Saint-Louis a conservé sa dimension conviviale de village et une atmosphère unique. Saint-Louis est calme et serein, quand Dakar épuise et harasse. L'art de vivre est porté à son apogée. Les sourires ne sont pas feints et, sauf à la devanture d'un ou deux hôtels où des artisans chercheront à écouler leurs " merveilles ", vous aurez le calme et la paix partout en ville... si vous êtes touriste et de passage ! Car, sinon, ne comptez pas faire un geste sans que toute la ville soit au courant. Dans ce monde clos et où les habitants sont fiers de leur identité, l'esprit de bourg existe. Saint-Louis a perdu beaucoup de son importance, tant au plan économique qu'au plan géopolitique. Ce n'est la seconde ville du Sénégal ni par la population, ni par son activité économique. Culturelle alors, la belle du Nord ? Assurément. Le festival Saint-Louis Jazz (généralement à la Pentecôte) est un événement majeur de la musique et sa 25e édition en 2017 a rassemblé des artistes du monde entier tels que Marcus Miller, Stanley Clarke et Jacky Terrasson. D'autres festivals de musique (Métisson, Rapandar) ou de danse (Duo Solo Danse en décembre) émergent et viennent compléter l'offre sénégalaise. Le rallye aérien sur les traces de l'aéropostale (octobre) est une autre grande manifestation. Entre ces pôles, on trouve des courses de pirogue organisées par les pêcheurs de Guet-Ndar, des semaines portes ouvertes où les habitants ouvrent leurs maisons et leurs cours privées afin de faire découvrir le patrimoine architectural de la ville (Entre'vues en novembre) et la fête des fanals, défilé de loupiotes, à l'origine des esclaves qui raccompagnaient à la lumière du lampion une signare ou un colon qui s'était un peu attardé dans la nuit de Noël, peut-être pour un dîner mondain, une sortie en famille ou une rencontre plus coquine. De plus en plus, également, on parle restauration, hôtellerie, plan d'aménagement et d'assainissement de la ville. Rien ni personne ne pourra enlever à Saint-Louis son cachet et son atmosphère si spécifiques, qui font que si on y est venu une fois, on y reviendra !

Problèmes aquatiques. Avant le barrage établi un peu plus en amont du fleuve, les abords de la ville redoutaient l'hivernage et les crues du Sénégal. La construction des quais autour de l'île, la protégeant et l'agrandissant, ne s'est pas faite en une fois. Les premiers aménagements datent de 1830, mais il faut attendre Faidherbe pour que les premiers quais en bois voient le jour, et la Première Guerre mondiale pour que l'effort financier porte sur les réalisations en dur. Un malheur arrivant rarement seul, venant de l'autre côté, une autre menace pouvait pointer. Lors des raz de marée particulièrement violents, la mer en furie pouvait remonter jusqu'à l'île et noyer temporairement ses contours et les villages de Guet-Ndar et de Ndar-Toute. D'où pour les navires, à l'époque, l'intérêt du guetteur, qui, par signes nautiques, communiquait avec les marins. Le type de navire identifié, des cloches indiquaient à la population ce qui arrivait, un navire marchand ou de guerre, et ce qu'il transportait. Ce qui faisait accourir certains, laissant les désintéressés à une meilleure occupation. Le guetteur n'est plus, il a été remplacé par la technologie, les sirènes et la radio, seules régentes actuelles du passage de la barre.

A deux pas de la Mauritanie. Saint-Louis n'est qu'à quelques encablures de la Mauritanie et, pendant de longues années, elle a jouit de rapports privilégiés avec ce pays... jusqu'aux sanglants événements de 1989 (émeutes raciales entre Maures et Négro-Africains), qui ont vu la fermeture de la frontière entre les deux pays, avec visa obligatoire pour passer de l'un à l'autre. Les formalités d'accès sont plutôt lourdes mais néanmoins possibles : il faut se procurer un visa à Dakar (se renseigner auprès des agences locales qui peuvent s'en occuper). Désormais, de moins en moins de touristes franchissent la frontière et parmi eux les Occidentaux qui descendaient en voiture par la Mauritanie, pour revendre leur vieille guimbarde au prix du billet d'avion retour. La nouvelle loi instaurée en mai 2015 et autorisant les véhicules de moins de huit ans à rentrer au Sénégal (contre cinq auparavant) va peut-être permettre de voir plus de gens tenter l'aventure. Mais on a donc pour le moment tout le loisir de se balader seul à Saint-Louis et d'apprécier l'endroit et son atmosphère calme et douce où, malgré la proximité du fleuve et de la mer, on sentirait presque déjà le désert.

Les lieux incontournables de SAINT-LOUIS

Organiser son voyage à SAINT-LOUIS

Photos de SAINT-LOUIS

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

11.95 €
2018-09-26
432 pages
Ailleurs sur le web
xiti
Avis