Climat aux Baléares

Doux en hiver (le thermomètre ne descend que rarement au-dessous de la barre des 0 °C), chaud en été (la température peut alors franchir frôler les 40 °C), le climat des Baléares est typiquement méditerranéen. La température moyenne est de 18 °C et oscille généralement entre 10 °C en hiver et 25 °C en été, et on comptabilise en moyenne 300 jours d'ensoleillement à l'année. Le printemps, comme les mois de septembre et d’octobre, est très variable, mais c’est à cette période que l’on profitera des plus belles lumières et d'une chaleur idéale. Évidemment, pendant l’été, il fait plus chaud et beau (parfois même trop chaud dans les Pityuses), et juillet sonne le début de l’invasion touristique. Ce climat paradisiaque est toutefois en sursis. Le réchauffement climatique mondial pourrait bien avoir des conséquences importantes sur les Baléares. Si bien que depuis peu, les îles s'organisent pour protéger leur fragile environnement.

Climat et saisonnalité

L’hiver dans les Baléares, de type méditerranéen, s’avère délicieusement doux puisque les températures se situent autour de 12 °C. C’est précisément pour cette douceur que nombre d’Européens ont choisi de s’installer dans l’archipel, les mois d’hiver constituant l’époque la plus tranquille. Si le temps peut parfois paraître instable, les journées sont le plus souvent ensoleillées, claires et limpides. Attention toutefois : la température chute le soir avec des nuits bien fraîches ! Ainsi, veste ou manteau ne sont nécessaires qu’à la tombée du jour. Tout au long de la journée, un simple pull peut faire l’affaire, surtout à Ibiza et Formentera, plus méridionales. Au mois de février, les amandiers à Ibiza commencent leur floraison et le nord de l’île se couvre de blanc et rose, en particulier du côté des plaines de Santa Agnès de Corona. Les balades dans le centre de l’île, comme à Sant Mateu, sont alors de toute beauté.

Le printemps et l’automne sont des saisons très variables, mais c’est à ce moment que l’on peut goûter les plus belles semaines de l’année avec un ensoleillement parfait et une température idéale. Il peut y avoir quelques jours d’une pluie sporadique, mais forte. S’il est rare qu’il pleuve pendant une journée entière, cela peut en revanche durer une longue semaine à la période de l’équinoxe. Au printemps toutefois, même sous un ciel orageux, il ne fait pas froid. Quand vient un orage, sitôt après, au plus tard le lendemain, la température remonte à 20/25 °C. Le soleil parvient toujours à réchauffer l’air et à sécher la terre. Malgré ces pluies impressionnantes, l’archipel, à l’image de la péninsule Ibérique, subit la sécheresse depuis plusieurs années. Dernièrement, les pluies sont devenues plus sporadiques et la sécheresse aux îles Baléares a été plus importante que celle des régions dites très arides de la péninsule.

L’été est la grande saison touristique et commence en juin, parfois à la mi-mai pour ceux qui ont la chance de prendre des vacances à cette période précoce. Le temps est chaud et le soleil tape. Le ciel est bleu et l’eau est fraîche (environ 25 °C), mais les plages sont plus calmes. Le soir, la température fraîchit et on supporte une petite laine. Le vent d’est ou levante peut souffler. Juin sonne le début de l’invasion touristique. Évidemment il fait plus chaud, parfois même trop, jusqu’à 40 °C.

Changement climatique et Baléares

Aux Baléares comme ailleurs, le réchauffement climatique mondial a déjà un impact. Il faut dire que le bassin méditerranéen a enregistré en un peu plus d’un siècle une hausse de température supérieure à la moyenne mondiale, soit +1,5 °C. Même dans le cas où les objectifs d’une limitation du réchauffement à 2 °C fixés par les Accords de Paris seraient atteints, les conséquences à prévoir pour les pays que baigne la Mare Nostrum sont préoccupantes. La baisse de la pluviométrie estivale pourrait impacter les productions agricoles. La montée des eaux due à la fonte des glaciers et les inondations à prévoir est une autre menace sérieuse pour les Baléares qui comptent de nombreuses localités côtières. À cela s’ajoute le réchauffement de la surface de la Méditerranée – les îles Baléares comptent parmi les régions les plus touchées par ce phénomène – mais aussi son acidification constante, avec pour conséquence le bouleversement de l’écosystème marin et donc du secteur de la pêche. Le gouvernement des Baléares a voté en 2019 un plan d’action écologique visant à réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.