Quand on pense au Morbihan, on pense à son golfe, aux alignements de Carnac, à sa côte sauvage et ses îles. Mais il ne faut pas non plus oublier la richesse de ses terres et de son passé que les hommes ont su préserver en tout temps. Envie de farniente : pensez thalassothérapies du Morbihan, elles seront aux petits soins pour apporter tous les bienfaits de la mer à votre corps. Les lieux les plus prisés : Quiberon, le port du Crouesty, Billiers... Vannes, ville antique du Morbihan a préservé un incroyable charme qui fait voyager la ville à travers l'histoire.  La citadelle de Port-Louis, les remparts d'Hennebont ou le Fort Bloqué de Ploemeur : que d'architectures millénaires qui dessinent une terre riche de ses ancêtres et fière de ses combats. La base de sous-marins de Keroman, aujourd'hui reconvertie en musée, demeure le reflet du passé militaire de la ville Lorient. Le Morbihan et le nautisme, c'est une affaire de coeur, c'est l'école de la vie. Pays maritime par excellence, riche de plus de quelque 800 kilomètres de côtes, riche de rivières, riche de canaux et de nombreux plans d'eau intérieurs, le Morbihan décline toute une palette d'activités nautiques articulées autour d'un réseau de professionnels et de passionnés. 

Les lieux incontournables du Morbihan

Quand partir dans le Morbihan ?

Quand partir ? Avec des bottes et un ciré, les voies vertes du Morbihan (964,3 km de pistes cyclables sur 22 voies vertes) peuvent être pratiquées toute l'année. De mars (pour les plus courageux) à septembre, vous pourrez vous baigner sur les 148 lieux de baignade de cette destination. À la belle saison, à marée basse, on enfile ses chaussons de baignade pour chatouiller les crabes et les coquillages. À marée haute, on peut se baigner dans une eau délicieusement douce et à la température agréable. Pour les gourmands, vous pourrez vous régaler toute l'année avec des fruits de mer : l'étrille, l'huître de Bretagne, la bernique et la moule bretonne, mais aussi avec la célèbre andouille de Guémené !

Organiser son voyage dans le Morbihan

Photos du Morbihan

Découvrir le Morbihan

Les immanquables

Entre terre et mer, le Morbihan est une destination aux multiples facettes livrant de merveilleux trésors qui ne demandent qu'à être découverts : rivages sauvages, côtes dentelées, forêts légendaires, menhirs mystérieux, cités de caractères, îles du golfe et îles du large, lieux de culture et de festivités, sans oublier l'authentique gastronomie locale...

Evan de Bretagne

Tout a commencé lorsqu'il avait 13 ans, alors qu'il participait à une émission de France 3. A l'époque, il effectua son premier reportage sur les menhirs de Carnac. Sa passion pour l'audiovisuel était née... Après des études en ce sens, il est parti travailler dans le domaine sur Paris. Il y a 2 ans et demi, alors que sa Bretagne natale lui manquait, il s'est lancé dans l'aventure de ses vidéos... La première qu'il réalisa fut celle d'un gérant de crêperie à Plouharnel. 10 000 curieux visionnèrent sa vidéo ! Ce qui l'encouragea à continuer. Aujourd'hui, Evan produit toujours ses vidéos de Bretons passionnés qui font le charme de la région. Il a par exemple réalisé des reportages sur un ostréiculteur, un autre sur des confitures artisanales, sur le dernier gardien de phare à Belle-Ile, ou encore sur Miss Monde Sirène ! Il a même nagé avec elle... Si, si, avec une queue de triton ! Ses reportages, qui ne manquent pas d'intérêt, comptabilisent aujourd'hui 4 millions de vues. Ce qui plaît chez Evan, c'est son engagement et son professionnalisme, dans le style d'un véritable journaliste qui s'intéresse aux gens d'ici. Ses reportages sont fait avec passion, et on le ressent. D'ailleurs, c'est lui qui choisit ses sujets. Aujourd'hui, contacté il y a quelques mois par France 3, il anime l'émission du matin dans la région des Pays de la Loire. Il a également plein de projets ! Le dernier, c'était celui de son road trip de 3 semaines en Bretagne, le " minivan d'Evan ". Si vous voulez suivre ses vidéos, c'est par là sur son blog : evandebretagne.blog, sur instagram : www.instagram.com/evandebretagne ou encore sur Facebook : www.facebook.com/evandebretagne 

Le Domaine de Kerguéhennec
<p>Navigation dans le golfe du Morbihan.</p>

Navigation dans le golfe du Morbihan.

Les alignements de Carnac
Rochefort-en-Terre
La Côte sauvage
<p>Rochers</p>

Rochers

La Côte Sauvage, tournée vers l'ouest, s'étend sur 8 km depuis le Château Turpault jusqu'à la Pointe du Percho. Pour y aller, à la sortie de Plouharnel, prendre la direction de Quiberon et quitter la D768, cap sur la pointe du Percho, vue imprenable sur l'océan. Certains aiment s'y promener quand la tempête souffle et que les vagues de l'Atlantique s'écrasent en de sourds grondements sur son mur rocheux de 8 kilomètres. Mais attention à ne pas trop s'approcher du bord, même pour épater la galerie avec la photo du siècle. Au printemps, à l'automne ou l'été, la balade vaut le coup d'oeil. Les plus courageux la feront à pied, peut-être même jusqu'à Beg er Lan, aux portes de Quiberon. Le vélo semble toutefois le meilleur compromis pour profiter du spectacle le nez au grand air iodé du large. Pour découvrir la côte Sauvage en partant du château Turpault, empruntez la route côtière jalonnée de nombreuses aires de stationnement et longez le sentier côtier. Vous découvrirez l'ancien Vivier, le Trou du Souffleur, la fontaine de Port Kerné, la pointe de Kervihan où affleurent les fortifications d'un camp néolithique, Port-Bara et sa grotte visible à marée basse, la plage de Port-Blanc et son arche, la pointe du Percho dominée par les vestiges d'un poste de douanier, et enfin la pointe de Beg en Aud et son camp vénète.

Le Haras national d'Hennebont
La ria d'Etel
<p>L'îlot de Nichtarguer, perle de la ria d'Etel.</p>

L'îlot de Nichtarguer, perle de la ria d'Etel.

A l'origine, une ria est un mot espagnol définissant une vallée fluviale envahie par la mer et formant un estuaire. Aux portes de l'océan Atlantique, Etel offre une vue imprenable sur la barre d'Etel dont la réputation n'est plus à faire, aussi bien pour les marins du cru que pour les plaisanciers. Lorsque la tempête souffle, tout le monde la craint. Si l'on s'enfonce dans les terres et que l'on suit les rives de l'Etel, on arrive au hameau de Saint-Cado, bâti sur un îlot relié par une digue de pierre. La légende dit que le moine qui lui laissa son nom trompa le diable en ce lieu  ! Ce dernier aurait accepté de relier l'île à la rive contre l'âme du premier qui franchirait la digue... Mais, à peine terminée, le moine fit traverser un chat  ! Aujourd'hui on y trouve une chapelle romane du XIIe siècle ainsi qu'un bon nombre d'artistes peintres qui souhaitent immortaliser cet endroit magnifique et ses superbes lumières.

La voie verte

Les voies vertes du Morbihan, c'est 964,3 km de pistes cyclables sur 22 voies vertes. Celle qui relie Mauron à Questembert fait 53 km ; c'est un long ruban, souvent d'asphalte, de l'ancienne ligne de chemin de fer sur laquelle on peut encore admirer ces petites gares d'antan. Son prolongement est prévu au nord pour rejoindre Saint-Malo, avec des connexions aux voies vertes existantes, et la presqu'île de Rhuys au sud par des petites routes tranquilles. Cette voie verte ne sera donc à terme qu'une section d'un itinéraire qui a pour objectif de relier la Manche au golfe du Morbihan. Et cela sans croiser ni voitures ni camions. Ou seulement aux rares intersections. Mais qu'importe. Cette balade à travers la campagne s'adresse à tout le monde, que l'on soit marcheur, cycliste, adepte des rollers, des skis à roulettes ou de la course à pied. Surtout que les pentes sont douces et le bitume net comme un tapis de billard anglais. C'est aussi une manière très originale de découvrir l'arrière-pays, les landes de Lanvaux, l'Oust et le canal de Nantes à Brest, et de nombreuses petites cités de caractère où l'on peut faire une escale, histoire de se reposer. Et si l'on est organisé, on prévoira un panier pique-nique. Eh oui  ! Les efforts, ça creuse. Toujours est-il qu'on n'est pas obligé de parcourir les 53 km dans un sens puis dans l'autre. On peut prendre la voie verte à de nombreux embranchements très bien signalés. Des parkings y sont aménagés pour garer sa voiture. Un grand bol d'air assuré pour petits et grands !

Le golfe du Morbihan
<p>La pointe du Monteno dans le golfe du Morbihan</p>

La pointe du Monteno dans le golfe du Morbihan

Paradis des oiseaux migrateurs et des ostréiculteurs, véritable sanctuaire pour la vie sauvage, les saisons passent en douceur sur la " petite mer  ", " Mor-bihan " en breton. Une petite mer accueillante et secrète, mais qui possède tout de même un sacré caractère si l'on en juge par la violence de ses courants  ! Elle s'étend sur près de 100  km² fermée par la presqu'île de Rhuys et la pointe de Kerpemir près de Locmariaquer  ; pays aux mille visages et aux 300 îles, pays d'eau, de brumes et de lumières, où alternent langues de terre et étendues d'eau salée, on ne sait pas toujours déceler l'eau de la terre... Toutes les six heures, sous l'influence de la lune, le golfe se vide et se remplit, grouillant de vie, véritable paradis pour l'homme, mais aussi pour les poissons, les coquillages et les oiseaux. Il y a diverses manières de l'aborder  ; par air, en hélicoptère ou en avion afin d'embrasser dans sa totalité le joyau dans son écrin  ; à pied, en empruntant les sentiers côtiers mais le tour est interminable tant les côtes sont découpées et percées de vallées profondément encaissées. Et en bateau. Ah le bateau  ! Ne pas résister à l'appel du golfe et s'embarquer, embarquer sur toutes sortes de bateaux, plate, semi-rigide, kayak de mer, voilier, sinagot, navettes, car c'est sans doute le meilleur moyen de découvrir cette perle rare dont les paysages changent au gré des caprices de la météo et des marées. Les civilisations n'ont cessé de célébrer le Golfe qui se trouve au centre de l'ensemble mégalithique le plus important du monde. Cairn de l'île de Gavrinis, un chef-d'oeuvre, Locmariaquer et ses monuments gigantesques - grand menhir qui culminait autrefois à plus de vingt mètres de hauteur, Table des Marchands, tumulus d'Er Grah - ce n'est pas un hasard si l'homme alors nomade du néolithique choisit de sédentariser ici. Douceur et violence mêlées, il se dit que le soleil luit ici tout autant qu'en pays catalan, le golfe ne sombre jamais dans l'artifice, même au plus fort de la saison touristique. Seul un goulet d'un kilomètre de large entre Port-Navalo en Arzon et Locmariaquer sépare le " Mor-Bihan " de l'océan. Vannes, au fond extrême du Golfe, est à 25 kilomètres de la pleine mer.

Les aiguilles de Port-Coton et la pointe des Poulains

Quitte à gagner Belle-Ile-en-Mer, il serait de bon ton de ne pas rater ces deux sites exceptionnels. Le premier, sur la commune de Bangor, a captivé Claude Monet qui, contre vents et marées, déclina les aiguilles de Port-Coton en trente-neuf toiles. Il faut bien avouer que ces roches dentelées ont tout pour inspirer les artistes. Les promeneurs ne pourront échapper à un moment d'émotion, surtout lorsque la mer est déchaînée et que le vent souffle à en perdre haleine. Au nord-ouest de l'île, la pointe des Poulains où flotte encore l'ombre de Sarah Bernhardt s'enfonçant dans l'océan. A quelques encablures, l'îlot des Poulains est dominé par un petit phare. Par temps clair, on peut apercevoir l'île de Groix, Lorient et la baie de Quiberon. A marée basse, l'îlot est relié à la pointe des Poulains par une plage de sable fin et de galets. C'est en amoureux ou en curieux qu'il faut s'y rendre. Et pour que le spectacle soit complet, y attendre le coucher de soleil. A moins de préférer une de ces journées où les éléments sont déchaînés... là aussi, ça vaut le coup d'oeil  ! 800 km de côtes échancrées, des côtes rocheuses, des côtes de sable fin, des côtes qui de l'Europe entière font accourir chaque été des centaines de milliers d'amateurs de douceurs marines. Mais le Morbihan ne saurait se résumer à ses plages et à ses îles, le Morbihan c'est aussi tout un environnement de landes mystérieuses et de légendaires massifs forestiers... dont la mythique Brocéliande. Là, entre Table Ronde et Val sans Retour se profilent Merlin, Viviane, Gauvin ! Le Morbihan  ? Entre légendes et modernités, un monde à découvrir  !

Saint-Goustan

Au pied de la cité d'Auray, ce petit port qui, autrefois rivalisait avec celui Vannes, a gardé un je-ne-sais-quoi de nostalgique. Est-ce son petit pont de pierre du XIIIe siècle qu'il faut franchir ou ses maisons à colombages qui font que le visiteur s'y sente bien  ? Nombre d'artisans ont choisi cette petite enclave hors du temps pour y installer leur atelier. D'ailleurs, tous les ans, en juillet et en août, chaque dimanche, les quais du port se transforment en marché de l'art. L'occasion d'une balade en famille des plus agréables. Fin août, les amateurs de cartes postales et de livres anciens pourront également chiner à loisir et découvrir l'objet tant convoité. Lorsque le soleil est bien luné, les terrasses des cafés et restaurants s'offrent aux badauds le temps d'un verre ou d'un repas. Ensuite, rien de tel qu'une petite balade dans les ruelles étroites de la cité ou le long de la rivière d'Auray. Sur le quai Saint-Martin, les promeneurs pourront admirer trois fontaines qui témoignent de l'histoire de Saint-Goustan. Une journée pour flâner et goûter au temps qui passe.

Reportages & actualités du Morbihan

Découvrez les circuits à vélo dans le Morbihan

Avis