Avec plus de 3 millions d'habitants, l'agglomération de Dakar est une ville tentaculaire et dynamique, qui voit des quartiers pousser comme des champignons autour de nouveaux axes de développement au nord. Son visage est en constante évolution, surtout depuis la création de l'autoroute qui relie Dakar à la Petite Côte, et qui désengorge considérablement le centre à partir de Patte d'Oie, de ses bouchons, sa pollution et son ambiance surchauffée. Les touristes ne viennent en général à Dakar que pour y passer quelques jours, contrairement aux hommes d'affaires qui n'en sortent pas. Les Sénégalais eux-mêmes se rendent dans la capitale pour y faire du business et l'esprit de la ville s'en ressent. La rébellion politico-militaire en Côte d'Ivoire déclenchée en septembre 2002 (qui a coupé le pays en deux), a profité au Sénégal, surtout à Dakar, où les sièges de plusieurs sociétés et organisations importantes en Afrique de l'Ouest ont été transférés, favorisant l'émergence d'une classe moyenne très active.

Dakar est avant tout une ville moderne et cosmopolite qui ne présente pas d'intérêt majeur pour le touriste, si ce n'est quelques bâtiments historiques, l'île de Gorée, et sa vie culturelle et nocturne agitée. Mais avec l'ouverture récente de plusieurs lieux d'intérêt, Dakar souhaite garder ses touristes plusieurs jours. La maison d'Ousmane Sow, inaugurée lors de la Biennale 2018, a ouvert au public à la rentrée. Ce labyrinthe artistique, dédié à ce sculpteur de talent, promet déjà de devenir l'un des lieux incontournables de la capitale. Sans parler du musée des Civilisations noires, avec ses expositions de qualité qui tourneront régulièrement, dont l'ouverture est prévue le 6 décembre 2018. Une balade d'une demi-journée permet de s'imprégner de l'ambiance si caractéristique du plateau, centre névralgique de la ville, tumultueux, bouillonnant, dense, brûlant, qui aspire votre énergie en quelques heures. La mer, pourtant si proche par la corniche, semble à des kilomètres...

Pour éviter d'étouffer, mieux vaut changer régulièrement d'atmosphère : une balade dans les quartiers avoisinants comme le populaire Médine où les enfants jouent dans la rue, un coucher de soleil depuis l'île de Gorée, une plongée aux îles de la Madeleine, une langouste ou des gambas à l'ail dans un resto de l'île de Ngor ou des huîtres sur la pointe des Almadies. Autant de bouffées d'air de l'Atlantique qui déstressent et requinquent les Dakarois et les touristes pâlots. Découvrir la capitale du Sénégal en venant de France, c'est aussi s'immerger dans les marchés bouillonnants de gens qui discutent dans un fouillis de marchandises, apprécier sa diversité, sa modernité et sa générosité.

Premières impressions. Pour le voyageur qui a déjà visité d'autres capitales africaines, Dakar semble au premier abord plus occidentalisée,...

Les lieux incontournables de DAKAR

Les circuits touristiques à DAKAR

Première fois au Sénégal

Le Sénégal est une terre de soleil éternel et d'aventure, riche en paysages magnifiques, contrastés et en rencontres fortuites. Il est à l'image de l'Afrique telle qu'on se la représente à travers ses...

De Saint-Louis à la Casamance

Bonjour baobabs géants et plages de rêve, dromadaires et éclaboussures de Sahara aux portes de Saint-Louis, collines et cascades aux confins de Kedougou... Le Sénégal, c'est un peu tout cela, mais sur...

Photos de DAKAR

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

Découvrir DAKAR

Les plus de Dakar

Une ville en ébullition

Si vous vous rendez à Dakar avec de jeunes enfants, rappelez-leur une chose : Dakar est une ville, on n'y verra ni cases, ni lions. Oui, Dakar est une ville, et une ville africaine qui plus est. De 7h du matin à 3h du matin le jour suivant, elle vit, elle bouge, elle respire, elle transpire. On ne peut manquer d'être surpris la première fois par tant d'effervescence. Tous nos sens sont en alerte, et notre attention a du mal à se fixer sur une chose en particulier. C'est peut-être la principale différence entre Paris et Dakar : dans la capitale sénégalaise, la vie se passe dans la rue.

La douceur du climat

Le Sénégal est souvent considéré comme le soleil d'hiver de l'Europe. Cette réputation est justifiée, et ce toute l'année. Dakar, la Grande Côte et la Petite Côte sont ainsi des destinations privilégiées par les Français. Même en hiver, les plages de la Petite Côte sont agréables et l'océan reste chaud. Quant à Dakar, il vaut mieux s'y rendre en janvier ou février quand les températures ne sont pas trop élevées.

De la couleur partout

Des chatoyants boubous aux maillots de foot bariolés prisés des jeunes sénégalais, des fruits splendides sur les marchés aux cars ornés de motifs dessinés... jusqu'aux sacs plastiques multicolores qui défigurent même le désert de Lompoul, la forêt de Thiès, ou encore certaines zones et plages de la Petite et de la Grande Côte. Oups ! Il ne fallait peut-être pas le dire là, mais c'est aussi ça, le Sénégal...

Confort et farniente

La grande diversité des structures d'accueil apporte une réponse à tous, tant au niveau du budget qu'à celui du type de confort recherché. Le Sénégal est pour beaucoup une association de plages et de farniente. Les plages longent la Grande Côte et la Petite Côte, puis la Casamance.

Un des charmes de ce pays provient d'une notion du temps bien différente de la notion occidentale. On apprend facilement à prendre le temps de vivre. On se surprend peu à peu à observer la nature, écouter le chant des oiseaux et, par moments, véritablement apprécier de ne rien faire du tout dans un hamac à l'ombre d'un cocotier. Le rapport à la vie est parfois modifié, certaines valeurs occidentales revisitées...

Une destination sûre

Autre atout non négligeable à l'heure qu'il est : la sécurité. Alors que des bruits de bottes résonnent un peu partout dans le monde, le Sénégal semble à l'abri de ce brouhaha, même si les récents événements de juin 2011 (manifestations et émeutes) montrent que rien n'est définitivement acquis dans ce domaine et dans cette partie du monde. A ce jour, et sauf exception, le voyageur qui séjourne au Sénégal ne risque rien, et surtout pas plus qu'en traversant les Champs-Elysées sur un passage clouté.

13.95 €
2011-11-30
216 pages

Reportages & actualités de DAKAR

Ailleurs sur le web
Avis