Guide des Fidji : Les Fidji en 20 mots-clés

Bilibili

C'est le doux nom du transport fluvial local. Un petit raft fait de rondins de bambou enlacés les uns aux autres. Il vous sera permis de tenter l'expérience lors d'une balade sur la Navua River ou la Sigatoka River. Surnommé également le No come back (sans retour), le bilibili fut longtemps le moyen de transport privilégié des habitants de l'intérieur des terres pour rejoindre la côte. Son surnom lui vient du fait qu'il dérivait avec le courant et qu'il ne pouvait pas le remonter en sens inverse. C'est à pied que les hommes remontaient ensuite la rivière.

Bula

Un mot qui, accompagné d'un sourire, résume tout le caractère des Fidji : " bienvenue ". Mais attention, pour lui rendre justice, il faut bien le prononcer. A la fidjienne, le " b " se prononçant " mb ", il faudra donc lancer un tonitruant " mbula " pour être totalement convaincant. En terme de rhétorique, le mot bula signifie à la fois " bienvenue " et " bonjour ", mais aussi " à tes souhaits ". C'est surtout littéralement le mot " vie ".

Bure

On le prononce " buré ". Ce sont les habitations traditionnelles des Fidjiens. Entièrement faites de bois, notamment de cocotier, bâties sur des monticules de terre, elles procédaient d'une tâche commune et villageoise qui prenait plusieurs semaines. Aujourd'hui, il ne subsiste que très peu de bure construits à l'ancienne. Les nouveaux matériaux et le gain de temps ont prévalu auprès de la jeune génération et les habitations sont désormais faites dans de la tôle. Cependant, l'aspect traditionnel séduisant de plus en plus les hôtels à concept, les bure reviennent au goût du jour et la classe ultime consistera justement à loger dans un bure sur la plage et, pourquoi pas, sur pilotis !

Bobo

Il s'agit du massage traditionnel fidjien. Méthode ancestrale transmise de génération en génération par les grands-mères fidjiennes. A la différence des massages polynésiens, le bobo implique principalement la pression du coude et du pouce sur le corps enduit d'huile de coco. L'effet est plutôt thérapeutique que relaxant. A essayer, très souvent propose dans les hôtels.

Fiji Time

" Fiji Time " signifie " à l'heure à laquelle cela arrivera ". Difficile de convenir d'un rendez-vous à une heure précise aux Fidji. Vous apprendrez à prendre votre mal en patience, de toute façon vous n'aurez pas le choix ! Certes, si ce mot n'a rien de " fidjien " littéralement, il fait pourtant partie intégrale de la langue. Employé dans la vie de tous les jours par les fidjiens, vous serez amenés à l'employer régulièrement, bien qu'il sera presque aussi difficile de revenir à l'heure française !

Kava

Bien plus qu'une boisson ou une coutume, le kava est un lien social. Le cérémonial (yaqona) qui accompagne la prise de cette boisson est un moment très fort de cohésion sociale qui rythme le quotidien des Fidjiens. La boisson elle-même n'est qu'une racine de plante pilée et mélangée à de l'eau. Le kava provient de la racine d'un arbuste (Piper methysticum) de la famille des poivriers. On lui prête des effets relaxants, voire même anesthésiants et soporifiques. Ce n'est pas un alcool ni une drogue et aucune accoutumance n'est à craindre. Le kava est cultivé par les hommes et replanté selon la technique du bouturage. Il faut attendre au minimum 18 mois avant de pouvoir le récolter. Plus on le laisse longtemps en terre, plus il sera fort. Aux Fidji, on le récolte rarement avant 3 ans. Puis les racines sont martelées dans une grande bassine. On les enferme ensuite dans un morceau de tissu pour les mélanger à l'eau, tout en gardant les résidus dans le tissu. Le goût du kava n'est pas des plus plaisants et s'apparente à celui de la terre.

Kokoda

Comme dans de nombreuses îles du pacifique, il s'agit du traditionnel plat de poisson cru. La spécificité du Kokoda se trouve dans sa marinade en plus des ingrédients habituels citron, oignon et lait de coco, les Fidjiens rajoutent des échalotes et du chili. Délicieux et rafraîchissant. A goûter absolument.

Lolo

Du lait de coco, en veux-tu, en voilà ! Le lolo, lait de coco, aromatisera donc tous vos plats. Parfois délicieusement dosé, parfois un peu écoeurant, il est présent dans tous les plats fidjiens. La cuisine fidjienne n'étant pas des plus variées ni des plus fines, il faudra vous y accoutumer. Le lolo ou un zeste de citron, ce seront les deux uniques condiments pour relever vos mets.

Mataka

Ce mot résume toute la conception du temps selon les Fidjiens. Synonyme du fameux Fiji Time, Mataka se traduit littéralement par " demain " mais le sens complet serait plutôt " pas la peine de se presser ou de s'inquiéter, il y a toujours demain ! "

Meke

Il s'agit de la danse traditionnelle fidjienne. Concrètement, ce sont des corps masculins, fort bien bâtis et luisants à souhait, qui s'agitent dans une démonstration de force où la danse se mêle au chant et au mime pour raconter l'histoire des guerres fidjiennes.

Musique

Un séjour aux Fidji, c'est aussi un séjour en musique. Celle-ci fait intégralement partie de la vie des Fidjiens, et ce pour notre plus grand bonheur. Il n'est pas un Fidjien qui ne sache chanter ou jouer de la musique (guitare ou percussions), et leurs voix semblent savoir s'accorder entre elles depuis toujours. Ils se mettent à jouer et à chanter à tout moment, dans la plus grande simplicité. Une guitare, un bout de bois, des voix qui s'élèvent, des silences qui ponctuent la mesure... des sons bruts, purs, pour une musique très nuancée.

Propriétaire

Les Fidjiens de souche jouissent d'un statut unique quant à la propriété du territoire des Fidji. En vertu d'une loi très spécifique, garantie par l'acte ALTA, plus de 90 % des terres des îles Fidji appartiennent à des Fidjiens de souche. Un système très particulier, qui rend ces habitants moins vulnérables aux lois du marché. Mais cette restriction ethnique tend à créer des problèmes avec les Indo-Fidjiens, travailleurs immigrés au XIXe siècle, qui représentent plus de 40 % de la population et qui sont obligés de louer leur terre.

Rainforest

Ces forêts humides, ou forêts tropicales, sont extrêmement nombreuses aux Fidji. Elles couvrent près de la moitié du territoire, principalement dans le nord du pays. Taveuni, the Garden Island, en est la plus charmante expression. Très denses et peuplées des plus belles espèces d'oiseaux, les forêts tropicales des Fidji rendent ces îles bien plus attrayantes que leurs voisines du Pacifique.

Ratu

C'est le titre donné au chef du village. Car les Fidjiens vivent encore dans leur grande majorité, sauf sur Nadi et Suva, regroupés en tribus dans des villages placés sous l'autorité d'un chef. Ce dernier a tous les droits, mais aussi le devoir de veiller au bon fonctionnement du village et à la sécurité de ses habitants. Il veille à ce que les tâches soient bien réparties et accomplies dans l'intérêt de chacun. Il est au courant de tout ce qui se passe dans le village. Si nécessaire, il inflige des punitions pour tout manquement à l'ordre moral ou au non-respect des règles de la vie en société. Toutes les décisions lui appartiennent. Il peut même entrer dans n'importe quel bure quand bon lui semble, s'il le juge nécessaire. Il a pour charge d'organiser l'évacuation des ordures et des déchets et de veiller à la sécurité des eaux qui bordent son village.

Rugby

Si les Fidjiens sont chrétiens et méthodistes, ils sont tout autant " rugbyistes " ! Que ça se passe sur le terrain ou devant le poste de télévision, l'euphorie est la même. Il n'est pas de Fidjien qui ne soit pas un supporter. Une place considérable est consacrée à ce sport dans les journaux quotidiens. Le rugby leur sert de critère pour juger d'une société : dans le monde, n'existent que ceux qui ont une équipe et, parmi eux, ceux qui sont bons au rugby et ceux qui ne le sont pas.

Sanga Na Lenga

Une expression très courante qui se traduit simplement par Pas de problème. Utilisée a toutes les sauces, cette formule reflète parfaitement la quiétude générale des Fidjiens. Ils sont ravis d'entendre les visiteurs utiliser cette expression et donc indirectement adopter l'esprit détendu des locaux.

Sevusevu

C'est le nom donné au cadeau que l'on offre au chef du village afin de pouvoir pénétrer sur ses terres ou visiter son fief. Ce cadeau prend concrètement la forme d'une racine de kava, achetée sur le marché pour environ 5 F$. On le présente, en arrivant au village, au messager du chef, qui le remettra par la suite à ce dernier. Souvent, cette offrande est suivie d'une sorte de bénédiction où le chef et ses villageois vous remercient et bénissent votre venue en se livrant à un monologue ponctué de frappes dans les mains. Il s'agit d'une vieille coutume locale et non pas d'une fantaisie touristique. Il est inconcevable de se présenter dans un village sans apporter un sevusevu.

Sulu

Quatre lettres qui désignent une longue tradition fidjienne. Le sulu est en effet le costume traditionnel des îles, une jupe en tissu. De couleur bleu marine, elle est encore très portée et principalement par les hommes. Même dans la capitale Suva, il n'est pas rare de voir les hommes se rendre au bureau, vêtus d'un sulu et d'une chemise.

Tabua

Le ou la tabua est une dent de cachalot, plus exactement une dent prélevée de la mâchoire inférieure du mammifère. Mais c'est aussi et surtout un objet de très grande valeur dans la culture fidjienne que les ancêtres fidjiens arboraient fièrement autour du cou. Dérivé de l'expression tabu ya, tabua signifie " qui est sacré ". Une fois extraite de la mâchoire inférieure du cachalot, la dent subissait un " rite de beauté " avant d'être portée. Elle était d'abord astiquée avec du sable et de l'huile, puis polie avec des feuilles de masi. La touche finale consistait à maintenir la dent huilée au-dessus des vapeurs d'un feu de canne à sucre. On attachait ensuite à ses deux extrémités une cordelette, le plus souvent faite en feuille de pandanus, pour en faire un collier où la dent brillait telle une pierre précieuse.

Tanoa

C'est le récipient en bois sculpté dans lequel on mélange le kava. Elément essentiel du quotidien, le tanoa est un très bel objet d'art fidjien. Il est généralement sculpté dans du bois de vesi, le plus résistant, et pourvu d'une longue corde avec, à son bout, un coquillage. Lors de la cérémonie, on place le coquillage en face du chef du village, le premier à être servi en kava. On considère cette corde comme un cordon ombilical faisant le lien entre les dieux, par l'intermédiaire de leur représentant qu'est le chef du village, et le peuple. C'est dans des coques de noix de coco que l'on boit la mixture de kava contenue dans le tanoa.

Vinaka

Après bula, c'est LE mot fidjien à retenir ! Cela signifie " merci ", et vous serez amené à l'employer mainte et mainte fois tant les Fidjiens sont attentionnés. Pour les impressionner d'entrée de jeu, optez pour la version longue vinaka vaka levu, " merci beaucoup ". L'effort sera largement apprécié. Côté prononciation, accentuez le " a " : " vinaaka ".

Wananavu

" Wananavuuuu ! " s'écrient les fidjiens, ce mot signifie " génial ! " et peut être employé lorsque l'on découvre un endroit. Quelques resorts et restaurants portent également ce nom sur les îles.

Faire – Ne pas faire

Faire

Partager. Les Fidjiens partagent absolument tout de manière désintéressée, vous vous en rendrez compte très vite. Heureusement, ça devient contagieux !

Apprendre quelques rudiments de la langue. Même si c'est inutile, tout le monde parlant couramment l'anglais, c'est appréciable pour les Fidjiens de voir des visiteurs s'intéresser à leur culture.

Offrir des cadeaux si vous êtes invité chez quelqu'un. Racines de kava, corbeille de fruits ou aliments, tout sauf de l'argent (sauf dans les cas exceptionnels où c'est obligatoire).

Ôter ses chaussures en entrant dans une maison. Personne ne vous le reprochera dans le cas contraire, mais tout le monde vous en sera reconnaissant si vous le faites.

Boire beaucoup d'eau en permanence. La déshydratation ne se sent pas tout de suite, mais est monnaie courante aux Fidji.

Ne pas faire

Être trop pressé. Ici, le temps n'a plus d'importance.

Critiquer le régime en place. Les Fidjiens comme les Indo-Fidjiens apprécient leur gouvernement actuel qui souhaite voir les deux communautés davantage sur un pied d'égalité, instaurer une plus grande justice et une meilleure situation pour les pauvres.

S'habiller de manière indécente ou trop légère hors des zones touristiques. C'est considéré, comme partout, comme un manque de respect pour les moeurs locales.

Porter des lunettes de soleil, un chapeau ou parler au téléphone en entrant dans un lieu de culte (hindou, chrétien ou animiste).

Oublier son répulsif à moustiques, sa lampe torche et sa crème solaire. C'est le kit de survie essentiel pour ne pas souffrir !

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées des Fidji

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end pour 2 à Caen !

1 week-end découverte de Caen pour 2 personnes avec l'OT Caen la mer .