Avec ses 141 000 habitants (recensement de 2011), Héraklion est la première ville de Crète et la sixième de Grèce. C'est aussi la capitale depuis 1971, après avoir succédé à Hania (La Canée). Le port de cette cité moderne cerclée d'imposants remparts vénitiens est le plus important de l'île. Victime de la dernière guerre, Héraklion n'est peut-être pas la plus belle ville de Crète et pourtant c'est presque un point de passage obligatoire pour les visiteurs qui débarquent par avion ou bateau sur l'île (hormis ceux qui arrivent par bateau ou avion à Hania ou Sitia !).

Les habitations de la ville sont disparates et ses sites touristiques ne figurent pas parmi les plus beaux de Crète. Mais, malgré cela, Héraklion possède un certain charme distillé par sa fourmillante vitalité, particulièrement plaisante lors d'une promenade vespérale au gré des ruelles animées du centre-ville ; et par ses quelques places calmes et ombragées au pied des églises où l'on observe la vie locale s'écouler tranquillement à côté des ronflements de moteurs. Ville étudiante, Héraklion est dotée d'une population jeune.

C'est l'une des rares villes de Crète (si ce n'est la seule) à n'être pas entièrement tournée vers le tourisme. De taille modeste, cette capitale au plan circulaire présente également des points d'intérêt historiques qui justifient une halte d'une journée au moins dans votre voyage. Du vieux port en remontant vers le centre-ville, vous passerez devant des bâtiments anciens qui témoignent d'un passé glorieux et chargé d'histoire. Les différents occupants de la ville (Arabes, Romains, Byzantins, Turcs) y ont chacun laissé leur empreinte sur ce qui est ainsi devenu un savant mélange de différents styles : fontaine turque, forteresse vénitienne, églises byzantines, etc.

Une visite au musée archéologique se révèle incontournable, ne serait-ce que pour découvrir, concentrés en un même lieu, de nombreux vestiges de la civilisation minoenne et de s'imprégner de cette culture précoce qui a fortement marqué l'histoire de la Grèce et de l'Europe. En termes pratiques, Héraklion est parfaite pour organiser votre séjour puisqu'elle concentre tous les services touristiques (agences de voyages et de locations de voitures) à des prix intéressants.

Histoire

Les premiers habitants du site actuel d'Héraklion, en dehors de quelques habitations isolées, furent les Arabes qui s'y établirent entre 824 et 961. Seules quelques traces permettent d'affirmer que, du temps de la civilisation minoenne, existait à cet endroit un petit port de mouillage servant à Cnossos et qui se serait appelé Iraklia, nom tiré du dieu Héraclès. Les envahisseurs arabes installèrent à cet emplacement une ville fortifiée qui devint rapidement la plaque tournante de l'esclavage dans l'est de la Méditerranée. Cette ville s'appelait El Khandak en raison des larges et profonds fossés qui entouraient les remparts, car khandak signifie " fossé " en arabe. Ce nom fut modifié en Khandakos, lorsque les Byzantins menés par Nicéphore Phokas en devinrent maîtres en 961. A leur tour, les Vénitiens s'en emparèrent et modifièrent le nom en Candie qui devint rapidement le nom de désignation de l'ensemble de l'île. Pendant les quatre siècles au service de la République, Candie connut une importante croissance et s'agrandit considérablement. Les principaux édifices furent alors construits, servant de relais à l'autorité de Venise. C'est à la même époque que les notables de la République s'y construisirent de superbes demeures secondaires dans la vieille ville. Entre 1648 et 1669, un long siège de 21 ans mit néanmoins fin à la prospère domination italienne, relayée par les Turcs. Héraklion fut ainsi la dernière ville de Crète à tomber sous le joug des envahisseurs turcs. La France de Louis XVI a d'ailleurs participé, brièvement et sans succès, à cette lutte aux côtés des Vénitiens en 1668 et 1669.

Avec l'arrivée des Turcs, la ville changea à nouveau de nom pour devenir Megalo Kastro (Grande Forteresse). Pendant les deux siècles suivants d'occupation ottomane, Héraklion perdit de son prestige et de sa grâce pour n'être plus qu'une base militaire autoritaire. Après ces années sombres, l'indépendance et le rattachement à la Grèce en 1913 marquèrent le renouveau. Cependant en 1941, l'occupation de l'armée allemande annonça le début d'une autre période difficile, heureusement plus courte, mais dont on peut encore percevoir les stigmates laissés sur la population crétoise. Depuis les années 1960, Héraklion est devenue le symbole de l'ouverture de la Crète au tourisme de masse et c'est ainsi qu'en 1971 elle reprit son statut de capitale de l'île, succédant à la ville de Hania alors jugée trop excentrée et moins dynamique. Centre administratif et financier de la Crète, Héraklion est aujourd'hui le relais de toutes les décisions et initiatives qui profitent aux habitants de l'île, comme toute capitale digne de ce nom.

Les lieux incontournables d'HÉRAKLION

Organiser son voyage à HÉRAKLION

Photos d'HÉRAKLION

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

12.95 €
2019-01-30
384 pages
Ailleurs sur le web
Avis