Guide d'Italie : Survol de l'Italie

Géographie
<p>Vignoble et oliviers de Toscane.</p>

Vignoble et oliviers de Toscane.

Située au sud de l'Europe, en communion étroite avec la Méditerranée, l'Italie s'étend sur près de 302 000 km². Divisée en 20 régions administratives dont 5 au statut autonome, elle se présente sous la forme d'une longue péninsule, rattachée à une partie continentale, et de deux grandes îles, la Sicile et la Sardaigne. S'étirant du nord au sud sur plus de 1 100 km, son territoire se compose à 23 % de plaines (fluviales et côtières), à 35 % de montagnes (Alpes et Apennins) et à 48 % de collines plus ou moins élevées selon les régions. Si l'on prend l'Italie dans son ensemble, elle jouit d'un climat relativement doux avec de fortes nuances cependant. On distingue en Italie quatre grands milieux physiques auxquels correspondent des climats, des végétations, des occupations humaines et des économies différentes qui leur sont propres. Ces milieux sont caractérisés aussi par la présence (ou l'absence) de reliefs dont la mise en place n'est pas encore terminée, comme en témoignent les intenses activités sismique et volcanique qui ont frappé et qui frappent encore aujourd'hui le territoire italien. La péninsule italienne proprement dite est handicapée par bien des facteurs naturels, à commencer par son relief.

S'étirant sur près de 1 000 km, elle a pour épine dorsale la chaîne montagneuse des Apennins, morcelée en plusieurs éléments, en plusieurs massifs distincts par leur climat, leur végétation et leur occupation humaine. On discerne du nord au sud l'Apennin entre la Toscane et l'Emilie-Romagne dit l'Apennin tosco-romagnol qui s'élève rarement à plus de 2 000 m ; l'Apennin des Abruzzes, plus montagneux, qui culmine au Gran Sasso à 2 914 m ; l'Apennin lucanien et enfin l'Apennin calabrais aux sommets avoisinants les 2 000 m, voire les dépassant (mont Pollino à 2 271 m). Les communications Nord-Sud et Est-Ouest (de la côte tyrrhénienne à la côte adriatique) y sont donc difficiles.

L'Italie du Nord

On distingue en Italie du Nord deux grands milieux physiques auxquels correspondent des climats, des végétations et des situations économies différentes  : les Alpes et la plaine du Pô.

Les Alpes. Elles chevillent la péninsule italienne au continent. De forme arquée, les Alpes s'allongent d'Ouest en Est, couronnant la plaine du Pô, des côtes ligures du golfe de Gênes au Frioul. Etroites et élevées du côté du Piémont, avec plusieurs sommets à plus de 4 000 m d'altitude (le mont Blanc à 4 807 m, le mont Rose à 4 638 m, le Cervin à 4 478 m et le Grand Paradis à 4 061 m), elles se dilatent vers l'est, jusqu'à dépasser les 150 km dans le Trentin et le haut Adige, au-dessus de Vérone et de Brescia, et là où elles sont devancées par des massifs dits préalpins comme les célèbres Dolomites (plus haut sommet  : 3 332 m). Les Alpes sont traversées par de grandes vallées d'origine glaciaire, comme le val d'Aoste ou la vallée de l'Adige. Loin de constituer un obstacle infranchissable, elles sont pourvues de vallées et de cols qui constituent des grands axes de communication et de pénétration. Le climat des Alpes italiennes se caractérise par de grands froids et d'abondantes chutes de neige en hiver, et des températures relativement douces en été, accompagnées de pluies parfois diluviennes (fin août et début septembre). Par endroits, elles jouissent d'un régime climatique franchement favorable, comme dans la région des Grands Lacs d'origine glaciaire  : les lacs Majeur, de Garde et de Côme. Le dense réseau hydrographique, auquel viennent s'ajouter de nombreux glaciers, fait des Alpes le premier réservoir d'eau de la péninsule et notamment de la plaine du Pô. Elles sont peuplées par quelque trois millions d'Italiens.

La plaine du Pô. Coincée entre l'arc alpin au nord et les premiers contreforts des Apennins (Toscane) au sud, elle s'étend sur près de 50 000 km². Sa quasi parfaite planéité, çà et là parsemée de quelques accidents du relief (Vénétie, Montferrat), en a fait la principale région agricole et économique du pays. Principal élément du décor, le Pô. Long de 652 km, ses principaux affluents sont le Tessin et l'Adda avec lesquels il draine ce vaste réseau de vallées, de basses terres auxquelles il a donné son nom ; il finit par se jeter dans l'Adriatique en un large delta resté longtemps marécageux. Cette vaste étendue de plaines est le domaine de la culture intensive. On y trouve un paysage de champs cultivés bordés de haies de peupliers et de saules, et de canaux d'irrigation ou de drainage.

L'Italie du Sud ou Mezzogiorno (Midi)

Le midi italien appelé Mezzogiorno regroupe six régions et demie soit le sud du Latium, les Abruzzes, le Molise, la Campanie, les Pouilles, la Basilicate et la Calabre, ainsi que deux régions autonomes, la Sicile et la Sardaigne. Hormis les zones côtières majoritaires, la géographie de l'Italie méridionale comprend des reliefs importants sur lesquels cependant l'homme continue d'exercer l'agriculture. Les côtes italiennes se développent sur près de 7 400 km, dont 3 700 appartiennent aux deux grandes îles que sont la Sicile et la Sardaigne. Etendu, le littoral italien et les zones bordières qui s'y rattachent affichent des aspects très variés selon leur situation  : versants abrupts se jetant dans la mer, faibles collines, volcans éteints ou encore en activité, plaines côtières (rares) où se sont concentrés habitat et activités humaines comme dans les Pouilles ou en Campanie. Une constante pourtant caractérise ce littoral  : il présente le plus souvent un visage relativement inhospitalier (même si la côte tyrrhénienne se voit dotée de beaucoup plus de "  bons pays  " que la côte adriatique), ce qui explique qu'à travers les âges il fut délaissé pour l'intérieur des terres. Aujourd'hui cependant le littoral fait l'objet d'une certaine mise en valeur là où cela reste possible, comme par exemple en Calabre, avec le développement du tourisme balnéaire.

La Sicile

Séparée de la Calabre par le détroit de Messine large d'un peu moins de 4 km, c'est la plus grande des îles italiennes avec une superficie de 25 700 km². Composée essentiellement de montagnes (Etna 3 200 m) et de collines arides, elle dispose de quelques plaines où se sont concentrées villes (Palerme, Catane, Gela) et activités économiques, principalement agricoles (cultures maraîchères et fruitières). S'il existe également une activité industrielle, l'autre grande activité de l'île reste le tourisme qui repose sur un riche patrimoine archéologique.

La Sardaigne

Un peu plus petite que la Sicile avec 24 000 km², la Sardaigne se situe au sud de la Corse. Son territoire dispose d'un relief assez important, car elle est recouverte de collines et de montagnes (le Monte Gennargentu s'élève à 1 834 m). Côté flore, le régime climatique est propice au développement d'une nature riche et verdoyante (avec, à l'image de sa voisine Corse, une prédilection pour le maquis). Au sud de l'île, là où est implantée Cagliari, principale ville de la contrée, se situe sur la vaste plaine de Campidano, longue de 80 km et large de 25, l'activité agricole insulaire (céréales, fruits et légumes). Restée longtemps en dehors du développement général de l'Italie, la Sardaigne s'est depuis tournée vers le tourisme.

Climat

Le climat de l'Italie est relativement clément. Il est marqué par des grandes différences du Nord au Sud, surtout entre les plaines et les montagnes. En plus du relief difficile de l'Italie, il faut ajouter, le déficit d'eau, ou déficit hydrique, qui afflige le Sud.

Au Nord, entourée de reliefs, la plaine du Pô reste en général à l'écart des influences maritimes méditerranéennes. Son climat, de type plutôt continental, est donc froid et même très froid en hiver (Plaisance, ou Piacenza, près du Pô connaît au coeur de l'hiver - en janvier - les mêmes températures que Berlin) et très chaud en été (autant à Milan qu'à Naples !). Mais une originalité climatique marque la plaine du Pô  : l'absence de saison sèche estivale, apanage pourtant des climats continentaux. Il y tombe à cette période le quart des précipitations annuelles, alors que Naples et la Campanie, que nous avons déjà pris en exemple, ne reçoivent que 10 % du total des précipitations en été. La végétation y est particulièrement verdoyante, grâce aux eaux du Pô et au climat humide ambiant.

Au Sud, le climat est agréable, mais avec des contrastes prononcés entre les plaines et les montagnes. L'été est extrêmement chaud et sec, entraînant des sécheresses qui érodent le sol et le rendent fragile et sujet à des éboulements de terrain. Le climat des montagnes dans les Abruzzes, le Molise et la Basilicate, de même que celui des plateaux calabrais est rude, les étés étant plus pluvieux que dans le reste du Mezzogiorno et les hivers plus froids. On compte en moyenne 40 jours de gel par an à Potenza en Basilicate, par exemple. C'est donc un climat méditerranéen typique que possède cette région avec températures douces en hiver (8 à 10 °C en janvier), élevées en été (24 à 40 °C en juillet !). Les autres saisons, en revanche, sont assez humides  : il tombe 793 mm d'eau par an à Naples par exemple.

ENVIRONNEMENT ET ÉCOLOGIE

À ce jour, l'Italie compte 25 parcs nationaux, 152 parcs régionaux, 426 réserves régionales, 147 nationales et 56 zones humides. En tout, 10 % du territoire italien est recouvert par des espaces protégés, tous les milieux naturels étant concernés  : Alpes, région des Lacs, zones côtières, volcaniques et même périurbaines !
Les premiers parcs datent des années 1920, avec la création du parc national du Gran Paradiso et du parc national des Abruzzes. Le ministère de l'Agriculture gère aussi près de 100 000 hectares de forêts. Au souci de l'Etat de préserver le patrimoine naturel italien, s'ajoute un militantisme écologiste fort actif représenté notamment par Legambiente et le WWF. Ce dernier crée et gère d'ailleurs des réserves naturelles appelées "  oasi  ", qui sont destinées à l'éducation du public et surtout des enfants. L'attitude de l'Italie vis-à-vis de la protection de l'environnement est donc plus active qu'on ne le pense. Le développement toujours plus croissant de l'agriturismo ou agroturismo (tourisme vert), soit l'ouverture du tourisme dans les fermes et zones agricoles, en est l'une des expressions les plus marquantes.

Pour en savoir plus sur les parcs naturels italiens, consultez le site www.parks.it

Faune et flore
<p>Vache de Maremme.</p>

Vache de Maremme.

Dans le Nord de l'Italie, notamment le long du Tessin vivent plusieurs espèces animales sauvages. Sangliers, chevreuils, blaireaux, lapins sauvages et lièvres pour le gibier tandis que parmi les oiseaux, il faut signaler la présence du faucon pêcheur et diverses espèces de hérons. Depuis le Moyen Age, le lieu où les hérons s'établissent en groupe pour construire leur nid et se reproduire s'appelle en italien "  garzaia  ". Ce mot dériverait de "  sgarzia  ", nom du dialecte milanais désignant les hérons. Non loin du cours d'eau et des rizières, proches des saules et des peupliers, les hérons sont l'attraction principale du parc du Tessin. Vous les découvrirez sur les bords de la rivière pour leur parade nuptiale. Voici une liste des plus belles réserves de hérons de la Lomellina  : garzaia del lago di Sartirana ; garzaia di Celpenchio ; garzaia della Verminesca ; garzaia di Cascina Isola ; garzaia di Sant'Alessandro ; garzaia della Rinalda, garzaia di Acqualunga ; garzaia di Cascina Notizia ; garzaia di Villa Biscossi ; garzaia del Bosco Basso. Au bord de l'eau, les saules sont l'abri préféré d'une riche avifaune aquatique, coucous et rossignols de fleuve. Dans les cours d'eau lombards, vous trouverez des truites, anguilles, tanches, esturgeons, brochets.

Dans le Sud de l'Italie, parmi les animaux qu'on peut rencontrer se trouvent de nombreux oiseaux migrateurs et marins comme la mouette, les oies et des canards sauvages, des rossignols, des hérons, des rapaces (faucon des marais, milan), des hérissons et d'imposants porcs-épics, les fouines, loirs, blaireaux, putois, belettes et renards sont assez courants. Le loup est présent en Campanie et dans les Abruzzes, qui abritent aussi des ours, des cerfs, des cabris, des vipères et salamandres. La Campanie se réserve les chats sauvages (et les chiens sauvages - malheureusement retournés à l'état sauvage dans certaines zones) et les sangliers. La Basilicate abrite une espèce rare de cigogne noire, tandis qu'on peut apercevoir des dauphins au large des côtes calabraises.

Adresses Futées d'Italie

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis