De l’aéroport au centre-ville aux Baléares

Selon l'île sur laquelle vous arrivez, plusieurs options s'offrent à vous, à prévoir avant l'atterrissage. Si vous vous rendez à l'hôtel, voyez avec ce dernier s'il propose un service de navette aéroport. Autrement, il est possible de louer un véhicule directement à l'aéroport ou de recourir aux services d'un taxi (environ 40 € pour rallier le centre-ville).

Pour vous déplacer d'une île à l'autre, le bateau reste la solution la moins chère et la plus pratique. Il existe, certes, des vols entre Ibiza, Majorque et Minorque, mais les prix sont souvent élevés. A l'intérieur de chaque île, même si les réseaux de bus sont relativement bien développés, la solution la plus commode demeure la location d'un véhicule.

Arrivée en bateau aux Baléares

Depuis la France, on pourra rejoindre en ferry la ville d'Alcúdia (Majorque) depuis Toulon en environ 15h de voyage (Corsica Ferries). De là, plusieurs compagnies maritimes s'occupent des liaisons inter-îles. On peut également rejoindre les Baléares en ferry depuis Barcelone (Majorque et Ibiza). Pour ce qui est de Formentera, le bateau est la seule et unique option d'accès (depuis le centre-ville d'Eivissa et les localités alentour).

Transports en commun aux Baléares

Présents partout, ils sont très économiques mais pas très confortables en plein mois d’août. Quelques bus n’ont pas la climatisation et sont souvent bondés en pleine saison. Les offices de tourisme donnent tous les renseignements sur les trajets, les horaires, la fréquence et les conditions avantageuses d’utilisation (cartes). On peut vous donner aussi des dépliants aux arrêts principaux. Attention à ceux qui reviennent de la plage, les chauffeurs n’acceptent pas les touristes torse nu… Côté ferroviaire, les seuls trains que vous pourrez prendre aux Baléares seront ceux de Sòller et Inca (à Majorque).

Aux Baléares, c'est en bateau que l'on se déplace ! Plusieurs compagnies maritimes se partagent les liaisons avec la côte et les trajets inter-îles. Avec Trasmediterranea et Balearia vous pourrez aller d’une île à l’autre sans difficulté. De nombreuses petites entreprises proposent des liaisons de plage en plage. Sur les ports, faites le tour des possibilités qui s’offrent à vous.

Vélo, trottinette & co aux Baléares

Petite et écolo, Formentera offre un cadre idéal pour les amateurs de vélo. L'île étant sillonnée de « routes vertes », vous pourrez facilement remplacer la voiture par un vélo pendant votre séjour, à condition de disposer de quelques jours sur l'île, qui n'est pas si petite (autrement, préférez un scooter). Dans le reste des îles, vous aurez besoin d'un véhicule motorisé pour vous déplacer. Le scooter peut être une bonne option à Ibiza ou Minorque, si vous n'avez pas l'intention de quadriller ces îles, sachant que les trajets ne sont jamais très longs. Beaucoup de vacanciers optent pour ce choix, en particulier à Ibiza, pour rejoindre les plages environnantes. En revanche, vous aurez impérativement besoin d'une voiture pour explorer Majorque, car l’île est beaucoup plus grande.

Avec un chauffeur aux Baléares

Les tarifs des taxis sont moins élevés qu'en France, attention cependant aux divers suppléments qui peuvent vite faire grimper les prix.

Tarif journée : prise en charge 3,12 €, puis 1,08 €/km.

Tarif soir et week-end : prise en charge 4 €, puis 1,24 €/km.

Supplément ports et aéroports : 2,90 €.

En voiture aux Baléares

Conduite. Votre permis de conduire français suffit. La vitesse est limitée à 90 km/h sur route, 120 km/h sur les autovies et 50 km/h en ville. Le port de la ceinture est obligatoire et celui du casque pour les motos et les mobylettes également. Les amendes sont élevées.

Stationnement. On ne se gare ni sur les trottoirs ni aux arrêts d’autobus. En certains endroits, les policiers sont particulièrement sévères. Il y a des zones bleues (payantes) dans toutes les villes, mais aussi des zones réservées aux résidents (vertes). Ne vous garez en aucun cas sur ces places vertes, au risque de devoir aller récupérer votre véhicule à la fourrière. Les blanches sont gratuites (vérifiez qu'il n'y a pas d'horaires à respecter).

Routes. L'état général des routes est bon, même si dans les petites îles, elles peuvent être meurtrières : l’humidité tombe la nuit et les routes, recouvertes de terre et de poussière, deviennent un parfait terrain de glissades. Certaines routes, devenues trop étroites pour le nombre de voitures qui y circulent, sont vraiment dangereuses.

Quelques consignes que vous ne pouvez pas ignorer : le taux d’alcool autorisé dans le sang est de 0,5 g par litre. Cela correspond à deux bières ou deux verres de vin. Il est interdit aussi de conduire sous les effets de drogues et de stupéfiants ou autres substances, et même après avoir pris des médicaments pouvant altérer l’aptitude physique ou mentale requise pour la conduite des véhicules motorisés. C’est donc comme à la maison, sauf qu’ici les policiers ne sont pas toujours très compréhensifs avec les touristes.

Stations-service. En général, vous ne trouverez d’essence que dans les villes ou grandes stations balnéaires. Faites donc attention au niveau de votre plein et n’hésitez surtout pas à passer à la pompe avant l’heure…