Après Baillif, en direction de l'anse du Val d'Orge, la belle route côtière conduit au Rocroy, une anse étroite, tranquille et accueillante, avec sa plage de galets (pointus !), ses eaux claires et son aire de pique-nique aménagée avec des tables. Puis vient la zone industrielle et la descente sur Vieux-Habitants. Les premiers colons de la Guadeloupe ont débarqué à Sainte-Rose, au nord, alors que d'autres s'installent au centre de la Côte sous-le-Vent, à Marigot (1636). Les autochtones les en chassent et ils sont contraints de se replier sur l'actuel bourg, plus facile à défendre. Vieux-Habitants est considéré comme l'une des plus anciennes communes de l'île. A l'époque, le terme " habitation " désignait une exploitation, comprenant la maison de maître, les terres agricoles, les manufactures et les cases des ouvriers agricoles et/ou des esclaves. Les " Vieux Habitants " signifiaient donc les premiers exploitants des terres, et non pas les premiers habitants au sens où la toponymie des lieux pourrait le laisser entendre.

Son histoire reste liée à celle de son église, considérée comme l'un des édifices religieux les plus anciens de l'île. Construite en 1636 par les pères dominicains, elle n'est alors qu'une simple chapelle qui sera ensuite améliorée et agrandie par des engagés en 1639. L'église est incendiée par les Anglais lors du débarquement en 1703 puis reconstruite au début du XIIIe siècle par les Capucins qui ajoutent des contreforts destinés à renforcer le bâtiment. Le blason des Capucins y est toujours visible tout comme les deux pilastres construits par des ouvriers bâtisseurs du Limousin qui encadrent le porche et qui sont ornés de l'emblème de leur région. Une chapelle dédiée aux pères Dominicains est érigée à l'intérieur de l'église. L'église Saint-Joseph, inscrite aux monuments historiques abrite une statue de Notre-Dame de Marsat par le président Valérie Giscard d'Estaing lors d'une visite officielle en 1979.

Sur les hauteurs de Cousinière, au lieu-dit Mon Repos, le paysage offre une vue panoramique sur la Côte sous-le-Vent et la campagne environnante s'étage en forêt, en jardins créoles traditionnels et maraîchers, en plantations. Dans les vallées, qui jouissent d'un micro-climat sec et chaud, déterminé par l'effet de Foehn, on cultive à partir du XVIIIe siècle du cacao, du café, de la vanille et du roucou. Aujourd'hui, ce sont les écomusées qui attirent les touristes gourmets dans la région. A découvrir, au choix, La Grivelière, ancien domaine de plantation de café, le musée du Café (Chaulet), l'Habitation Côte Sous le Vent et le musée de la Vanille (Vanibel). Vieux-Habitants a su conserver son caractère authentique, loin de l'agitation touristique.

À voir / À faire à VIEUX-HABITANTS

Organiser son voyage à VIEUX-HABITANTS

Photos de VIEUX-HABITANTS

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

12.95 €
2019-10-30
528 pages
Avis