19_pf_169800.jpg
Marché hippie d\'Ibiza©palomadelosrios.jpg

Art, artisanat et mode

L'artisanat dans les Baléares est très diversifié. Maroquinerie, sacs, vestes en cuir et ceintures (les principales zones de production sont la ville d'Inca à Majorque ; Ferreries, Ciutadella et Alaior à Minorque) sont en vente dans tous les magasins spécialisés. Tandis que l'on peut trouver des objets en terre cuite ou en céramique ainsi que des perles dans toutes les îles, Majorque se distingue par l’abondance de son artisanat populaire et la qualité de son verre soufflé. Les broderies locales, entièrement faites à la main, sont d’une finesse très appréciée par les amateurs, ce qui explique leurs prix relativement élevés. À Minorque, l’artisanat des chaussures – les fameuses Avarques – et leur fabrication sont également remarquables, mais on retiendra surtout la bijouterie artisanale. À Ibiza, si de nombreux artisans travaillent le cuir, la vannerie et la sandale en corde demeurent la marque de fabrique de l’île, sans oublier les vêtements et accessoires de mode Adlib ! Les différents marchés hippies d'Ibiza et de Formentera proposent quelques bons produits, ou fabriqués localement, ou importés des Indes.

Les marchés hippies d'Ibiza. À Eivissa, le long de la marina, chaque soir, des petits stands s’installent et vous proposent bijoux, peintures et divers souvenirs. Ce marché n’a pas grand-chose de hippie, mais ressemble plutôt à tant d’autres que vous aurez eu l’occasion de croiser sur vos lieux de villégiature. À Es Canar se tient tous les mercredis le Hippy Market. Vous y trouverez un grand nombre d’artisans qui exposent leurs créations, entre autres choses. À Sant Carles se tient tous les samedis le marché de Las Dalias, assurément le plus dépaysant. La plupart des marchands proposent des produits artisanaux qu’ils ont fabriqués ou qu’ils ont rapportés de leurs périples en Inde. De beaux produits variés pour la plupart (étoles, bijoux, vêtements, cuirs…), et les vendeurs sont décontractés. Vous pourrez même vous délasser devant un thé à la menthe, assis sur des coussins sous une tente à l’abri du soleil. À Sant Jordi le samedi matin se tient un marché aux puces où de plus en plus de hippies mettent en vente leurs marchandises. Intéressant pour ceux qui aiment l’ambiance vide-greniers. À Sant Joan le dimanche matin à partir de 10h30, l'un des plus récents et pourtant l'un des plus authentiques des marchés. Vente de produits artisanaux réalisés par les locaux allant de la nourriture aux œuvres artistiques en passant par les plantes médicinales. Concerts à partir de midi. Ambiance très roots.

Les marchés hippies de Formentera. La Savina : le marché de La Savina s’installe sur le port durant la haute saison touristique. On y trouve de tout ! Pas mal pour flâner avant de prendre son ferry (de juillet à début septembre). Sant Francesc Xavier : le marché de Sant Francesc envahit les ruelles piétonnes du centre du village (de mai à octobre, tous les jours de 10h à 14h). Un marché d’occasion est également ouvert au « Jardí de Ses Eres », derrière l’église de Sant Francesc, les mardis et samedis, toute l’année. Sant Ferran : sur la promenade de la carrer Major, le marché artistique de Sant Ferran rassemble des artistes venus du monde entier exposer leurs œuvres d’art inspirées par l’essence de l’île (de mai à octobre, tous les jours sauf le mercredi et le dimanche, de 20h30 à minuit). Un marché artisanal installe également ses étals trois jours par semaine à Sant Ferran (de mai à octobre, tous les jeudis, vendredis et samedis, de 20h30 à minuit). Es Pujols : le marché hippie d’Es Pujols s’installe sur la promenade tous les soirs d’été (de mai à septembre, tous les jours de 20h à minuit). La Mola : le marché artisanal de La Mola est le seul marché de l’île où les exposants sont tous de vrais artisans/artistes. C’est le marché le plus important et le plus fréquenté de Formentera. Des concerts animent la place centrale pavée de mosaïques multicolores (de mai à octobre, le mercredi et le dimanche, de 16h à 22h). Un parking gratuit se trouve sur place pour accueillir les nombreux visiteurs de l’été !

Enric Majoral, bijoux d'inspiration méditerranéenne. Fils d’artisan né à Sabadell en 1949, Enric Majoral s’est installé à Formentera en 1971. Après des études aux Arts et Métiers de Sabadell – et à l’Université polytechnique de Barcelone –, il fait ses premiers pas en tant qu’orfèvre autodidacte à Formentera, vendant sur les marchés de l’île ses créations contemporaines inspirées, conçues avec tout un panel de matériaux tels que l’or, l’argent, la pierre, le bronze ou les pierres précieuses. Il sera d’ailleurs un des fondateurs, aux côtés d’autres artistes, du marché artisanal de La Mola. Orfèvre, joaillier et sculpteur, sa renommée a dépassé les frontières, de l’Espagne aux États-Unis en passant par la France ou le Mexique. Deux de ses créations de la série Joies de Sorra font partie de la collection permanente du Museum of Arts and Design de New York. La marque a également ouvert une boutique à Ibiza. Ses créations, pleines de poésie et de légèreté, s’inspirent de son île, Formentera, de sa nature expressive et de la douceur des formes qui l’habitent. Enric Majoral travaille aujourd’hui avec son fils Roc Majoral, né à Formentera en 1976, dont la créativité et la vision singulière s’inscrivent dans une continuité de l’esprit Majoral. La maison a même sorti une collection « Posidonia is a jewel » (« La posidonie est un bijou ») qui ne pouvait pas mieux traduire l’inspiration infinie des artistes pour Formentera et les eaux fabuleuses qui éclaboussent ses rives paradisiaques.

À manger...

On trouvera de très bons produits sur les étals des marchés des quatre principales îles des Baléares. Quelques produits se démarquent néanmoins. De vraies petites douceurs à offrir ou à s’offrir. Le fromage de Mahón pour commencer, de son vrai nom queso Mahón-Menorca – afin de répondre à la DO (dénomination d’origine), car la production est répartie sur toute l’île et pas seulement sur la ville de Mahón – est une institution sur l’île. Bien qu’originaire de Majorque, l’ensaïmada, pâtisserie sucrée cuite au four, se déniche aux quatre coins de l’archipel et est sans doute le cadeau le plus emblématique à rapporter des Baléares. Tout aussi célèbre, elle aussi native de Majorque : la sobrassada, charcuterie assaisonnée de sel, paprika et herbes aromatiques, est faite d’une pâte molle qu’il est facile de tartiner sur une tranche de pain. Un régal ! Notons que les îles produisent également des huiles d’olive et des vins de très bonne qualité.

Les Pityuses possèdent quant à elles quelques spécificités gastronomiques, comme le fameux sel d’Ibiza que l’on retrouve dans tous les restaurants et épiceries de l’île. Intimement lié aux salines, le peix sec, est une ancienne spécialité des pêcheurs des îles du sud consistant à sécher le poisson afin de pouvoir le consommer toute l’année. Si le poisson séché peut être élaboré à partir de tous types de poissons, il est aujourd’hui surtout préparé à partir de poissons cartilagineux. C’est le cas de la raie, qui compose la majorité des préparations de poisson séché de l’île. Pêchée au large de Formentera et d’Ibiza, la raie est ensuite conservée dans la glace, le temps de rejoindre la cuisine du pêcheur. Le poisson est alors découpé en longs filets avant de passer une demi-heure à une heure dans la saumure, une préparation naturelle à base d’eau et de sel (fortement concentré) utilisée de tout temps pour la conservation des aliments. Les filets de raie sont ensuite pendus aux branches des genévriers sabine, un arbre typique du paysage de Formentera, où ils pourront sécher au soleil et se nourrir des embruns marins pendant 1 à 4 jours (voire plus), selon l’humidité, le soleil et le vent. Une fois séché, le poisson sera grillé au feu puis émietté avant d’être conditionné dans de l’huile d’olive. Il peut ainsi être conservé des mois durant. Il ne vous reste plus qu’à le déguster, en salade ou sur une tranche de pain grillé.

… Et à boire !

À Minorque, on trouve un gin hérité de la domination britannique. Le gin de Minorque diffère des standards anglais dans sa fabrication et sa présentation : on l’obtient par la distillation d’alcool éthylique d’origine agricole et de baies de genièvre. Mais la grande spécialité des Baléares, cette fois-ci venue d’Ibiza est sans doute la recette des Hierbas Ibicencas (Herbes d’Ibiza). La boisson qui se cache derrière cette appellation est un spiritueux populaire légèrement anisé, préparé depuis des siècles de manière artisanale par les familles de l’île, sans doute inspiré des préparations de moines qui peuplèrent les Baléares au Moyen Âge. Parmi les nombreuses herbes et plantes locales fermentées que l’on retrouve dans la recette (qui varie d’une famille à l’autre, chacune y ajoutant son ingrédient secret), on retrouve presque systématiquement romarin, thym, menthe, lavande, fenouil, verveine, sauge, genévrier, zestes d’orange et de citron. Depuis 1997, la dénomination géographique protégée (denominación geográfica protegida) Hierbas Ibicencas n’est attribuée qu’aux producteurs inscrits sur le registre du Conseil d’Ibiza, garantissant par là une certaine qualité au produit. Un digestif largement consommé sur toute l’île, et même au-delà !

Le vin des Pityuses, enfin, constitue un très bon souvenir gourmet. Si la culture de la vigne est attestée sur les îles depuis des temps anciens, depuis novembre 1996, après l’approbation d’un décret par le gouvernement des Baléares, a été créée la région viticole de « Ibiza » avec comme dénomination officielle Vi de la terra de Ibiza. Un nouveau décret vient préciser le précédent en 2003, autorisant aux vins produits sous la dénomination Vi de la terra de Ibiza quatre cépages pour le vin rouge (cabernet, sauvignon, merlot et syrah) et deux pour le vin blanc (malvasía et chardonnay), et en introduisant de nouvelles normes de contrôle de la qualité. Aujourd’hui, quatre bodegas produisent un vin tombant sous cette appellation : Ibizkus Wines, Sa Cova, Can Maymó et Can Rich, cette dernière étant la seule à produire un vin dit écologique. On pourra visiter les installations de la plupart de ces bodegas, qui ont une capacité de production limitée, sur réservation préalable, ou à défaut, organiser une séance de dégustation avec possibilité d’acheter quelques bonnes bouteilles.

À Formentera, le Monastrell, cépage traditionnellement cultivé sur l’île, domine la production. Deux vignobles sont présents sur Formentera : Cap de Barbaria, situé sur le cap éponyme, et Terramoll, sur les hauteurs de La Mola. Les cépages de Formentera s’épanouissent sur un terrain sableux, ils sont répartis sur toute l’île. La vigne s’est parfaitement adaptée au climat méditerranéen de la plus méridionale des îles Baléares. Les vins sont classés sous l’appellation Vi de la terra de Formentera dans le respect de certains critères de production qui garantissent la qualité du produit. Seuls les vins issus de l’île peuvent prétendre à garnir leurs bouteilles de cette appellation. Les vins de Formentera se caractérisent par leur « robe épaisse », leur teinte violacée et leur arôme fruité.