shutterstock_1747362389.jpg
shutterstock_747216466.jpg

Préhistoire

Les plus anciennes formes d’expression artistique découvertes dans les îles Anglo-Normandes sont des pierres gravées datées de 15 000 ans. Découvertes aux Varines, elles sont ornées de motifs abstraits, lignes et dessins concentriques gravés avec un outil en pierre. Après ce développement créatif caractéristique du Magdalénien, les premières communautés sédentaires s’établissent sur l’île. Les rites funéraires s’organisent, comme le montrent certains dolmens qui sont désormais interprétés comme des sépultures collectives en raison de la présence d’ossements. Le mégalithe de La Hougue Bie, dans la paroisse de Grouville, est le plus important site de l’époque néolithique de toute la région. Guernesey abrite d’étonnants vestiges en roche sculptée : « le gardien du tombeau » (dolmen de Déhus, près de Port Bordeaux), représente un chasseur armé ; du haut de son 1,65 m, la stèle de la « Gran’mère du Chimquière » (grand-mère du cimetière) était réputée protéger la fertilité des jeunes mariés.

La collection du Guernsey Museum and Art Gallery abrite les trouvailles archéologiques locales, notamment gallo-romaines. On peut y découvrir des poteries datant de la romanisation des îles.

Vers les temps modernes

D’où vient saint Hélier, représenté sur les vitraux et qui a donné son nom à la capitale de Jersey ? Le moine Hélier est en vérité un ermite venu de Belgique pour se retirer à Jersey au VIe siècle. Le saint vécut sur le rocher où se dresse désormais la chapelle qui porte son nom. Après la christianisation de la population, la communauté monastique est très présente, jusqu’à l’arrivée des Vikings. Leur implantation est telle que leur culture balaie les précédentes. Par la suite, l’adoption du protestantisme se traduit par une austérité dans tous les domaines, en particulier artistiques.

Il faut attendre le XIXe siècle pour que les atouts des îles Anglo-Normandes inspirent les peintres, tout d’abord anglo-saxons. Le romantique William Turner (1775-1851) dessine en 1832 une série de vues de Saint-Peter-Port. William Lionel Wyllie compose de magnifiques marines. Plusieurs peintres de cette époque sont présentés au Jersey Museum, Art Gallery & Merchant’s House dont John Le Capelain (1812-1848). Né à Londres, ce paysagiste se forme à la lithographie avant de se lancer dans la peinture en autodidacte. L’aquarelle lui permet d’affiner les effets de brume de ses vues de Jersey. Un recueil de ses paysages a d’ailleurs été offert à la reine Victoria lors de sa venue sur l’île.

Victor Hugo, l’artiste

Après le coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte, Victor Hugo se réfugie sur les îles. Il y passera quinze années fructueuses à plusieurs égards. Il s’exile tout d’abord à Jersey de 1852 à 1855, puis à Guernesey. On peut considérer Hauteville House, sa maison de Guernesey, comme l’une de ses œuvres tant il lui a accordé d’attention. Dans la maison fraîchement restaurée, chaque pièce, chaque élément de décoration exprime un peu de la personnalité de Victor Hugo. En plus des chefs-d’œuvre de la littérature que chacun lui connaît, Victor Hugo dessine et pratique la photographie, un art alors balbutiant. En famille, il réalise à Marine Terrace, sa maison de Jersey entre 1852 et 1855 qui n’existe plus aujourd’hui, des dessins médiumniques, bien avant les messages automatiques des surréalistes. La famille Hugo découvre le spiritisme en 1853. Dès lors, ils font ensemble « parler les tables », sous les mains de son fils Charles, le médium du groupe. Les tables dictent des mots et des formes qui, après avoir été retranscrites sur le papier, exercent une influence déterminante sur la créativité de Victor Hugo. Il évoquera dans ses écrits les manifestations de Léopoldine, sa fille disparue, dès les premières séances. Les dessins réalisés par le biais du spiritisme sont d’une liberté stupéfiante. Des formes énigmatiques tracées à la plume et au lavis d’encre brune émergent sur le papier. Ces dessins intrigants et d’une beauté indéniable font de Victor Hugo un précurseur, en plus de confirmer ses talents de dessinateur. À ce corpus d’œuvres, il faut ajouter ses explorations photographiques. Là aussi, Hugo est un pionnier. Il reconnaît avant ses contemporains le double potentiel de la photo : fixer la mémoire et nourrir la créativité. Il installe un atelier photographique à Marine Terrace puis à Guernesey. Seul ou avec Charles et Auguste Vacquerie, il remplit des albums entiers. Il se fait archiviste de l’histoire des exilés en accumulant les portraits, parfois rehaussés de peinture ou de collage. Toutes sortes de paysages et de mises en scène photographiés alimenteront ses écrits et ses dessins jusqu’à la fin de sa carrière. Ses expérimentations plastiques, follement innovantes pour l’époque, sont restées dans la collection de la Maison Hugo, à Paris et Hauteville.

Renoir, impressions de Guernesey

L’impressionniste Auguste Renoir (1841-1919) peint une série de paysages et de fleurs durant son séjour à Guernesey en 1883. La baie et la plage du Moulin Huet apparaissent dans tous les paysages qu’il réalise au cours de ce mois. Anecdote amusante, les guides de voyage recommandaient déjà à l’époque ce site aux artistes. Depuis Victor Hugo, les îles étaient synonymes de créativité sans frein. De nos jours, un parcours Renoir invite à visiter l’île différemment, en marchant dans les pas de l’artiste. Comptez deux petites heures pour la balade. L’inspiration vous gagne ? Le peintre Frances Lemmon propose de vous initier aux techniques impressionnistes, lors d’ateliers en plein air, dans le parc de Candie Gardens, à Saint-Peter-Port.

De nos jours

Aujourd'hui encore, les artistes sont séduits par la palette lumineuse régionale. À Aurigny, l’artiste Bennt Bengtsson a ouvert la première galerie permanente. La Passage Gallery (aux Rocquettes), réunit un atelier et un lieu d’exposition, et dispose de deux jardins de sculptures. Parmi les artistes exposés, la Belge Isabelle van Brussel, la Grecque Olympia McEwan ou encore Tobias Hanbury et Christopher Rowley, tous deux d’Aurigny.

Pour s’imprégner de l’énergie contemporaine, le Saint-Helier Art Trail combine art public et randonnée. Le circuit, organisé par ArtHouse Jersey, fait découvrir les talents locaux : les paysages surréalistes d’Abi Overland, les fresques graphiques de Bokra graphiques, les événements picturaux de Will Bertram ou encore les motifs rafraîchissants de Keelie Spriggs. La relève est assurée !