Patrick Chanfray, un duo composé d'environ une personne

Ce spectacle est l'histoire d'un personnage timide, naïf, socialement inadapté (ce qui ne le touche que très moyennement car il ne s'en rend pas compte) n'ayant que pour seuls amis : sa Mammy et son tonton Didier. Il se retrouve, pour des raisons qui lui échappent, en duo sur scène. Mais voilà, son duettiste est en retard, et même très en retard. Pendant cette attente, il va donc être obligé de meubler et sans le vouloir, de se livrer... Ou alors s'est-il peut être mis dans cette situation en se servant de ce prétexte uniquement pour oser faire ce qu'il a toujours voulu : créer le contact.

Ce personnage que j'ai créé tout au long de mes années de scènes et d'écritures est arrivé à une « maturité insouciante » intéressante par sa vision des choses en décalage avec la « réalité » qui l'entoure. A l'heure où tout le monde veut sortir du lot en étant différent, lui l'est naturellement. Pourtant semblable aux autres, il n'a simplement pas le même raisonnement, les mêmes codes, tout en ayant pourtant les mêmes références, sorte de photocopie unique qui, ne cherchant pas à se faire remarquer, devient tout de même l'attraction.

Qui dit décalage, dit situations absurdes et réflexions inattendues. Il n'est pas bête pour autant, il a seulement sa vérité et évolue dans son propre cadre de cohérence, une forme d'autisme non pathologique en somme.

Étant passionnément amoureux des mots, de complications de phrases, de digressions, de poésie, et de non-sens, j'ai bien évidemment écrit le texte de ce spectacle avec ces outils, servi par un phrasé atypique. Singularité aussi dans le jeu, parfois proche du clown dans la corporalité ainsi que dans les « mimiques » soulignant certains mots.

Bien que mes inspirations ne soient pas celles de mon personnage, elles ont nourries et façonné ma façon de penser et donc d'écrire ce texte. Mes agitateurs de neurones sont des humoristes comme Pierre Desproges, Robert Lamoureux, Andy Kaufman, des joueurs de mots et d'esprit comme Oxmo Puccino, Serge Gainsbourg, Boris Vian, ou encore des personnages et des œuvres de Salvador Dali, Alfred Hitchcock, Frank Sinatra ou même plus précisément ici, Beckett, ou en attendant Godot qui ne viendra jamais, les personnages « passent le temps », et se questionnent jusqu'à se persuader de la futilité de l'existence, de son absurdité.

Ce spectacle est une réflexion sur des points de vue différents, qui n'apportera aucune réponse à des questions que l'on n'aurait de toute façon jamais dû se poser.

Un moment partagé avec un garçon qui pourrait rester devant un escalator pendant 2h pour compter les marches sans se poser de question, un garçon qui se pose parfois des questions alors que les réponses sont toutes autour de lui, un peu comme si un analphabète vivait dans une bibliothèque, un garçon qui se désole de voir que deux lignes parallèles ne se rencontreront jamais alors qu'elles ont tant de choses en commun...

Bref, un garçon comme les autres mais qui n'est pas comme tout le monde. Qui en définitive n'attend personne d'autre que lui même, n'attend rien d'autre que de se révéler aux yeux des spectateurs, et à ses propres yeux.

Type d'évènement : Evénements culturels - Spectacle

Thème de l'évènement : Art et culture - Théâtre

DATES
Le samedi 27 février 2016 à 20 h

Le Quai du Rire

16 Quai De Rive Neuve, Marseille