shutterstock_2008202735.jpg

Une histoire des cinémas anglo-normands

Malgré une population réduite, les îles de Guernesey et Jersey ont vu fleurir plusieurs salles de cinéma dès les années 1910. Beaucoup ont depuis disparu, mais certaines sont encore en activité et proposent des films grand public tout comme du cinéma indépendant, participant à la vie culturelle de l’île. À Saint-Peter-Port, c’est le Théâtre St. Julian’s construit en 1876 qui devient la première salle de cinéma de l’île en 1913, avec une capacité d’environ 500 places. À Saint-Hélier, sur l’île voisine, c’est le Jersey Opera House qui ouvre en 1914. Ces deux salles sont bientôt rejointes par d’autres complexes dans les années vingt et trente, dont le plus notable est sûrement le Regal Cinema, un splendide complexe de 1 038 places, qui restera en activité jusqu’en 1980. Avec l’Occupation, ces lieux sont systématiquement mis sous la tutelle des nazis, qui utilisent les salles pour la projection de films allemands avec peu ou pas de sièges alloués aux civils. Il faut attendre 1945 et la Libération pour que les cinémas rouvrent petit à petit, mais leur nombre ne fera que décroître au cours de la seconde moitié du XXe siècle, victimes comme ailleurs de l’avènement de la télévision. Aujourd’hui, il reste trois cinémas en activité. Le Mallard Cinéma vous accueillera sur Guernesey, rue de la Villiaze, avec ses quatre salles et une programmation tous publics. Sur Jersey, rendez-vous au Cineworld, rue de l’Étau, pour découvrir les dernières sorties, ou bien au Jersey Arts Center pour des films indépendants ou des rétrospectives, en version originale bien sûr. Enfin, le plus petit et le plus mignon cinéma anglo-normand est sans aucun doute l’Alderney Cinema, sur Aurigny. Une salle attenante au centre culturel de l’île, tenue par des bénévoles passionnés depuis 1982, et à la programmation plus rare mais tout aussi intéressante.

Bergerac, la série policière qui a fait connaître l’île aux Britanniques

Rares sont les productions qui ont eu autant d’impact que Bergerac sur les îles Anglo-Normandes. Tournée presque intégralement à Jersey, cette série policière narre les enquêtes de Jim Bergerac, père divorcé et membre du Bureau des étrangers avant de devenir détective privé. Au volant de son Triumph Roadster 1947 rouge, il sillonne les rues de l’île pour combattre la criminalité en col blanc, et débusquer les évadés fiscaux. Diffusée de 1981 à 1991 sur la BBC et à partir de 1988 en France sur La Cinq, la série a largement contribué à faire découvrir l’île aux téléspectateurs anglo-saxons. Des « Bergerac Tours » sont d’ailleurs encore organisés aujourd’hui pour les fans inconditionnels. Parmi les lieux principaux de cette promenade, vous pourrez découvrir le Haut de la Garenne, un ancien orphelinat devenu aujourd’hui auberge de jeunesse et qui sert de set pour le Bureau des Étrangers à partir de la troisième saison, ou encore vous promener dans le port de Saint Aubin, où le détective a ses quartiers. Le Manoir de Noirmont sert quant à lui de résidence au beau-père de Jim Bergerac. Anecdote cocasse enfin, la série étant devenue de plus en plus populaire au cours des saisons, les équipes ont eu du mal à renouveler les lieux de tournage. Le réalisateur anglais Geoffrey Sax raconte que malgré ses efforts pour dénicher de nouveaux décors et paysages inédits dans la série, il lui arrivait régulièrement de revenir sur un lieu de tournage à peine repéré et de découvrir des traces de pied de caméra, s’étant fait griller la priorité par un autre cinéaste travaillant également sur la série.

De Charles Aznavour à Nicole Kidman, les grands noms qui sont passés par Jersey et Guernesey

Hormis Bergerac, les productions cinématographiques et télévisuelles tournées sur les îles Anglo-Normandes sont peu nombreuses. Notamment en raison des difficultés d’acheminer le matériel, des possibilités d’hébergement limitées, et des coûts élevés de tournage que ces paramètres engendrent. Des cinéastes européens ont néanmoins profité des atmosphères si particulières de ces îles pour créer des ambiances mémorables. Ainsi, François Truffaut y tourne L’Histoire d’Adèle H. en 1975. Le récit de l’exil de Victor Hugo et surtout de sa fille, Adèle, et de l’amour éperdu que cette jeune fille vouera au lieutenant Pinson, officier de l’armée britannique. Isabelle Adjani, âgée d’à peine vingt ans, campe cette héroïne dans les rues de Saint-Peter-Port. Le film utilise les intérieurs d’une maison de cette même ville pour reproduire la maison des Hugo, sans pour autant utiliser la Hauteville House, véritable demeure de ceux-ci. Deux ans plus tôt, c’est Charles Aznavour qui, à Saint-Peter-Port également, donnait la réplique à Peter Sellers dans le film de guerre The Blockhouse (1973), adapté du roman de l’écrivain français Jean-Paul Clébert. Plus récemment, les îles ont accueilli plusieurs productions internationales comme le film Les Autres (2001) du réalisateur espagnol Alejandro Amenábar, avec Nicole Kidman dans le rôle principal. Sans citer de lieux précis, le film pioche dans les paysages côtiers et dans les prairies brumeuses de Jersey pour installer le décor d’un thriller majeur des années 2000. En 2008, les cinéastes français Gustave Kervern et Benoît Délépine tournent quelques scènes de Louise Michel sur l’île de Jersey à nouveau. Cette fois, c’est Yolande Moreau, ouvrière devenue tueuse à gages improvisée, qui s’aventure sur les plages de sable fin. Une comédie noire trash par le duo derrière Groland, et qui continue à faire parler de lui aujourd’hui avec de nombreux films. En 2017, Jersey est une nouvelle fois choisie pour être le théâtre d’un thriller psychologique, Beast, réalisé par Michael Pearce. Pour ce premier long-métrage, le cinéaste choisit de conter l’histoire d’une jeune femme qui tombe sous le charme d’un homme mystérieux. Pour échapper à sa famille tyrannique, mais aussi à la recherche d’une vie meilleure, elle va tout faire pour défendre cet homme accusé de meurtre, dans un climat insulaire étouffant autant qu’angoissant. À nouveau, l’atmosphère unique des îles, entre brumes et embruns, contribue au succès critique du film. N’hésitez pas à vous promener le long de ces côtes pour profiter de ces ambiances, avant de vous replonger dans ces œuvres de toutes les époques. Enfin, notons que Saint-Hélier est la ville natale de l'acteur Henry Cavill, que l'on a vu à l'affiche de deux blockbusters : Batman vs. Superman et Mission Impossible : Fallout. Depuis 2019, il incarne Geralt de Tiv dans la série Netflix The Witcher.