Tournai se présente comme l'une des plus grandes villes de la Wallonie picarde, cette vaste plaine verdoyante située aux portes de Lille, Bruxelles, Mons et Courtrai. Dans cette cité deux fois millénaire (avec Tongres et Arlon, l'une des trois plus anciennes villes de Belgique), les premières traces de sédentarisation remontent à l'époque gauloise. Au IVe siècle, une première enceinte fut édifiée. A la période gallo-romaine succéda la période franque. Le roi Clodion, qui s'y installa vers 431, décida de faire de Tournai sa capitale. La dynastie mérovingienne y régna quelques décennies, puis Clovis lui préféra Paris. Ensuite, plusieurs siècles durant, la ville fut dirigée par un gouvernement d'évêques. La construction de la cathédrale Notre-Dame et du beffroi, tous deux inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco, débute à cette époque (fin du XIIe siècle). Imposante construction d'art roman et d'architecture gothique, la cathédrale est célèbre pour ses cinq tours ainsi que pour son trésor. D'où le surnom de Tournai : " la cité aux cinq clochers ".

L'âge d'or. Du XIIe au XVIsiècle, Tournai connut un véritable âge d'or, grâce au commerce croissant de la laine et de la pierre. Au même moment, un vaste mouvement artistique se développa, à l'origine d'un rayonnement de la ville en Occident à travers l'architecture, la sculpture et la peinture. Mais aussi via d'autres domaines très renommés comme la tapisserie, l'industrie du cuivre, ou l'art de l'enluminure. Tournai a joué un rôle historique, économique, religieux et culturel de premier plan au sein du Comté de Flandre durant le Moyen Âge. Au XVIe siècle, la ville passa sous le contrôle de l'Angleterre, avant un retour éclair vers la souveraineté française, puis son intégration aux Pays-Bas espagnols. Lorsqu'au XVIIe siècle, Tournai repasse sous le contrôle de la France et du roi Louis XIV, celui-ci fit bâtir la citadelle, canaliser l'Escaut et instituera un Parlement. Par la suite sous domination hollandaise, Tournai deviendra belge en 1830.

Les séquelles de la Grande guerre. Durant la guerre 1914-1918, la ville est sous occupation allemande (avec déportations, réquisitions et privations comme ailleurs en Belgique) et à la Libération, les dégâts sont conséquents. Ainsi à la fin de la guerre, le 8 novembre 1918, les Allemands en retraite font sauter tous les ponts de la ville, sauf le Pont des Trous. Les dégâts sont pourtant moindres que lors de la Seconde guerre mondiale durant laquelle, du 16 au 20 mai 1940, le centre est bombardé par la Luftwaffe : 1 732 maisons seront détruites, et 3 500 autres très endommagées.

Lors de la Grande Guerre, l'armée française a défendu des positions dans et autour de Tournai. L'épisode le plus connu est celui des 83 et 84e régiments de la 88e division territoriale française qui subirent de lourdes pertes le 24 août 1914 en tentant de ralentir l'avance allemande. Un " Monument des Vendéens " leur rend hommage. De même, de nombreux soldats anglais sont tombés sur le sol tournaisien. En souvenir de ceux-ci et en vue de préparer la visite de citoyens anglais, un mémorial est depuis peu installé au pied du pont de Fer.

Le centre-ville se régénère. Depuis quelques années, la cité aux Cinq clochers est en chantier et arbore de nouveaux attraits. 51 millions d'euros ont été débloqués à cet effet. Pour clé de voûte du projet, la restauration de la cathédrale Notre-Dame et de ses environs. Mais aussi, dans la foulée, une rénovation profonde des voiries et places du périmètre Unesco, un renouvellement du mobilier urbain et de l'éclairage, une relocalisation de l'office de tourisme (aujourd'hui installé dans un superbe hôtel de maître de la place Paul-Emile Janson, au coeur du quartier Cathédrale). Et le quai des Salines a été réaménagé en vue de faciliter la circulation des piétons, automobilistes et cyclistes, tout en soulignant son patrimoine : les façades classées, le pont des Trous, le pont de Fer, des arbres centenaires...

En janvier 2019, la municipalité décide de détruire le pont des Trous, pourtant classé à l'Unesco et datant du XIIIe siècle, pour le reconstruire en un pont plus moderne... La raison ? Laisser passer les bateaux de plus gros tonnages. L'annonce a provoqué un tollé chez les habitants mais, à l'heure de la rédaction de ce guide, les travaux devaient bien commencer courant 2019...

À voir / À faire à Tournai

Organiser son voyage à Tournai

Photos de Tournai

CHARLEROI MÉTROPOLE

Guide CHARLEROI MÉTROPOLE

CHARLEROI MÉTROPOLE 2019

9.90 €
2019-04-24
240 pages
Avis