Déployée sur les côteaux surplombant le Rhône, Bourg-lès-Valence jouxte Valence au nord. On ne distingue guère les deux villes aujourd'hui. Pourtant ce ne fut pas toujours le cas ! Dès l'Antiquité, la colonie romaine de Valentia occupe un site au bord du Rhône et y implante un port. S'ajoutera le pouvoir sprituel et temporel des chanoines de l'église Saint-Pierre. Au Moyen Age, la petite communauté bourcaine forme une entité séparée de Valence, ceinte de remparts distincts. Le Valentinois rattaché à l'empire germanique reste aux pouvoirs des seigneurs locaux. L'évêque de Valence règne en maître. Les chanoines de l'église Saint-Pierre et les seigneurs de Crussol ont, pour leur part, la main sur le petit port du Rhône, lieu de transit et de commerce entre les rives d'Empi et de Riaume. Petit à petit ensablé, le port se déplacera vers le sud, où il se situe aujourd'hui.
A l'instar de Valence, au XIVe siècle, la communauté du Bourg obtient quelques libertés municipales. Au XVe siècle, le Valentinois devient français. Le XVIe siècle consacre l'épanouissement de la cité bourcaine avec la naissance des premières manufactures à proximité des canaux. La riche famille de Genas établie à Valence possède un domaine dans la campagne bourcaine. Les guerres de religion causeront la ruine de l'église Saint-Pierre et de tous les édifices religieux valentinois. Au XVIIe siècle, l'évêque de Valence, partisan de la révocation de l'Edit de Nantes, fait construire une vaste demeure d'agrément au lieu-dit de Saint-Barthélémy qui deviendra le domaine du Valentin.
Au XIXe siècle, Bourg-lès-Valence connaît une importante croissance industrielle. Louis Dériard, venu de Givors, installe une verrerie sur les quais du Rhône. Noël Sanial fait construire une énorme usine textile, destinée au traitement de la soie et du coton, qui tombe en faillite quelques années plus tard. L'Etat rachète le vaste domaine pour y établir une cartoucherie nationale. En 1850, Bourg-lès-Valence perd une partie de son territoire avec la création de la nouvelle commune de Saint-Marcel-lès-Valence.
Aujourd'hui, la petite cité, dotée d'infrastructures modernes et d'une population de 19 000 habitants est la quatrième ville du département. La petite ville, qui jouxte Valence au nord, est agréable à vivre et abrite deux fleurons régionaux, son ancienne cartoucherie réhabilitée devenue un haut lieu de l'image animée (studios Folimage et autres) et, verdure au coeur de la ville, le domaine du Valentin (lycée et exploitation agricoles de pointe dans les anciens jardins épiscopaux).

À voir / À faire à Bourg-lès-Valence

Préparer son voyage à Bourg-lès-Valence

Photos de Bourg-lès-Valence

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

DRÔME - ARDÈCHE

Guide DRÔME - ARDÈCHE

DRÔME - ARDÈCHE 2017/2018

Des montagnes enneigées du Vercors aux plaines du Rhône, des collines du Facteur Cheval aux champs de lavande et aux moulins à huile de la ...

Extrait gratuit
Acheter le guide
9.95 €
432 pages

Reportages & actualités de Bourg-lès-Valence

Exploration sensorielle à Bourg-lès-Valence

Située à Bourg-lès-Valence, l'association Vice & Versa se donne plusieurs objectifs. Tout d'abord, ouvrir un accès à la culture pour tous, notamment aux publics empêchés par des handicaps. Également, permettre à un public non handicapé de prendre conscience des différences qui l'entourent. Enfin, favoriser l'échange et la compréhension...

Festival Vice & Versa

Ce festival, manifestation culturelle autour du handicap et de l'intégration, fête son 12ème anniversaire. Chaque année, cette belle manifestation pluridisciplinaire ouverte à tous les publics s'attache à permettre un accès à la culture à des publics qui en sont parfois exclus (handicap physique, sensoriel, mental et/ou social), que ce soit...

Voir toutes les actus
À découvrir sur le Petit Futé
Ailleurs sur le web
Avis