Le nom de Carouge viendrait de quadruvium, " carrefour " au centre duquel Sigismond fut couronné roi des Burgondes en 516. Elle garde cette qualité de ville ouverte, après avoir été tantôt française, italienne et sous la tutelle de Genève, elle affirme son identité singulière. Phénomène rare en sa position de frontière, elle n'a jamais eu de fortifications. Actuelle commune du canton de Genève, elle a été souvent assimilée à un quartier de la cité de Calvin. Les Genevois et les artistes aiment s'y promener pour humer un air un peu différent. Elle est parfois surnommée le " Greenwich Village " de Genève ! En effet, Carouge a un statut particulier dans l'histoire de Genève et son canton. Petite ville détachée de la rive gauche par le cours de l'Arve, elle fut construite au XVIIIe siècle sur ordre du roi de Sardaigne pour concurrencer Genève. A l'origine, elle était formée de quelques maisons et appartenait au hameau de Lancy. Entre 1772 et 1783 se développe une ville nouvelle et ouverte à l'urbanisme piémontais moderne, sans fortification ni rempart avec des rues alignées et de vastes places. Des privilèges sont accordés aux étrangers pour favoriser leur installations et ainsi dynamiser l'économie de Carouge. Le pouvoir turinois en fait un îlot de tolérance civile avec 143 auberges et cabarets en 1792 mais aussi religieuse puisque s'y installent catholiques, francs-maçons, protestants, juifs... Grâce à sa position stratégique au bord de l'Arve qui permettait le transport de marchandises sur l'axe Rhin-Rhône, sans passer par Genève, et son Pont de l'Arve (véritable carrefour routier en direction de l'Ain et de la Savoie), Carouge deviendra un important centre du commerce et de l'artisanat. Elle est élevée au rang de ville royale en 1786 par le roi Victor Amédée III. Cédée en 1816 par le traité de Turin, elle devient une des communes du canton de Genève. En 1862, elle sera la 4ème ville européenne avec Genève à posséder un omnibus sur rail tiré par des chevaux (ancêtre du tram). Depuis, elle est devenue une ville industrieuse tout en préservant le coeur de sa ville ancienne où il fait bon se promener le long du canal et dans les rues ombragées. Classée " ville d'importance nationale ", elle est un exemple unique en Europe d'urbanisme postmédiéval. La ville s'est construite et développée de part et d'autre de la rue Ancienne qui la traverse depuis l'anse de l'Arve en diagonale. Le style architectural de la ville ancienne est populaire avec une façade de crépi gris à un étage, des fenêtres à arcades au rez-de-chaussée (abritant souvent un atelier) et rectangulaires à l'étage et un côté cour avec escalier à coursive et jardinet. Au cours des XIXe et XXe siècles, les constructions seront rehaussées et transformées. Carouge compte encore de nombreuses maisons historiques dont la maison Montanrouge (1789) qui abrite le musée de Carouge depuis 1984 (oeuvres d'artistes locaux, faïences, poteries, peintures). Aujourd'hui, elle est appréciée pour son dynamisme culturel, sa taille à dimension humaine, ses boutiques tendances de mode et d'artisanat, ses galeries d'art et de design, ses auberges et cafés, sans oublier ses terrasses qui longent la place du Marché. Carouge est dynamique et de l'ère romaine à l'ère industrielle, elle a toujours su se développer, se réinventer et prendre de bonnes directions. Au-delà de son aspect culturel, c'est aujourd'hui une cité prospère par ces industries et les nombreuses entreprises qui l'ont choisie comme siège. Une ambiance Greenwich Village que la ville cultive à merveille !

Les lieux incontournables de CAROUGE

Préparer son voyage à CAROUGE

Photos de CAROUGE

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

8.95 €
2018-03-07
408 pages

Reportages & actualités de CAROUGE

Ailleurs sur le web
Avis