.

Antipaludéen si le pays est à risque.

L'ensemble de vos médicaments en cas de traitement régulier ainsi que leur ordonnance.

Attention : l'aspirine à croquer est fréquemment conseillée pour fluidifier le sang et résoudre les petits maux de tête. Avant toute prise d'aspirine, il est impératif de vérifier que vous n'êtes pas allergique !

Et aussi :

Brosse à dents.

Brosse ou peigne.

Dentifrice.

Gel douche et shampooing (si possible sans savon pour les croisières).

Démêlant.

Déodorant.

Rasoirs.

Crème à raser.

Crème hydratante.

Protections périodiques.

Thermomètre incassable.

Set de matériel à usage unique (seringues, aiguilles, etc.).

Comprimés de désinfection de l'eau de boisson.

Préservatifs.

Ciseaux.

Pince à épiler.

Epingle de sûreté.

Bas de contention pour jambes lourdes en cas de longs voyages en avion.

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté