Valbonne - Sophia-Antipolis regroupe le village historique de Valbonne et ses quartiers périphériques, ainsi que Sophia Antipolis, première technopole européenne qui occupe près de 60% du territoire de la commune. En 2019, la commune fête un double anniversaire : les 50 ans de Sophia Antipolis, et les 500 ans de Valbonne ! On peut dire que l'installation de la technopole sur le territoire de la commune en 1969 a transformé la vie de Valbonne. Le village d'antan en a vu sa vie bouleversée. Passant de 1 600 habitants en 1970 à 13 700 en 2018, la ville a dû s'adapter à de nouveaux enjeux, construire, innover, modifier son paysage urbain pour accueillir une population cosmopolite d'environ 80 nationalités différentes. La gageure pour Valbonne était de ne pas perdre ses racines avec cet afflux de population plutôt aisée. La commune a merveilleusement réussi cette intégration, tout en conservant son riche patrimoine du XVIe siècle et en préservant les 2/3 de son territoire en zone verte. L'illustration parfaite en est le quartier de Garbejaïre - Haut Sartoux, situé au coeur de Sophia Antipolis. Cet espace de vie, de culture et de loisirs, fondé par une architecture unique au coeur de la nature, s'insère parfaitement dans un paysage préservé. Commune historiquement rurale, Valbonne Sophia Antipolis a su conserver en son sein une place pour ses racines, avec la création d'une vigne communale, d'une oliveraie communale, et d'une chèvrerie communale ! Contrairement aux autres villages de la région, enroulés autour d'une éminence, dans un style défensif, le village de Valbonne est construit en damier sur un plan rectangulaire, les rues encadrant une place centrale et se coupant perpendiculairement. Car Valbonne n'a pas été créée au Moyen Âge, mais au début du XVIe siècle, au début de la Renaissance. Ici pas d'escaliers ou de ruelles pentues, tout est plat ou en pente légère, et facile d'accès.

Pour pénétrer à l'intérieur du village, il faut franchir les portes, parfois des " pountis ", d'anciens passages couverts sous les maisons-remparts. Des quatre portes qui s'ouvraient sur chaque côté de la ville, il ne reste que celles du nord, du sud et de l'ouest. Le centre ancien, ainsi préservé à l'abri des maisons-remparts, est magnifiquement restauré et entretenu. S'y promener est un vrai bonheur, tant le village recèle d'atouts. Les maisons arborent de belles façades aux crépis ocre, sur lesquels des volets aux couleurs pastel viennent poser une touche de couleur provençale. L'oeil porte loin, jusqu'au bout des rues. On aperçoit là bas le clocher de St-Blaise, les arcades de la place, ou la façade colorée de l'hôtel des Armoiries. Les rues sont des enfilades de couleurs et de clairs obscurs, égayées par les touches végétales disposées par les habitants : jarres de plantes grasses, bouquets de lavande odorante, vigne vierge ou bougainvillée escaladant une façade. Partout de coquettes échoppes vous invitent à entrer, les restaurants disposent leurs terrasses à même la rue, à même les places. " Ici le futur a trouvé ses racines ". Telle est la devise de la commune, riche de sa complémentarité entre tradition et sciences de l'avenir.

Altitude de la commune : de 75 à 302 m

Altitude de la mairie : 227 m

13 170 habitants

Un peu d'histoire. En l'an 1199 Guillaume, de l'ordre monastique de Chalais, cherchait un site pour y implanter une abbaye. C'est cette abbaye, une fois construite, qui allait générer 320 ans plus tard, le village de Valbonne. À la fin du Moyen Âge, la peste noire, la grande sécheresse et les incursions barbares avaient entraîné la désertification de la région, ruinée et laissée à l'abandon. En 1519, il devint nécessaire de mettre en valeur les terres de l'abbaye et donc de repeupler le domaine. Pour cela, l'abbaye décida de faire construire le village par des investisseurs, charge à ces derniers de louer les maisons aux paysans venus travailler sur les terres. Le Prieur de l'Abbaye Don Taxil, accepte la demande de l'évêque de Grasse et abbé de Lérins, Augustin Grimaldi, de créer un village proche de l'abbaye, pour repeupler la région. C'est Augustin Grimaldi, qui dessina lui-même les plans de Valbonne, basés sur le modèle des villes romaines. Les maisons en périphérie du village, faisaient office de remparts de défense. Hautes et étroites, elles ne possédaient pas de portes sur l'extérieur du village. Les maisons, pratiquement identiques, étaient conçues sur un plan simple : au rez-de-chaussée, une remise, au premier étage la pièce à vivre, au 2e étage les chambres et au grenier un espace de stockage, avec une poulie pour monter les marchandises. Tout ceci était ingénieux, et très en avance sur son temps. Vallis Bona, la 'bonne vallée' en bordure du fleuve côtier de La Brague est alors repeuplée par des communautés venues de hameaux voisins et du haut pays. Cependant le Prieur n'avait pas pensé à faire arriver l'eau au village. Pendant longtemps, c'est à la rivière qu'il fallait aller la puiser. La première fontaine dans le village date de 1837 !

À voir / À faire à Valbonne

Organiser son voyage à Valbonne

Photos de Valbonne

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

5.95 €
0000-00-00
232 pages

Reportages & actualités de Valbonne

Avis