Guide de la République centrafricaine : Lexique

Au cours de ces dernières années, l'écriture du sängö a énormément évolué, pour devenir plus simple et plus fluide. Aussi, l'orthographe ci-dessous pourra paraître correcte à certains, sujette à discussion pour d'autres. Nous avons cependant tenté d'en faciliter la compréhension phonique, base du sängö. Les accents marquent les tons. Le " u " se prononce " ou ".

Bonjour : Bara âla / Bara mo

Comment vas-tu ? Mo yeke sêngê ? / Tenga na nye ?

Je vais bien, et toi ? Mbï yeke sêngê, ka mo ? / Yé a ke da pè, mo ke da ?

C'est bon : Sô njönî

Bonne nuit : Lango njönî

Au revoir : Âla gué njönî

Non : In-in (prononcer hin-hin)

Oui : Iin (prononcer hi-in)

Combien ? Ôké ?

Le prix : Ngêrë

Argent : Ginza / Pata (plus courant)

Trop cher : Kuta ngêrë

Qui ? Sô zua ?

Lequel ? Lo sô wa ?

Qui est-ce ? Zua lâ ?

Quel jour ? Längö wa ?

Où, quel ? La ndo wa ?

Où ça, à quel endroit ? Na ndo wa ?

Quel jour ? Längö wa ?

Quand ? Lâwa ?

Demain : Kêkerêke

Aujourd'hui : Lâsô

Heure : Ngbonga

Le soir : Lâkûîi

Bienvenue : Âla ga njônï

Au revoir : Âla gué njônï

Merci : Singila

Une personne : Zo

Homme : Kôlï

Femme : Wâlï

Moi : Mbï

Toi : Mo

Ils, elles : Âla

Papa : Babâ

Maman : Mamâ

Enfants : Môlengê

Frère, soeur : Îtä

J'ai faim : Ndjara a sara mbï

J'ai sommeil : Mbï yé tî lango

Je veux me laver : Mbï yé tî sukûla téré tî mbï

J'ai chaud : Wa a sara mbï/Do a chauffé (plus courant)

J'ai soif : Nzara tî yongoni

Donne-moi de l'eau à boire : Mû na mbï ngû ti nyön

Assiette : Sembê

Cuillère : Papa

Fourchette : Papa tî pëmbë

Couteau : Zembé

Voiture : Auto

Pirogue : Ngö

Taxi : Takasï

Chaussure : Porô

Lit : Gbogbo

Habit : Bongo

Bagage : Kûmgbâ

Le Blanc : Mounjou

La tête :

Les yeux :

Le nez : Hôn

La dent : Pëmbë

La bouche : Langâ

Pluie : Ngu tî nzapa (littéralement : " l'eau de Dieu ")

Vent : Pùpù

Arbre : Kéké

Restaurant : Dâ-kôbe

Viande : Nyama

Poulet : Kôndo

Fruit : Âlê tî këkë

Arachide : Kârâkö

Banane douce : Bulë

Banane plantain : Fondo

Piment : Ndongô

Poisson : Susu

Riz : Lôso

Thé : Chaï

Bière : Samba

Eau : Ngû (froide : tî dê, chaude : ti wa)

Pain : Mâpa

Manioc : Gozo

Cigarette : Manga

Rien : Yé ôko apë

Zéro : Pärä

Un : Ôko

Deux : Usè

Trois : Otâ

Quatre : Usïö

Cinq : Okü

Six : Omenë

Sept : Mbrâmbrâ

Huit : Meambe

Neuf : Gümbêyä

Dix : Balë ôko

Une dizaine : Balë

Onze : Balë ôko na ôko

Vingt : Balë ûse

Cent : Ngbangbo

Tradition : pourquoi mange-t-on de la tarte aux pruneaux le jour du Jeûne genevois ?

Remontons un peu le temps pour comprendre l'origine de la tarte aux pruneaux le jour du Jeûne genevois. Le Jeûne trouve son origine dans un témoignage de soutien après le massacre des protestants lors de la Saint-Barthélemy en 1572. Les protestants genevois auraient instauré le jeûne en commémoration. A l'époque de la Réforme, il était coutume de célébrer le jeûne lors des évènements dramatiques. L'objectif était de laisser champs libre à la prière et à l'humilité en faisant abstinence. Le Jeûne genevois fut rétabli à côté du Jeûne fédéral au XIXe siècle. A Genève, il est célébré le jeudi suivant le premier dimanche de septembre. En période automnale, les pruneaux sont les fruits de prédilection. Il était d'usage de préparer la tarte la veille, de jeûner en journée, et de tous se retrouver autour d'une tarte aux pruneaux en guise de repas du soir, le seul autorisé.

Adresses Futées de la République centrafricaine

Où ?
Quoi ?
Avis