Cité à la réputation sulfureuse, troisième ville d'Italie, Naples est une ville passionnée, une ville qui se vit autant qu'elle se visite. Principale ville du sud de l'Italie, on l'oppose souvent aux riches villes du nord. À tort et à raison. Naples est une insoumise. Elle bout comme le Vésuve qui veille sur elle, et qui en même temps la menace. En son coeur, voitures et deux roues rivalisent de bruit. Et le stade San Paolo, sûrement le stade de foot le plus bruyant d'Italie, est à la fois une fournaise et un théâtre. Si l'ambiance napolitaine est unique, son patrimoine l'est tout autant. Le vieux centre est d'ailleurs classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Ses rues, ses palais et ses édifices sont marqués par le passage des Grecs, des Normands, des Espagnols et des Bourbons. Autant d'occupants à qui les Napolitains ont résisté. Mais une visite touristique de Naples ne s'arrête pas à la ville. La baie de Naples, l'une des plus célèbres du monde, fait face aux célèbres îles de  Capri, Ischia et Procida. Enfin, les sites historiques de Pompéi et Herculanum, facilement accessibles sont tout aussi incontournables. Et pour se restaurer, quoi de meilleur qu'un poisson ou d'une pizza ? Bienvenue à Naples la rebelle !

Les lieux incontournables de NAPLES

Quand partir à NAPLES ?

Grâce à un climat doux en hiver, et très ensoleillé en été, Naples est une ville qui se visite toute l'année. Savoir quand partir à Naples est donc simple. On peut néanmoins compter deux saisons touristiques bien distinctes. La haute saison à Naples correspond naturellement à l'été. Pour éviter les foules, les aficionados d'archéologie privilégieront donc mai, juin, septembre et octobre. En hiver, les flux touristiques sont nettement réduits ; autant en profiter pour visiter tranquillement les sites. En automne et en hiver, beaucoup d'établissements ferment, particulièrement en novembre et début décembre (plus difficile alors de se loger pour les petits et moyens budgets), avant un nouveau pic de fréquentation pour les fêtes de fin d'année.

Comment partir à NAPLES ? Nos conseils & astuces

Les tour-opérateurs sont nombreux à proposer des offres de séjours. Les plus fréquentes concernent les escapades et les longs week-ends. Les prix varient selon le moyen de transport choisi et le moment de la réservation ; les offres à la dernière minute restant les plus intéressantes. A Naples, puisque le lieu s'y prête, les voyages placés sous le signe de la culture sont assez nombreux. Des séjours combinant Naples, la Campanie et les îles du golfe sont fréquents.

Découvrez notre sélections d'agences de voyages pour cette destination

Il est très facile de visiter Naples par ses propres moyens. La ville est facilement accessible en avion. Les transports en commun et l'offre hôtelière sont abondants, vous pourrez faire votre choix. Comme dans toute grande ville, il faut toutefois faire attention aux pickpockets dans les zones touristiques.

Le réseau de transports en commun de la ville n'est pas très bien articulé, et il peut s'avérer difficile de trouver des informations à ce propos, ceci à cause des nombreuses entreprises de transport opérant dans la ville. Téléchargez gratuitement sur votre smartphone l'application Gira Napoli, ou Metro (Kinevia) pour visualiser le parcours plus pratique à emprunter. Des bateaux relient la ville aux îles du Golfe. Par contre, bannissez la voiture de la ville : la circulation est assez compliquée.

Les circuits touristiques à NAPLES

De Rome à Naples, découverte du Sud italien

Rome l'éternelle et Naples l'énigmatique, le seul fait d'énoncer le nom de ces deux joyaux du Sud de la péninsule italienne porte en lui la promesse d'une romantique évasion ! Les deux antiques cités ...

L'Italie du Nord, de Turin à Venise

Entreprendre un voyage à travers l'Italie du nord peut vite prendre des airs de pèlerinage tant le patrimoine qu'abritent les régions à parcourir est riche et varié. Au départ de la dynamique Milan, c...

Photos de NAPLES

Découvrir NAPLES

Les plus de Naples

Naples vue depuis le quartier de Posillipo.
Naples vue depuis le quartier de Posillipo.
Un cadre béni des dieux

Terre d'allégresse, patrie de philosophes et de poètes, Naples et la côte amalfitaine mêlent avec bonheur et gourmandise nature, art, culture, gastronomie et trésors archéologiques. C'est ici que se dressent les cités antiques et figées à jamais de Pompéi et Herculanum, les vestiges de Paestum, les charmes de Capri, d'Ischia et de Procida, les délices inoubliables de la côte amalfitaine...

Un joyau mystérieux

Historiens et archéologues s'accordent sur la date de fondation de Naples. Au VIIe siècle av. J.-C., des colons partis de Grèce, installés depuis un siècle à Cumes dans les Champs Phlégréens, auraient à nouveau migré pour bâtir la ville. D'aucuns affirment que Neapolis, la " ville nouvelle ", aurait été construite en opposition à la " vieille ville " (Paleopolis) ; d'autres, en revanche, nient l'existence d'un centre habité plus ancien et soutiennent que les fondations sont à chercher aujourd'hui entre la via Foria et la mer.

Quelles qu'aient été ses origines, Naples naît sur un site grandiose, au climat idéal et à la nature généreuse. Cette ville s'étire, en effet, sur l'un des plus beaux golfes du monde, où les traces des multiples civilisations qui s'y sont télescopées et métissées restent très prégnantes.

A l'époque romaine, Naples s'étend et acquiert progressivement cette réputation qui en fera l'une des grandes villes européennes.

Des siècles rythmés par une histoire complexe et tourmentée, où les brèves périodes d'autonomie ont laissé place à des siècles de domination étrangère jusqu'à l'unification du royaume italien en 1860.

Les Byzantins, les Goths, les Lombards, les Normands, les Souabes, les Angevins, les Aragonais, les Bourbons, tous ont laissé leur empreinte sur la ville et de nombreux témoignages de leur passage. Romolo Augustolo, Tancrède, Frédéric II, Charles Ier d'Anjou, Jeanne Ire, Ferdinand Ier d'Aragon, Philippe II de Habsbourg, le vice-roi espagnol Don Pedro de Tolède, Joachim Murat, tous ces maîtres de Naples n'y sont pas nés mais y ont régné.

Étrangers à cette ville, ils s'y sont pourtant imposés, laissant libre cours à leur magnificence, à leur folie, à leur bienveillance ou encore à leur cruauté. Tous, ou presque, y feront édifier des monuments grandioses, des églises somptueuses et des ouvrages d'utilité publique.

Indépendance d’esprit…

Au cours de sa longue histoire, entre invasions, prospérité fastueuse, calamités naturelles, épidémies et guerres, Naples a su conserver l'essentiel : son indépendance. Rebelle et insoumise, la cité deux fois et demi millénaire, vibre d'une intensité rare, indice de ce goût inaltéré pour la liberté.

C'est d'ailleurs la seule ville d'Europe à avoir refusé l'Inquisition médiévale, en dépit de sa ferveur religieuse. Quelques insurrections populaires, ayant jalonné sa mémoire, continuent d'alimenter le mythe. Masaniello, simple pêcheur devenu tribun et orateur par la force de l'événement, prendra ainsi la tête, en 1647, d'une vaste révolte contre le vice-roi espagnol, figure du pouvoir de l'époque. Décapité sur la place publique, Masaniello, héros napolitain par excellence, incarne ce refus de plier au diktat extérieur, spontanément, naturellement, sans goût particulier pour l'idéologie mais simplement parce que la vie circule si fort qu'il est bien difficile de comprimer tant d'énergie.

Naples n'a jamais été une terre d'idéologues. Y est présente simplement l'une des sensibilités les plus exacerbées d'Europe, où la vie ne rime en rien avec cette neutralité aseptisée qu'on nous promet partout ailleurs... Naples est viscéralement indépendante mais également patiente et presque ironique à l'égard de ceux qui pensaient ou pensent se l'approprier. On aime Naples ou on s'en va, voilà un peu la loi et le rythme imposés par ce volcan urbain, dont les éruptions quotidiennes et l'incandescent désir rappellent la proximité d'un voisin tout aussi explosif et souterrain : le Vésuve.

… et dynamisme culturel

Au coeur de ce monde à l'inépuisable énergie, traversé par les forces quasi telluriques du sous-sol, moeurs, idées, comportements se télescopent, s'entrechoquent, s'insinuent partout dans un tourbillon qui n'est pas sans rappeler la tragédie ou la bouffonnerie la plus grotesque.

Ce dynamisme culturel et intellectuel va de pair avec une humanité manifeste que l'on retrouve à chaque coin de rue, en demandant sa route, en entendant rire les vieux, les jeunes et les enfants, en croisant la fierté des regards qui en disent long sur la certitude de savoir d'où l'on vient...

Une ville où l'art semble avoir spontanément germé, comme arrosé par le génie irrépressible d'un peuple dont la lumière s'inspire peut-être de ce soleil qui brille si fort sur le golfe. De la peinture à la musique, de la poésie à l'architecture, du théâtre à la danse... rien ne manque à l'appel. Ville totale, ville pleine, ville hallucinante, Naples reste pourtant souvent incomprise. Au-delà des clichés habituels et de sa face sombre bien réelle, faites donc le pas pour approcher également la générosité d'une cité dont l'éclat, au fil des siècles, n'a pas fini d'étonner le voyageur.

NAPLES ET CÔTE AMALFITAINE

Guide NAPLES ET CÔTE AMALFITAINE

NAPLES ET CÔTE AMALFITAINE 2017/2018

13.95 €
2017-05-31
336 pages

Reportages & actualités de NAPLES

Ailleurs sur le web
Avis