Guide de Bavière : Politique et économie

Politique
<p>Maximilianeum, le siège du gouvernement d'État de Bavière.</p>

Maximilianeum, le siège du gouvernement d'État de Bavière.

Structure étatique

La Bavière est un des 16 Länder que compte l'Allemagne. Elle est composée de 7 districts, 71 circonscriptions administratives, 25 villes indépendantes et 2 056 municipalités relevant d'un arrondissement ou Kreis. A ce titre, son gouvernement se compose du Landtag (Parlement) et de la Staatsregierung (gouvernement d'Etat).

Landtag. 180 représentants siègent au Landtag. Leur mandat est d'une durée de 5 ans et ils sont élus selon le scrutin proportionnel modifié (les premières élections selon ce scrutin ont eu lieu le 13 septembre 1998).

Staatsregierung. Le gouvernement d'Etat, élu pour une durée de 5 ans, est composé du ministre-président, des ministres et des secrétaires d'Etat. Il est l'organe politique suprême d'administration et est à la tête de l'exécutif.

Les ministres dirigent leurs institutions conformément à la ligne directrice déterminée par le ministre président, et sont personnellement responsables devant le Landtag.
Le Landrat, quant à lui, est à la fois une institution d'Etat (direction administrative régionale) puisqu'il gère des tâches d'Etat, et une direction de circonscription. Le Landrat ou chef de service est élu directement par la population (tout comme ses organes représentatifs). Plusieurs domaines importants sont en Bavière du ressort de l'administration communale autonome. Trois niveaux de fonctionnement  : les communes, les circonscriptions de l'Etat, et les districts. Elles déterminent elles-mêmes les charges fiscales.

Les sept districts sont les suivants : Haute-Bavière, Basse-Bavière, Haute-Franconie, Moyenne-Franconie, Basse-Franconie, Haut-Palatinat et Souabe.

Partis

Pendant 46 ans, la CSU, le parti conservateur bavarois, règne sans partage sur le Land de Bavière. Aux élections de 2003, il confortait sa primauté mettant Edmund Stoiber sur les rails de la chancellerie allemande. En 2005 ce dernier va cependant laisser sa place à Angela Merkel avec le succès que l'on sait. Etait-ce le début d'un changement en Bavière ? Stoiber se retire de la vie politique en 2007 et les élections de septembre 2008 vont constituer un tremblement de terre. La majorité absolue n'est pas atteinte, avec 43 % des suffrages. Le Land de Bavière était ainsi gouverné par Horst Seehofer (CSU) à la tête d'une coalition avec la FDP, le parti libéral qui a obtenu 8 % des voix. Le Land n'avait pas viré à gauche, la SPD avait obtenu 18,6 % des voix, son pire score depuis la fin de la guerre, mais c'est tout de même une petite révolution... Depuis les élections parlementaires de 2013, la situation est revenue à la normale : la CSU a recueilli 47,7% des suffrages et a donc obtenu la majorité au Landtag de nouveau. Enfin, petit clin d'oeil, depuis 1954 c'est un maire SPD qui est à la tête de Munich, la capitale du Land. Et depuis 1945, il n'y a eu qu'une seule fois un maire CSU à la tête de Nuremberg, la deuxième ville de Bavière, résolument SPD...

Enjeux actuels

Contrairement à nombre d'autres Länder, la Bavière arrive à concilier traditions et investissements, et les politiques demeurent attachés à cette stabilité en recherchant avant tout l'efficacité dans la tranquillité et le consensus. Certains préférant même leur assise régionale à la fédérale. Bien qu'il puisse arriver que des poids lourds de la CSU arrivent en tête d'affiche, tel l'ancien ministre-président de la Bavière Edmund Stoiber, qui fut le candidat malheureux de l'élection de 2002 face à Gerhard Schröder.

Économie

Lorsqu'on se rend aujourd'hui en Bavière, il paraît complètement impossible de s'imaginer qu'il n'a fallu qu'un demi-siècle pour que le Land connaisse une telle mutation économique, passant d'une économie basée presque exclusivement sur l'agriculture à un Land industriel moderne, à la pointe de la technologie avec un secteur tertiaire et une industrie si dynamiques !

Grâce à sa situation centrale en Europe, la Bavière est devenue une plaque tournante du commerce avec le bassin méditerranéen et le sud-est de l'Europe.
C'est après la Seconde Guerre mondiale qu'elle s'est transformée en un pays industriel moderne. En effet, lorsque la guerre s'achève, la Bavière est une terre rurale, enclavée et isolée. Elle se distingue aujourd'hui non seulement comme un pôle économique majeur mais également comme le berceau des découvertes en matière de nouvelles technologies. Elles s'illustrent dans tous les domaines  : les centres spécialisés de haute technologie à Martinsried (biotechnologies) et à Augsbourg (technique pour la protection de l'environnement), les centres d'innovations à Erlangen, Munich et Wurtzbourg, ainsi que le parc technologique Mittelfranken à Nuremberg... La Bavière ne compte pas moins de 493 installations de génie génétique, dont la plupart (68 %) sont situées à Munich et dans ses environs. Elle s'illustre, à échelle nationale, comme le centre de la technique électronique, de la technique radio, de télévision, de télécommunications, de l'électrotechnique, de l'aéronautique et de l'astronautique. Munich réunit plus de 99 000 entreprises de secteurs d'activités variés où prédominent entreprises de services (média, assurances, banques...) et industries (Siemens et BMW notamment). Second pôle aérien après Francfort, Munich est également reliée à toutes les villes allemandes d'importance et à plusieurs capitales d'Europe. Les petites et moyennes entreprises représentent plus de 99 % des établissements bavarois. Ce sont elles qui forment les piliers de l'économie du Land. En effet, les entreprises de moins de 500 salariés fournissent environ 77 % de tous les emplois et réalisent près de 45 % du chiffre d'affaires. Les moyennes entreprises de l'industrie, de l'artisanat, du commerce, du tourisme, des services et des professions libérales fournissent des emplois et des postes d'apprentissage qui se trouvent généralement près des lieux d'habitation, ainsi que de bonnes chances de carrière. La Bavière est également la première région agricole du pays, avec 20 % de terres agricoles, mais l'agriculture ne représente pourtant que 1 % du PNB du Land. La Bavière possède aujourd'hui le plus fort PIB par habitant d'Allemagne, à savoir de 43 092 € (à titre de comparaison, l'Allemagne a un PIB par habitant de 37 099 €, et la France de 32 800 €), et le plus faible taux de chômage (3,3 %).

Principales ressources

La politique économique mise en place dans le Land a pour fondement l'économie de marché social c'est-à-dire conjuguer l'efficacité des marchés d'une part tout en prenant en compte l'équilibre social d'autre part. Ainsi, les conditions d'emploi se sont considérablement améliorées depuis quelques décennies. Lorsqu'on sait que 99 % des entreprises sont petites ou moyennes, on comprend les efforts mis en oeuvre par le Land pour développer les besoins des classes moyennes. Ce principe figure d'ailleurs dans la loi bavaroise datant de 1974. En effet, l'accent y est mis sur un certain nombre de points essentiels  : le développement d'un climat concurrentiel dans les meilleures conditions, de la compétitivité à l'échelle nationale, d'un climat favorable à la création d'entreprises sur le sol bavarois. En pratique, les autorités se sont engagées à baisser la quantité de permis obligatoires pour la création d'une entreprise et à rendre les procédures plus faciles et plus rapides. Les entreprises ont pu également avoir droit à un certain nombre d'aides grâce au " Programme bavarois d'accès au crédit " pour les petites et moyennes entreprises. Enfin, le gouvernement du Land a pour mission de promouvoir leur développement et leur rayonnement à l'échelle non seulement fédéral mais aussi de l'Union européenne.

Industrie

En Bavière cohabitent les secteurs compétitifs des grands groupes industriels modernes à la pointe de la technologie comme les biotechnologies, le génie génétique, la mise au point de matériaux nouveaux et une quantité phénoménale de petites et moyennes entreprises qu'elles soient industrielles ou tournées vers l'artisanat. L'industrie apparaît donc comme le premier secteur économique en Bavière. Environ 21 % de la population active travaille dans le secteur industriel.

Artisanat

L'artisanat représente environ 9 % du produit intérieur brut du Land et génère plus de 900 000 de postes. Il s'inscrit comme un stabilisateur économique dans les domaines de l'emploi et de la formation professionnelle puisque environ 30 % des apprentis sont formés dans le domaine de l'artisanat.

Commerce

Le commerce, le transport, la gastronomie et les technologies de l'information et de la communication représentent 20 % du produit intérieur brut. Environ 26 % de la population active travaille dans ce secteur.

Agriculture

Dans le domaine de l'agriculture, la Bavière demeure le premier Land agricole de la république fédérale d'Allemagne et une des principales régions à l'échelle européenne. Le secteur agricole représente environ 2 % des emplois. A échelle nationale, il faut savoir que la Bavière fournit près de 27,5 % de la production de lait et 16,3  % de la production de céréales. Aujourd'hui, cependant, plus de la moitié des terres cultivées sont exploitées par des personnes pour qui l'agriculture ne représente pas l'occupation principale.

Place du tourisme

La Bavière est le Land le plus touristique du pays et elle attire un quart des voyageurs qui se rendent en république fédérale d'Allemagne. Le nombre total des nuitées enregistrées chaque année tourne autour de 90 millions. Le monument le plus visité est le château de Neuschwanstein, dans le sud du Land, puisqu'il attire chaque année plus de 1,4 million de visiteurs !
Le gouvernement d'Etat bavarois a toujours fait du développement du tourisme international un de ses enjeux majeurs. Résultat, aujourd'hui, un touriste sur cinq vient de l'étranger. Les principaux touristes sont traditionnellement les Américains, suivis des Néerlandais, des Autrichiens, des Suisses, des Italiens, et des Britanniques. A l'échelle nationale, le Land figure parmi les destinations favorites des familles en république fédérale d'Allemagne. A lui seul, le tourisme fournit 560 000 emplois et le chiffre d'affaires qu'il représente s'élève à 31 milliards d'euros (séjours de courte durée et voyages d'affaires inclus). Le tourisme fait partie des secteurs dont l'évolution croît toujours. Afin de développer ce domaine et de la rendre encore plus attractif, le gouvernement d'Etat a investi pas moins de 344,6 millions d'euros, somme qu'il a redistribuée aux communes sous forme de subventions et de prêts. Cet argent a servi à installer des équipements de tourisme à caractère public.

Enjeux actuels

Le grand pari de la Bavière pour l'avenir est de rester compétitive dans tous les domaines d'activités. Pour ce faire, elle mise énormément sur le développement des nouvelles technologies et s'illustre comme un des plus importants centres de recherche européens. Le Land de Bavière investit également dans le financement d'instituts de recherche, seul ou en collaboration avec d'autres Länder de la république fédérale d'Allemagne. Autre secteur prometteur pour l'avenir, le domaine des techniques de protection de l'environnement. La Bavière a fait le pari de connaître à la fois une croissance stable tout en respectant et en appliquant une politique écologique conforme au programme contenu dans " l'Agenda 21 " du programme d'actions des Nations unies pour le XXIe siècle. La ville d'Augsbourg accueille l'Institut bavarois pour l'étude des déchets qui travaille beaucoup en collaboration avec les entreprises du secteur industriel afin de lutter contre la pollution. Munich, la capitale du Land, ainsi qu'Erlangen et Wurtzbourg travaillent dans le milieu de la recherche sur les sources d'énergie renouvelable. Enfin, le Land mise énormément sur le développement et le renouveau dans les moyennes entreprises. Pour ce faire, elle encourage le transfert des technologies dans les entreprises.

Adresses Futées de Bavière

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis