Guide du Sénégal : Les plus du Sénégal

La douceur du climat

Le Sénégal est une destination " soleil toute l'année ", à moins de six heures d'avion de Paris, et accessible avec des billets d'avion à prix abordable. Ainsi pendant le plein hiver en France de novembre à avril, le soleil est au beau fixe au Sénégal, alors en saison sèche, accompagné de températures idéales entre 20 et 30 °C. Vous êtes assuré que pas une goutte d'eau ne tombera du ciel pendant votre séjour et que les moustiques seront très rares. Pendant la saison des pluies de juin à septembre (ou octobre suivant les années), appelée " hivernage ", certaines contrées à l'intérieur du pays sont impraticables. Mais les pluies sont rares sur la Grande et la Petite Côte, littoral s'étendant de Saint-Louis à Joal, en passant par Dakar. Lorsqu'il pleut, cela ne dure généralement pas, et les routes goudronnées sèchent dès que le soleil revient. En Casamance, région plus verte située plus au sud (de l'autre côté de la Gambie), le climat est presque équatorial avec un hivernage plus long à fortes pluies (de juin à novembre).

Une richesse musicale et culturelle

Bien sûr, il y a Youssou N'Dour, le " roi du Mbalax ", mais la musique du Sénégal ne se limite pas à ce style très populaire. Le hip-hop à Dakar, le jazz - à travers le festival de Saint-Louis - le blues mandingue ou les musiques jouées à la kora et aux percussions traditionnelles sont d'autres richesses sonores à découvrir. De même, le mode de vie des gens peut changer radicalement selon leur religion (musulmane, catholique, animiste, les deux !), qu'ils vivent dans un village Diola en Casamance, dans un quartier de pêcheurs Wolof à Saint-Louis, dans un campement de Peuls, à Dakar en mode citadin ou en mode tribal en pays Bassari. La richesse ethnique et dialectique du pays se comprend au fil des rencontres.

Confort et farniente

La grande diversité des structures d'accueil apporte une réponse à tous, tant au niveau du budget, du confort que du style de voyage recherché, plutôt routard ou luxueux. Le Sénégal est pour beaucoup une association de plages et de farniente le long de la Grande Côte, mais surtout de la Petite Côte, du Sine-Saloum et de la Casamance, où la mer est moins agitée.

Un des charmes de ce pays provient d'une notion du temps bien différente de la notion occidentale. On apprend facilement à prendre le temps de vivre. On apprécie la sieste dans un hamac à l'ombre d'un cocotier, après avoir partagé entre amis le fameux thé sénégalais, l'ataya.

Tourisme intégré ou solidaire

Il y a plusieurs façons de découvrir le Sénégal. Avec le all inclusive à Saint-Louis, au Cap Skirring ou sur la Petite Côte, pas besoin de sortir des murs, tout est prévu sur place pour divertir le touriste. Mais il y a aussi la possibilité de découvrir une autre culture, d'autres moeurs, une autre façon de voir les choses, en vivant avec les populations dans des campements villageois. Aller discuter sous l'arbre à palabres sur la place du village, faire une sortie en mer en pirogue pour rapporter du poisson, puiser l'eau au puits, préparer la cuisine avec les femmes, faire le marché, boire un thé à la menthe sous la case... Le dépaysement est assuré. Ces campements sont gérés par des associations locales dont les bénéfices sont investis dans les écoles, dispensaires, routes.... La Casamance est une région pionnière dans ce type de tourisme solidaire, suivie par le Sénégal oriental et dans une moindre mesure le Sine Saloum (tous les détails sur le site de l'ATES : www.tourismesolidaire.org/destinations/senegal).

Une destination sûre

Autre atout non négligeable : la sécurité. Alors que les bruits de bottes résonnent un peu partout en Afrique, le Sénégal est un exemple de démocratie mature et stable, une destination sûre. Même si le règlement du dossier de la Casamance est encore frais, le voyageur qui séjourne au Sénégal ne risque pas grand-chose, pas plus qu'en traversant les Champs-Elysées sur un passage clouté. Les vendeurs ambulants (les " bana-bana ") viennent régulièrement importuner les touristes, comme dans beaucoup de pays pauvres où il existe un décalage entre richesse des populations locales et prix touristiques, mais il n'y a pas d'agressivité dans leur comportement. Le plateau à Dakar n'est pas très agréable sans guide car les touristes sont trop sollicités, mais il n'y a aucun danger à s'y promener la journée.

Une hospitalité authentique

L'authenticité de l'hospitalité des Sénégalais, la Teranga comme on l'appelle ici, pour peu que l'on se donne la peine de sortir des circuits traditionnels, ne laissera personne indifférent. Un état d'esprit festif, jovial, généreux et ouvert aux étrangers, très spontané. N'oubliez jamais que les salutations au Sénégal sont d'une importance capitale, et durent quelquefois cinq bonnes minutes sur un bord de chemin. N'hésitez pas à entrer dans ce jeu protocolaire pour être aimable et poli, et ne soyez pas avares en " bonjour, ça va ? ". De plus, s'aventurer dans les villages isolés du Sénégal oriental ou de Casamance est une manière de découvrir d'autres cultures plus traditionnelles, plus animistes aussi comme celles des Bassaris, des Bédiks ou des Diolas, où le sens de la famille et de l'accueil est réel, où les rituels ancestraux sont encore pratiqués et où la vie en communauté fait partie du quotidien.

Adresses Futées du Sénégal

Où ?
Quoi ?
Avis