S'il ne reste que peu de chose de la forteresse occupée par les Anglais en 1364, le haut de la butte de Saint-Alban est toujours occupé par un château médiéval, dont la première mention est faite au XIVe siècle, mais de construction plus ancienne. Les routiers, qui dévastèrent le Gévaudan pendant la guerre de Cent Ans, ne réussirent pas du premier coup à prendre possession de la demeure du baron d'Apcher. Ils y parvinrent au début du XVe siècle et abattirent alors son donjon.

L'ensemble de l'édifice a été largement reconstruit à la Renaissance puis au XVIIe siècle. La cour avec ses galeries intérieures est splendide et, sur la façade restaurée d'ocre jaune, l'encadrement des fenêtres et le fronton triangulaire du portail tranche de leur arkose rose, cette sorte de grès local. L'ensemble a conservé le plan défensif du Moyen Age, mais présente de nos jours l'aspect d'une riche demeure d'agrément, aux ornements très travaillés. L'intérieur montre encore des décors peints, lambris, plafonds et parquets anciens en accord avec le mode de vie de la famille de Morangiès qui l'a habité à partir de 1608 et l'a vu ériger en marquisat. Au XIXe siècle, le château a été transformé en asile d'aliénés par un curieux personnage, Hilarion Tissot. L'établissement psychiatrique, qui a aussi été un lieu de résistance poétique avec le passage de Paul Eluard et d'autres surréalistes, s'est maintenu à Saint-Alban dans des formes modernes. Quant au château, victime d'un incendie en 1973, il a depuis été restauré par le conseil départemental et a retrouvé sa splendeur. Plus bas, au centre du bourg, une église, dont le chevet date du XIe siècle, présente une belle voûte en berceau et une abside parfaite, percée d'ouvertures à colonnettes.

A l'extérieur, on peut voir un antique sarcophage et l'imposant clocher-peigne à trois baies. Le village porte le nom d'un saint martyr anglais du IVe siècle dont les disciples sont venus fonder un monastère en Margeride, à l'emplacement de l'actuelle église. Depuis, Saint-Alban a compté nombre de moines et religieux en ses murs, qui ont notamment pris en charge l'accueil des pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Les contrées alentour offrent de délicieuses promenades au bord de la Truyère et de la Limagnole, l'une vers le pont des Anglais (toujours eux !), l'autre vers le moulin du Franquet. Plus au nord, Lajo (chapelle et fontaine de Saint-Roch sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle) permet en hiver une activité de ski de fond. Vers le sud, on atteint Fontans et sa petite église du XIIIe siècle. N'hésitez pas à faire une balade jusqu'au moulin des Estrets : le site est magnifique et le bâtiment, parfaitement conservé.

À voir / À faire à Saint-Alban-sur-Limagnole

Organiser son voyage à Saint-Alban-sur-Limagnole

Photos de Saint-Alban-sur-Limagnole

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

9.95 €
2018-06-20
240 pages
Avis