Guide des Parcs nationaux américains : Les parcs américains en 10 mots-clés

<p>Monument Valley.</p>

Monument Valley.

Animaux
<p>Bison.</p>

Bison.

Ils sont bien entendu les rois de la nature américaine. Ours, loups, coyotes, mule deers (cerfs mulets), bisons, mouflons de Dall, chiens de prairie (groundhogs), raton-laveurs, castors, crocodiles américains, tortues de mer, jusqu'aux espèces les plus surprenantes comme la crevette des grottes du Kentucky. Les parcs nationaux américains sont avant tout des espaces sauvages et lorsque vous les arpenterez, tenez-vous prêts à rencontrer les espèces qui les habitent. En étant discret, prudent, et en veillant à une bonne cohabitation.

Beauté

Du point de vue subjectif du visiteur, c'est la caractéristique principale de la nature américaine : elle est belle ! Les couleurs, les formes du relief, la végétation, tous les milieux naturels des parcs américains auront de bonnes chances de vous couper le souffle. Il ne faut pas le taire : c'est une des raisons principales de pénétrer dans le monde des parcs nationaux américains !

Civilisations précolombiennes

Elles sont au coeur des espaces naturels américains ; la conquête de ces derniers par les colons européens a signifié pour les Native Americans la perte de leur mode de vie traditionnel. Des statuts de réserves ont été négociés pour certains peuples. Lorsqu'ils se trouvent sur leurs territoires, certains parcs nationaux sont cogérés par ces communautés. Par ailleurs, les vestiges humains recensés par les National Monuments sont souvent liés à ceux qui précédaient les Européens. Ainsi, au Nouveau-Mexique, on trouvera de nombreux parcs abritant les vestiges des cultures pueblos, rare exemple de mode de vie sédentaire et agricole parmi les peuples précolombiens des Etats-Unis.

Écosystèmes

Ils sont particulièrement divers aux Etats-Unis et sont le facteur premier de la grande panoplie de parcs dont le pays dispose. L'Ouest est particulièrement riche en divers milieux arides, semi-désertiques voire désertiques, les Rocheuses regorgent de milieux de forêts de conifères et de zones alpines ; l'Alaska et certaines zones des Rocheuses possèdent de la toundra ; les Appalaches offrent un milieu de forêts mixtes ou de feuillus à divers étages de montagne ; le Midwest abrite le milieu si spécifique de la prairie. La Virginie et le sud de la côte Est détiennent un milieu de forêt humide tempérée ; le nord de la côte Pacifique contient la végétation la plus dense du monde en dehors des forêts tropicales ; la Floride est riche en mangroves et milieux mi-terrestres, mi-marins, et de milieux marins insulaires... On ne peut en fait pas tous les citer ici dans le détail, mais une chose est certaine : il y a presque autant de milieux naturels qu'il y a de parcs.

Gestion

Les parcs nationaux et autres unités du National Park Service ne sont pas uniquement des espaces naturels : ce sont des espaces protégés et gérés par cette organisation géante qui est sans doute l'une des meilleures du genre dans le monde. Une politique de préservation, de régénération, mais aussi une politique économique vis-à-vis des visiteurs, une science de combiner des buts écologiques, mémoriels et touristiques : c'est tout cet art que le NPS sait jouer à merveille. Et vous pourrez compter sur des parcs extrêmement bien gérés, bien entretenus et parfaitement en accord avec leur vocation première.

Grandeur

C'est sans doute le premier mot qui vient à la bouche d'un Européen. En Amérique du Nord, tout est surdimensionné. Les canyons sont immenses, les déserts particulièrement arides, les forêts de montagne particulièrement sauvages, les sommets particulièrement hauts, les zones subtropicales particulièrement luxuriantes, les plages de Californie particulièrement carte postale, les zones volcaniques particulièrement spectaculaires... La nature américaine a tout vu en grand pour le plus grand plaisir d'un visiteur empli des mythes américains des XIX-XXe siècles et qui ne rentrera particulièrement pas déçu. Pas surprenant que ce pays ait vu grand : c'est la caractéristique principale de son vaste territoire !

Nation américaine

Les parcs nationaux sont au coeur de l'identité américaine ! Dans cette société en progrès permanent, cette institution a été érigée comme garante des témoignages du passé : naturels, avec la préservation des milieux naturels d'origine ; et humains, par un certain nombre de National Monuments qui conservent la mémoire du passé humain de l'Amérique, des vestige de pueblos au mont Rushmore ou à la maison de George Washington. Dans un pays qui conserve peu de son passé dans son espace vivant, la décision a été prise de figer certaines parcelles emblématiques des fondements de l'identité nationale.

Relief
<p>Hoodoos.</p>

Hoodoos.

Il est souvent accidenté, en tous cas très varié, selon les parcs et les régions... Presque tous les types de topographies sont représentés dans les parcs américains, des grandes plaines aux hautes montagnes (les Rocheuses), en passant par des phénomènes d'érosion spectaculaire (les canyons et les badlands). Le volcanisme a laissé des traces importantes dans le relief américain (surtout dans l'ouest), tandis que l'action sédimentaire du secondaire a laissé un sol très riche en sédiments. Les Appalaches sont une chaîne de moyenne montagne aux vertes collines ondulées, tandis que les espaces planes du grand bouclier canadien se révèlent dans le Maine ou dans la région des grands lacs. Avec le climat, le relief est l'élément le plus déterminant à la création des différents milieux naturels propres aux parcs américains.

Superficie

Certains parcs dépassent 1 000 km2, et si le plus petit ne dépasse pas les 23 km2, ils ont souvent une superficie comprise entre 400 et 700 km2. Autant dire des espaces énormes, si l'on se réfère à des dimensions européennes. Mais l'Amérique a de l'espace, et ces superficies sont proportionnelles au pays. Il n'en reste pas moins que ce seront souvent des petites zones à l'intérieur même des parcs auxquelles les visiteurs auront accès, le reste étant déclaré "zone sauvage" pour permettre à la nature de se développer sans aucun contact humain. Lors des visites, il ne faut pas oublier ces dimensions et il ne faut pas se lancer à l'aveuglette sans carte ni guide : on ne ressort pas d'un parc au hasard, il faut trouver la sortie !

Visiteurs
<p>Désert de la Death Valley.</p>

Désert de la Death Valley.

En 2017, les parcs nationaux américains ont été visités par plus de 311 millions de personnes ! L'année précédente, un record avait été établi avec un total de 330 millions de visiteurs. Un chiffre énorme, mais qui se répartit sur 59 parcs et 87 monuments nationaux. Ils restent des objets touristiques de premier plan. Le parc le plus visité est le Great Smoky Mountain (en partie en raison de sa proximité avec les agglomérations de la côte Est et de sa popularité parmi les américains), avec environ 11 millions en 2017 ; il est suivi du Grand Canyon (6,2 millions), du Zion (4,5 millions), du Rocky Mountain (4,4 millions), du Yosemite (4,2 millions), du Yellowstone (4,1 millions), de l'Acadia (3,5 millions), de l'Olympic (3,4 millions). Les parcs les plus visités sont donc ceux qui sont à proximité des grandes aires urbaines de la côte Est, ainsi que les spectaculaires parcs de l'Ouest.

L'un des buts des parcs nationaux étant de protéger la nature, on attend bien entendu des visiteurs une tenue parfaite, un respect des règles et de la nature à toute épreuve. Lisez bien le règlement de chaque parc avant d'y pénétrer.

Faire - Ne pas faire

Faire

Bien préparer son voyage. Les distances sont grandes entre les parcs, et eux-mêmes sont vastes ! Réfléchir au meilleur moyen de transport selon les distances à parcourir.

S'équiper en conséquence selon les parcs et le climat. Les milieux naturels américains sont restés très sauvages, et notamment si l'on part en camping, il faut savoir s'adapter (moustiquaire, moyens de faire du feu, humidité, froid, bombe anti-ours au poivre...). Pensez à passer aux Visitor's Centers et à vous munir de cartes si vous partez seul.

Toujours bien se renseigner sur les règles précises de chacque parc. Il s'agit de zones protégées, on ne peut pas aller partout ni y faire ce qu'on veut. Il ne faut pas sortir du cadre, qui peut être très strict. Sachez par exemple qu'il est formellement interdit de fumer dans les zones naturelles au sein des parcs nationaux.

Ne pas faire

Croire que les parcs nationaux sont avant tout des parcs touristiques. Ils sont touristiques, mais ce sont d'abord des zones de protection de la nature, et ils ont une vocation scientifique et écologique. Il ne faut donc pas s'y rendre en pensant que c'est un terrain de jeu. Il faut avant tout y respecter ce qui s'y trouve.

Tenter de voir le plus de choses possibles en un temps record. Il vaut mieux appréhender l'endroit où l'on se trouve avec circonspection, plutôt que de "rentabiliser" comme on pourrait faire dans un musée ou une ville. On risquerait de passer à côté de l'essentiel.

Adresses Futées des Parcs nationaux américains

Où ?
Quoi ?
Avis