Le guide touristique Dubrovnik du Petit Futé

Dobro došli u Dubrovnik !

Bienvenue à Dubrovnik ! (Re) découverte par les Français et par les opérateurs low-cost qui assurent des vols directs en été depuis Paris, Lyon, Genève..., Dubrovnik s'est hissée en tête du hit-parade des destinations estivales à la mode. Située à l'extrême sud de la Dalmatie, avec le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine pour voisins, cette cité slave aux accents méditerranéens n'a jamais cessé de crier son amour de la liberté, mis en péril lors du conflit yougoslave du début des années 1990. Et, pourtant, du haut des remparts de la vieille ville, l'histoire de cette splendide cité médiévale, classée patrimoine mondial de l'humanité, semble s'être arrêtée au XVIe siècle, à l'époque où la république de Raguse rayonnait sur l'ensemble de la Méditerranée.

Loin de n'être qu'une ville d'art et histoire, Dubrovnik et sa région laissent chacun profiter comme il l'entend d'un soleil généreux et d'une eau profondément bleue. Plongée, planche à voile, kayak, bateau, baignade, randonnée, farniente : la liste se décline à l'infini, d'île en îlot, de crique en riviera, de ruelle en tour fortifiée. Lokrum, Šipan, Lopud, Koločep, Mljet, Korčula... sont autant de synonymes insulaires du mot paradis. La côte, où s'étendent vignobles et oliviers à perte de vue, réserve quelques belles plages et d'agréables surprises gastronomiques. Avec leur Dingać et Plavac - vins corsés aux subtils arômes - et leurs tavernes rurales, la presqu'île de Pelješac, le Konavle et l'intérieur des terres de l'île de Korčula raviront plus d'un gourmet. Enfin, Mostar la ravissante Bosnienne ou les majestueuses bouches de Kotor monténégrines seront l'occasion d'escapades inoubliables. C'est ce savoureux mélange, au fort goût de revenez-y, que vous livre le Petit Futé dans ce guide remis à jour.

Hélène Bienvenu

Remerciements : un grand merci à l'office du tourisme de Croatie à Paris ainsi qu'à l'ensemble des offices du tourisme de la région de Dubrovnik, en particulier celui de Korčula et à Ana Orlović pour l'office de Dubrovnik. Hvala également à Vesna et Jadran Gamulin ; à Sasha et ses comparses de D'Vino ; à Mike pour son accueil, à Mélanie Eude Fromentin pour ses bons plans ; Tamara & Zorán pour leur accueil et bons plans à Mljet, à Lucija et Darko Perojevic, à Alexandra Cram, ainsi qu'à Sanja et Jon pour leurs précieux conseils à Dubrovnik.

Galerie photo Dubrovnik

Idées de séjour Dubrovnik

Un long week-end à DubrovnikHaut de page

Pour découvrir Dubrovnik en 3 jours, suivez le guide !

Jour 1. Pénétrez dans la vieille ville de Dubrovnik par la porte Pile. Cette impressionnante porte en pierre doublée d'un pont-levis est surplombée par une statue de saint Blaise, le protecteur de la cité. L'aspect actuel (extérieur) de la porte date de 1537. Descendez les escaliers et vous arrivez sur le Stradun (officiellement appelé Placa), la rue principale de Dubrovnik, où tout commence et tout finit ! Stradun était autrefois un canal qui séparait Raguse (la latine) de Dubrava (la slave) - située en face. Celui-ci a été définitivement comblé au XIIe siècle et la rue a été finalement pavée en pierres de Brač au XVe siècle pour être recomposée après le tremblement de terre destructeur de 1667. La blancheur de cette artère majeure est presque aveuglante l'été. Par temps de pluie, le Stradun se transforme en véritable miroir (voire patinoire !). Vous voilà donc dans la vieille ville, ceinturée de remparts. Afin de mieux en saisir la géographie, un petit tour en hauteur s'impose. Prenez tout de suite sur votre gauche après avoir pénétré par la porte Pile et accédez à la promenade des remparts, longue de 2 km. Construit entre le VIIIe et le XVIe siècle, le système de fortifications de la vieille ville de Dubrovnik - qui résista au séisme de 1667 - en impressionnera plus d'un. C'est ainsi que Raguse pensait se protéger des attaques ennemies en provenance avant tout de la mer. En réalité la République ragusaine, virtuose diplomate, n'en aura guère eu besoin. C'est peut-être finalement lors du siège de Dubrovnik que les remparts auront véritablement rendu service à la population locale, qui y trouva refuge.

Compter 2 h pour un tour complet (de 2 km). Une fois de retour à la porte Pile, empruntez le Stradun. Sur votre droite, c'est la fontaine d'Onofrio della Cava, qui porte le nom de celui qui l'a façonnée, soi un architecte milanais d'importance pour Dubrovnik, qui se chargea de l'approvisionnement de Raguse en eau depuis la Rijeka Dubrovačka à plusieurs kilomètres de là. Très endommagée par le tremblement de terre de 1667, puis par les bombardements de 1991, elle a été reconstruite à l'identique après chacun de ces événements destructeurs. Sur la droite, en face de la fontaine, s'élève l'Eglise Saint-Sauveur qui présente une jolie rosace Renaissance. C'est la seule église qui ait résisté entièrement au séisme. Continuez par la visite du monastère franciscain, en avançant sur la gauche. Une légende dit que l'ordre des franciscains de Dubrovnik aurait été instauré à la suite d'un voyage de saint François d'Assise lui-même, en direction de la terre sainte. Ce qui est sûr, c'est que les disciples de saint François se sont installés dans la ville au XIIIe siècle et intra muros au XIVe siècle. Ne pas manquer de vous ressourcer à l'ombre du splendide cloître et de ses chapiteaux sculptés, dont l'ensemble a été peu affecté par le tremblement de terre de 1667. Le petit musée vaut aussi le coup d'oeil pour se faire une idée de la Raguse d'autrefois et pour admirer quelques peintures historiques. En sortant, faites vos emplettes dans la pharmacie des franciscains, une des plus vieilles d'Europe. Ses tenanciers perpétuent encore et toujours le précieux savoir-faire des religieux. Retour à l'éblouissant Stradun. Avec tout cela vous avez bien mérité un café ! Arrêtez-vous donc au café Festival. Après avoir rendu honneur à l'art de vivre croate, continuez tout droit sur Stradun en jetant à gauche et à droite des regards sur les ruelles et rues qui en partent, que vous aurez tout le loisir d'explorer un peu plus tard. Arrêtez-vous sur la place de la loge dite Luža. La statue qui l'orne c'est celle d'Orlando (Roland). Roland, chevalier de Charlemagne, héros de nombreuses légendes et épopées (comme La chanson de Roland, par exemple) incarne la liberté, une vertu chère au coeur des Dubrovnikois. La statue se tient là où se trouvait autrefois un marché. Son bras droit servait de mesure aux commerçants ragusains. En face sur la place se trouve le palais Sponza, ancien palais des douanes et présentement bâtiment des archives, c'est un parfait exemple d'architecture locale à la croisée des genres entre gothique et Renaissance. Au bout de Stradun, se tient la Tour de l'horloge, construite en 1444 à l'origine et reconstruite en 1928. A côté, c'est la petite fontaine d'Onofrio. Continuer tout droit en direction du vieux port (Stara Luka). Déjeunez-y, pourquoi pas, à Lokanda. Pour digérer, laissez-vous allez au plaisir d'une balade sur la jetée du vieux port, dite " Porporela ", construite du temps des Habsbourg. Retournez sur vos pas et visitez l'exposition du palais Sponza sur le siège de Dubrovnik. La grande église, qui s'élève au sud de Luža, est dédiée à saint Blaise. Prenez le temps de l'admirer de l'intérieur ainsi que les vitraux d'Ivo Dulčić, artiste de Dubrovnik. Face à l'église, le bâtiment qui fait l'angle de la place Luža et de la large rue Pred Dvorom est devenu l'hôtel de ville ainsi que le théâtre Marin Držić. Le palais fut construit en 1303, détruit par un incendie en 1817 et entièrement reconstruit en 1864, dans un style Renaissance italienne, il abritait le grand conseil de la république de Dubrovnik. Le bâtiment attenant, c'est la palais du recteur. C'est ici que battait le coeur de Raguse : c'est là que résidait le recteur, personnage clé de la cité, gouverneur de la cité-Etat ragusaine, qui ne pouvait rester au pouvoir qu'un mois. Comme on y stockait autrefois de la poudre, le palais a explosé et a été réédifié dans un style distinct et se présente dans un style Renaissance, agrémenté de quelques touches baroques.

En face, c'est la cathédrale de Dubrovnik. Pénétrez à l'intérieur, visitez le trésor, riche en reliques. Prenez ensuite les petites ruelles qui partent de la cathédrale vers le sud de la ville et les remparts. Finissez votre journée par un verre au bar sur les rochers dit " buža ". De là, vous pouvez plonger dans l'Adriatique.

Jour 2. Démarrer votre journée derrière la cathédrale, par un petit tour au marché touristique de la vieille ville, situé Gundulićeva Poljana (place Gundulić), une mignonne placette qui débouche sur l'église jésuite, splendeur baroque, dont l'escalier monumental date de la reconstruction post-tremblement de terre (de 1667). Ensuite, prenez au choix les ruelles ou repassez par Stradun pour rejoindre le fort Saint-Jean où se trouve le musée maritime. La flotte de Raguse était une des plus importantes au monde, ce musée en retrace l'évolution. Juste à côté se trouve l'aquarium. Faites une pause pour déjeuner. Passez par le vieux port afin de rejoindre le palais Sponza et continuez tout droit, derrière le palais en direction du monastère des dominicains. Avec les franciscains, les dominicains étaient chargés de surveiller les entrées en ville, puisque chacun des deux ordres se trouvait à une extrémité de Raguse. Prenez votre temps pour arpenter les voûtes suaves du cloître et pour visiter le musée du couvent (riche en peintures ragusaines des XVe - XVIe siècles), ainsi que l'église. Regagnez Stradun et tournez dans la ruelle Žudioska, abritant une jolie synagogue sépharade, qu'il serait dommage de ne pas visiter. Promenez-vous dans les ruelles parallèles et dans Prijeko. Traversez Stradun et explorez les ruelles du côté opposé, elles regorgent de cafés et d'échoppes.

Jour 3. Commencez par la visite de l'exposition très poignante sur les guerres de Yougoslavie (et autres guerres récentes) dans la galerie War photo limited, située dans une des ruelles montant vers les hauteurs de la vieille ville. Puis rendez-vous à Ploče, le quartier qui s'étend à l'est de Dubrovnik, après la porte du même nom. Visitez le musée d'Art moderne, dont les expositions temporaires sont souvent intéressantes et prenez le téléphérique pour monter jusqu'au sommet du mont Srđ. Ce funiculaire, très populaire auprès des Dubrovnikois avait été inauguré du temps de la Yougoslavie. L'institution a fortement souffert des attaques de la JNA (Armée populaire yougoslave) en 1991 et ce n'est qu'en 2010 qu'elle a pu reprendre du service. Admirez la vue qui s'offre à vous. Puis redescendez à Ploče, pour finir votre journée sur la plage de Banje.

Dubrovnik en une semaineHaut de page

Cette idée de séjour propose de découvrir Dubrovnik et sa région en une semaine. Un module de 3 jours est suggéré en option pour effectuer 3 jours d'excursions à Mostar (Bosnie-Herzégovine) et Kotor (Monténégro).

Pour les trois premiers jours, suivre les indications données pour un séjour court.

Jour 4. Démarrer la journée par la visite de la galerie Dulčić - Masle - Pulitika, consacrée à la génération du renouveau de la peinture dubrovnikoise au XXe siècle. Ce trio de peintres avait en commun un même goût de la couleur et des paysages de la région de Dubrovnik.

Sortir de la vieille ville par la porte Ploče et passer devant le bâtiment des Lazareti. C'est là que les étrangers et commerçants venant de loin étaient mis en quarantaine avant de pénétrer à l'intérieur des remparts. Raguse avait établi des règles strictes en matière d'hygiène et ces lazarets figurent parmi les rares en Europe a avoir été préservés (et transformés en club). On continuera par un petit tour à la forteresse Revelin, en contrebas de laquelle il est possible de prendre un verre et bénéficier d'un panorama sans égal.

Regagner la vieille ville et visiter le musée ethnographique dit Rupe, l'ancien grenier à blé de Raguse ou plutôt son lieu de conservation. Avant de mettre le cap sur le fort Saint-Laurent (Lovrijenac), situé à l'extérieur des remparts perché à 37 m de hauteur, qui offre lui aussi une vue splendide. L'été, on y joue des pièces de Shakespeare, l'endroit s'y prête à merveille.

Enfin, on finira la journée par une petite promenade du côté de Pile et de Boninovo, jusqu'à Danče et son église à croquer, ainsi que sa plage.

Jour 5. Cette journée se décompose en une visite du quartier de Gruž et d'une après-midi sur l'île de Lokrum. Depuis la vieille ville, prenez le bus 6 jusqu'à l'arrêt du port de plaisance de Gruž. C'est au-delà de Gruž que s'étend la nouvelle ville de Dubrovnik, et que résident la majorité de ses habitants, pour autant Gruž ne date pas d'hier, bien au contraire, le quartier articulé autour du port et de la Rijeka Dubrovačka qui s'y jette, était déjà investi par la noblesse ragusaine qui s'y fit construire de somptueuses villas. Ce quartier tranquille est propice à la promenade. Parcourir la Lapadska obala (à Lapad) jusqu'à rejoindre Gruž et son marché très animé. Laissez-vous tenter par quelques fruits et menus victuailles, que vous dégusterez sur l'île de de Lokrum, où nous mettons le cap ! Pour vous y rendre, reprenez le bus 6 jusqu'à Pile, traversez la vieille ville et rendez-vous dans le vieux port pour prendre un bateau pour Lokrum. Cette île classée réserve naturelle est un véritable paradis végétal et abrite nombre de criques de charme à seulement 20 minutes de Dubrovnik en bateau. Perdez-vous dans ses pins et son ancien monastère, baignez-vous dans le petit lac d'eau chaude et dans l'Adriatique. Et n'oubliez pas de reprendre le bateau !

Jour 6. Cette journée sera entièrement consacrée à la visite des Elaphites. De nombreuses agences proposent une expédition d'une journée sur les trois îles, déjeuner sur le bateau à la clé. Cela dit, avec trois îles en un jour, le programme est chargé ! Pour ceux qui préfèrent, c'est tout à fait possible de partir seul, via les ferrys de G&V line et surtout de Jadrolinija et de rejoindre Šipan, Koločep ou Lupud. Lopud est la plus connue des îles Elaphites, et pour cause, elle dispose d'une longue plage de sable (Šunj). Les autres îles n'ont pas d'aussi longues étendues de sable à proposer mais elles ne manquent ni de criques, ni de charme. En tout cas, ces îles d'un accès rapide et facile depuis Dubrovnik (port de Gruž) sont un must pour qui veut goûter à la luxuriance de la végétation ragusaine, ponctuée de quelques villas patriciennes et églises centenaires.

Jour 7. Cette dernière journée est consacrée à une excursion supplémentaire, à Cavtat cette fois-ci. En été, il est très facile de se rendre du vieux port de Dubrovnik à Cavtat en bateau depuis le vieux port (ou en bus, toute l'année). Préférez le bateau qui offre une jolie balade sur les flots le long de la Župa Dubrovačka et ses plages. Cavtat est la capitale du Konavle, une région montagneuse et fertile, aux franges de la république de Raguse, à la frontière avec le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine. C'est de Cavtat (anciennement Epidaure) que sont partis les fondateurs de la cité de Raguse. Cavtat est aujourd'hui une adorable cité balnéaire qui a l'avantage d'être riche en histoire. On ne manquera pas de visiter la maison de Vlaho Bukovac, consacrée à ce grand artiste croate, originaire de la ville. Ainsi que le mausolée de la famille Račić, signé de la main du maître Meštrović. Il y aussi l'église Notre-Dame-des-Neiges. Enfin, on lézardera sur l'île de Supetar ou on se promènera le long du front de mer.

Jour 8 : baie de Kotor (Monténégro). La baie de Kotor se situe dans le prolongement du Konavle dalmate. Cet espace particulièrement pittoresque comprend des villes historiques, des îles monastères et des criques de charme. Commencer l'excursion par la cité d'Herceg Novi, fondée au XIVe siècle. Baladez-vous dans ses ruelles et arpentez ses placettes. Passez à Risan - la plus ancienne localité de la baie - pour son monastère et sa fresque romaine. Visitez le site de Perast et ses deux îles églises.

Jour 9 : baie de Kotor (Monténégro). Continuez votre périple par la ville de Kotor, plus à l'est. 900 ans d'histoire se lisent sur les pierres de sa vieille ville et de sa forteresse. Si vous en avez le temps, goûtez à l'atmosphère spécifique de Budva, jolie ville devenue le St-Tropez monténégrin.

Jour 10 : Mostar (Bosnie-Herzégovine). Reprenez la route vers Dubrovnik et le nord (le temps de trajet n'est pas à négliger si vous venez du Monténégro) pour vous diriger vers Mostar, perle de la Bosnie-Herzégovine. Cette cité du XIVe siècle, terre de mixité, porte encore les stigmates du récent conflit yougoslave. A Mostar, tout est dédoublé, l'est de la ville est ottoman, l'ouest croate. Visitez turbes, cimetière, églises et synagogues. Passez le célèbre pont reconstruit, sous lequel coule la Neretva vert émeraude. Le soir venu, immiscez-vous dans sa vie nocturne et culturelle.

Séjour thématiqueHaut de page
Séjour nature, détente et sportifHaut de page

Ce séjour combine farniente et détente active, il se décline au fil de la région de Dubrovnik.

Explorer les plages. En commençant par celles de Dubrovnik, certes, pas les plus belles de la région mais tout de même ! Plongez depuis le fort rocheux à Buža. Profitez de la plage de Banje à Ploče, de celle de Sv. Jakov, de Šulic et des plages des hôtels de Lapad.

Passez une journée à lézarder à Lokrum, petit bijou insulaire, posé à quelques centaines de mètres seulement de la vieille ville.

Ne manquez pas, dans la région, les plages de sable de Šunj (île de Lopud), de Koločep, de Lumbarda (Korčula) et de Trstenica à Orebić (Pelješac).

Faites du kayak à Dubrovnik et autour des îles Elaphites. La pureté de l'eau, le beau temps assuré, la tranquillité des flots rendent la pratique du kayak très agréable. De nombres agences de voyages organisent diverses expéditions autour de la pagaie.

Plongez le long de la riviera sud, notamment à Cavtat (île de Supetar), sur l'île de Mljet ou à Pelješac - à Žuljana par exemple. Si vous êtes déjà bien rôdé(e), c'est l'occasion de vous faire plaisir ! Si vous n'en avez jamais fait, c'est le moment où jamais de vous initie.

Rendez-vous sur l'île de Mljet, près de la moitié de son territoire est classée parc national. Une île très verte qui se prête particulièrement bien aux longues promenades, aux randonnées, au VTT et, bien sûr, à la baignade.

Faites de la planche à voile dans le canal de Pelješac, entre Orebić, Viganj et Korčula. Il est aussi possible de faire du jet-ski un peu partout dans la région, et de louer des bateaux (pour ceux qui disposeraient d'un permis).

Randonnez à Korčula, des agences francophones y proposent des circuits. Ailleurs, les plus robustes se lanceront dans l'ascension du mont Sv. Illija (Pelješac) et du mont Srđ à Dubrovnik (à éviter en pleine canicule...).

Baladez-vous au vert, dans le Konavle sur les sentiers balisés de l'arrière-pays de Cavtat. Il est même possible de pratiquer l'escalade dans la région.

Circuit culturel de Cavtat à KorčulaHaut de page

La région de Dubrovnik est pétrie par l'histoire, et ce depuis plus d'un millénaire. Le rayonnement de cités comme Raguse et Korčula ont laissé de nombreuses constructions et institutions qui réjouiront les assoiffés de culture.

Dubrovnik constitue le point de départ de ce séjour. Ville médiévale fortifiée, classée patrimoine mondial de l'Unesco, elle conjugue avec éclat les styles gothiques, gothico-Renaissance, Renaissance et baroque. Détruite en partie en 1667, puis en 1991, elle a toujours été reconstruite avec soin. Parcourir le Stradun jusqu'à la place de la loge (Luža), visiter le palais Sponza, le palais du recteur, l'église Saint-Blaise, la cathédrale, l'église jésuite, les monastères franciscain, dominicain et leurs églises respectives. Assistez au festival d'été de Dubrovnik, à une projection en plein air au Kino Jadran, à un concert éclairé à la bougie dans la petite église Saint-Sauveur ou à une représentation de l'orchestre folklorique linđo. Ne pas oublier de s'élever jusque dans les hauteurs du mont Srđ via le téléphérique récemment reconstruit, c'est là que Napoléon et ses troupes édifièrent un fort, le fort royal.

Cavtat et Konavle, prévoyez une escapade du côté de cette région riche en traditions folkloriques. Cavtat est une jolie cité balnéaire au passé millénaire. Visiter le mausolée de la famille Račić, l'église Notre-Dame-des-Neiges (qui comporte des tableaux de Vlaho Bukovac), et l'église Saint-Nicolas, ainsi que dans la résidence du recteur à Cavtat - qui abrite la collection historique de Baltazar Bogišić. Dans le Konavle, ne manquez pas la forteresse Sokol kula, les moulins sur la Ljuta, ainsi que le musée ethnographique de Čilipi et ses spectacles touristico-folkloriques le dimanche sur le parvis de l'église. Le soir venu, assistez à un concert de klapa, à l'occasion du festival de Cavtat (en été).

Cap à l'est en direction de Tresteno et de son délicieux arboretum, un des plus beaux de Croatie. On y verra bien sûr, des plantes issues des quatre continents, rapportées par les marins et commerçants de la République, mais on y trouvera aussi un vieux pressoir à olives, une remarquable fontaine, une petite église et on profitera d'une vue exceptionnelle sur l'Adriatique.

Ston sur la presqu'île Pelješac, continuez dans cette direction jusque-là. Rattachée à la république en 1326, l'entrée de la presqu'île de Pelješac est marquée par l'isthme de Ston. La région est riche en sel, denrée précieuse que le gouvernement ragusain décida de défendre à l'aide d'une muraille de plus de 5 km. C'est la plus longue d'Europe, elle relie Ston à Mali Ston, petit village qui vit de l'ostréiculture. Ston et Mali Ston méritent bien une halte de quelques heures. Ston est une ville médiévale tout en pierre, où les rues sont construites à angle droit.

Le port d'Orebić, continuez à parcourir Pelješac jusqu'à l'atteindre, face à l'île de Korčula. Orebić vaut le détour pour ses belles villas de capitaines, que les marins de la ville se sont fait édifier une fois atteint l'âge de la retraite. A voir aussi, le musée de la Marine et le monastère franciscain perché sur les hauteurs.

Pour rejoindre l'île de Korčula, traversez le canal de Pelješac depuis Orebić. La deuxième île la plus peuplée de l'Adriatique peut être fière de son architecture médiévale. La vieille ville de Korčula est une petite merveille. Visitez ses églises, parcourez ses ruelles décorées de loggia vénitiennes, visitez ses musées ainsi que la maison Marco Polo, où serait né le célèbre navigateur, du temps où l'île était sous souveraineté génoise. Prenez vos billets pour une représentation de moreška, danse martiale traditionnelle unique en son genre. Parcourez l'île de Korčula sur les traces du général napoléonien Marmont. Et, enfin, faites étape dans le village de Žrnovo, célèbre pour la taille de ses pierres.

La route des vins et des gourmetsHaut de page

La région de Dubrovnik s'avère un petit paradis gastronomique. Voici un itinéraire spécialement conçu pour les gourmets.

Première étape (à Dubrovnik) : le marché de Gruž. C'est le plus grand de la ville et facile d'accès depuis la vieille ville. C'est ici que les producteurs locaux viennent vendre leurs fruits et légumes. C'est l'occasion de renouer avec le goût originel des clémentines, des figues, des citrons... La halle attenante est réservée aux poissons. A l'occasion, on se procurera huile d'olive, apéritifs et alcools de la région. Le marché de la vieille ville de Dubrovnik est considérablement plus cher et moins authentique.

Continuez par un repas dans un bon restaurant de poisson de Dubrovnik (contrairement à ce que l'on pourrait croire, ils ne sont pas légion) et goûtez au risotto noir. En dessert, dégustez la roseta, crème brûlée ragusaine. Si vous en avez l'occasion, essayez aussi la torta od Skorupa, à base d'amande, de blanc d'oeuf et de crème fouettée, le gateau du temps de la noblesse ragusaine. Pour dîner, direction le restaurant Dubrava, dans le village de Bosanka ou un peu plus loin, avisez des tables estampillées agroturizam comme dans le Konavle. Régalez-vous d'un plat préparé à la peka, cette fameuse cloche que l'on recouvre de cendres incandescentes et qui livre deux heures plus tard viandes et crustacées rôtis, presque caramélisés.

Deuxième étape : la région du Konavle. Le Konavle est une région fortement agricole (et viticole), les environs de Ljuta, traversés par la rivière du même nom sont peuplés de moulins et de restaurants traditionnels tels que Konavoski Dvori, où l'on sert des mets cuisinés sous la peka ainsi que des plats de poisson d'eau douce.

Troisième étape : Pelješac. Arrêt incontournable de toute virée culinaire, Mali Ston est un petit village réputé pour ses huîtres et ses fruits de mer, élevés sur place. Les espèces d'huîtres que l'on cultive à Ston ont disparu de nos horizons trop pollués. Les restaurants de Mali Ston sont délectables. Mais ne manquez pas de " gober " quelques huîtres fraîchement détachées de leur parc, juste à l'entrée du village, on vous les sert agrémentées d'un filet de citron. Un vrai délice ! En dessert, tentez le gateau de pâtes de Ston à la cannelle.

Plus l'on avance dans la presqu'île de Pelješac et plus les vignobles se font denses. C'est ici que l'on produit les célèbres dingač, plavac, plavac mali, postup, rukatac. Les caves sont alignées le long de la route, notamment au niveau du village de Dingač, de Potomje, Trstenik, Ponikve. Allez faire un tour chez Grgić ou Matuško, les producteurs stars de la région. Mais il y en a bien d'autres à découvrir !

Quatrième étape : Korčula. La route des vins se prolonge au-delà du canal de Pelješac, sur l'île de Korčula, où l'on produit de bons vins blancs comme le Grk - du côté de Lumbarda ou le pošip, un vin blanc sucré qui accompagne bien les plats de poisson. Justement, parlons poisson, Korčula étant une île, on y sert nombre de spécialités de poisson et de fruits de mer. Comme le brodet de Korčula. Cette goûteuse préparation est servie tantôt en soupe, tantôt en ragoût. La base de la recette comporte au moins trois variétés différentes de poissons, ainsi que des moules, des langoustines, des oignons, des tomates, de l'ail et du laurier. Il vous faudra aussi tester au makaroni de Žrnovo (petit village de l'île), sorte de pâtes à la bolognaise avec davantage de viande et préparés à base de pâtes artisanales. En dessert, on se régalera de cukarini. Et pour digérer le tout, on aura recours à des alcools aromatisés : lozovača / Loza (distillé à partir de raisin), travarica, aniseta (à base d'anis), la mrtina (à base de myrte) ou encore la smokvica (alcool de figue). A tester aussi sur l'île, les restaurants affichant un panneau " agroturizam " utilisant légumes et matières premières produits sur place.

Ailleurs sur le web

Toutes les bonnes adresses DUBROVNIK

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté