shutterstock_395908210.jpg

Religions occultes et culte de la magie

Longtemps isolées, les îles de la Manche sont souvent apparues inhospitalières aux habitants du continent. Elles sont ainsi devenues le lieu de culte de religions occultes. Et cela doit aussi beaucoup aux invasions régulières des Vikings. En outre, les îles sont parsemées d’un grand nombre de monuments mégalithiques, menhirs et dolmens, qui démontrent la présence inhabituelle de l’homme dans des zones aussi éloignées. La population locale a longtemps attribué leur présence à l’œuvre de fées et leur prêtait des pouvoirs magiques. La sorcellerie et la magie sévissent alors dans les îles, bien plus qu’au Royaume-Uni ou que sur le continent. Ces croyances païennes ont perduré dans l’archipel au moins jusqu’au début du IIe millénaire. Et même aujourd’hui, nombreuses sont les croyances qui perdurent encore ou du moins font grandement partie de l’imaginaire collectif, comme la superstition, les mythes, les fées, les sorcières, etc.

Vers le christianisme

À partir du Ve siècle, les îles sont peu à peu christianisées par saint Hélier à Jersey, saint Sampson à Guernesey, saint Magloire et saint Mannelier à Sercq. Les moines vont alors devoir faire face à la menace normande. Les Vikings envahissent les îles, tuant les religieux et favorisant ainsi les traditions païennes locales. Pourtant, la construction d’églises et de chapelles va déjà bon train. L’évêque de Coutances est nommé supérieur spirituel. Encore une fois, l’éloignement des îles les rendant peu intéressantes pour les autorités ecclésiastiques, les superstitions y étaient monnaie courante. Sous Édouard VI, la Réforme touche tardivement les îles et y connaît un large succès. Au cours des guerres de religion en France, les protestants prennent la fuite pour se réfugier dans l’archipel. Ils y répandent le calvinisme. Les chapelles funéraires, les églises, fresques, sculptures et toutes les autres représentations sont détruites ou recouvertes d’une peinture blanche. Ce qui pourra être vendu le sera au profit de la Couronne britannique. Les habitants, contraints de changer leur religion colorée et bruyante pour une autre, inflexible, se tournent vers la magie dès la fin du XVIe siècle. Jusqu’au XIXe siècle, les pratiques magiques seront courantes et les procès en sorcellerie pas moins nombreux. Aujourd’hui chaque paroisse des bailliages de Jersey et Guernesey possède une église rattachée à l’Église anglicane. On y trouve aussi des églises catholiques (qui comptent de plus en plus de pratiquants avec l’arrivée des Portugais ou des Polonais), des temples méthodistes et beaucoup d’autres communautés religieuses. La superstition y est toujours vivace. Chaque paroisse possède un rebouteux ou une magicienne, que l’on vient consulter parallèlement au médecin de famille.