Encastrée entre les Pouilles au nord-est, la Campanie à l'ouest et la Calabre au sud, la Basilicate s'étend sur une superficie de 9 992 km2 et compte 570 000 habitants, répartis dans 131 communes et 2 provinces. C'est probablement la région la plus petite, la plus discrète et la plus méconnue d'Italie. Son nom actuel, datant de l'époque fasciste, vient du grec basileus, qui signifie " roi, juge, administrateur ". Mais le nom originel de la province, Lucanie, vient du latin lucus, désignant une " terre recouverte de bois ", et c'est celui auquel s'identifient les poètes et les natifs de la région. Montagneuse à l'intérieur des terres avec des sommets s'élevant à 2 000 mètres, baignée par la mer Ionienne au nord-est et par la mer Tyrrhénienne au nord-ouest, tour à tour plate et vallonnée, la province présente sur son modeste territoire un riche échantillonnage de reliefs et de panoramas. A l'instar de la plupart des contrées, celle-ci, qui a fasciné la Grèce antique comme les hommes du XIXe siècle, a connu des hauts et des bas. Participant autrefois d'une des plus importantes civilisations de la Méditerranée, dotée de voies de communication naturelles de première importance, la Basilicate a été victime de l'isolement, de la pauvreté et de l'émigration jusqu'à des périodes récentes, au point que le tourisme ne l'a que peu concernée... En dépit de nombreux tremblements de terre qui ont modifié parfois la physionomie du territoire, la nature de l'ancienne Lucanie semble indestructible. Les hommes se sont depuis toujours attachés à la préserver et à la mettre en valeur. Des pins loriqués du mont Pollino, qui émergent de la montagne telles des cathédrales usées par le temps, aux calanques d'Aliano dont les paysages évoquent la Cappadoce turque, en passant par la roche arrondie des Dolomites lucaniennes, c'est une région à la beauté sauvage que les hommes ne se lassent pas d'apprivoiser. On ne manquera pas non plus les paysages de la ville de Matera, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Histoire. La Basilicate a été peuplée dès l'époque préhistorique. Jusqu'à l'âge du bronze, la région était un important lieu d'échanges pour les populations des côtes ionienne et tyrrhénienne. A l'âge du fer, de nombreuses peuplades de culture indo-européenne, notamment les Liky, viennent s'y implanter. Au VIIe siècle, l'arrivée des colons grecs sur les rivages ioniens marque les débuts de la Grande-Grèce, dont la cité de Metaponto est l'un des emblèmes. La présence grecque sur la côte ionienne sera bientôt remplacée, aux Ve et IVe siècles av. J.-C., par les ardents Lucaniens. Ces derniers se rebellent également contre l'occupation romaine, aux IVe et IIIsiècles, et choisissent le camp de leurs ex-adversaires, les Samnites, et...

Les lieux incontournables des Pouilles

Photos des Pouilles

Découvrir les Pouilles

Les plus des Pouilles

Un décor de théâtre

En parcourant les trois régions, il est difficile de ne pas être surpris par l'extrême diversité des paysages, au point que l'on a parfois l'impression de changer de pays lorsqu'on change de région. Entre les Pouilles plates et la Balisacate montagneuse, il y a deux mondes.
Le paysage des Pouilles est un peu différent des deux autres ; on pourrait le décrire comme à la fois neutre et singulier. Ce que l'on y découvre est moins la nature elle-même que l'abondance des décors auxquels elle sert de scène, souvent grandiose. Du nord au sud, ce qui surprend et ce qui opère, c'est la magie de ce que l'homme a fait de cette nature douce et docile. Peu d'étendues sauvages, de reliefs changeants, de climats instables, les Pouilles sont, à quelques exceptions près, uniformes. Mais que dire de la splendeur des cathédrales marines de la côte adriatique, du charme des trulli de la vallée d'Itria, du faste baroque de Lecce, de la magie des tours et des phares du Salento ! Ce sont toutes ces différentes scénographies qui font la beauté et la richesse des Pouilles.
Comme ses voisines, la région a su tirer profit des apports et des influences de ses anciens occupants. Ici, chaque coin de nature, aussi sauvage soit-il, abrite une abbaye médiévale, une église normande ou un château souabe. Et chaque village possède ses merveilles.
En Basilicate ou en Calabre, en revanche, la beauté de la nature est peut-être plus frappante. Certains paysages de la province de Matera évoquent une Patagonie argentine dont aucun humain n'aurait encore foulé le sol.
La variété du paysage côtier est un autre attribut de ce décor de théâtre qu'est le Mezzogiorno profond. On y trouve de vastes étendues de sable aux plages rocheuses et découpées, interrompues par des miroirs d'eaux lacustres qui, au coucher du soleil, forment des tableaux impressionnistes.
Là où la côte devient âpre et sauvage, les fonds cachent d'exceptionnelles beautés sous-marines, alors que là où la côte se fait douce, surgit le vert émeraude de la mer.

Un carrefour des peuples

Comme ce fut le cas pour une grande majorité des régions d'Italie, les Pouilles, la Calabre et la Basilicate ont joué un rôle de carrefour des peuples pendant des siècles. Partout sur le territoire sont conservés les premiers habitats humains qui remontent à la Préhistoire.
Les cryptes des églises et les sites archéologiques gardent les témoignages d'une présence humaine qui se manifeste également par l'art " italiote " des premiers habitants du territoire (Dauniens, Peucétiens, Messapes, Lucaniens). On a découvert, disséminés sur toute la zone, des dolmens, des menhirs, des villes ensevelies, des nécropoles remplies d'étonnants objets funéraires. La présence grecque s'y affirme également par un nombre incalculable de vestiges.
Au cours de leur histoire, les deux régions ont accueilli d'autres habitants d'origines diverses : les Slaves, les Sarrasins, les Albanais, ainsi que des communautés juives. Elles ont également gardé des laures et des basiliques, héritages du temps où les ermites byzantins fuyant les persécutions se réfugiaient sur le territoire.
Des Grecs aux Bourbons, en passant par les Lombards, les Normands, les Souabes, les Angevins et les Aragonais, aucun de ces occupants n'a quitté ces régions sans y laisser une trace de son passage. Un souvenir resté gravé dans la pierre, le marbre ou le bois...
Le calcaire du pays, tendre, docile et doré, a servi de base à la construction des cathédrales, châteaux, abbayes et maisons-grottes. C'est sans doute à Lecce que cet art a atteint son point culminant, dans ses multiples chapiteaux, balcons et blasons qui donnent à la ville son allure baroque.

Un modèle d’authenticité

Que ce soit dans les Pouilles, en Calabre ou en Basilicate, vous ne verrez pas d'altérations ni de démesure ; vous n'êtes pas dans le Nord, la recherche du profit n'est pas ici un credo. Au contraire, il y règne une douceur de vivre méridionale, loin des touristes et du capitalisme triomphant.
Attachés à leurs racines paysannes et à leur mode de vie rural, ceux qui vivent dans ces régions savent apprécier les bienfaits de la nature, ce qui se traduit par un goût naturel pour les bonnes choses : les produits sont frais et les pâtes sont faites maison. Réputés dans le monde entier, les produits des Pouilles sont la base d'une belle diversité d'expériences gastronomiques.
Les masseria, ces vieilles fermes disséminées dans les campagnes, sont les témoignages d'un fort attachement des habitants à la terre. Elles font partie du patrimoine des Pouilles et, surtout, de la Basilicate. Fortifiées, anciennes, ou tout simplement réaménagées en B&B, elles ont en commun la propreté de leur production agricole et la beauté du site où elles se trouvent.
Les habitants de ces régions sont également animés par une ferveur religieuse qui explique l'importance du respect des traditions. Les rites liés aux pèlerinages et aux manifestations de foi sont ici essentiels. Chaque ville possède son saint patron et le fête selon un cérémonial différent. Et la nature a droit au même traitement que les saints. On célèbre tout aussi bien l'arrivée de la figue, du raisin ou de l'espadon.
Une atmosphère bon enfant résulte de ce mariage intime entre la gentillesse des hommes, leur attachement aux rites et leur respect de la terre.

Reportages & actualités des Pouilles

Ailleurs sur le web
Avis