Les premières traces de Marly remontent à l'an 697, date à laquelle est mentionné Mairilacus dans un parchemin qui relate l'échange d'un terrain entre l'abbaye parisienne de Saint-Germain-des-Prés, très impliquée dans cette région, et un aristocrate de la cour mérovingienne. En 1087, un castrum est édifié dans la partie supérieure du bourg pour la famille de Montmorency. Ceint d'une enceinte, il comporte un donjon, un colombier et une geôle. Mais les grandes heures de Marly riment avec le Roi Soleil. À partir de 1676, Louis XIV achète tour à tour Marly-le-Châtel puis Marly-le-Bourg. Il réunit les deux paroisses qui deviennent naturellement Marly-le-Roi. Sur cette colline déjà habitée, en lisière des grandes forêts de chasse, Louis XIV confie à Jules Hardouin-Mansart la construction d'un château et d'un parc plus intimes que Versailles. À Versailles, le roi fut sans cesse contraint dans ses plans par la préexistence du château Louis XIII. À Marly, ce bâtisseur dans l'âme peut donner libre cours à ses idées, et réaliser un domaine idéal selon ses goûts. Début XIXe siècle, les artistes, peintres, écrivains et impressionnistes viennent s'installer dans cette bourgade paisible. On y croise Alfred Sisley, Alexandre Dumas fils, ou encore Aristide Maillol. La Révolution avait laissé le château de Marly à l'abandon, le XIXe siècle le voit démantelé puis détruit. Cette époque vient aussi marquer le paysage par l'édification d'un viaduc, achevé en 1884, qui ne peut échapper à l'oeil. D'une portée de 247,60 m, il est l'aboutissement d'une ligne de chemin de fer qui invite Marly dans le monde moderne. En 1932, le parc est classé Monument historique et le domaine devient une propriété présidentielle. Dans les années cinquante, la ville s'agrandit, le quartier des Grandes-Terres est en construction, la population sera multipliée par deux.

À voir / À faire à Marly-le-Roi

Organiser son voyage à Marly-le-Roi

Photos de Marly-le-Roi

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

9.95 €
2018-10-17
312 pages
Avis