Surface de 30 km² (Gavdopoula 2,5 km²). Situé à 32 milles nautiques au sud-est de Paleohora (entre 3h30 et 4h de traversée), à 22 milles nautiques au sud de Hora Sfakion (2 heures 30 min de traversée), et à seulement 170 milles nautiques des côtes africaines en face de la Libye, Gavdos était le point le plus au sud de l'Europe communautaire avant que Chypre ne rentre dans l'Europe des 25. Une chaise en bois de 3 m de hauteur scellée au bout du cap Tripiti tourné vers le nord le symbolise. L'atmosphère est particulière sur Gavdos. On sent là, plus qu'ailleurs, la proximité de l'Afrique et un contact direct avec des éléments naturels vierges de toute pollution. Une donnée importante à prendre en compte : mieux vaut se laisser de la marge quand on décide d'aller à Gavdos car on peut très facilement rester bloqué plusieurs jours. Bref... si pour une raison ou une autre, vous voulez vous déconnecter de la frénésie ambiante, Gavdos est l'endroit qu'il vous faut...

La population permanente officielle de l'île se situe entre 50 et 60 habitants mais il est fréquent que les pêcheurs italiens de passage en hiver par exemple soient intégrés dans les chiffres. Les infrastructures touristiques sont embryonnaires : l'île ne s'est ouverte au tourisme que depuis peu de manière quelque peu anarchique avec des constructions temporaires à tendance définitive tout à fait illégales. Tributaires du coût du transport pour l'approvisionnement en nourriture et en gasoil notamment, les habitants essaient tant bien que mal de s'en sortir. Mais les mois d'hiver sont longs, et la plupart de ceux qui restent sur l'île ont tendance à se noyer dans le psicoudia... Du nord-est au sud-ouest, le relief monte graduellement jusqu'à environ 400 m avant de descendre abruptement dans la mer Libyenne. Au nord et à l'est, le paysage est relativement verdoyant alors que, dans certaines parties de l'île, il est presque lunaire : les chèvres et l'abandon progressif de toute culture provoquent une érosion des sols irréversible. Une espèce rare de genévriers (le genévrier de Phénicie), remarquable par sa taille qu'on trouve principalement dans le nord-ouest de l'île, tente de survivre grâce au programme européen Natura 2000 qui a inclus Gavdos dans son programme de protection. Karave, le port de l'île, se situe à l'est. En fait, juste une jetée avec un kafeneion et quelques chambres à louer. La capitale Kastri ressemble plus à un hameau et se trouve au centre de l'île. A part Sarakiniko qui s'est développé ces dernières années, les autres endroits (Vatsiana, Ambelos et Korfos) ressemblent plus à des lieux-dits à moitié désertés. En été, la population augmente sensiblement avec l'arrivée des touristes qui, pour beaucoup, pratiquent le camping sauvage et s'installent parfois pendant plusieurs mois dans des abris de fortune ou sous les arbres à proximité de la mer. Les autres se partagent entre Sarakiniko et Korfos. Les routes sont pour la plupart des pistes, quelques kilomètres seulement sont goudronnés. Ce qui explique l'état général et l'apparence poussiéreuse des véhicules. Il existe un bus qui va de Karave à Agianis par Sarakiniko et ne fonctionne que lors des arrivées et des départs de bateaux. Sinon, les gens qui proposent des chambres peuvent vous amener avec leurs véhicules (pick-up, tracteur ou minibus) gratuitement si vous louez une chambre chez eux. Il y a une épicerie à Sarakiniko qui fait aussi kafeneion (souvent en rupture de stock) et une autre mieux approvisionnée avant Agianis. Mais en règle générale, si vous choisissez de rester quelques jours, achetez ce dont vous pourriez avoir besoin à Paleohora ou à Hora Sfakion. Ce sera de toute façon moins cher.

Histoire. Des fouilles ont révélé que l'île était habitée à l'âge de pierre (des objets fabriqués en silex y ont été découverts). Pas grand-chose de l'époque minoenne, à part quelques ruines sur Gavdopoula. Mais il y a un grand nombre de tombes situées près de la plage de Lavrakas qui pourraient dater de cette époque. Creusées à travers une couche de calcaire dur jusqu'à la terre meuble, elles forment des grottes où se trouvent des pièces de 4 m x 6 m auxquelles on accède par quelques marches. Elles n'ont fait l'objet d'aucune préservation et sont maintenant remplies de sable et peu à peu recouvertes par les dunes. Les tombes ont probablement été ouvertes à l'époque romaine. Plus tard, les Romains se sont installés et ont construit un port, également à Lavrakas, qui se trouve aujourd'hui sous les eaux, à 3 m de profondeur. Une statue sans tête a été découverte, près de là, par l'archéologue britannique Spratt (aux alentours de 1850) ; elle se trouve au British Museum de Londres. Saint Paul, en 64 de notre ère, y a fait naufrage alors qu'il était emmené à Rome pour y être jugé.

Pendant la période arabe et byzantine (de 824 à environ 1200), l'île était un repaire de pirates. Soit les habitants de Gavdos ont été vendus comme esclaves, soit ils se sont réfugiés dans la région de Sfakia. Le port de Lavrakas a été abandonné, et un nouveau lieu d'ancrage a été choisi qui est l'actuelle baie de Sarakiniko. Les Vénitiens (qui l'ont appelée alors Gozzo) ne se sont pas particulièrement intéressés à l'île et ce sont les Turcs qui ont finalement résolu le problème des pirates. En 1881, date du premier recensement, Gavdos comptait 417 habitants, tous chrétiens.

En 1880, une compagnie française construisit un phare (qui vient d'être rénové) sur les hauteurs dont la lumière se voyait à 40 milles nautiques. L'île ne devint une communauté indépendante qu'en 1925. Pendant les années 1930 et la dictature de Metaxas, communistes et opposants au régime étaient envoyés sur Gavdos. Ils ont construit une maison qui se trouve sur le côté est de la plage de Sarakiniko. Ensuite, c'est l'histoire du dépeuplement progressif de l'île. Certains se sont installés à Paleohora et ont fondé le quartier Gaviotika, en dessous du fort. En marge de l'histoire, selon les Gavdiotes, l'île serait l'île de Calypso, où Ulysse aurait été gardé prisonnier par la nymphe pendant six ans.

Les lieux incontournables de GAVDOS

Organiser son voyage à GAVDOS

Photos de GAVDOS

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

12.95 €
2019-01-30
384 pages
Ailleurs sur le web
Avis