La présence de monuments mégalithiques sur le territoire de Marly atteste d'une occupation humaine dès le IVe millénaire avant Jésus-Christ. C'est en 697 de notre ère qu'apparaît pour la première fois le nom de Marly, Mairilacus, sur un acte mérovingien, qui relate un échange de terres entre l'abbaye parisienne de Saint-Germain-des-Prés et un aristocrate. En 1087, Hervé de Montmorency fait élever une forteresse (castrum) à laquelle il adjoint une église. Le territoire de Marly se trouve donc loti en deux paroisses, Marly-le-Chastel et Marly-le-Bourg, administrées par l'abbaye de Coulombs, qui implante un prieuré au XIIe siècle. Lorsque Louis XIV prend la décision de faire bâtir son nouveau château à Marly, il donne naissance à l'actuel Marly-le-Roi, en ordonnant la fusion des deux paroisses en 1681. C'est en lisière de la grande forêt de chasse royale de Marly que Louis XIV confie à Jules Hardouin-Mansart la construction d'un château et d'un parc plus intimes que Versailles. Bâtisseur dans l'âme, Louis XIV peut y donner libre cours à ses idées et réaliser un domaine idéal alimenté en eau depuis la Seine grâce à la Machine de Marly, mise au point par l'ingénieur Rennequin, auteur d'une des plus spectaculaires prouesses technologiques de son époque.

Le charme romantique qui se dégage du domaine royal (réduit à l'état de ruines sous l'Empire) attire de nombreuses élites parisiennes jusqu'au milieu du XXe siècle. D'Alexandre Dumas à André Malraux, de Sieyès au général de Gaulle, d'Alfred Sisley à Aristide Maillol, aristocrates, banquiers, hommes politiques, artistes, écrivains et intellectuels s'installent ou séjournent dans ce petit village parsemé de luxueuses propriétés.

Au XXe siècle, Marly-le-Roi se développe sous le sceau de l'innovation avec d'une part, la construction du plus grand ensemble immobilier intégré de France suivant les principes de la charte d'Athènes aux Grandes Terres et du premier collège audiovisuel de France et d'autre part, avec l'installation de l'Institut national d'éducation populaire et du groupe d'assurances Drouot (Axa). Vous pourrez découvrir un ensemble de plaques et pupitres historiques implantés dans l'espace public afin de répondre à la curiosité des visiteurs.

Le vieux village : avec ses ruelles pavées, bordées de maisons aux volets colorés et ses hôtels particuliers, le vieux Marly a conservé tout le charme et le caractère original de son architecture du XVIIe-XVIIIe siècle. Ce quartier a été le décor de nombreux films comme Razzia sur la Schnouf, La famille Duraton, Le mannequin assassiné, Ne réveillez pas un flic qui dort ou Louis enfant-roi. La Grande Rue, en face de l'entrée du parc et les rues attenantes, sont bordées de belles bâtisses en pierre de taille et de maisons rurales avec lucarnes. La rue Madame est surnommée ainsi en souvenir de la princesse Palatine qui a séjourné dans la ville. C'est au n°6 que fut arrêté Alexandre Stavisky, le plus grand escroc de l'entre-deux guerres. Remontant la Grande Rue, vous trouverez l'hôtel dit " du comte de Toulouse ", les communs de l'hôtel du duc de Gesvres, la maison natale du numismate Joseph Pellerin, puis la rue Pierre-Bourdan, celle de l'académicien André Theuriet, la villa Melesvill et le Domaine des Ombrages.

À voir / À faire à Marly-le-Roi

Organiser son voyage à Marly-le-Roi

Transports
  • Location voiture
  • Réservez un train
  • Réserver un ferry
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location de vacances
  • Location Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Week-ends en France
Services / Sur place
  • Activités Airbnb
  • Réservez une table
  • Activités & visites
  • Expériences & Boxs

Photos de Marly-le-Roi

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

9.95 €
2020-06-03
240 pages
À découvrir sur le petit Futé
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end de prestige pour 2 personnes au Château de la Dauphine !

Une escapade romantique en Gironde, au Château de la Dauphine .