Avec un peu plus de 35 000 habitants, Rethymnon est la troisième ville de Crète. Située à mi-chemin entre Héraklion et Hania, cette ville est, comme toute la côte nord de l'île, submergée par les touristes l'été. Cependant, le chef-lieu de la préfecture a su préserver un certain charme et un côté provincial, grâce à son vieux centre et ses ruelles piétonnes très animées.

Sa forte population estudiantine fait que la vie ne se meurt pas en hiver dans le petit port. On y passe volontiers une ou deux journées, et les possibilités d'excursions aux alentours sont multiples.

Le quartier historique, entre le port vénitien et l'imposante forteresse, avec ses ruelles et ses maisons vénitiennes et ottomanes, ses petites places, ses minarets et ses fontaines offre un cadre très agréable de promenade. Tous les points d'intérêt sont concentrés dans le coeur historique de la ville délimité par les rues Dimakopoulou, Gerakari et la place Iroon. La principale artère de ce quartier est la rue commerçante Arkadiou. Ceux qui souhaitent s'imprégner de l'atmosphère de la ville trouveront sans difficulté une chambre dans le quartier historique.

Côté nature, la ville de Rethymnon a également la chance de posséder en son centre une longue plage de sable (13 Km) qui part du port vers l'est en direction de Perivola et qui n'est jamais complètement bondée, même au plus fort de l'été. L'eau de mer y est, bien entendu, moins propre que dans les petites criques isolées, mais la plage présente l'avantage d'être surveillée. Le nombre de cafés, tavernes et disco-bars, qui s'alignent le long du front de mer de Rethymnon, est impressionnant...

Histoire. Un cimetière minoen témoigne de l'activité de Rethymnon, alors appelé Rithymna, sous l'Antiquité. Cette ville était alors un port important de Crète, mais l'époque byzantine vit un ralentissement de son activité. Avec l'occupation vénitienne, Rethymnon devint le lieu de passage obligatoire entre Héraklion et La Canée (Hania). La ville se développa alors avec frénésie, les Vénitiens la dotant de ses remparts, de sa citadelle (Fortezza), de fontaines, d'une grande horloge solaire et du plan de sa vieille ville (une rue principale d'où partent des ruelles menant aux églises). Alors que les remparts furent précocément détruits en 1571 par le pirate Haïredin Barberousse, l'invasion ottomane de septembre 1646 mit un terme définitif à cette période de croissance et de prospérité. Des mosquées avec minarets furent alors érigés et les Turcs adornèrent leurs maisons bourgeoises de balcons en encorbellement en bois, modifiant le visage de la ville. Au cours des siècles suivants, Rethymnon fut oubliée de tous, mais une partie de la population se rebella lors de la lutte pour l'indépendance contre les Ottomans. Remise de ses plaies, cette ville s'est, depuis les années 1960, tout comme le reste de la côte nord, tournée vers le tourisme avec succès. On peut aujourd'hui apprécier les traces architecturales du passage de différents peuples dans la ville, qui lui confèrent un caractère unique et mettent le visiteur en contact direct avec l'histoire de la Crète.

Les lieux incontournables de RETHYMNON

Organiser son voyage à RETHYMNON

Photos de RETHYMNON

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

12.95 €
2019-01-30
384 pages
Ailleurs sur le web
xiti
Avis