C'est au IXe siècle qu'est née Figeac, sur les rives du Célé, d'une abbaye bénédictine fondée par Pépin Ier, roi d'Aquitaine, arrière-grand-père du fameux Pépin le Bref. Les pèlerins venus du Puy par Conques vers Cahors ou Rocamadour, puis Saint-Jacques-de-Compostelle, passaient par Figeac. Cette dernière fut une cité marchande, et pendant plus de 200 ans le creuset d'un puissant commerce. Les marchands s'opposent alors à l'abbé. Le roi de France Philippe le Bel n'en demandait pas tant pour asseoir son pouvoir sur la ville en 1302. Il est désormais représenté par un viguier tandis que les consuls issus de familles de marchands gèrent la cité. Cette période d'opulence sera aussi celle des grandes constructions.

Puis aux XIVe, XVe et XVIe siècles, se succèdent la grande peste, la guerre de Cent Ans et les guerres de Religion. Henry IV nomma le duc de Sully gouverneur de Figeac. Il y vécut en partie après l'assassinat du Vert galant. Il en subsiste une impressionnante et inquiétante porte en noyer massif, sculptée de motifs, qui trône à l'intérieur de l'office de tourisme. Les protestants occupent Figeac de 1576 à 1622 et en font l'une de leurs places de sûreté. Figeac possède une architecture médiévale exceptionnelle, et c'est à la suite d'une politique de réhabilitation exemplaire du centre historique qu'un secteur sauvegardé a été mis en place en 1986, permettant ainsi une meilleure approche du patrimoine. Après Figeac labellisée Ville d'art et d'histoire en 1990, c'est l'ensemble du territoire du Grand Figeac, Vallées du Lot et du Célé, qui a reçu en 2017 le label Pays d'Art et d'Histoire. Quoi de plus naturel en somme pour la ville natale de Champollion !

À voir / À faire à Figeac

Organiser son voyage à Figeac

Photos de Figeac

9.95 €
2019-06-26
264 pages
Avis