Climat au Sénégal

shutterstock_1877933350.jpg

Avec plus de 3 000 heures de soleil par an, le Sénégal est une destination agréable tout au long de l’année, qui jouit d’un climat tropical humide au sud et d’un climat désertique de type sahélien, au nord. Mais que l’on soit à l’intérieur du pays ou sur la côte, les températures enregistrent quelques différences, influencées entre autres par les courants marins. Ainsi, quand il fait 26 °C à Dakar en janvier, Tambacounda enregistre 34 °C. Outre ses différences de climats, le Sénégal est aussi soumis à deux saisons distinctes par sa situation en zone intertropicale. D’octobre à mai, s’installe la saison sèche caractérisée par de chaudes températures, un soleil radieux et de rares pluies. Puis, de juin à septembre, la saison des pluies, appelée l’hivernage, où le climat devient plus humide, notamment en Casamance, région la plus arrosée du pays. Retour sur ces saisons qui marquent le cycle du Sénégal.

La saison sèche, une période idéale

À partir d’octobre et ce jusqu’en mai, le Sénégal jouit d’un climat chaud et sec. Pendant toute cette période, les températures oscillent autour de 26 °C, voire 40 °C à l’intérieur du pays. C’est donc le moment idéal pour bronzer sur les plages de Casamance, parcourir les bolongs en pirogue, observer les oiseaux migrateurs ou parcourir les réserves animalières. Cependant, balayée par les alizés, la Grande Côte, qui s’étend de Dakar à Saint-Louis, offre des températures plus fraîches, notamment en janvier et février où elles descendent parfois au-dessous de 15 °C la nuit. À l’inverse, les villes de l’intérieur du pays sont de vraies fournaises, comme Matam et Tambacounda où le baromètre peut afficher 40 °C dans l’après-midi. Cette saison est aussi la période où souffle l’harmattan, ce vent chaud et sec provenant du Sahara. Les températures en journée sont étouffantes, plus froides la nuit, l’air rempli de poussières et la visibilité amoindrie durant plusieurs jours. Bien que la saison soit dite « sèche », elle est parfois ponctuée d’épisodes pluvieux inattendus, appelés la « pluie des mangues ». Née d’une dépression septentrionale, elle n’arrose généralement que très peu le pays à cette période.

L’hivernage, la mousson africaine

Avec l’arrivée de la mousson, la saison des pluies débute au sud-est du Sénégal dès le mois de mai et s’installe progressivement dans tout le pays. Elle se caractérise par des températures élevées, un climat humide, et des précipitations plus ou moins fréquentes selon les régions, accompagnées d’orages, parfois violents. Outre le fait qu’elle arrose les sols, la pluie purifie l’air des poussières de l’harmattan. C’est d’ailleurs pour certains la plus belle saison au Sénégal, avec ses jolies lumières, une nature renaissante et une mer aux températures agréables. La Casamance, avec les pays bédik et bassari, sont les régions les plus arrosées, avec un pic pluviométrique important en août et un ciel nuageux à longueur de journée. De nombreuses routes sont impraticables comme celles du Parc du Niokolo Koba, qu’il est préférable de visiter en période sèche. Le nord et le centre sont, quant à eux, relativement épargnés par la pluie, avec des précipitations qui tombent par prompts épisodes. Quand il pleut près de 500 mm à Ziguinchor en août, Saint-Louis enregistre à peine 100 mm de pluie. Avec son climat humide et ses eaux stagnantes, cette saison est aussi celle des moustiques, vecteur du paludisme. Il convient donc de prévoir un produit anti-moustiques efficace et un traitement anti-paludisme durant tout le séjour.