Voyager, c’est découvrir des cultures, des traditions et la gastronomie des localités. Si la planète regorge de richesses naturelles, l’homme a su, par sa créativité, sublimer, dans nos assiettes, certaines ressources du monde. Chaque pays possède ses propres spécialités, qui, une fois cuisinées, révèlent des saveurs insoupçonnées. Le Pérou, l’Italie, la France et même les États-Unis savent séduire vos papilles. De quoi rapporter de jolies recettes des quatre coins de la planète.

©

N°1 - Le baozi 

Les baozi ou banh bao sont à la Chine ce que les viennoiseries sont à la France : un pêché national. Littéralement « un paquet », le bao se compose d’une pâte faite de farine de blé et d’eau, parfois associées à d’autres farines (soja, maïs). A l’intérieur de cette brioche, une farce à base de viande ou de légumes. L’ensemble est cuit à la vapeur. Pour les plus gourmands, les baozi se déclinent aussi en version sucrée. Il existe aujourd’hui toutes sortes de baozi en Mongolie, au Japon, au Vietnam ou encore à Madagascar.

©

N°2 - Le ceviche

C’est le plat emblématique du Pérou, à ne louper sous aucun prétexte ! Cette tradition vient tout droit de l’ère précolombienne des Incas. S’il existe plusieurs variantes du ceviche, la recette traditionnelle péruvienne se compose : de poisson frais cru, de citron vert, d’oignons rouges, d’ail, de maïs et de patates douces. Le tout relevé par le fameux piment du Pérou : le ceviche. Le poisson cru et les fruits de mer (le plus souvent la concha negra) marinent et confisent dans le jus de citron. Symbole de l’Amérique latine, le ceviche a même sa propre journée au Pérou : le 28 juin.

©

N°3 - Le couscous 

Originaire du Maghreb, le couscous est un plat typique des cuisines berbère, africaine, méditerranéenne et juive. Que ce soit au Maroc, en Tunisie ou en Algérie, le couscous possède plusieurs variantes, dans un seul but : réunir toute la famille autour d’un bon plat. Si l’aliment de base du couscous reste la semoule de blé dur (qui lui a d’ailleurs son nom), les légumes choisis changent. Certains ajoutent des pois chiches, d’autres des raisins secs. Le bouillon de légumes peut se composer de courgettes, de carottes, de navets. Si la recette traditionnelle est bien respectée, le couscous ne s’accompagne que d’une viande, mais il est souvent servi en version végétarienne.  

©

N°4 - Les lasagnes à la bolognaise

C’est l’un des plats les plus appréciés par toute l’Italie. Originaires de Bologne, les lasagnes seraient nées aux alentours de 1890. Cette pâte rectangulaire permet de multiplier les couches de garnitures. De part ses ingrédients et sa préparation, les lasagnes représentent la richesse de Bologne, d’ailleurs surnommée « ville grasse ». Tout commence par la préparation du fameux ragù. Ce dernier se cuisine la veille,  avec du céleri, de la carotte, de l’oignon, du bœuf, de la saucisse, de la pancetta, du lait et du vin rouge. La pâte verte est faite à partir d’ail, d’épinard, de farine, de beurre et de muscat. Le tout dressé est parsemé de parmesan. Pas de béchamel à l’horizon (le débat persiste).

 

©

N°5 - Le dhal

Le dhal ou daal est l’un des plats phares de la cuisine indienne. A l’origine, le mot dhal désigne en Inde mais aussi au Népal toute préparation dite légumineuse faite à base de lentilles. Le dhal le plus répandu se compose de lentilles, souvent corail, de nombreuses épices dont le traditionnel curry et bien sûr, de piment. Le tout est accompagné de riz basmati pour atténuer la force du plat. Emblème de l’Inde, le dhal représente un plat convivial, traditionnel, que chaque famille indienne cuisine régulièrement. Si populaire qu’il existe, au pays du Taj Mahal, plus de 50 variétés.

©

N°6 - Le falafel

Tout droit venu d’Égypte, le falafel est devenu un plat incontournable du Proche et Moyen-Orient. Consistant et équilibré, il est très populaire au Liban, en Palestine, en Égypte, en Turquie et en Israël. Si ces origines sont controversées, une chose est sûre : le falafel se compose de pois chiches. Ces derniers sont mixés avec de l’oignon, du persil et de la coriandre, du cumin, du piment et de l’ail. Il faut ensuite réaliser des boulettes et les faire frire. Ces boulettes de pois chiches sont le plus souvent consommées en sandwich, dans un pain pita. Le tout accompagné de crudités et de sauce au yaourt.

©

N°7 - Le bœuf bourguignon 

C’est l’une des identités de la gastronomie française. Ce plat traditionnel, originaire de Bourgogne, tient son nom des deux spécialités qui le composent : le bœuf charolais et le vin de la région. Servi lors de grands repas de famille, le bœuf bourguignon est reconnaissable grâce à sa sauce au vin. Cette dernière se prépare la veille pour qu’elle puisse mariner 12 heures et révéler ses saveurs. Le bœuf mijote lentement dans la cocotte, accompagné de carottes, de poitrine fumée, d’oignons. Ce plat copieux s’agrémente souvent de pommes de terre. Secret de chef pour une sauce plus onctueuse : ajoutez un carré de chocolat noir à la cuisson.

©

N°8 - Le lobster roll

Il pourrait être qualifié d’un hot dog de luxe, où la simple saucisse se voit remplacée par du homard. Très populaire aux États-Unis, le lobster roll permet de manger sur le pouce un snack varié et plus léger. Né dans un restaurant du Connecticut il y a plus de 100 ans, le rouleau de homard se compose d’un pain brioché, de chair de homard chauffée dans du beurre. Le tout accompagné de salade et de frites. Le lobster roll peut aussi contenir de la laitue, du jus de citron, du céleri et de la ciboulette. Toute la Nouvelle-Angleterre craque pour le lobster roll. Ce dernier envahit même le Canada. Dans certaines provinces, des fast food proposent même leur propre version en édition limitée.

©

N°9 - La paella 

Née au XVIIIe siècle à Valence en Espagne, la paella tient son nom de la poêle qui sert à la préparer. Si elle est aujourd’hui revisitée, il faut se rendre en Espagne pour goûter la véritable paella, traditionnellement servie le jeudi midi, résurgence d’un ancien temps où les domestiques, de congés le jeudi, préparaient un plat facile à réchauffer par leurs maîtresses. Elle se compose de riz bomba, auquel est ajouté du safran pour lui donner cette couleur jaune. Les Valenciens mettent de la viande comme du poulet du lapin ou du canard, de la tomate râpée, des haricots verts, des artichauts , des poivrons et le fameux escargot de montagne xoneta. Dans certaines régions, des fruits de mer comme des moules s’ajoutent à la recette (paella marinera). A  moins qu’on ne la préfère mixte.

©

N°10 - L'irish stew

SI l’Irlande n’est pas réputée pour sa cuisine raffinée, elle possède, dans ses grimoires des recettes savoureuses et surtout consistantes. Si vous y êtes de passage, ne loupez pas l’irish stew. Considéré comme le plat national irlandais, il est servi lors de la Saint Patrick. Pour en profiter toute l’année, direction les pubs, qui le servent évidemment avec une pinte de bière. Très consistant et très riche, l’irish stew se compose d’un ragoût d’agneau, de pommes de terre, de carottes et d’oignons. Le tout arrosé d’une sauce à la Guinness ou à base d’une autre bière irlandaise. Économique, il constitue un repas complet, idéal en hiver, lorsque le froid s’invite en Irlande.