Le romantisme, ça consiste en quoi ? D'abord un spleen prenant ses racines dans un mal-être à la fin du XVIIIe siècle dans une époque de tensions politiques, économiques mais aussi sociales et culturelles. Mais les artistes sont le reflet des âmes et trahissent ce siècle fait de bouleversements en désenchantements au travers de leurs toiles morbibes rendues de moins en moins surnaturelles tant la mort vertueuse du héros devient quotidienne. Grâce à la réunion d'oeuvres françaises de David, Delacroix, Géricault et Ingres, souvent inédites, l'exposition montre le passage d'une violence mise en scène et maîtrisée à la fin du XVIIIe siècle vers une touche française du romantisme fantastique et noir nourri tant par le traumatisme révolutionnaire que par la littérature ancienne et contemporaine.

Entrée : 8,50 €. Tarif réduit : 6,50 €.

Visages de l'effroi au Musée de la vie romantique jusqu'au 28 février 2016.

Plus d'informations