Avec ses monuments de pacotille, l'étrange projet Skopje 2014 a donné au centre de la capitale des airs de fête foraine kitsch. Il ne faut pas s'arrêter à cela. Car la ville et ses environs possèdent un charme fou, de formidables atouts et quantité de petits défauts et qualités insoupçonnées qui les rendent particulièrement humaines et attachantes. À l'image de ce jeune pays toujours en construction, la région de Skopje est un espace en mutation, tiraillé entre l'Orient et l'Occident, entre traditions et modernité. Située à quelques kilomètres des frontières serbe et kosovare, l'agglomération compte la vieille ville turque la mieux préservée des Balkans, la plus grande municipalité rom au monde et une concentration de monastères orthodoxes d'une richesse incroyable. Victime d'un terrible tremblement de terre en 1963, Skopje fut presque entièrement reconstruite par des architectes idéalistes héritiers du Corbusier. Les structures futuristes en béton brut côtoient ici les élégants minarets des mosquées ottomanes et les discrets clochers des églises post-byzantines. Marqués par une indicible division entre ethnies, de nombreux Skopiotes vivent surtout dans une grande nostalgie du monde rural. En quelques décennies, la capitale a aspiré plus d'un tiers de la population du pays. Les quartiers les plus modernes prennent ainsi souvent des allures de place de village avec des marchés en plein air dignes de cartes postales et ces inconnus qui s'interpellent avec le ton rustique de vieilles connaissances. Dès le week-end venu, la ville semble se vider. À moins de trente minutes minutes de la place de Macédoine, on retrouve les familles pique-niquant sur le mont Vodno, attablées dans les restaurants de la Skopska Crna Gora ou batifolant sur le lac du canyon de Matka. Cela permet de supporter les étés torrides et hivers glaciaux aggravés par un plan d'urbanisme conçu pour tous les types de circulation sauf celui de l'air. Alors, faites comme les Skopiotes : prenez le meilleur de la ville et fuyez-la pour profiter de ses environs. Quitter Skopje pour mieux la retrouver : c'est ainsi qu'on en tombe amoureux.

Les lieux incontournables de Macédoine

Les circuits touristiques en Macédoine

Découverte de la Macédoine

Destination confidentielle, le pays a pourtant beaucoup à offrir. Ce court séjour permet d'avoir un aperçu de se qui fait la richesse de la Macédoine.

Les secrets de la Macédoine

La Macédoine est un pays souvent encore trop peu connu. C'est pourtant une région à la croisée des civilisations avec de nombreux sites d'intérêts à découvrir, des parcs naturelles et lacs magnifiques...

Photos de Macédoine

Découvrir la Macédoine

Les plus de la République de Macédoine

Une destination confidentielle

Pour les Français, la Macédoine évoque davantage une entrée que le territoire de cette ex-république yougoslave devenue indépendante en 1991. Située au nord de la Grèce, à l'est de l'Albanie, à l'ouest de la Bulgarie et au sud de la république de Serbie, la République de Macédoine est un pays jeune et largement méconnu. Si les structures d'hébergement s'y sont plutôt bien développées dans l'ensemble, la plupart des touristes viennent des pays voisins. Les voyageurs occidentaux y sont encore rares et accueillis avec d'autant plus d'authenticité.

Un environnement naturel intact

La beauté des sites naturels de la République de Macédoine a de quoi séduire les voyageurs les plus blasés. Montagnes et collines, lacs et rivières, autant de régions encore peu touchées par l'activité humaine, principalement en raison de la faible industrialisation du pays. Sur une superficie équivalant à celle du Poitou-Charentes, le pays ne compte pas moins de trois parcs nationaux naturels, destinés à la protection d'une faune et d'une flore originales, composées de nombreuses espèces endémiques. Un milieu naturel comme le lac d'Ohrid possède plus de 200 de ces espèces spécifiques à un écosystème, des invertébrés aux mammifères et aux poissons. La République de Macédoine est une destination idéale pour les amoureux de la nature comme pour les amateurs de randonnée dans des lieux quasiment vierges.

Un riche patrimoine culturel

Au cours des siècles, la région fut tour à tour occupée par les Grecs, les Romains, les Slaves, les Byzantins et les Ottomans. Tous y ont laissé des traces de leur passage, tant dans la culture des peuples autochtones que dans les monuments. De nombreux vestiges archéologiques témoignent de ces influences successives. Toutefois, bien d'autres fouilles restent encore à entreprendre afin de mettre au jour l'énorme diversité culturelle du pays. Avant son annexion à l'Empire ottoman, cette région des Balkans a été le berceau de l'orthodoxie et de l'écriture slave, le cyrillique. Le pays compte un grand nombre de monastères et d'églises datant de cette époque, bien que l'histoire très mouvementée de la région ait souvent empêché leur conservation optimale.

Une cuisine saine et savoureuse

Dans ce pays aux traditions rurales, où les marchés en plein air regorgent de légumes magnifiques, on aime manger de bonnes choses, et en grande quantité. Les viandes ont gardé leur goût d'avant l'élevage intensif en batterie. Et les poissons d'eau douce, comme les truites, les carpes ou les anguilles, figurent également très souvent au menu des restaurants. Avis aux amateurs de bon pain : de nombreux établissements font eux-mêmes le leur, et il est délicieux. Quant aux vins, encore peu connus à l'étranger, ils réservent souvent de bonnes surprises. Outre les vins, les habitants produisent aussi l'eau-de-vie žolta (" la jaune ") ou encore la mastika, cette dernière rappelant l'ouzo.

Les peuples de la République de Macédoine

En République de Macédoine, il faut savoir prendre son temps. Le temps de profiter des paysages grandioses de ce pays de montagnes, mais aussi celui de découvrir les peuples qui y vivent. Slavo-Macédoniens, Albanais, Roms, Aroumains, Turcs, Serbes, Bosniaques : le pays représente une véritable mosaïque humaine. Comme la question de l'appartenance ethnique reste un sujet sensible et parfois brûlant, il faut donc savoir s'adapter aux us et coutumes de chaque communauté. Habitués aux différences, les habitants sont très tolérants en matière de pratique religieuse. On peut ainsi boire de l'alcool dans les régions à majorité musulmane. La communication n'y pose pas de problème, la pratique des langues étrangères étant très répandue, surtout parmi les jeunes générations familiarisées avec l'anglais et l'allemand, mais aussi le français.

Reportages & actualités de Macédoine

Ailleurs sur le web
Avis