Pour connaître l'origine d'un tel nom aux Antilles, il faut savoir de quoi on parle. Les regards se portent instinctivement vers le large ou les profondeurs de la terre. Jules Ballet, l'historien marie-galantais du XIXe siècle évoque cette pointe nord, fondatrice du bourg, aux rochers d'un noir bleuté, teinte liée à une coulée de lave. Son patronyme est dès lors scellé, et colle d'ailleurs très bien avec la fierté pays. L'ancien volcan, la Belle-Hôtesse (711 m), est toujours là. Curieusement, avant, la commune s'appelait Caillou. Même si les deux noms suggèrent la même force géologique, ils n'ont rien de commun. Caillou rend hommage à Joseph Caillou, l'un des premiers colons de la région, dont le nom avait déjà utilisé pour baptiser la rivière, devenue depuis Baille-Argent. Vers la fin du XVIIe siècle, on a construit le fortin, qui a conservé quelques vestiges, afin de protéger les bateaux venant mouiller sur côte.

Aujourd'hui, son littoral tropical et son indolence engageante fait que l'on a d'emblée envie de se promener sur sa route côtière. Les anciennes cases créoles, jolies et colorées, reflètent l'image traditionnelle d'un gros bourg paisible établi en bord de mer. L'église Notre-Dame-du-Port, qui a subi une retouche en 1976, domine la mer. Côté shopping, des échoppes de l'artisanat local proposent objets en bois, chapeaux et autres souvenirs, le tout complété par un sympathique petit marché. Le bord de mer étant tout de galets, on ira chercher une plage plus au sud, vers l'Anse-Caraïbe.

La route de la Traversée, une avancée considérable. Jusqu'au percement de la route en 1965 à travers la montagne, cette commune était en quelque sorte coupée du reste de la Guadeloupe. Son accès s'effectuait uniquement par le littoral. Un parcours long et difficile ! Cette départementale transversale permet d'accéder aux plus beaux sites nichés au coeur du Parc national de Guadeloupe. C'est également le point de départ de nombreuses randonnées pédestres, des promenades sylvestres et aquatiques, gérées par l'Office national des forêts. Comme un long ruban vert, la route de la Traversée, véritable voie ouverte sur une nature exubérante et contrastée, avance et se laisse arpenter.

En 1935, c'est un pont fabriqué par les ateliers Gustave Eiffel qui vient enjamber la rivière de Petite Plaine afin d'assurer la liaison vers Basse-Terre. Le transport du courrier et des voyageurs s'effectuant jusqu'alors à pied, à dos de mulet ou en canot. La construction, sur la RN 2, d'un pont en béton armé signe l'obsolescence de la structure métallique. Le pont Eiffel, restauré puis réhabilité en août 2012, figure aujourd'hui en bonne place parmi les monuments historiques.

À voir / À faire à POINTE-NOIRE

Organiser son voyage à POINTE-NOIRE

Photos de POINTE-NOIRE

12.95 €
2019-10-30
528 pages
Avis